Larringes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Larringes
Vue de l'église de Larringes,au fond la Dent d'Oche.
Vue de l'église de Larringes,
au fond la Dent d'Oche.
Blason de Larringes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Évian-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Évian Vallée d'Abondance
Maire
Mandat
Jean-René Bouron
2014-2020
Code postal 74500
Code commune 74146
Démographie
Gentilé Larringeois
Population
municipale
1 314 hab. (2014)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 00″ nord, 6° 35′ 00″ est
Altitude Min. 713 m – Max. 873 m
Superficie 8,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Larringes

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Larringes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larringes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larringes
Liens
Site web mairie-larringes.fr

Larringes est une commune qui se trouve à 4 km au sud d'Évian-les-Bains, dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le village se situe en hauteur des bords du lac Léman, en pays de Gavot dans le Chablais français.

Ses habitants sont les Larringeoises et les Larringeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Larringes est située au nord de la Haute-Savoie, près du lac Léman, dans le Chablais français, plus exactement dans le Haut-Chablais. Larringes fait partie du Pays de Gavot, composé de 7 communes situées sur un plateau dominant la ville d'Évian-les-Bains : Bernex, Champanges, Féternes, Saint-Paul-en-Chablais, Thollon-les-Mémises et Vinzier. Larringes se trouve à 594 km de Paris (environ 6 h 30 en voiture), à 510 km (6 h) de Marseille, à 200 km (2 h 15) de Lyon et à 49 km (1 h 05) de Genève.

Communes limitrophes de Larringes
Publier Évian-les-Bains Neuvecelle
Champanges Larringes Saint-Paul-en-Chablais
Féternes, Vinzier

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Larringes est un nom d'origine burgonde qui dérive d'un primitif *Laderingo, « chez les Laderingi »[1],[2]. Pour l'auteur de Evian et le Chablais (1993), le nom primitif pourrait provenir soit Laderic ou encore Laderich, qui se traduit par « le guerrier qui provoque au combat », voire le nom propre Ladaha[3].

La première mention remonte à l'an 892 avec ad ladrinio colonica, dans le Cartulaire de Lausanne[1],[2] (Régeste genevois, n°109). Au XIIe siècle, la forme évolue en Larringis en 1170 et vers 1344[1],[2]. On trouve également les formes larrinio en 1188 ou encore Larringio en 1344[2]. Durant l'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises et durant l'Empire, c'est la forme Larringe qui est utilisée.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Larinzho (graphie de Conflans) ou Larrinjo / Lârrinjo (ORB)[4].

Ses habitants sont les Larringeoises et les Larringeois[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tous les anciens peuples, Celtes, Gallo-Romains, qui foulèrent le sol de la commune reconnurent l’importance de son implantation. Sa vue incomparable, des Alpes bernoises au Fort l’Écluse, des Monts du Jura au Mont-Blanc sur un rayon de plus de 100 km en faisait un véritable point stratégique. Au Moyen Âge, la peste décima la population. En 1860 Champanges fut détachée de Larringes par démembrement pour devenir une commune à part entière par le décret du 20 décembre (J.O. du 12 janvier 1861). Le décret du 16 mars 1867 modifia la limite entre la commune de Larringes et celle de Champanges[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Larringes appartient au canton d'Évian-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 33 communes[7].

La commune est membre de la communauté de communes Pays d'Évian Vallée d'Abondance.

Larringes relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[8].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de Larringes :

Groupe Président Effectif Statut
... Jean-René Bouron 0 majorité
... ... 0 opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Larringes :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1977 Maurice Delevaux ... ...
1977 1983 Lucette Bochaton-Vicin ... ...
1983 1989 Lucette Bochaton-Vicin ... ...
1989 1995 Lucette Bochaton-Vicin ... ...
1995 2001 Lucette Bochaton-Vicin ... ...
2001 2008 Gilbert Duffour ... ...
2008 en cours Jean-René Bouron ... ...

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 314 habitants, en augmentation de 6,74 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
653 722 735 1 123 1 141 1 101 1 059 597 642
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
655 665 675 676 661 666 637 630 575
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
523 548 543 463 447 457 529 540 542
1982 1990 1999 2007 2011 2014 - - -
583 734 976 1 176 1 252 1 314 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Larringes relève de l'académie de Grenoble. Celle-ci évolue sous la supervision de l'inspection départementale de l'Éducation nationale.

Voici ci-dessous la liste exhaustive des principaux établissements scolaires de la commune :

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La foire agricole de la Saint-Maurice a lieu le 26 septembre. C'est une importante foire aux bestiaux qui reste vivace et attire chaque année de nombreux amateurs. Ce jour-là, on y déguste les beignets de pommes de terre et les rissoles à la Savoyarde.
  • Le dimanche précédent la foire a lieu la vogue dont le thème varie d'année en année.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreuses disciplines peuvent être pratiquées sur la commune telles que :

  • Football Club du Gavot ;
  • Tennis ;
  • Gymnastique.

Larringes possède un stade de foot, une salle des fêtes, une salle des vins d'honneur, des gites communaux.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Le village, malgré sa situation rurale, est doté de toutes les commodités: épicerie, pharmacie, cabinet médical, infirmières, commerce équitable, société de transports, pizzeria, bars et restaurant. De plus, plusieurs fermes de la commune produisent des produits du terroir dont le célèbre abondance (fromage).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments laïcs[modifier | modifier le code]

  • Château de Larringes.
    Article détaillé : Château de Larringes.
    Restauré, il fut construit au Xe siècle sur des ruines romaines. Le château appartint successivement aux comtes d’Allinges, aux comtes de Savoie puis aux familles Lavanchy, Détraz, De Franlieu et enfin De Stoutz, actuels propriétaires. C'est une propriété privée, on ne peut pas le visiter.
  • La Pierre Gauloise située Chez Crosson est un bloc erratique que l'on nomme pierre à cupule en raison des creux circulaires qu'elle comporte qui ont été fabriqués par l'homme préhistorique.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • Parmi les monuments, Larringes possède l'église Saint-Maurice, dédiée à saint Maurice d'Agaune, église reconstruite entre 1814 et 1825.
  • On trouve aussi une chapelle privée Chez Crosson appartenant à la famille Milliet. Cette chapelle fut construite en 1895 par un prêtre natif de Larringes, François-Marie Milliet.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

  • La forêt de résineux et de hêtres, de plusieurs hectares, est un véritable bonheur pour tous les promeneurs, amateurs de champignons, sportifs de tous niveaux pour lesquels un parcours santé a été aménagé.
  • Une tourbière se trouve au lieu-dit Verrossier Haut, à l'est de la commune. Cette tourbière a été aménagée afin de permettre de la visiter. Elle fut exploitée pendant 3 ans dans les années 1940. Jusqu'à 30 hommes travaillèrent à fabriquer des briques de tourbe destinées au chauffage.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Larringes

Les armes de Larringes se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier et au quatrième de gueules à la croix d'argent, au deuxième et au troisième de sable aux trois pals d'or.

On sait très peu de chose sur ce blason

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Théophile Perrenot, Albert Dauzat, La Toponymie burgonde, 1942, p. 194.
  2. a, b, c et d D'après Henry Suter, « Larringes », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 12 septembre 2015).
  3. Louis Girod, Evian et le Chablais : au fil de l'histoire, Éditions Cabédita, , 249 p. (ISBN 978-2-88295-091-8), p. 33.
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. « Larringes », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  6. Sabaudia -Histoire, patrimoine, archives des Pays de Savoie
  7. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  8. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 mars 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .