Magalas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Magalas
Magalas
Église Saint-Laurent.
Blason de Magalas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté de communes Les Avant-Monts
(siège)
Maire
Mandat
Jean-Pierre Simo-Cazenave
2020-2026
Code postal 34480
Code commune 34147
Démographie
Gentilé Magalassiens
Population
municipale
3 371 hab. (2018 en augmentation de 1,32 % par rapport à 2013)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 19″ nord, 3° 13′ 22″ est
Altitude 115 m
Min. 77 m
Max. 201 m
Superficie 20,76 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Magalas
(ville-centre)
Aire d'attraction Béziers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cazouls-lès-Béziers
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Magalas
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Magalas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magalas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magalas

Magalas (en occitan Magalaç) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.
Magalas. - Plan parcellaire de la commune
Magalas. - Plan parcellaire de la commune.

Magalas est un village du Grand Biterrois. Situé sur l'axe 909 Béziers-Bédarieux, à 15 km au nord de Béziers et à 25 km de la mer Méditerranée, il est tout près des contreforts de la montagne Noire et des Cévennes.

Le territoire communal de Magalas est essentiellement drainé par le cours d'eau du Libron et quatre affluents que sont les ruisseaux de Meyroune ou Maïroun, de Badeaussou, de la Marche et un dernier en limite ouest de la zone urbaine, la Lène[1].

À 600 mètres au nord-est du village se trouve un ancien oppidum, classé aux Monuments historiques[2], dit le « Camp Redon » sur le Puech de Montfau (154 m d'altitude)[3]. On peut y voir les vestiges d'un fort de pierre datant probablement de l'Âge du Bronze, c'est-à-dire antérieur aux Celtes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Magalas
(Distances : à vol d'oiseau / par la route)[4]
Laurens (5.98 / 8,48 km)
Autignac (5.07 / 6,43 km)
Roquessels
(8.79 / 15,46 km)
Fouzilhon (3.86 / 4,93 km)
Roujan (8.06 / 9,93 km)
Pouzolles (4.72 / 6,24 km)
Causses-et-Veyran
(10.98 / 15,42 km)
Magalas Alignan-du-Vent
(9.69 / 11,88 km)
Saint-Geniès-de-Fontedit
(3.89 / 4,42 km)
Pailhès (5.45 / 7,49 km)
Puimisson (3.79 / 5,78 km)
Béziers
(14.59 / 17,34 km)
Coulobres (5.18 / 8,16 km)
Puissalicon (1.95 / 2,61 km)
Lieuran-lès-Béziers (6.08 / 9,14 km)

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 12,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 16 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 695 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,6 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[7]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[5].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Murviel Les Beziers », sur la commune de Murviel-lès-Béziers, mise en service en 1990[10]et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[11],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 14,9 °C et la hauteur de précipitations de 675,5 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Sete », sur la commune de Sète, mise en service en 1949 et à 39 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 15 °C pour la période 1971-2000[14], à 15,4 °C pour 1981-2010[15], puis à 15,8 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[17],[18],[19].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Magalas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[20],[21],[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de Magalas, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[23] et 4 702 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[24],[25].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Béziers, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 53 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[26],[27].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (82 %), zones urbanisées (10 %), zones agricoles hétérogènes (4,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,6 %), terres arables (1,2 %), forêts (0,7 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a été connue sous les variantes : Barnerii de Magalas (1065), S Petri Stephani de Magalatis (vers 1089), Berengarius de Magalatio (1152), ad Magalatium (1160).

Le nom dérive d'un mot pré-indo-européen mag- (hauteur) + suffixe -al-atis[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société des jacobins », puis après la chute de la monarchie « société populaire et montagnarde » et enfin « société populaire régénérée des sans-culottes ». Elle est créée en juillet 1791 et fréquentée par 69 membres en l’an III[30].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1953 Jean Maury    
1953 1959 Gaston Bousquet    
1959 mars 1977 Gabriel Granier    
mars 1977 mars 1983 Jean-Pierre Bilski   Professeur d'histoire-géographie
mars 1983 juin 2020 Charles Hey[31] UMP puis LR Retraité de la fonction publique
juin 2020 En cours Jean-Pierre Simo-Cazenave[32],[33]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 3 371 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9049019501 1611 2131 1731 1451 1651 164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2091 3151 3651 5121 5491 4631 3351 6181 872
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0601 8742 1022 0312 0252 0401 9041 7361 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 6041 5831 5971 6041 6991 8272 4893 1203 313
2018 - - - - - - - -
3 371--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les services et les équipements valorisent le site tant sur le plan culturel, sportif, économique, que sur le plan de la santé et de la sécurité[réf. nécessaire]. De nombreuses associations et sociétés animent le village et donnent un grand éventail de choix aux près de 3 000 habitants et leur permettent de trouver des moments de détente[réf. nécessaire].

Autrefois, Magalas vivait essentiellement de la vigne. Depuis quelques années, ses vignerons ont choisi la carte de la Qualité et ont su améliorer la vinification[réf. nécessaire].

Magalas a su également se tourner vers le XXIe siècle en diversifiant son économie. Une zone d’activités artisanales et économiques (ZAE) « L’audacieuse », bien desservie par la départementale 909, a vu le jour en 1990, puis s’est agrandie en l’an 2000[réf. nécessaire]. Une 3e extension est en cours de réalisation[Quand ?].

Magalas fait partie de la communauté de communes des Avant-Monts du Centre Hérault.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent de Magalas du XIe siècle (inscrite aux Monuments Historiques le ). L'église du village a servi de lieu de tournage pour la mémorable scène de la messe du film Le Petit Baigneur de Robert Dhéry avec Louis de Funès en 1968. Le fruit de la location de l'église a permis de faire rénover le monument qui tombait en ruine ;
  • Oppidum au lieu-dit Puech du Montfo (inscrit aux Monuments Historiques le ) ;
  • Monument aux morts, de la guerre de 1914-1918, édifié en 1923 ;
  • L'office de Tourisme de Magalas vous permet de découvrir la fonderie de cloches et l'histoire viticole du village. Une importante cloche du XIXe siècle trône sur le rond-point d'accès à la zone commerciale ;
  • La cave coopérative historique a été désaffectée en 2006, Magalas a rejoint celle de Servian ;
  • Maison de retraite en face de la gare de chemin de fer.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Magalas (Hérault).svg

Les armoiries de Magalas se blasonnent ainsi :

D'hermine, au pairle losangé d'argent et de sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Barthe (1911-1981), essayiste, lexicologue et poète occitan français né à Magalas ;
  • Jacky Vergnes : Jacques « Jacky » Vergnes footballeur français (1948-).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Commune de Magalas : Projet de plan de prévention des risques naturels d'inondation, page 6 sur 12, publié le sur le site herault.gouv.fr (consulté le ).
  2. Notice no PA00103497, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Oppidum dit le Camp Redon, publié sur le site des Mégalithes du Monde (consulté le ).
  4. Distances vers : Roquessels, Fouzilhon, Roujan, Pouzolles, Alignan-du-Vent, Coulobres, Puissalicon, Lieuran-lès-Béziers, Béziers, Puimisson, Pailhès, Saint-Geniès-de-Fontedit, Causses-et-Veyran, Autignac et Laurens, publié sur le site fr.distance.to (consulté le ).
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Murviel Les Beziers - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Magalas et Murviel-lès-Béziers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Murviel Les Beziers - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Magalas et Sète », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Magalas », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Liste des ZNIEFF de la commune de Magalas », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Liste des espaces protégés sur la commune de Magalas », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Unité urbaine 2020 de Magalas », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  24. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  25. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  29. Frank R. Hamlin et abbé André Cabrol, Les noms de lieux du département de l'Hérault : Dictionnaire Topographique et Étymologique, , 415 p. (ISBN 2-904624-00-7, lire en ligne), p. 218
  30. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 414.
  31. Charles Hey a présenté le bilan annuel, publié le sur le site du Petit-Journal (consulté le ).
  32. Résultats des élections municipales et communautaires dans l'Hérault, publié le sur le site du Conseil départemental de l'Hérault (consulté le ).
  33. Jean-Pierre Simo-Cazenave et le conseil municipal en ordre de marche, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrée Candau et Bernard Boisard, Magalas : guide historique et de visite, [Magalas], [s.n.], [2013], 26 p.
  • Joseph Coulouma, L'oppidum et les ateliers de Montfo près Magalas : continuation des fouilles (1934-1936), Nîmes, Larguier, , 27 p.
  • Albert Fabre, Histoire de Roujan : Fos, Fouzilhon, Gabian, Magalas, Margon, Montesquieu, Neffiès, Pouzolles, Roquessels, Vailhan, Nîmes, Lcour-Ollé, coll. « Rediviva », , 320 p. (lire en ligne)
  • Philippe Lemaire Le Chemin de poussière, Éditions Gérard Tisserand. Une partie de l'action du roman se situe à Magalas.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]