Monoprix (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monoprix.
Monoprix
Image illustrative de l'article Monoprix (France)

Création 1932 (il y a 85 ans)
Dates clés 1997 : rachat de Prisunic Exploitation
Fondateurs Max Heilbronn
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan « Vivement aujourd'hui »
Siège social Drapeau de la France 14-16, rue Marc Bloch
92110 Clichy-la-Garenne Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Jean charles Naouri groupe casino (Président)
Actionnaires Groupe Casino 100 % depuis juillet 2013
Activité Commerce de détails, de vente en ligne et de proximité de produits alimentaires et non alimentaires
Filiales monop', monop'daily, monop'beauty, monop'station, Naturalia, Samada; Monshowroom.com
Effectif en augmentation 21000 collaborateurs (2015)
Site web [1] http://entreprise.monoprix.fr

Chiffre d’affaires en augmentation 5 milliards d'euros, franchises incluses (2015)
Magasin Monoprix dans l'ancien bâtiment du siège social de la société Félix Potin, Rue Réaumur, Paris
Magasin monop' de la rue de Rivoli à Paris

Monoprix est une entreprise française appartenant au secteur du commerce et de la distribution fondée en 1932. Elle fait partie à 100 % du groupe Casino depuis juillet 2013. Essentiellement implanté en centre-ville, Monoprix est à l’origine du retour des formats de proximité en France avec son enseigne « monop’ »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la crise des années 1930, c'est rue du Gros-Horloge, en plein centre de Rouen, le 29 octobre 1932 que Max Heilbronn futur dirigeant de la Résistance française et gendre de Théophile Bader, créateur des Galeries Lafayette, ouvre le premier magasin à prix unique, Monoprix. Les Rouennais le nommeront familièrement « Noma », contraction de « nouveau magasin ». Au même moment, les Nouvelles Galeries lancent Uniprix et les Magasins du Printemps créent Prisunic, tous sur le même créneau de magasins citadins à bas prix. Plus tard, Monoprix lance ses marques propres. La société rachète Uniprix en 1991 puis Prisunic en 1997[2] pour ne conserver que sa propre marque.

Dans les années 1990, Monoprix est la première enseigne généraliste à intégrer le développement durable dans sa stratégie avec le référencement de produits issus de l’agriculture biologique, la création de marques spécifiques telles que Monoprix Vert ou Monoprix Bio[3].

Dans les années 2000, face à la concurrence de la grande distribution, Monoprix fait le pari de monter en gamme[4].

En 2003, le format de restauration rapide monop’daily est créé[5]. Les monop'daily se déploient en parallèle d'autres formats d'hyper proximité comme monop'[6] et monop'beauty, le format spécialiste de la beauté[7].

En 2008, le Groupe rachète Naturalia[8], une enseigne spécialiste du bio et ouvre son site internet de vente de produits en ligne[9].

En juin 2012, le groupe Casino annonce son souhait de racheter les 50 % de parts détenues par le groupe Galeries Lafayette. Un accord permettra au groupe Casino d'en devenir l'actionnaire unique à 100 % à l'horizon d'octobre 2013[10]. La transaction doit toutefois recevoir l’accord de l’Autorité de la concurrence[11],[12].

Parallèlement Monoprix diversifie ses points vente et s’installe sur les lieux de flux : aires d’autoroutes, gares (monop’station), trains, aéroports[13].

En 2013, les supermarchés Inno (filiale de Monoprix) situés en France prennent l'enseigne Monoprix[14].

Identité[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

En 2010, Monoprix présente une identité visuelle radicale pour les produits de sa marque distributeur (à présent baptisée « Monoprix », et autrefois « M »), qui ne sont représentés que par un texte écrit en Helvetica capitales, sans image, composé avec des couleurs vives. Le texte, décrit le produit et y associe des phrases humoristiques[15].

En 2013, Monoprix a adopté un nouveau logotype ainsi qu’une nouvelle signature : « Vivement aujourd'hui ».

Positionnement[modifier | modifier le code]

L'enseigne Monoprix joue avec une image citadine, voire « d'épicerie fine parisienne »[16], en se positionnant sur la qualité, le choix, le service ainsi que sur l'innovation sur sa marque distributeur et le textile. Le magazine Challenges la décrivait donc en 2012 comme l'enseigne des « bobos urbains »[17].

Une étude de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir révélait, en 2014, que Monoprix était l'enseigne de supermarchés la plus chère de France[18]. La marge opérationnelle de l'enseigne est également plus élevée que celle de la grande distribution : elle était de 6,1 % en 2012 contre 2 % ailleurs. Ce positionnement est assumé par l'enseigne qui, comme l'expliquait en 2012 son président Stéphane Maquaire, « ne [se situe] pas sur la bataille du prix. Ce que nous voulons, c'est créer de la surprise au quotidien »[19],[20].

Monoprix se classe, avec Atac, à la dernière place du baromètre Ifop de l’image qualité/prix des grandes enseignes de supermarchés ou d’hypermarchés[21],[22].

En 2014, Monoprix lance la Gamme Ptit Prix, dénotant avec son positionnement.

Enseignes[modifier | modifier le code]

Le Groupe Monoprix compte 6 enseignes :

  • Monoprix : enseigne historique, Monoprix est présente dans 85% des villes de plus de 50 000 habitants. Alimentaire, textile, beauté et décoration.
  • monop’ : les magasins sont implantés dans les quartiers d’affaires et les zones résidentielles. Prêt à consommer, épicerie, produits frais. L'enseigne est créée en février 2005[23].
  • monop’daily : dédiés à la restauration rapide et à la consommation de produits frais.
  • monop’beauty : produits d’hygiène beauté et sélection de marques alternatives ou exclusives. La première boutique a ouvert le au no 28 rue des Abbesses à Paris[23].
  • monop’station : snacking, dépannage alimentaire et non-alimentaire.
  • Naturalia : épicierie bio, cosmétique naturelle et compléments alimentaires

Marques propres[modifier | modifier le code]

  • Alimentaire : Monoprix, Monoprix Bio, Monoprix Gourmet, monop’daily, Monoprix p'tit prix
  • Entretien : Monoprix, Monoprix Vert, Monoprix p'tit prix
  • Textile : Monoprix Femme, Monoprix Homme, Monoprix Kids, Bout’chou, Bout'chou Bio, Monoprix fit’
  • Beauté : monop’make up, Monoprix Bio

Implantation[modifier | modifier le code]

Présente dans 85 % des agglomérations de plus de 50.000 habitants, Monoprix cible les rues les plus commerçantes des centre-ville[17]. Monoprix est implanté dans plus de 250 villes en France[24] et compte 100 points de vente (Tunisie, Liban, Libye, Qatar, Luxembourg…)[25]. L'entreprise se développe sur les lieux de flux comme les gares, les trains, les aires d’autoroute et les aéroports[26]. À la suite du rachat de Monoprix par le groupe Casino en 2013, l’Autorité de la concurrence (ADLC) a identifié des « zones de chalandises problématiques » et a contraint Monoprix à céder certains de ses magasins monop’ en région parisienne[27].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le , l'UFC Que choisir dénonce la présence du conservateur allergène methylisothiazolinone dans un produit de la marque « Monoprix », une crème de douche présenté comme qui « lave en douceur ». Elle déconseille particulièrement l'utilisation de ce produit aux enfants, adolescents, et femmes enceintes[28],[29].

En 2017, dans le cadre du scandale des œufs contaminés au fipronil, le Ministère de l'Agriculture publie une liste dans laquelle Monoprix apparait comme l'un des distributeurs de produits à bases d’œufs contaminés[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le grand retour des magasins de proximité sur lesechos.fr, 01/02/09
  2. Pourquoi Monoprix a racheté Prisunic - lsa-conso.fr, 16 octobre 1997
  3. http://courses.monoprix.fr/magasin-en-ligne/alimentation-biologique.html
  4. Chez Monoprix, plus c’est cher, mieux ça marche - Gilles Tanguy, Capital, 30 janvier 2008
  5. Les cinq projets de proximité dans les cartons - Linéaires, 1er décembre 2003
  6. Monop' surveille de près la consommation des citadins - La Croix, 9 novembre 2015
  7. Beauty Monop décloisonne l'Hygiène-Beauté - e-marketing.fr, 1er décembre 2005
  8. Monoprix avale Naturalia - L'Express, 4 juillet 2008
  9. Monoprix ouvre sa boutique en ligne - 01net, 12 septembre 2008
  10. Monoprix: Casino rachète la part des Galeries Lafayette - Ivan Letessier, Le Figaro, 29 juin 2012
  11. Monoprix : les grévistes regonflés - L'Humanité, 30 juillet 2012
  12. « Doutes sérieux » sur le rachat de Monoprix par Casino - Libération/AFP, 13 mars 2013
  13. Restauration à bord : Paul et Daily Monop' débarquent dans les wagons bar de la SNCF - Challenges/AFP, 21 octobre 2013
  14. Inno : l’enseigne a disparu sans tambour ni trompettes - Linéaires, 10 avril 2013
  15. Du pop art pour Monoprix - Camille Neveux, Le Journal du dimanche, 13 novembre 2010
  16. Sceaux : c'est le supermarché le plus cher de France sur leparisien.fr du 1er mars 2014
  17. a et b Comment Monoprix fait craquer les bobos sur challenges.fr du 25 mai 2012
  18. Un écart de prix de 40 % entre supermarchés en France sur lefigaro.fr du 1er mars 2014
  19. La France accuse d'importants écarts de prix entre ses supermarchés sur latribune.fr du 25 février 2014
  20. Monoprix: du magasin populaire à l'enseigne des citadins branchés sur leparisien.fr du 30 octobre 2012
  21. Baromètre de l’image qualité/prix des grandes enseignes de supermarchés ou d’hypermarchés sur ifop.com
  22. L’image qualité/prix des différentes enseignes de supermarchés sur ifop.com
  23. a et b Beauty Monop : Le magasin de beauté de quartier. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 2 novembre 2014.
  24. Monoprix a ouvert 23 magasins franchisés en 2013 sur Franchise-magasine.com du 8 juillet 2014
  25. Monoprix se développe en franchise à l'international sur Franchise-magasine.com du 10 mars 2014
  26. Monoprix débarque sur les autoroutes sur 20minutes.fr du 9 juillet 2012
  27. http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2122
  28. « L’UFC-Que Choisir met en garde contre 1 000 produits cosmétiques, dont 23 « hors la loi » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  29. « Ingrédients indésirables dans les cosmétiques – Trois familles à bannir des rayons », UFC Que Choisir,‎ (lire en ligne).
  30. Antoine Garbay et Eric de La Chesnais, « Œufs contaminés: une première liste de produits concernés rendue publique », sur lefigaro.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton, Monoprix : au cœur de la vie-ville, Le Cherche-Midi, Paris, 2003, 155 p. (ISBN 2-74910-163-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]