Villiers-Louis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villiers.

Villiers-Louis
Villiers-Louis
Mairie de Villiers-Louis
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Brienon-sur-Armançon
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Sénonais
Maire
Mandat
Jean-Louis Gaujard
2014-2020
Code postal 89320
Code commune 89471
Démographie
Population
municipale
457 hab. (2017 en augmentation de 0,88 % par rapport à 2012)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 30″ nord, 3° 24′ 12″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 226 m
Superficie 11,07 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villiers-Louis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villiers-Louis
Liens
Site web Villiersois

Villiers-Louis (prononcé [vijɛʁ]) est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Villiersois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saligny Fontaine-la-Gaillarde Rose des vents
Malay-le-Petit N Pont-sur-Vanne
O    Villiers-Louis    E
S
Les Vallées-de-la-Vanne

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse peut tirer son nom d'un domaine possédé par un prénommé Louis. Ce prénom est l'équivalent tardif de celui de Clovis. Il faut dès lors songer à l'existence proche d'un palais royal mérovingien à Malay-le-Roi (auj. le-Petit)[1]. Le village appartiendra d'ailleurs, à l'instar des épaves d'éléments fonciers de la Couronne, à la châtellenie qui succèdera à cet ancien palais. Un lignage de chevaliers y réside au Moyen Âge[2]. Ce lignage a possédé un fief à l'intérieur de l'enceinte de Sens (fief de la porte Formeau).

En 959, le Duc Helpon, commandant des Saxons avait annoncé audacieusement qu'il brûlerait toutes les églises des environs de Sens et qu'il viendrait planter sa lance sur la porte de Saint Léon (actuellement Notre-Dame) mais il fut tué lors d'un combat contre l'armée de Raynard, Comte de Sens, dans la plaine de Villiers Louis. [3]

Le village a été fortifié au milieu du XVIe siècle[4]. Il abrite alors une population paysanne et des artisans. On connaît sur le finage un mineur (de fer ?) au XVIe siècle, travaillant certainement au profit de la forge sise à Theil[5].

Son château fut la propriété d'une partie de la nombreuse descendance du dernier seigneur châtelain de Malay-le-Roi : les Hanoteau (XVIe), et leurs descendants (XVIIe).

Le finage accueille le fief de La Chatière, propriété des Périgois, de Sens[6].

Le 8 mars 1789, le Tiers État rédige son cahier de doléances et élit ses députés.

Au cours de la Révolution française, la commune fut provisoirement renommée Villiers-Libre[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Joël Fenart[8],[9]   - style="vertical-align: top" 1977 1989 Louis Gaujard   - style="vertical-align: top" 1989 2001 Maurice Prince    
2014 En cours Jean-Louis Gaujard    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2017, la commune comptait 457 habitants[Note 1], en augmentation de 0,88 % par rapport à 2012 (Yonne : -1,06 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
358360343417456463500565528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
535553571569529552502471432
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
395319315273277301289291279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
253257220277311367438449459
2013 2017 - - - - - - -
445457-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Etienne Meunier, « La châtellenie de Mâlay-le-Roi », bulletin des Amis du Vieux Villeneuve, no 28,‎ , p. 9 à 61
  2. Etienne Meunier, « Chevaliers de Villers-Louis », Cahier de la Société généalogique de l'Yonne, no 19,‎ , p. 207 et 208
  3. Théodore TARBE, Description de l'église métropolitaine de Sens, Sens, Tarbé, , 158 p. (lire en ligne), p.10
  4. Etienne Meunier, « Les églises et les bourgs fortifiés du Sénonais et des pays de l'Yonne », bulletin de la Société archéologique de Sens, no 33,‎ 1990 (1992), p. 11 à 40
  5. Etienne Meunier, « notes pour servir à l'histoire de Theil », Au courant de la Vanne, no 13,‎ , p. 35 à 56
  6. Etienne Meunier, « Notes pour servir à l'histoire de Villiers-Louis », Au courant de la Vanne, no 1,‎ , p. 22 à 28
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Villiers-Louis », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 29 novembre 2012)
  8. Commune de Villiers-Louis sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 29 novembre 2012.
  9. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.