Driver (film, 1978)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Driver
Titre québécois Chauffeur à gages
Titre original The Driver
Réalisation Walter Hill
Scénario Walter Hill
Musique Michael Small
Sociétés de production 20th Century Fox
EMI Films (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film noir
Film de casse
Durée 91 minutes
Sortie 1978


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Driver (The Driver), ou Chauffeur à gages au Québec, est un film américano-britannique écrit et réalisé par Walter Hill, sorti en 1978.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la sortie d'un casino, une jeune femme est témoin d'un braquage effectué par deux gangsters qui parviennent à échapper à la police grâce à l'habileté du chauffeur de la voiture. Elle refuse de donner leur signalement à la police et parvient à se lier avec le chauffeur, ceci afin de tenter de lui dérober son butin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la société britannique EMI Films (filiale du EMI Group) souhaite produire des films américains, avec l'aide des producteurs Michael Deeley et Barry Spikings. Driver, tout comme Voyage au bout de l'enfer (Michael Cimino, 1978), fait partie de ces films[2].

Walter Hill envoie une copie du premier jet de son scénario à Raoul Walsh, pour qu'il lui donne son approbation. Le réalisateur aime beaucoup le scénario [3]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le rôle du chauffeur était initialement prévu pour Steve McQueen[4].

Isabelle Adjani, qui avait refusé de jouer dans De l'autre côté de minuit (1977), tourne ici son premier film américain. Elle a accepté ce rôle car elle avait apprécié le précédent film de Walter Hill, Le Bagarreur (1975). Elle évoque cette aventure américaine dans le magazine Première : « J'ai trop entendu parler d'actrices qui s'étaient cassé le nez sur ces méchants Américains qui les avaient tournées en ridicule, en en faisant un élément de folklore ! Alors, j'ai accepté ce rôle d'abord parce que ce n'est pas un rôle de Française. [...] Mais j'essaie, non pas d'être indifférente, mais de trouver d'autres raisons de travailler aux États-Unis, plutôt que de tenter ce que l'on appelle une carrière américaine »[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à Los Angeles (Downtown Los Angeles, Union Station, etc.)[6].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

À sa sortie aux États-Unis, le film reçoit des critiques très négatives, ce qui est très mal vécu par le réalisateur Walter Hill[7]. Kevin Thomas du Los Angeles Times écrit que le film est une « poubelle ultraviolente qui efface Ryan O'Neal, Bruce Dern » ou encore qu'Isabelle Adjani « joue comme une mauvaise imitation d’un film de gangster français qui, à son tour, est une mauvaise imitation d’un film de gangster américain »[8]. Vincent Canby du New York Times, quant à lui, écrit : « C'est un film horrible. C'est un film prétentieux. C'est un film stupide. »[9]. Roger Ebert du Chicago Sun-Times lui donne la note de 2,54 et écrit notamment : « C'est un film à propos de personnes qui ne sont pas réelles, car ce sont des symboles, et c'est sacrément bien fait avec de grandes scènes de course-poursuite »[10]

Certains journalistes sont malgré tout positifs envers le film. Duncan Shepherd du San Diego Reader lui donne la note maximale de 55[11]

Au fil du temps, le film reçoit de meilleures critiques. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 73% d'opinions favorables pour 22 critiques et une note moyenne de 5,0710[12]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 56100 pour 13 critiques[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

En France, il atteint la 33e place du box-office annuel 1 102 183 entrées[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. (en) DeNiro a Vet Again in Hunter - Gregg Kilday, Los Angeles Times (1923-Current File) [Los Angeles, Calif], 4 avril 1977: e9.
  3. The storyteller, Philip French - The Observer - 1er novembre 1981: 30.
  4. Scott Tobias, "Walter Hill" - The A.V. Club
  5. Secrets de tournage - AlloCiné.fr
  6. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  7. David Fear, « Walter Hill on Controversial Revenge Thriller '(Re)Assignment' », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Kevin Thomas, « 'Driver': Violence in First Gear », Los Angeles Times,‎ , i19
  9. (en) Vincent Canby, « Screen: 'Driver' Takes a Rocky Road:No Names, Please! », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en) The Driver (1978) - Roger Ebert
  11. (en) Review of The Driver in the Reader. « https://web.archive.org/web/20050213031359/http://www.sdreader.com/php/mvdisplay.php?&id=DRIVER »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  12. (en) « The Driver (1978) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  13. (en) « The Driver Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  14. « Driver », sur JP's Box-office (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]