Montéhus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Montéhus

Description de cette image, également commentée ci-après

Montéhus

Informations générales
Nom de naissance Gaston Mardochée Brunswick
Naissance
Paris
Décès (à 80 ans)
Paris
Activité principale chanteur
Genre musical Chanson française
Années actives 1884-1944

Gaston Mardochée Brunswick dit Montéhus est un chansonnier français né dans le 10e arrondissement de Paris le et mort dans le 15e arrondissement de Paris le . Il est notamment l'auteur de Gloire au 17ème, La Butte Rouge et La Jeune Garde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était l'aîné d'une famille d'ouvriers misérables de 22 enfants.

Un enfant de la Commune[modifier | modifier le code]

Montéhus est né peu après la Commune. Selon lui, son père Abraham Brunschwig aurait fait partie des insurgés mais aucune source ne permet de vérifier ces propos. Néanmoins, Montéhus a été élevé dans un contexte post-communard, ce qui explique son engagement politique à gauche. « Révolutionnaire cocardier » comme il aimait à se présenter lui-même, il a été du côté des « damnés de la Terre » dont parle Eugène Pottier dans L'Internationale.

Il commence à chanter en public à 12 ans, en 1884, une décennie avant le début de l'affaire Dreyfus. Il publie sa première chanson (Au camarade du 153ème) en 1897. Il adopte alors son pseudonyme, plus facile à porter que son nom dans un contexte de fort antisémitisme. Sa chanson Gloire au 17ème, en l'honneur du régiment de soldats qui refusa de tirer sur une manifestation de vignerons à Béziers, le fait connaître en 1907.

Un chanteur engagé[modifier | modifier le code]

Les soldats du 17e, levant la crosse sur les allées Paul Riquet à Béziers

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la chanson est centrale dans la culture populaire. Les livres, chers, sont peu accessibles aux prolétaires. Lorsqu'elle comporte une dimension politique forte, la chanson peut être un véritable outil de propagande. Montéhus a été l'un des chantres de la révolte rouge, avec Jean-Baptiste Clément (1836-1903), auteur de la chanson Le Temps des cerises, Eugène Pottier (1816-1887), auteur de L'Internationale, Jules Jouy (1855-1897), auteur de V'là l'choléra qu'arrive, Les Anarchistes de Chicago, Pierre Dupont (1821-1870), Le chant des ouvriers, Le chant du vote, Gaston Couté (1880-1911) Le gars qu'a mal tourné, etc.

Dans ses chansons au style vif, entraînant, Montéhus s'oppose à la guerre, à l'exploitation capitaliste, à la prostitution, à la misère, à l'hypocrisie religieuse, mais aussi à l'impôt sur le revenu :

Au lieu d'imposer l'travailleur qui enrichit l'gouvernement
Imposez plutôt les noceurs [les capitalistes] qui gaspillent tant d'argent [1].

Il a également défendu la cause des femmes d'une façon remarquable. La grève des Mères fut interdite par décision de justice en octobre 1905 et Montéhus condamné pour « incitation à l'avortement ».

En 1907, il rachète un café-concert à Paris, le renomme « Le Pilori de Montéhus », et y donne des spectacles engagés[2].

Engagement dans la Franc-Maçonnerie[modifier | modifier le code]

Le 5 mars 1902, Montéhus est initié en franc-maçonnerie[3] à la Loge « L'Union de Belleville » du Grand Orient de France à Paris, puis s'affilie à la Loge « Étoile de la Vallée » à Eaubonne[4].

Un ami de Lénine[modifier | modifier le code]

Montéhus entretint des relations avec Lénine. Ce dernier d'ailleurs l'évoque dans sa correspondance. Dans une lettre à Lev Kamenev il écrit  : « Ah ! si je pouvais encore écouter Montéhus »[5]. Lors de son exil en France (entre 1909 et 1912), Vladimir Ilitch Oulianov donna une série de conférences dans une salle de la Rive Gauche ou à Bobino (le lieu est incertain). À la demande de Lénine, Montéhus chantait en première partie afin d'attirer un public important. Les gens venus pour écouter le « chanteur humanitaire » étaient invités à entendre également l'activiste bolchevique après l'entracte. Les relations entre art et politique ici préfigurent l'agit-prop mis en place en URSS à partir des années 1920 : l'art est au service du discours politique et/ou idéologique.

Un « révolutionnaire cocardier »[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, Montéhus, comme beaucoup d'autres, a changé radicalement d'opinion politique. Il s'est fait le chantre zélé de l'Union sacrée et a chanté des chansons militaristes. Montéhus chante alors La Guerre finale détournement de L'Internationale :

Et maintenant tous à l'ouvrage
Amis, on ne meurt qu'une fois !

De même dans Lettre d'un Socialo (chantée sur L'air du Clairon de Paul Déroulède), il explique alors que l'heure est à La Marseillaise, en attendant de pouvoir à nouveau chanter L'Internationale :

Nous chantons la Marseillaise
Car dans ces terribles jours
On laisse l'Internationale
Pour la victoire finale
On la chantera au retour.

Montéhus est à l'image du monde ouvrier, qui partit massivement à la guerre contrairement aux craintes de l'État-major qui avait surestimé l'engagement pacifiste des ouvriers.

Dans une chanson imprégnée du racisme de son temps, intitulée L'Arbi, Montéhus tient des propos xénophobes :

Moi li sait bien, toi pas voulu guerre
Toi, li Français, c'est kif kif le bon Dieu[6].

Plus loin :

Moi suis content voir Paris : J'suis content, c'est bézef bonno
A couper cabêche aux sales Pruscots
car eux, du tout, pas gentils
As pas peur, as pas peur, Sidi
Si Pruscots venir, moi coupe kiki[6].

Durant ces quatre années de guerre, celui qui ne cessa de composer des chansons belliqueuses (La Dernière victime, La Voix des mourants, La Vision sanglante, Debout les Morts !, etc.) ne sera jamais mobilisé et ne connaîtra donc pas effectivement les horreurs du front. Par contre, sur la scène, à l'Olympia, il s'est montré blessé à la tête chantant des chansons bellicistes. À la fin de la guerre, en 1918, pour ses bons et loyaux services, il recevra la Croix de guerre.

Disgrâce[modifier | modifier le code]

Montéhus a connu après la guerre une disgrâce assez longue. Il cesse d'enregistrer jusqu'au Front populaire. Il aura tenté de se racheter en composant en 1923 La Butte Rouge qui fait référence à la butte de Bapaume, théâtre de violents combats sur le front de la Somme, durant l'offensive de l'été 1916 (et pas, contrairement à une erreur fréquente, la Commune, fort peu évoquée dans l'œuvre de Montéhus). Dans cette chanson, il s'en prend aux responsables du carnage :

[...] car les bandits qui sont cause des guerres
n'en meurent jamais, on ne tue qu'les innocents.

Soutien au Front populaire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, il adhère à la SFIO. À l'avènement du Front populaire, à l'âge de 64 ans, Montéhus est de nouveau sur le devant de la scène avec Le décor va changer, Vas-Y Léon !"[7], Le Cri des grévistes, L'Espoir d'un gueux, chansons dans lesquelles il soutient le Front populaire et Léon Blum.

Sous Vichy[modifier | modifier le code]

Sous le régime antisémite de Vichy, Montéhus n'est pas déporté mais il est contraint de porter l'étoile jaune de 1942 à la Libération. En 1944, il écrit le Chant des Gaullistes.

Après la Libération[modifier | modifier le code]

Il reçoit la Légion d'honneur des mains de Paul Ramadier en 1947[8]. Oublié de tous, seulement soutenu par sa famille, il s'éteint en 1952, à Paris.

Discographie[modifier | modifier le code]

Marc Robine : « Montéhus, Le chansonnier humanitaire. Enregistrements originaux 1905-1936 » EPM, Paris[9]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'impôt sur les fainéants, répertoire Montéhus
  2. Historique du L'Archipel sur son site officiel.
  3. IdRef notice
  4. Léo Campion, Le drapeau noir, l'équerre et le compas : les Maillons libertaires de la Chaîne d'Union.
  5. Marc Robine, « Montéhus, Le chansonnier humanitaire. Enregistrements originaux 1905-1936 » EPM, Paris
  6. a et b Marc Robine : « Montéhus, Le chansonnier humanitaire. Enregistrements originaux 1905-1936 » EPM, Paris
  7. Anthologie de la chanson française année 1936
  8. La Chanson française et francophone, Ed. Larousse, 1999 p. 339
  9. Chronique du disque par Raoul Bellaïche, in Montéhus Je chante magazine.