Le Genou de Claire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Genou de Claire

Réalisation Éric Rohmer
Scénario Éric Rohmer
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Losange
Columbia Pictures
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 105 minutes
Sortie 1970

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Genou de Claire est un film français d'Éric Rohmer, sorti en 1970. C'est le cinquième des Six contes moraux.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Talloires, au bord du lac d'Annecy, lors de ses dernières vacances de célibataire, Jérôme, un attaché culturel de 35 ans retrouve son amie Aurora, une romancière roumaine qui écrit des romans sentimentaux, en s'inspirant entre autres des histoires réelles de Jérôme qu'à sa demande il lui raconte après les avoir vécues. Dans la maison vit une autre amie d'Aurora, Mme Walter, locataire pour l'été et mère de Laura, jeune fille à l'esprit vif d'une quinzaine d'années. La curiosité de Laura pour découvrir la vie va la conduire, à la suite de rencontres d'abord fortuites, puis qu'elle finit par provoquer avec Jérôme, à avoir une relation amicale tendre, cérébrale et presque amoureuse avec Jérôme. Apparaît ensuite Vincent, jeune homme du même âge que Laura, qui est son petit ami. Jérôme et Vincent se parlent posément et abondamment. Peu à peu, Laura se détache de Jérôme pour ne plus le voir à nouveau que fortuitement mais toujours amicalement, tandis que Jérôme se trouve fasciné par la fille de la propriétaire, Claire, plus âgée, d'environ 18 ans. Jérôme ressent un désir irrépressible de toucher le genou de Claire[1],[2],[3]… Tout ce qui s'ensuit donnera à nouveau à Aurora de la matière pour écrire ses romans, mais sur une relation moins belle qu'entre Jérôme et Laura, et en dénouant ce qu'a vécu Jérôme et ce qu'il s'est imaginé de ce qu'elle s'aperçoit après son départ qui s'est réellement passé...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film est un succès en salle[4], tout en étant salué par toute la critique de la presse française[6]. « Ces “fragments d'un discours amoureux” composent une extraordinaire étude du désir, de la jouissance verbale, quasi littéraire, qui accompagne toute inclination. Un bijou » écrit Cécile Mury, dans Télérama, le 5 septembre 2009[6], « cette histoire tissée de velléités, de rêveries indécises, de brèves effusions et de confessions alternées, Eric Rohmer la raconte dans ce style élégant et feutré qui caractérisait déjà “Ma nuit chez Maud” », commente Jean de Baroncelli dans le journal Le Monde[7]. Pourtant, selon Henry Chapier dans Combat, ce film « n'accepte aucun des compromis apparemment indispensables pour solliciter la curiosité du grand public »[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Mury, « Le Genou de Claire. Film d’Éric Rohmer (France, 1970) », Télérama,‎ (lire en ligne)
  2. Marion Vidal, Les contes moraux d'Eric Rohmer, P. L'Herminier, , p. 157
  3. (en) Jacob Leigh, The Cinema of Eric Rohmer. Irony, Imagination, and the Social World, Bloomsbury Publishing, (lire en ligne)
  4. a et b Valentin Pérez, « Souviens-toi des films des étés derniers. “Le Genou de Claire” : 1971 à fleur de peau », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Claire’s Knee, film by Rohmer », sur Encyclopedia Britannica
  6. a b et c « Notre top 5 des films d’Eric Rohmer : “Le Genou de Claire” (5e) », Télérama,‎ (lire en ligne)
  7. Jean de Baroncelli, « "Le Genou de Claire", d'Éric Rohmer », Le Monde,‎ (lire en ligne)