La France agricole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La France agricole
La France Agricole

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité hebdomadaire
Format Format A4
Genre presse spécialisée
Prix au numéro 5 €
Diffusion 101 000 ex. (2018)
Date de fondation 1945
Éditeur Groupe France Agricole
Ville d’édition Paris

Propriétaire NGPA, Groupe Isa (Isagri)
Directeur de publication Gérard Julien, pour Groupe Isa (directeur de publication)
Hervé Noiret (directeur général),
Éric Maerten (éditeur)
Directeur de la rédaction Yvon Herry
Rédacteur en chef Philippe Pavard (print),
Éric Roussel (numérique)
ISSN 0046-4899
Site web http://www.lafranceagricole.fr/

La France agricole est un magazine hebdomadaire français, spécialisé dans la catégorie presse agricole[1], édité par le Groupe France Agricole et installé à Paris.

Création[modifier | modifier le code]

La France Agricole est créée en par la société coopérative d'éditions agricoles des agriculteurs du Vexin avec un agriculteur comme président, Paul Chaussonnière[2]. Son premier numéro est paru le [2].

Deux autres périodiques, Le Journal Agricole et La Vie Agricole se joignent en 1946 à La France Agricole pour former Le Journal de la France Agricole[3].

Diffusion[modifier | modifier le code]

La diffusion payée en France de La France agricole[4].

Titre 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
La France agricole 127 824 123 599 118 865 114 173 105 912 98 589 97 257 102 315

La France Agricole est l'hebdomadaire professionnel le plus vendu d’Europe avec plus de 100 000 exemplaires[5]. Il est un « poids lourd » de la presse technique et professionnelle[6], « champion toutes catégories » selon Daniel Junqua[7]. Il est considéré comme la « revue hebdomadaire de référence de la presse agricole française »[8].

Le magazine fonctionne en bimédia avec un site internet et une lettre d'information quotidienne : La France Agricole aujourd'hui. Une nouvelle version du site est sortie le .

Contenu[modifier | modifier le code]

La France agricole publie sur tous les thèmes agricoles : commercialisation, cours et marché, culture, élevage, environnement, gestion et droit, international, machinisme, météo, outils de gestion, politique agricole, questions juridiques, société et vie sociale[9]. En cela, il est un hebdomadaire généraliste du monde agricole, qui comporte aussi des mensuels spécialisés aux tirages nettement plus faibles[10],[11].

En janvier 2024, le media l'Humanité reprend des arguments de La France Agricole sur les exportations de l'Ukraine qui font chuter les cours en Europe[12].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Avec l'acquisition de Vitisphere, le Groupe France Agricole, leader de la presse agricole, renforce sa position dans la filière vigne et vin… », sur vitisphere.com (consulté le ).
  2. a et b « Avis La France Agricole de la marque Groupe France Agricole - magazines, journaux agricoles », sur agriavis.com (consulté le ).
  3. « Avis La France Agricole de la marque Groupe France Agricole - magazines, journaux agricoles », sur agriavis.com (consulté le ).
  4. « La France Agricole - ACPM », sur acpm.fr (consulté le ).
  5. « Innov-Agri, nos partenaires » (version du sur Internet Archive).
  6. Patrick Eveno, La presse, Humensis, (ISBN 978-2-13-080963-0, lire en ligne).
  7. Daniel Junqua, La presse, le citoyen et l'argent, Paris, Gallimard, coll. « Folio Le Monde actuel », , 351 p. (ISBN 978-2-07-041111-5, lire en ligne), p. 178.
  8. Estera Badau, « L’antibiorésistance à l’épreuve des discours de la presse agricole », Questions de communication, no 29,‎ , p. 67–85 (ISSN 1633-5961, DOI 10.4000/questionsdecommunication.10414, lire en ligne, consulté le ).
  9. « La France Agricole », sur Journaux.fr (consulté le ).
  10. « La presse agricole tente de contenir l'érosion de son lectorat », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Ivan Chupin et Pierre Mayance, « Au service de « La Profession »: Journalistes et communicants pris dans le secteur agricole », Politiques de communication, vol. N° 1, no 1,‎ , p. 241–268 (ISSN 2271-068X, DOI 10.3917/pdc.001.0241, lire en ligne, consulté le ).
  12. Gérard Le Puill, « Ne ruinons pas nos paysans avec de faux arguments - L'Humanité », sur humanite.fr, (consulté le ) : « Les exportations de l’Ukraine font chuter les cours en Europe ...Dans une note reproduite récemment par La France Agricole, l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM) indiquait que les prix ... ...En page 5 de La France Agricole du 8 décembre, on apprenait aussi que 700.000 tonnes de sucre en provenance de l’Ukraine allaient arriver sur le marché européen. ... ».

Liens externes[modifier | modifier le code]