Le Bonheur (film, 1965)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Bonheur
Réalisation Agnès Varda
Scénario Agnès Varda
Acteurs principaux

Jean-Claude Drouot
Marie-France Boyer
Claire Drouot

Sociétés de production Parc Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame, romance
Durée 79 minutes
Sortie 1965


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Bonheur est un film français d'Agnès Varda, sorti en 1965.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un menuisier vit heureux avec sa femme et leurs enfants.

Un jour, il rencontre une employée des PTT dont il tombe amoureux. Il aime cependant toujours sa femme, et s'épanouit dans cette situation.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance.

Immeuble dans lequel le personnage du menuisier travaille.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Drouot : François Chevalier, un jeune menuisier
  • Claire Drouot : Thérèse Chevalier, sa femme
  • Olivier Drouot : Pierrot Chevalier, le fils de François et de Thérèse
  • Sandrine Drouot : Gisou Chevalier, la fille de François et de Thérèse
  • Marie-France Boyer : Émilie Savignard, une employée des postes, la maîtresse de François
  • Marc Eyraud : J. Chevalier, le frère de François qui dirige la menuiserie
  • Paul Vecchiali : Paul
  • Yvonne Dany
  • Marcelle Favre-Bertin
  • Manon Lanclos
  • Christian Riehl
  • Sylvia Saurel

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Drouot joue la fiction avec sa propre famille, femme et enfants.
  • Lors de sa sortie en 1965, ce film fut le sujet dans la presse d'un scandale motivé par son thème qui évoquait sans jugement moral l'adultère, celui-ci n'étant pas ressenti comme une faute par le protagoniste. Le film fut même pour cette raison interdit aux moins de 18 ans[1],[2].
  • Les thèmes musicaux principaux du film viennent de deux œuvres de Mozart : l'allegro du Quintette pour clarinette en la majeur K 581, puis la fugue de l'Adagio et fugue en ut mineur K 546[2]. Agnès Varda a justifié son choix en déclarant avoir voulu représenter « une certaine idée du bonheur, comme la musique séduisante de Mozart qui pourtant pince le cœur[3] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « «Le bonheur» en version restaurée, tout aussi formidable », sur lesoir.be,  : « Le bonheur fit scandale lors de sa sortie et fut interdit aux moins de 18 ans »
  2. a et b Jacques Mandelbaum, « Reprise : « Le Bonheur » au goût acide d’Agnès Varda », sur lemonde.fr,
  3. Livret du Coffret 24 DVD Agnès Varda L'intégrale, ARTE vidéo, p. 16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]