Alien: Covenant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alien et Covenant.
Alien: Covenant
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Réalisation Ridley Scott
Scénario Michael Green
John Logan
Jack Paglen
Acteurs principaux
Sociétés de production Brandywine Productions
Scott Free Productions
TSG Entertainment (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre science-fiction
Durée 122 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Alien: Covenant est un film de science-fiction américano-britannique réalisé et co-produit par Ridley Scott, sorti en 2017.

Il s'agit du sixième film de l'univers d'Alien et du troisième réalisé par Ridley Scott. Il s'agit d'une suite directe à Prometheus (2012), ainsi que d'une préquelle du film Alien (1979). Le film met en vedette Michael Fassbender, Katherine Waterston, Billy Crudup, Danny McBride et Demián Bichir dans les rôles principaux. L'action se déroule au début du XXIIe siècle, dix ans après la disparition du Prometheus.

Alien: Covenant marque le retour du xénomorphe au cinéma qui avait effectué sa dernière apparition en 2008 dans Aliens vs. Predator: Requiem et dans la saga Alien dans Alien, la résurrection en 1997. Le film raconte les origines du xénomorphe tout en introduisant une nouvelle espèce extraterrestre, le néomorphe.

Alien: Covenant a reçu un accueil positif de la part des critiques presse mais a été décrié par les fans de la saga, qui réitèrent au film les mêmes reproches qu'à Prometheus.

Après une sortie en demie-teinte aux États-Unis, le film a peiné à attirer le public, puisqu'il n'a cumulé, jusqu'au , que 74 262 031 $ de recettes, ce qui en fait un échec commercial sur le territoire américain. Son échec est dû à son budget de 97 000 000 $ et du fait que le film n'a pas réussi à convaincre le public, en particulier les fans de la franchise.

En France, après huit semaines d'exploitation, le film finit son exploitation à 1 251 241 entrées, ce qui en fait le pire résultat de la franchise dans ce pays.

Au box-office mondial, le film rapporte au , 236 592 058 $ de recettes, ce qui lui permet de se classer à la deuxième place des meilleures recettes de la saga Alien.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Durant la préparation de la mission Prometheus, Peter Weyland ordonne à un androïde de prendre part à la mission. Weyland se présente comme le « créateur » de l'être synthétique et lui explique que cette mission a pour but de connaitre les créateurs des humains. Weyland demande ensuite à l’androïde de se choisir lui-même un prénom. Après avoir contemplé la célébrissime statue de Michel-Ange, il choisit alors « David ».

Des années plus tard, en 2104, l'USCSS Covenant est un vaisseau spatial de la société Weyland-Yutani[1]. À son bord, un équipage d'une quinzaine de membres (dont un androïde bâti sur le même modèle que David, Walter) qui transporte plus de 2 000 colons en hibernation et 1140 embryons humains. Le vaisseau vole vers Origae-6, une planète située à l'autre bout de la galaxie, pour y implanter une colonie. Après une éruption stellaire voisine, une importante avarie tue plusieurs personnes, dont le capitaine Jacob Branson. En réparant leur vaisseau, l'équipage reçoit un message mystérieux provenant d'une planète inconnue. Cette planète, plus proche que la destination initiale du Covenant, présente aussi des conditions plus propices à l'installation d'une colonie. Contre l'avis du premier officier et veuve de Branson, Daniels, le capitaine en second, Oram, décide de changer le plan de route du Covenant et d'aller enquêter sur cette nouvelle planète.

Arrivés sur place, une équipe composée d'une dizaine de personnes est envoyée en reconnaissance sur la planète tandis que le vaisseau reste en orbite avec les trois derniers membres d'équipage. Ils finissent par localiser la source du message : l'épave d'un vaisseau d'origine inconnue, dernier vestige de l'expédition Prometheus survenue dix ans plus tôt[2],[3], et découvrent que la voix du message était celle du docteur Shaw, qui a envoyé le message. Dans le même temps, à l'insu de tous, deux membres de l'équipage sont infectés par un spore extra-terrestre et commencent à être pris de convulsions. L'un d'eux, Ledward, est ramené d'urgence à la navette pour être examiné, mais meurt rapidement lorsqu'une créature cauchemardesque s'extirpe de sa moelle épinière. Très agressive, celle-ci s'en prend ensuite au docteur Oram, la femme du commandant. En essayant d'abattre la créature, Faris, la pilote, tire par accident sur les réservoirs de carburant de la navette qui s'enflamment aussitôt. Les deux femmes périssent dans l'explosion tandis que la créature arrive de justesse à s'enfuir et qu'une autre créature s'extirpe du corps du second membre infecté. Peu après, les deux créatures, les Néomorphes, attaquent le groupe et un autre membre est tué, Walter y laissant sa main gauche en protégeant Daniels. Ils sont sauvés par un homme encapuchonné qui se révèle être l'androïde David, unique survivant du Prometheus.

David les conduit jusqu'à une gigantesque nécropole où il s'est établi. Il leur raconte comment il a survécu seul sur la planète pendant dix ans après que le docteur Elisabeth Shaw, seule autre rescapée du Prometheus, soit morte dans le crash. Il est révélé également que celle-ci avait reconstruit l'androïde suite au désastre de la mission, et que celui-ci l'aimait profondément. Un flash-back montre alors que David a tué la population de la ville (qui est devenue depuis une nécropole) à l'aide du pathogène noir trouvé sur LV-223, et exterminé ainsi toute forme de vie à la surface de la planète. Autrefois peuplée d'Ingénieurs et d'animaux, celle-ci n'abrite désormais plus que les créatures hostiles nées de la fusion du pathogène avec l'environnement et responsables de la décimation de l'équipage, Alors que ces derniers essaient désespérément de rétablir le contact avec le Covenant, un de leur membre, Rosenthal, est tuée par un Néomorphe ayant réussi à s'introduire dans la nécropole. La créature est abattue par Oram malgré les protestations de David qui semble avoir une grande influence sur elle. Perplexe, le capitaine demande des explications à l'androïde.

David fait visiter à Oram ce qui ressemble à l'atelier d’expérimentations biologiques des Ingénieurs. Le robot explique qu'il s’était mis à étudier seul les différentes mutations du pathogène tout en développant un certain mépris pour les humains et une fascination pour les créatures extraterrestres. David montre à Oram les différentes mutations de créatures, expliquant qu'il a essayé de comprendre celles-ci au point d'en développer génétiquement de nouvelles versions, jusqu'à une expérience qui attendait un dernier élément pour être complète. Oram suit ensuite David dans une salle contenant plusieurs œufs et, sur ses instructions, s'approche de l'un d'entre eux de telle sorte que celui-ci s'ouvre et qu'un Facehugger en émerge, s'accrochant au visage d'Oram. Oram se réveille quelques minutes plus tard sous le regard de David, et un Xénomorphe émerge de sa cage thoracique.

Alors qu'une navette de secours est en route après avoir capté leur signal, le groupe dans la nécropole est attaqué par les monstres. Le Xénomorphe, qui a grandi très rapidement, tue Cole, un des soldats, tandis que le sergent Lope, chef de la sécurité, est assailli par un Facehugger qui s'accroche à son visage et le brûle en l'aspergeant de sang acide. Daniels comprend que Shaw n'est pas morte suite au crash du vaisseau comme le prétendait David, mais qu'elle a servi de cobaye à ses sinistres expériences. Elle est attaquée par David mais est sauvée in extremis par Walter, qui désapprouve les méthodes de son modèle. L'androïde laisse ensuite le choix à son semblable : « servir au Paradis, ou régner en Enfer »[4]. Les deux robots se battent. Daniels aide Lope à sortir de la nécropole ; ils sont rejoints au dehors par Tennessee, pilote du Covenant venu à leur secours, ainsi que Walter qui émerge victorieux de son combat contre David. Alors que le groupe embarque à bord d'une plateforme volante, le Xénomorphe les rattrape et menace de faire s'écraser l'appareil. Daniels engage un combat dans les airs avec le monstre, avant de le mettre définitivement hors d'état de nuire en le broyant avec la pince géante de la grue de bord.

Ayant regagné le Covenant, les survivants décident de quitter la planète et de mettre le cap sur leur destination initiale, Origae-6. Mais bientôt, un autre Xénomorphe s'extirpe du corps inconscient de Lope et tue les deux officiers de bord Ricks et Upworth pendant qu'ils s'ébattaient sous la douche. Guidés à distance par Walter, Daniels et Tennessee parviennent à attirer le monstre dans le hangar du vaisseau et réussissent à le tuer en le propulsant dans l'espace.

Débarrassés de l'extraterrestre, Walter aide Daniels et Tennessee, les deux derniers membres humains rescapés de l'équipage, à se mettre en hyper-sommeil. Au moment où elle retourne dans son caisson, Daniels réalise avec horreur que le robot n'est autre que David, qui a usurpé l'identité de son jumeau en s'étant sectionné une main, mais est précipitamment plongée en hibernation avant d'avoir pu tenter quoi que ce soit. Ayant pris les commandes du vaisseau, David introduit avec un large sourire deux embryons de Facehuggers dans la chambre froide contenant les embryons humains, et s'apprête à poursuivre ses expériences. Il émet un rapport radio annonçant que le Covenant a subi une violente éruption stellaire, qu'il n'y a plus que deux membres d'équipage survivants, que l'ensemble des colons sont sains et saufs, et que le vaisseau continue vers sa destination programmée. Il masque ainsi tous les événements qui viennent d'avoir lieu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[6]ou sur AlloDoublage[7]  ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[8]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En , le réalisateur Ridley Scott déclare que Prometheus laisse de nombreuses questions sans réponse et qu'une suite serait utile[9],[10]. En juin 2012, le co-scénariste de Prometheus Damon Lindelof, ajoute que les éléments non résolus du film pourraient donner lieu à une suite, même si le projet n'est pas garanti[11]. Ridley Scott rapporte ensuite que le scénario pourrait se focaliser sur la prochaine destination d'Elizabeth Shaw (incarnée par Noomi Rapace dans Prometheus). Il explique que ce film pourrait faire le lien entre Prometheus et Alien[12]. De son côté, Damon Lindelof remet finalement en doute sa participation au projet[13].

En , la Fox officialise cette suite avec Ridley Scott comme réalisateur et avec le retour des acteurs Noomi Rapace et Michael Fassbender. La sortie du film est alors envisagée pour 2014[14]. En décembre 2012, Damon Lindelof révèle qu'il ne revient pas comme scénariste, préférant se consacrer à d'autres projets[15]. En juin 2013, Jack Paglen entre en négociations pour écrire le film[16]. En octobre 2013, Ridley Scott révèle que le script est achevé[17],[18]. Cependant, en mars 2014, Michael Green procède à des réécritures du script de Jack Paglen. Le tournage est alors prévu pour 2014, pour une sortie le [19],[20]. En septembre 2014, il est révélé qu'il n'y aura pas d'alien xénomorphe dans le film[21].

En août 2015, il est confirmé que cette suite se fera avant le projet de 5e film Alien de Neill Blomkamp, selon les souhaits de Ridley Scott[22]. En septembre 2014, Ridley Scott confirme que le film s’intitulera Alien: Paradise Lost[23], avant d'être finalement renommé Alien: Covenant deux mois plus tard. Le début du tournage est alors annoncé pour février 2016 en Australie[24]. En décembre 2015, Ridley Scott révèle que les xénomorphes seront finalement présents avec leurs « dérivés » : « œufs, face-hugger, chest-burster »[25]. Ridley Scott expliquera plus tard en interview qu'initialement il ne voulait pas le xénomorphe original du premier Alien apparaisse dans Alien: Covenant. Il explique avoir changé d'avis suite à des critiques de fans après Prometheus : « Elles sont montées d’un coup, et elles nous ont permis de comprendre que les fans étaient vraiment frustrés. Ils voulaient voir davantage la créature originale, et moi je pensais qu’elle était définitivement cuite, avec une orange dans la bouche. Alors je me suis dit : “Wow, d’accord, j’avais tort”. Étrangement, les fans, même si ce ne sont pas eux qui ont le dernier mot, reflètent les doutes que vous pouvez avoir sur quelque chose, et vous réalisez que vous aviez tort ou raison. (…) Je pense qu’on n’est pas raisonnable si on ne prend pas en compte leurs réactions[26]. »

La première bande annonce est dévoilée le sur la plateforme YouTube, et a fait près d'un million de vues dans ses premières heures de diffusion[27]. Une deuxième bande-annonce est mise en ligne le et se hisse rapidement dans les tendances YouTube.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Noomi Rapace devait initialement reprendre son rôle de Prometheus, Elizabeth Shaw[28]. Finalement, c'est un autre personnage féminin principal qui est créé pour la suite. Le rôle de Daniels devait être jouée par Rebecca Ferguson[29] mais c'est l'actrice anglaise Katherine Waterston qui est confirmée dans le rôle en décembre 2015[30].

En février 2016, l'acteur mexicain Demián Bichir rejoint la distribution[31], suivi quelques jours plus tard par Jussie Smollett[32]. En décembre 2015, James Franco est confirmé au casting, il incarne l’époux de Katherine Waterston[33].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le à Milford Sound en Nouvelle-Zélande[34],[35],[36],[37]. Il se déroule également en Australie, notamment dans les Fox Studios de Sydney[38]. Il s'achève le [39].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Alien: Covenant
Bande originale de Jed Kurzel
Sortie [40]
Genre Musique de film
Compositeur Jed Kurzel
Label Milan Records[40]

Bandes originales de Alien

La musique du film devait initialement être composée par Harry Gregson-Williams, qui avait déjà collaboré avec Ridley Scott pour Kingdom of Heaven (2005) et Seul sur Mars (2015). En novembre 2016, il explique son départ du projet par des divergences artistiques[41]. En décembre 2016, il est annoncé que Jed Kurzel remplace Harry Gregson-Williams[42].

Outre les compositions de Jed Kurzel, on peut entendre un extrait de L'Entrée des dieux au Walhalla tiré de l'opéra L'Or du Rhin de Richard Wagner. Jed Kurzel a également repris le thème principal d'Alien composé par Jerry Goldsmith, ainsi que le thème principal de Prometheus composé par Marc Streitenfeld[43].

Liste des titres
  1. Incubation
  2. The Covenant
  3. Neutrino Burst
  4. A Cabin on the Lake
  5. Sails
  6. Planet 4 / Main Theme
  7. Launcher Landing
  8. Wheat Field
  9. Spores
  10. The Med Bay
  11. Grass Attack
  12. Dead Civilization
  13. Survivors
  14. Payload Deployment
  15. Command Override
  16. Face Hugger
  17. Chest Burster
  18. Lonely Perfection
  19. Cargo Lift
  20. Bring It to My Turf
  21. Terraforming Bay
  22. Alien Covenant Theme

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement positives. Sur Rotten Tomatoes, il obtient 76% d'opinions favorables pour 55 critiques, et une note de 6.3/10[44]. Sur Metacritic, les critiques lui attribue une évaluation normalisée, lui donnant donc une note de 66/100, basée sur 16 critiques, indiquant des « critiques généralement positives »[45]. Sur Allociné, le film obtient une note de 3,2/5, basée sur 29 critiques presse[46].

Critiques positives[modifier | modifier le code]

  • Télérama : « TT A la différence de Prometheus, très contemplatif et un brin confus dans sa narration, ce nouvel avatar se veut ludique, sans perdre en noirceur. »[47].
  • Le Figaro : « Ridley Scott refonde la mythologie Alien sur de toutes nouvelles bases, celles de Prometheus. Mais cette fois, il veut franchement terrifier le spectateur. »[48].
  • 20 minutes : « Cette nouvelle apparition de la créature donne envie de partager de nouveau très vite ces repas au cinéma. »[49].
  • aVoir-aLire.com : « Ridley Scott n'a pas perdu de sa superbe pour filmer beau et inoculer le virus de la peur. Il le fait avec brio, élevant ce numéro, aussi défectueux soit-il, parmi les meilleurs épisodes de la saga Alien. »[50].
  • Écran Large : « Alien: Covenant joue simultanément la carte du film d'exploitation régressif et enragé, tout en ménageant de passionnantes pistes symboliques. Il gagne sur les deux tableaux. »[51].
  • Le Point : « Lui-même forcément titillé par le sujet, Ridley Scott fait d'Alien: Covenant un cauchemar glaçant qui assume jusqu'au bout sa hantise de la mort et du néant. »[52].
  • Première : « Hybride et monstrueux, Covenant est une belle leçon d'art. Prenez des notes. »[53].
  • Télé 2 semaines : « Les fans de la saga culte Alien, et tout simplement d'Alien, le huitième passager, en auront pour leur argent. Car Ridley Scott, passé maître dans l'art de mélanger épouvante et science-fiction, réalise un retour aux sources habile, en restituant dans de nombreuses séquences le stress viscéral du premier opus. »[54].

Critiques mitigées[modifier | modifier le code]

  • LCI : « Alien : Covenant n'est clairement pas un chef d'œuvre. Mais pas non plus le nanar qu'on pouvait craindre. De bout en bout, on sent Ridley Scott tiraillé entre son envie d'inscrire son film dans une mythologie plus grande que le film de genre et la nécessité d'en donner pour son argent au spectateur du samedi soir. »[55].
  • Le Monde : « Le film de Ridley Scott vaut plus pour l'effroi qu'il suscite que pour son habillage culturel. »[56].
  • Le Parisien : « Cette suite de Prometheus laisse un sentiment partagé avec des explications un peu trop pseudo-philosophiques sur les origines et l'avenir de l'homme et sur la création de l'alien. Mais il ne faut pas bouder son plaisir : Ridley Scott n'a pas perdu la main (...). »[57].
  • Les Inrockuptibles : « Mais si le film laisse son empreinte, c’est parce qu’il croit tout de même à son casting avec une ferveur qui manquait cruellement à Prometheus (…) et mène le bouquet final à des hauteurs dramatiques et spectaculaires assez inattendues. »[58].
  • Paris Match : « Ce Alien: Covenant a une qualité rare pour un blockbuster de 2017 : il ne ressemble pas aux autres films qui occuperont l'espace cet été, beaucoup plus lisses dans le discours et la représentation. »[59].

Critiques négatives[modifier | modifier le code]

  • Critikat.com : « C'est le problème de vouloir tout révéler : la franchise Alien semble désormais n'avoir plus aucun secret. »[60]
  • Filmsactu : « Alors que l'on attendait un retour en grâce de Ridley Scott, Alien: Covenant se révèle une déception absolue. Oui Alien: Covenant est certainement le pire film de mythologie Alien. Au secours Ridley. »[61]
  • Libération : « [...] une apostasie cinématographique, voire un saccage : une explication de texte terriblement pesante et faussement emberlificotée du codex [...], conçue pour éclairer la moindre zone d'ombre et dissoudre jusqu'aux derniers soubresauts de désir à l'endroit de son univers fragile, à tout jamais. »[62]
  • Science et Avenir : « Après Prometheus, le réalisateur britannique Ridley Scott met en scène un nouvel Alien. Décevant et terriblement balisé. »[63]
  • Challenges : « Les temps ont changé, on mise sur l'efficacité et la netteté des effets spéciaux numériques pour perdre en profondeur et en complexité. Finalement, cet Alien nouvelle génération s'avère terriblement laborieux et tellement moins moderne et visionnaire que son modèle original que la jouissance provoquée par ses retrouvailles ne sera que très furtive... »[64]
  • L'Express : « Ridley Scott est aux manettes d'Alien. Covenant, la suite de Prometheus. Mais le réalisateur n'y est pas allé franco dans l'horreur, et le film déçoit. »[65]
  • France info :"Avec "Alien : Covenant", Ridley Scott veut renforcer le mythe mais se perd (...)"[66]

Box-office[modifier | modifier le code]

En France, le film a attiré 2 805 spectateurs dans 28 salles lors de sa première séance sur le périphérique parisien[67]. À la fin de sa première journée en France, le film a attiré au total 143 229 spectateurs et bat donc son prédécesseur Prometheus, qui avait réuni 139 229 spectateurs lors de sa première journée de projection en salles[68]. Le film a attiré un total de 675 785 spectateurs lors de sa première semaine d'exploitation[69]. Il ne réussira pas à battre le record de son prédécesseur Prometheus, qui avait attiré 812 356 spectateurs lors de sa première semaine d'exploitation[70]. Sa fréquentation baissera de 60% la semaine suivante, en attirant 269 712 spectateurs pour un total de 945 497 spectateurs[71]. La semaine suivante, il franchit le million d'entrées au bout de 3 semaines d'exploitation en France, en attirant 147 416 spectateurs pour un total de 1 092 913 spectateurs[72].

Aux États-Unis, le film a rapporté 4 millions de dollars lors de sa première séance pour un total de 15 millions de dollars à la fin de sa première journée d'exploitation[73]. Lors de son premier week-end aux États-Unis, il a rapporté 31 millions de dollars de recettes et se place de justesse à la première place du classement en battant Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2[74]. Cependant, il n'a pas réussi à faire mieux que son prédécesseur Prometheus, qui avait rapporté 51 millions de dollars lors de son premier week-end en Amérique du Nord[74]. Le week-end suivant, sa fréquentation lourdement chuté de 70,8% par rapport au week-end précédent, à cause d'un bouche à oreille désastreux de la part du public[75]. Il a cumulé 10 millions de dollars pour un total de 57 millions de dollars de recettes[76].

À l'étranger, le film a récolté 40 millions de dollars de recettes internationales lors de son premier week-end d'exploitation[77]. Alien: Covenant a fait de bons démarrages Corée du Sud ($7.2 millions), au Royaume-Uni ($6.4 millions), en France ($4.5 millions), en Australie ($3.1 millions) et au Mexique ($2.5 millions)[78]. En Chine, le film est sorti le et a rapporté 29 millions de dollars de recettes lors de son premier week-end. Ce démarrage au box-office chinois permet au film de totaliser 140 millions de dollars de recettes internationales cumulées aux 72 millions de dollars de recettes nord-américaines pour un total de 213 millions de dollars de recettes mondiales un mois après sa sortie[79]. Alien: Covenant cumule à ce jour 233 millions de dollars de recettes mondiales, contre un budget de production estimé à 97 millions de dollars[80].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 74 262 031 $[80] 15
Drapeau de la France France 1 251 241 entrées[81] 8
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 45 963 187 $[82] 6
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 16 858 551 $[83] 13
Drapeau du Japon Japon à venir en cours -
Monde Monde 236 592 058 $[80] en cours 19

Commentaires[modifier | modifier le code]

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Le nom de l'androïde, Walter, joue sur un effet de miroir avec celui de David commençant par D, quatrième lettre de l'alphabet. Étant son double, le nouvel androïde utilise W, quatrième lettre de l'alphabet en partant de la fin. Chaque androïde de la saga est nommé dans l'ordre de l'alphabet : Ash dans Alien, le huitième passager, Bishop dans Aliens, le retour, Call dans Alien, la résurrection, David dans Prometheus et Elden dans la série de comics Fire and Stone (en). Par ailleurs, Les noms David et Walter sont des clins d’œil à David Giler et Walter Hill, qui sont impliqués dans la franchise depuis le tout premier film[84].

Un spectateur féru d'art graphique pourra remarquer les dessins originaux de H. R. Giger, le créateur du xénomorphe, parmi les documents du « laboratoire » de David dans la nécropole, ainsi que le lieu où se trouve la pierre tombale de Shaw dans cette même nécropole, qui est une transposition à peine modifiée du tableau L'île des morts, par Arnold Böcklin.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Suites[modifier | modifier le code]

En , Ridley Scott confirme que Alien: Covenant est le premier de trois films supplémentaires de la série de préquelles à Alien, le huitième passager (1979)[85]. Il explique vouloir réaliser lui-même les deux autres films[86]. Le réalisateur explique que les suites de Prometheus révéleront qui a créé les xénomorphes[87]. La production du troisième opus préquelle doit commencer en 2018[88]. Ridley Scott a déclaré que ce troisième film s'intitulera Alien: Awakening et se déroulera chronologiquement entre les événements de Prometheus et Alien: Covenant[89]. Ce dernier révélera le sort de l'androïde David et d'Elizabeth Shaw, une fois leur arrivée sur la planète des ingénieurs (future destination du vaisseau Covenant) et éclaircira de nombreuses zones d'ombre de Alien: Covenant.

En mars 2017, peu de temps avant la sortie de Alien: Covenant, Ridley Scott déclare en entrevue que davantage de films pourraient ensuite voir le jour : « Si celui-ci [Alien: Covenant] connaît du succès, puis le prochain, alors, c’est certain qu’il y aura trois films de plus[90]. » Dans une entrevue, Ridley Scott a annoncé que les ingénieurs seront présents dans le prochain film[91].

20th Century Fox a annoncé vouloir « réévaluer » la saga Alien après les mauvaises réactions des fans de la franchise envers Alien: Covenant et l'échec du film au box-office[92].

Dans un article intitulé : « la saga Alien est elle morte ? » Le site écran large revient sur les raisons profondes du désintérêt croissant des spectateurs pour la franchise. Il pointe notamment [93]:

- Une promotion confuse de la part du studio la Fox.

- Le manque de maîtrise des deux préquels dans l'esprit du réalisateur et des scénaristes.

- L'abandon de nombreux concept arts qui révèlent des éléments qui répondaient aux principales questions posées par beaucoup de spectateurs.

- La fragilité issue de la réécriture du script originel de Prometheus. Le premier scénario de Jon Spaihts, proposait une écriture ou les Ingénieurs projetaient d'annihiler l'humanité avec une armée de facehuggers et se raccrochait au fameux Space Jokey du film original d'Alien. Ridley Scot, désireux d'étudier le sujet de la création au travers du personnage de David, a fait réécrire le film au service de cette nouvelle ambition, créant une impression profonde d'incohérence par rapport à l'univers précédent, avec notamment l'introduction de thématiques religieuses absentes de tous les précédents opus de la saga.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alien Covenant : première photo dévoilée », sur ActuCiné, (consulté le 27 avril 2016)
  2. Alien: Covenant sur Allociné
  3. (en) « Alien Covenant se déroulera 10 ans après Prometheus », sur Allociné, (consulté le 15 avril 2016).
  4. Le Paradis perdu (John Milton)
  5. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  6. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, (consulté le 13 juin 2017) [dernière m-à-j].
  7. « Deuxième fiche du doublage français du film »,
  8. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le 13 juin 2017)
  9. (en) Dave Trumbore, « WonderCon 2012: Prometheus Panel Recap Featuring Sir Ridley Scott and Damon Lindelof » [archive du ], Collider.com, (consulté le 18 mars 2012)
  10. (en) Borys Kit, « WonderCon 2012: Ridley Scott Talks 'Prometheus' As Extended Trailer Debuts (Video) », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Todd Gilchrist, « 'Prometheus' Writer Damon Lindelof on Rumored Sequel 'Paradise' and Whether He's the Man to Write It », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Scott, Ridley, « Sir Ridley Scott, 01 June 12 », BBC Online, (consulté le 17 juin 2012) : « Yeah, it's not the same planet at all. No. If there was a sequel to this, which there might be if the film is successful, there'll be two more of these before you even get to Alien 1. »
  13. (en) Adam Chitwood, « Prometheus Sequel Recap: What We Know About the Possible Follow-Up So Far »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Collider.com, (consulté le 12 juin 2012)
  14. (en) Pamela McClintock, « Summer's Studio Smackdown: From 'Men in Black 3' to 'Prometheus,' Which Franchises Will Get Another Chapter », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media, (consulté le 1er août 2012)
  15. (en) Steve Weintraub, « Exclusive: Damon Lindelof Is Not Writing the Prometheus Sequel; Explains Why », Collider.com, (consulté le 20 décembre 2012)
  16. (en) Justin Kroll, « ‘Prometheus’ Sequel Moving Forward at Fox », Variety, PMC, (consulté le 19 juin 2013)
  17. (en) Ann Lee, « Ridley Scott confirms Prometheus 2 is still on the way », Metro, dmg media,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Hugh Armitage, « 'Prometheus 2' script is finished, says Ridley Scott », Digital Spy, Hearst Corporation, (consulté le 30 octobre 2013)
  19. (en) Jeff Sneider, « ‘Prometheus 2' Lands ‘Green Lantern’ Writer; May Feature Multiple Michael Fassbenders (Exclusive) », The Wrap,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Adam Chitwood, « Ridley Scott To Next Direct Prometheus Sequel For March 4, 2016 Release; Filming Begins This Fall », Collider.com, (consulté le 24 mars 2014)
  21. (en) Ben Falk, « Ridley Scott Updates Us On Prometheus 2 And Blade Runner Sequel », yahoo.com,‎ (lire en ligne)
  22. « Alien 5 aura du retard à cause de... Prometheus 2 », bloody-disgusting.com, (consulté le 15 avril 2014)
  23. (en) Angie Han, « Ridley Scott Announces New ‘Prometheus 2′ Title », sur /Film (consulté le 24 septembre 2015)
  24. (en) Rodrigo Perez, « Ridley Scott Says 'Alien: Paradise Lost' Will Now Be Called ‘Alien: Covenant’ », indiewire.com,‎ (lire en ligne)
  25. (en) Steve Pond, « Ridley Scott Talks Humor in ‘The Martian,’ Dishes on ‘Alien’ Prequels », thewrap.com,‎ (lire en ligne)
  26. « Alien Covenant : comment Ridley Scott a décidé de faire revenir la créature », sur Allociné, (consulté le 11 mai 2017)
  27. (en) « Katherine Waterston, Michael Fassbender appear in first 'Alien: Covenant' trailer », UPI,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « Alien Covenant : Noomi Rapace ne revient finalement pas dans la suite de Prometheus », sur Allociné, (consulté le 15 avril 2016).
  29. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-208314/secrets-tournage/
  30. (en) « Alien Covenant : la suite de Prometheus a trouvé son héroïne ! », sur Allociné, (consulté le 15 avril 2016).
  31. (en) « Alien : un Salopard de Tarantino à bord du Covenant », sur Allociné, (consulté le 15 avril 2016).
  32. (en) « Alien Covenant : la star de la série Empire au casting ! », sur Allociné, (consulté le 15 avril 2016).
  33. Eklecty-City - James Franco au casting de Alien Covenant
  34. (en) « On the Set for 4/8/16: Ridley Scott & Michael Fassbender Start ‘Alien: Covenant’, Benedict Cumberbatch Wraps ‘Doctor Strange’ », SSN Insider, (consulté le 9 avril 2016)
  35. (en) « ‘Alien: Covenant’ Images And Spoilers Reveal Ridley Scott’s Connection To ‘Prometheus’ », The Inquisitr News, (consulté le 9 avril 2016)
  36. (en) « Alien lands in Milford? », Stuff, (consulté le 9 avril 2016)
  37. (en) Sophia Smith, « Alien: Covenant or Prometheus 2 Plot Spoilers: Movie Now Filming; Set 10 Years After Prometheus? », (consulté le 9 avril 2016)
  38. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  39. « Alien : Covenant fête la fin de son tournage avec une photo », sur Allociné, (consulté le 20 juillet 2016)
  40. a et b (en) « Alien: Covenant », sur Soundtrack.net (consulté le 11 mai 2017).
  41. (en) Corporal Hicks, « Harry Gregson-Williams No Longer Scoring Alien: Covenant »
  42. « Jed Kurzel to Score Ridley Scott’s ‘Alien: Covenant’ | Film Music Reporter » (consulté le 30 décembre 2016)
  43. "Jed Kurzel Full Score For Ridley Scott's Sci-Fi Horror Film "Alien: Covenant"" sur Youtube
  44. (en) « Alien: Covenant (2017) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 11 mai 2017)
  45. (en) « Alien: Covenant reviews », sur Metacritic (consulté le 11 mai 2017)
  46. « Critiques presse pour le film Alien: Covenant », sur Allociné (consulté le 11 mai 2017)
  47. « Alien : Covenant ! », sur Télérama.fr, (consulté le 20 mai 2017)
  48. « Alien : Covenant, sanglant et réussi ! », sur Le Figaro, (consulté le 13 mai 2017)
  49. « Comment «Alien: Covenant» rajeunit une créature qui fêtera bientôt ses 40 ans », sur 20 Minutes, (consulté le 13 mai 2017)
  50. « Alien Covenant - la critique du film », sur aVoir-aLire.com, (consulté le 13 mai 2017)
  51. « Alien : Covenant : La critique que personne n'entendra crier », sur Écran Large, (consulté le 13 mai 2017)
  52. « Alien Covenant : quand Ridley Scott se prend pour Dieu », sur Le Point, (consulté le 13 mai 2017)
  53. « Alien Covenant : la leçon d'art de Ridley Scott », sur Première, (consulté le 13 mai 2017)
  54. « Alien Covenant de Ridley Scott : mission réussit pour ce nouvel opus de la saga Alien ? », sur Télé 2 semaines, (consulté le 13 mai 2017)
  55. « Ni chef d'œuvre, ni nanar, cet "Alien : Covenant" ne fait pas injure à la saga », sur LCI, (consulté le 13 mai 2017)
  56. « « Alien : Covenant » : sous le vernis verbeux, la bave du monstre », sur Le Monde, (consulté le 13 mai 2017)
  57. « «Alien Covenant» : terreur dans l'espace *** », sur Le Parisien, (consulté le 13 mai 2017)
  58. « "Alien : Covenant": 38 ans après, Alien n'a pas pris une ride », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 13 mai 2017)
  59. « Alien: Covenant - la critique », sur Paris Match, (consulté le 13 mai 2017)
  60. « Critique : Alien : Covenant, un film de Ridley Scott », sur Critikat.com, (consulté le 13 mai 2017)
  61. « ALIEN COVENANT est le pire film de la saga », sur Filmsactu (consulté le 13 mai 2017)
  62. « «Alien: Covenant», bouffé du mythe », sur Libération, (consulté le 13 mai 2017)
  63. Hervé Ratel, « CINÉMA. Alien : Covenant. Nul, convenons-en », sur www.sciencesetavenir.fr, (consulté le 4 juin 2017)
  64. Laure Croiset, « Faut-il aller voir "Alien: Covenant" de Ridley Scott? », sur https://toutlecine.challenges.fr, (consulté le 26 juillet 2017)
  65. Eric Libiot, « Alien covenant le cul entre deux navettes », sur http://www.lexpress.fr, (consulté le 27 juillet 2017)
  66. Thierry Fiorile, « Cinéma : avec "Alien : Covenant", Ridley Scott veut renforcer le mythe mais se perd », sur Franceinfo.fr, (consulté le 13 août 2107)
  67. « Premières séances du 10 mai : Alien Covenant démarre fort », sur Première.fr, (consulté le 11 mai 2017)
  68. « Box office : "Alien : Covenant" dévore tout sur son passage », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 13 mai 2017)
  69. « Box-office France : Alien Covenant aux commandes ! », sur Allociné, (consulté le 19 mai 2017)
  70. « Comparaisons: Alien: Covenant vs. Prometheus », sur JP box-office.com (consulté le 20 mai 2017)
  71. « Box-office France : Le Roi Arthur couronné à la première place », sur Allociné, (consulté le 28 mai 2017)
  72. « Box-office France : Pirates des Caraïbes 5 à l’assaut ! », sur Allociné, (consulté le 31 mai 2017)
  73. (en) « 'Alien: Covenant' and 'Guardians of the Galaxy 2' Duke it Out for Weekend Box Office #1 », sur Box Office Mojo, (consulté le 20 mai 2017)
  74. a et b (en) « 'Alien: Covenant' Narrowly Edges Out 'Guardians of the Galaxy 2' To Top Weekend Box Office », sur Box Office Mojo, (consulté le 23 mai 2017)
  75. Nicolas Bardot, « BOX OFFICE US deception pour Pirates flop pour Baywatch Alien degringole », sur http://www.filmdeculte.com, (consulté le 11 août 2107)
  76. (en) « Box-office US : Pirates des Caraïbes solide à la barre ! », sur Allociné, (consulté le 30 mai 2017)
  77. (en) « Alien: Covenant - Foreign - May 5–7, 2017 », sur Box Office Mojo (consulté le 5 juin 2017)
  78. (en) Nancy Tartaglione, « ‘Alien: Covenant’ Chomps $40M Bow; ‘Guardians 2’ Crosses $630M WW; ‘Dangal’ Soars In China – International Box Office », Deadline,‎ (lire en ligne)
  79. (en) Nancy Tartaglione, « ‘Mummy’ Leads Overseas; ‘Wonder Woman’ Cuffs $572M WW; ‘Cars’, ‘Despicable Me’ 3s Hit International Box Office », Deadline,‎ (lire en ligne)
  80. a, b et c (en) « Alien: Covenant », sur Box Office Mojo (consulté le 4 juin 2017)
  81. « Alien: Covenant », sur JP box-office.com (consulté le 4 juin 2017)
  82. (en) « Alien: Covenant in China », sur Box Office Mojo (consulté le 19 juin 2017)
  83. (en) « Alien: Covenant in United Kingdom », sur Box Office Mojo (consulté le 4 juin 2017)
  84. (en) Ridley Scott reveals the secret behind why Fassbender is called Walter in Alien: Covenant. - DigitalSpy.com
  85. (en) « Ridley Scott: 'Alien: Covenant' Is First of 3 Films Before Linking Up With Original 'Alien' », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  86. « Alien: Covenant : Ridley Scott confirme deux suites », sur Allociné, (consulté le 21 mai 2017)
  87. (en) Chris Tilly & Leigh Singer, « Ridley Scott Says Prometheus Sequels Will Reveal Who Created Aliens », sur IGN, (consulté le 6 janvier 2017)
  88. (en) Garry Maddox, « Ridley Scott promises a return to Alien-style horror in Alien: Covenant », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  89. « How Noomi Rapace Will Return for 'Alien: Covenant,' Plus: at Least Four More 'Alien' Movies in the Works », Fandango,‎ (lire en ligne)
  90. « La suite d'Alien Covenant s'intitulera Alien Awakening », sur ActuCiné, (consulté le 21 mai 2017).
  91. Ding Dan, « Bravo! Sir Ridley Scott hints at sequels to Alien Covenant! », (consulté le 25 juin 2017)
  92. (en) « Fox Reportedly “Reassessing” Future of the ‘Alien’ Franchise in Wake of ‘Alien: Covenant’ », Collider,‎ (lire en ligne)
  93. Geoffrey Crété, « Alien Covenant : box-office tiède, promo confuse, public divisé... la saga est-elle morte ? », sur https://www.ecranlarge.com, (consulté le 13 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]