Jean Balland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balland.
Jean Balland
Biographie
Nom de naissance Jean Marie Julien Balland
Naissance
Bué (France)
Ordination sacerdotale
Décès (à 63 ans)
Lyon (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Saint-Pierre-aux-Liens
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Paul Vignancour
Archevêque de Lyon
Archevêque de Reims
Évêque de Dijon

Blason
« Veritatem facientes in caritate »
« Faire la vérité dans l'amour »
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean Marie Julien Balland, né le à Bué (Cher) et mort le à Lyon, était un homme d'Église français, cardinal et Primat des Gaules.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean Marie Julien Balland est né à Bué (Cher) dans le Sancerrois, cinquième enfant d'une famille de vignerons.

Prêtre[modifier | modifier le code]

Il fut ordonné prêtre à Bué le pour le diocèse de Bourges, après des études au séminaire français de Rome et à l'Université pontificale grégorienne et avoir effectué son service militaire, en partie en Algérie.

Il fut professeur de philosophie au Grand séminaire régional de Tours, puis au Grand séminaire de Poitiers. Il fut vicaire général du diocèse de Bourges.

Évêque[modifier | modifier le code]

Nommé évêque de Dijon le , il reçut l'ordination épiscopale en la cathédrale de Dijon le des mains de Mgr Paul Vignancour, archevêque de Bourges assisté de Mgr Albert Decourtray, archevêque de Lyon et de Mgr Lucien Daloz, archevêque de Besançon.

Le il succède à Mgr Jacques Ménager au siège d'archevêque métropolitain de Reims et prend possession de sa charge le . Il est intronisé le .

Il est réélu membre du conseil permanent de la conférence des évêques de France en 1993[1]

Le il succède au cardinal Decourtray décédé brutalement et devient archevêque de Lyon et primat des Gaules.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Le pape Jean-Paul II le crée cardinal lors du consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Pierre-aux-Liens.

Considéré comme un homme discret et peu enclin à la communication, il avait pourtant créé une radio diocésaine à Reims, d'apparence timide, il n'aimait guère se livrer. Les commentateurs soulignaient son sens de l'écoute et de l'ouverture, ainsi que sa "grande finesse politique". Il avait su dénouer des situations très complexes dans ses charges, ramenant, tel monastère dijonnais, proche de Mgr Lefebvre, de l'intégrisme à l'esprit conciliaire. Son sens des responsabilités s'était illustré en 1992, lorsqu'il avait fait fermer la cathédrale de Reims et annuler les messes, Jean-Marie Le Pen ayant annoncé son intention de tenir un meeting sur le parvis.

Sa devise était « Veritatem facientes in caritate » (Faire la vérité dans l'amour).

Décès[modifier | modifier le code]

Il décède le à l'hôpital de la Croix-Rousse (Lyon) des suites d'un cancer du poumon. Il est enterré dans la cathédrale de Lyon[2].

Parcours ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Responsabilités[modifier | modifier le code]

  • Membre du Conseil permanent de l'Episcopat français
  • Membre de la commission épiscopale du Clergé et des séminaires
  • Membre de l'équipe nationale Évêques-prêtres
  • Membre de la Congrégation romaine pour les évêques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Élections de l'assemblée des évêques », La Documentation catholique, vol. 90, no 2084,‎ , p. 1073 (ISSN 0012-4613).
  2. Mort de Mgr Balland, cardinal depuis une semaine, consulté le 13 février 2013