Aller au contenu

Lugrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lugrin
Lugrin
La maison forte de Chatillon, dite Château-Gaillet.
Blason de Lugrin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Évian Vallée d'Abondance
Maire
Mandat
Jacques Burnet
2020-2026
Code postal 74500
Code commune 74154
Démographie
Gentilé Lugrinois et Lugrinoises
Population
municipale
2 513 hab. (2021 en augmentation de 5,32 % par rapport à 2015)
Densité 190 hab./km2
Population
agglomération
81 502 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 04″ nord, 6° 39′ 53″ est
Altitude Min. 373 m
Max. 1 248 m
Superficie 13,22 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Thonon-les-Bains
(banlieue)
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Évian-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lugrin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lugrin
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
Lugrin
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Lugrin
Liens
Site web www.mairie-lugrin.fr

Lugrin est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le village se trouve à 6 km à l'est d'Évian-les-Bains et se situe sur les bords du Léman, dans le Chablais savoyard, à quelques kilomètres de Saint-Gingolph et de la frontière suisse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lugrin a pour communes limitrophes Maxilly-sur-Léman, Saint-Paul-en-Chablais, Bernex, Thollon-les-Mémises et Meillerie.

La commune est composée de plusieurs villages et hameaux que sont Chez Busset ; Troubois ; Roseires ; Véron ; Tourronde ; Chez Cachat ; Crétal ; les Combes ; Vieille Église ; Rys ; Chef-Lieu ; Laprau ; les Bossons ; Chez les Nives ; Chez les Servoz ; Leucel ; les Grabilles ; Pont Rouge ; les Prés Parraux et Allaman.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Lugrin est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[1]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thonon-les-Bains[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant treize communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

La commune, bordée par un plan d’eau intérieur d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le Léman, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[6]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (56,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,9 %), zones agricoles hétérogènes (15 %), zones urbanisées (14,2 %), prairies (13,1 %), eaux continentales[Note 3] (1,4 %), zones humides intérieures (0,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention du village se trouve dans une charte de donation du IXe siècle sous la forme ad Logrino capella (892)[9],[10]. Plus tard, on trouve la forme Lugrino au XIIIe siècle[9].

Le toponyme provient d'un nom romain Lugrianum, qui dérive du patronyme Lugrius avec le suffixe -anum[9].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Lgrin, selon la graphie de Conflans[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Lugrin

Les armes de Lugrin se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d'argent à un cerisier fruité au naturel mouvant de la partition ; au deuxième de gueules à une barque du Léman à deux voiles latines d’argent posée de front.

On sait très peu de chose sur ce blason

Faits historiques[modifier | modifier le code]

La commune de Lugrin est remarquable à plusieurs titres :

  • elle abrite le château de Blonay, où a vécu pendant de nombreuses années la duchesse de Vendôme, sœur du roi Albert Ier, roi des Belges ; le rôle historique de ce château au cours du XXe siècle a été rappelé dans l'ouvrage de Dominique Paoli consacré à la duchesse de Vendôme ;
  • le château d'Allaman a été le lieu où ont été négociés, pour une grande part, les accords d'Évian qui ont mis fin à la guerre d'Algérie ;
  • durant les années 1950 et le début des années 1960, l'école primaire municipale de Lugrin a été dirigée et animée par le couple Berthier, pionniers de la méthode Freinet pour l'enseignement primaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Lugrin appartient au canton d'Évian-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 33 communes[12].

La commune est membre de la communauté de communes Pays d'Évian Vallée d'Abondance.

Lugrin relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Anne-Cécile Violland (Horizons) depuis les élections de 2022[13].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal de Lugrin :

Groupe Président Effectif Statut
... Jacques Burnet 19 majorité
... ... 0 opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Lugrin :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1946 Georges Braconnay    
1946 octobre 1947 Célestin Julliard    
octobre 1947 1966 Jean-Philippe Lugrin ...  
1966 mars 1977 Auguste Burnet    
mars 1977 juin 1995 Robert Julliard    
juin 1995 mars 2008 Edmond Pertuiset    
mars 2008 En cours Jacques Burnet LR[14]  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont les Lugrinois. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2021, la commune comptait 2 513 habitants[Note 4], en augmentation de 5,32 % par rapport à 2015 (Haute-Savoie : +5,99 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 0609861 0031 1901 2741 4131 3311 4771 450
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 4001 5711 6101 7881 6661 6961 7331 5691 637
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 4541 4521 3991 4181 2831 2891 2781 3441 334
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 2021
1 4172 0251 9972 1322 1342 2602 3952 5042 513
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Lugrin relève de l'académie de Grenoble. Celle-ci évolue sous la supervision de l'inspection départementale de l'Éducation nationale.

Voici ci-dessous la liste exhaustive des principaux établissements scolaires de la commune :

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

  • 1 cabinet médical (3 docteurs) ;
  • 1 cabinet d'infirmières ;
  • 1 cabinet de kinésithérapie ;
  • 1 dentiste
  • 1 pharmacie.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune une vingtaine de sociétés et associations : musique (Harmonie municipale et Musique Jeanne d'Arc), foot, sauvetage, Tennis, donneurs de sang, parents d'élèves, syndicat d'initiative, MJC, bibliothèque, Club des aînés, ADMR, Chasse, Vétérans du Foot, Comité paroissial, Club échanges & savoir, Anciens d'AFN, Voile, Association pour la restauration de la vieille église…

Lugrin dispose d'un stade de football.

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La vie culturelle locale bénéficie de plusieurs infrastructures dont une salle polyvalente.

Patrimoine naturel et fleurissement[modifier | modifier le code]

  • Zone forestière intermédiaire, pente 20 à 40 % : hêtres et sapins.
  • Zone du plateau de Laprau (900 m d'altitude) : prairie.
  • Zone du Mont Benand (1 248 m d'altitude) : forêt.

Dans le hameau de Troubois, se trouve l'un des plus gros châtaigniers de la région[20]. Il a perdu une de ses deux branches principales durant la tempête de 1999.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Lugrin sert de cadre à deux romans historiques : Le Prieur de Meillerie de Sidonie Bochaton (éditions Cabédita, roman historique, 2016) et Le lépreux de Lugrin de Sidonie Bochaton (2019).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Thonon-les-Bains comprend une ville-centre et douze communes de banlieue.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Thonon-les-Bains », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Insee, « Métadonnées de la commune de Lugrin ».
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  6. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  7. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  9. a b et c Henry Suter, « Massongex », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le ).
  10. Pierre Duparc, Le comté de Genève, IXe – XVe siècle, t. XXXIX, Genève, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, coll. « Mémoires et Documents », , 128 p. (lire en ligne).
  11. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  12. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en ).
  13. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  14. « Elus signataires », sur herve-mariton.fr (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  19. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-84265-326-2), p. 80-84.
  20. « Le châtaignier n'a plus de secret pour les petits Lugrinois », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :