Rungis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune du Val-de-Marne. Pour la place et la rue parisienne, voir Place de Rungis et Rue de Rungis.
image illustrant une commune du Val-de-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune du Val-de-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Rungis
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, inscrite aux monuments historiques.
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, inscrite aux monuments historiques.
Blason de Rungis
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement L'Haÿ-les-Roses
Canton Thiais
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Raymond Charresson
2014-2020
Code postal 94150
Code commune 94065
Démographie
Gentilé Rungissois
Population
municipale
5 621 hab. (2013)
Densité 1 338 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 54″ Nord 2° 20′ 59″ Est / 48.7483333333, 2.34972222222
Altitude Min. 58 m – Max. 90 m
Superficie 4,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Rungis

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Rungis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rungis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rungis
Liens
Site web rungis.fr

Rungis (prononcé [ ʁœ̃.ʒis]) est une ville de la banlieue sud de Paris, dans le département français du Val-de-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Rungissois[1].

Elle est notamment connue pour son marché d'intérêt national, plus grand marché de produits frais au monde.

La ville présente un patrimoine environnemental de qualité, notamment grâce à ses parcs et au label « 4 fleurs »[2] obtenu au concours des villes et villages fleuris depuis 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de Rungis dans le Val-de-Marne et dans l'agglomération parisienne.

Si Rungis peut avoir l'air d'une ville nouvelle, à la suite de son développement autour de sa zone d'activité Silic, elle a au contraire une longue histoire.

L'enjeu actuel de Rungis est l'aménagement de la plaine de Montjean, du côté de Wissous.

La commune est située à sept kilomètres au sud de la capitale et à seulement deux kilomètres de l'aéroport d'Orly, à la confluence de l'A6, de l'A86 et de la RN 7.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Située au sud-est du département, Rungis est limitrophe, au nord, de la commune de Chevilly-Larue. Au nord-est, sa limite avec la commune de Thiais est matérialisée par la route nationale 7. Au sud-est se trouve la commune essonnienne de Paray-Vieille-Poste, à proximité de la zone d’activités Orlytech, la limite communale étant en partie matérialisée par la rue des Gémeaux. Au sud se situe la commune de Wissous, également dans le département de l'Essonne, séparée par le bois de Monjean. À l’ouest, la voie des laitières matérialise la limite avec la commune de Fresnes.

Rose des vents Fresnes Chevilly-Larue Thiais Rose des vents
Fresnes N Thiais
O    Rungis    E
S
Wissous Paray-Vieille-Poste Orly

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Rungis est de type océanique dégradé. La station de référence est celle d'Orly[3]. Le climat dans les départements de la petite couronne parisienne est caractérisé par un ensoleillement et des précipitations assez faibles. La moyenne des précipitations tourne autour de 615,4 mm de pluie par an et une moyenne approximative de 50 mm par mois. Les températures y sont douces, le mois le plus froid étant janvier avec une moyenne de températures de 3,3 °C et les mois les plus chauds juillet et août qui présentent une température moyenne de 24 °C.

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station d'Orly, commune située à cinq kilomètres à l'est de Rungis et dont le climat est très semblable :

Données climatiques à Rungis.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1,3 3 5,3 8,8 11,9 13,8 13,4 11,2 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 3,3 4,4 6,8 9,8 13,5 16,7 18,9 18,6 16 11,9 6,8 4,1 10,9
Température maximale moyenne (°C) 5,8 7,5 10,7 14,2 18,1 21,5 24 23,8 20,9 15,9 9,8 6,6 14,9
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 51,9 44,8 50,8 46,6 57,8 50,5 50,1 46,5 52 53,2 58,1 53,1 615,4
Source : Climatologie mensuelle à la station voisine d'Orly de 1961 à 1990[4].


Transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par une gare du RER C, Rungis - La Fraternelle, située entre la zone d'activité Silic et de la commune de Wissous[5].

Seules les lignes du 131 et 396 parcourent le centre-ville. Les bus 186, 185, 216, 285, 292 et 319, ainsi que le Trans-Val-de-Marne (TVM) desservent aussi cette ville[5]. La ligne de bus 91-10 du réseau de bus Albatrans relie aussi la gare de Massy TGV à l'aéroport Paris-Orly en passant par la commune[6].

La ligne 7 du tramway d'Île-de-France relie la station de métro Villejuif - Louis Aragon à la ville d'Athis-Mons en passant par la gare de Rungis - La Fraternelle. Six arrêts se situent à Rungis : « La Belle Épine » qui dessert le centre commercial régional Belle Épine, « Place de la Logistique » (Plateforme Sogaris), « Porte de Rungis », « Saarinen » (Parc Silic Nord), « Robert Schuman » (Parc Silic Centre) et « La Fraternelle » qui fait la jonction avec le RER C.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

Rungis est desservie par l'A86, appelée aussi « super-périphérique parisien », qui la relie à l'A4 au nord et à l'A6 à l'ouest. L'échangeur desservant la commune est Rungis-Ville.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960 et 1970, il y a beaucoup de créations de logements collectifs amenant une augmentation importante de la population, puis dans les années 1990 de logements individuels (pavillons).

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune pourrait provenir de « Romiacum » (domaine appartenant au propriétaire gallo-romain Romius), déformé en « Romjacum », puis « Rongis » et enfin « Rungis »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village, connu depuis 1124, possédait une source abondante, dont les eaux étaient conduites à Paris par les aqueducs d'Arcueil et de Cachan[8]. L'aqueduc Médicis qui est l'un des sous-ensembles de ces derniers, est un aqueduc souterrain dont la mise en service date de 1623.

L'abbaye Sainte-Geneviève de Paris est suzerain de Rungis de la période de Louis VI jusqu'à la Révolution française[7].

Rungis est occupée en 1815 et lors de la guerre franco-allemande de 1870. Lors des combats de cette dernière guerre, l'église paroissiale est détruite[7]. L'église Notre-Dame-de-l'Assomption la remplacera.

Rungis a été libérée par la 2e division blindée lors de la Seconde Guerre mondiale. Le 24 août 1944, les chars « Douaumont » et « Faucon » entrent dans la commune et les combats font deux morts[9]. Une borne kilométrique commémorative a été érigée en 2014 en souvenir de la « 2e DB »[9].

Le marché d'intérêt national (MIN) qui porte le nom de la commune et y est en majeure partie situé, est créé à la suite du déménagement des anciennes halles centrales. Ce transfert du centre de Paris vers Rungis et La Villette est décidé dans les années 1960 et le Marché international de Rungis est inauguré officiellement le [10].

La ville de Rungis a annoncée début 2016 le projet de la création d'un quartier sur la plaine de Montjean[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Depuis le , Rungis appartient à la métropole du Grand Paris, au sein de l'établissement public territorial T12.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la mairie.
Liste des maires successifs de Rungis
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Pierre François Le Bourlier    
1791 1793 Louis Nolo    
1793 1800 Charles Petit    
1800 1826 Jean-Baptiste Frotiée    
1826 1830 Jean-François Coquillar    
1830 1837 Jacques-Adolphe Coquillar    
1837 1876 Denis-Victor Petit    
1876 1882 Étienne Jean Noël Moreau    
1882 1904 Louis Verger    
1904 1919 Victor Petit    
1919 1925 Armand Joseph Baron    
1925 1943 Jules Nolo    
1943 1944 Henri Baron    
1944 1945 Henri Manager    
1945 1953 Berthe Grelinger née Boisset    
1953 1971 Jean Luez    
1971 1983 Alain Balland    
1983 2001 Maurice Charve    
2001 en cours Raymond Charresson    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 5 621 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160 159 134 147 166 194 216 216 236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
215 263 257 220 232 270 322 265 264
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
268 248 265 280 342 420 518 550 690
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 851 2 686 2 986 2 649 2 939 5 424 5 644 5 618 5 681
2013 - - - - - - - -
5 621 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune gère deux écoles maternelles (Médicis et Les Sources) et deux écoles élémentaires (Les Antes et La Grange). Le département administre le collège Les Closeaux[14]. L'Institut aéronautique Jean-Mermoz se situe également à Rungis.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Espace du sport (salle omnisports)
  • Gymnase des Closeaux (salle de basket)
  • Stade de football Lucien-Grellinger (deux terrains)
  • Espace Évasion (salle de boxe, d'escrime et de tennis)
  • Petit dojo
  • Skate-park
  • Terrain multisports
  • Terrain de pétanque et de tennis à la colline Cacao

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi, entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Rungis fait partie des quatorze communes du pôle d'Orly[15], premier pôle économique du sud francilien[15], qui compte plus de 15 000 entreprises et 155 000 salariés[15].

La commune de Rungis est aussi notable pour son Marché international, réputé comme le plus grand marché de produits frais du monde, et ses terrains du Centre horticole de la Ville de Paris, de même que sa proximité avec l'aéroport Paris-Orly. De ce dernier pôle, elle hérite notamment d'une zone hôtelière conséquente. Elle dispose en outre d'une zone d'activité Icade, anciennement Silic, avec 12 000 emplois pour 350 entreprises sur 63 hectares.

Plusieurs sièges sociaux d'entreprises se trouvent dans la commune comme Ricoh France, Corsairfly, Mattel France, Système U, LU France - Biscuiterie Belin, Gitzo, Thales Air Systems, Ventadis (Mistergooddeal, Home Shopping Service) ou encore Abbott France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Place Louis-XIII.
Parc de la Colline Cacao.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Espace Jean-Monnet
  • Théâtre L'arc en ciel
  • Associations Les parasols
  • Conservatoire de musique et de danse (aménagé dans l'ancien hôtel de ville)
  • Bibliothèque/discothèque La Méridienne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Grelinger, FFI rungissois arrêté en juin 1944 par la Gestapo et mort en déportation en mars 1945 au camp de Buchenwald[9]. Le stade communal et une avenue portent son nom.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Armorial des communes du Val-de-Marne.
Blason de Rungis.

Les armes de Rungis se blasonnent ainsi : D'azur à la fontaine déversant son eau dans trois bassins l'un sur l'autre, le tout d'argent, accompagnée en chef d'un arc en ciel au naturel[16].

Logotype de Rungis.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Malescourt, « Val-de-Marne > Rungis (94150) », sur le site habitants.fr de la société commerciale Patagos (consulté le 29 janvier 2013).
  2. « Rungis décroche la 4e fleur ! », sur rungis.fr,‎ (consulté le 15 septembre 14)
  3. « METEO RUNGIS par Météo-France », sur http://www.meteofrance.com/,‎ (consulté le 15 septembre 14)
  4. « Climatologie mensuelle à Orly », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le 9 septembre 2009).
  5. a et b « Se rendre à Rungis », sur le site de la mairie de Rungis (consulté le 20 février 2011).
  6. « Lignes », sur le site du réseau Albatrans (consulté le 25 mai 2010).
  7. a, b et c http://rungisinfo.free.fr/histoire.html
  8. Ermete Pierotti, Dictionnaire historique des environs de Paris.
  9. a, b et c Louis Moulin, « Une borne en souvenir du passage de la 2e DB », Le Parisien,‎ (consulté le 1er septembre 2014).
  10. http://www.rungisinternational.com/fr/rouge/historique/index.asp
  11. Quentin Laurent, « Rungis : l’« Agroquartier » de la plaine de Montjean se dessine », Le Parisien,‎ (consulté en 10).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  14. « Les établissements scolaires », sur le site de la mairie de Rungis (consulté le 20 février 2011).
  15. a, b et c Le pôle d'Orly en chiffres, essonne.fr
  16. Banque du Blason