Bertrand cœur de lion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bertrand cœur de lion
Réalisation Robert Dhéry
Acteurs principaux
Sociétés de production Panthéon Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 105 minutes
Sortie 1951

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bertrand cœur de lion est un film français réalisé par Robert Dhéry, sorti en 1951.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bertrand garde-chasse d’un châtelain est insouciant, négligent et apparemment peureux au point de fuir devant les sangliers. On apprend par la suite que son prédécesseur avait été assassiné. Bertrand rencontre Anne, jolie braconnière qu’il laisse en liberté.

Anne vit avec son frère Paulo la Paluche, assassin présumé de l’ancien garde-chasse, poursuivi par les gendarmes du village. Après de multiples péripéties, Bertrand et Anne découvrent un atelier souterrain de faux-monnayage dont l’entrée est cachée par un piège à loups dans le parc du château. Paulo la Paluche fait partie de l’équipe de faux-monnayeurs. La production de l’atelier est écoulée par le châtelain avec l’aide d’un musicien tyrolien. L’ancien garde avait été supprimé pour avoir découvert l’atelier clandestin et on comprend que Bertrand avait été choisi parce qu’il paraissait niais.

L’arrestation des faux-monnayeurs dans l’atelier est une scène échevelée comportant une série de gags tels qu’une casserole à la place du képi sur la tête de Jean Richard dans le rôle d’un gendarme simple d’esprit.

La représentation dans le château d’un opéra avec au piano le compositeur tyrolien (dont on apprend par la suite le rôle dans les activités délictueuses), un ténor, une soprano, digne de la Castafiore et un corniste, donne lieu à une série de gags. Ainsi, Bertrand tourne-page du pianiste renverse de la crème au chocolat sur le clavier, à l’intérieur du piano, dans le pavillon du cor (d'où l'expulsion en jet), s’essuie les mains sur la robe de la cantatrice.

Le film se conclut comme un conte. Anne et Bertrand sont félicités par les gendarmes et les coupables sont condamnés à 20 ans de prison. Anne et Bertrand qu’on sait amoureux depuis le début, se rapprochent sur les gradins d’une arène avant le mot fin. Le baiser n’est pas montré mais on imagine qu’ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

En résumé, une comédie légère et bon-enfant d’un humour français des années 1950.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]