La Complainte du sentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Complainte du sentier
Titre original Pather panchali
Réalisation Satyajit Ray
Scénario Satyajit Ray
Bibhutibhushan Bandyopadhyay
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Inde Inde
Durée 122 minutes
Sortie 1955

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Complainte du sentier (titre original bengali Pather panchali) est un film indien, le premier du réalisateur bengali Satyajit Ray, sorti en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le Bengale rural des années 1920, le brahmane Harihar Roy vit dans la maison de ses ancêtres qui nécessite des réparations, mais il est trop pauvre pour les payer. Il vit avec sa femme Sarbajaya, sa fille Durga qui vole régulièrement des fruits dans le verger qu'ils ont été amenés à vendre aux voisins, son jeune fils Apu, et Indir, une vieille parente. La maison abrite aussi un chien, des chats et une vache. Sarbajaya s'occupe des tâches ménagères, de la préparation de la nourriture et des rites religieux.

Incapable de gagner assez d'argent pour subvenir aux besoins de la famille, Harihar part en quête d'un nouveau travail, laissant Sarbajaya seule pour gérer la famille. Pendant son absence, Indir meurt, puis, lors d'un ouragan, Durga tombe malade, et meurt à son tour. Lorsque le père revient, il trouve la maison dévastée. la famille décide de partir vers la ville.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Dans les années 1940, alors qu'il travaille comme illustrateur et graphiste pour Signet Press, une maison d'édition créée par D. K. Gupta, Ray adapte pour les enfants Pather Panchali, un roman bengali classique de Bibhutibhushan Bandopadhyay, qu'il rebaptise Am Antir Bhepu (Le Sifflet en noyau de mangue). Profondément touché par cette œuvre, encouragé par une conversation avec Jean Renoir qu'il a assisté lors du tournage du film Le Fleuve, Satyajit passera à l'acte après avoir vu à Londres Le Voleur de bicyclette, du réalisateur italien néo-réaliste Vittorio De Sica. Sans producteur acceptant d'accompagner financièrement le projet, le tournage s'éternisera sur trois longues années, et ne sera finalement achevé que grâce à un prêt du gouvernement du Bengale occidental. Réalisé avec peu de moyens, un casting et une équipe technique essentiellement constitués d'amateurs ou de débutants, complètement à la marge de l'industrie cinématographique indienne d'alors (superproductions musicales tournées en studios), Pather Panchali rencontrera pourtant le succès au Bengale, et ouvrira également à Ray la porte d'une carrière internationale. L'histoire d'Apu, débutée dans Pather Panchali, se poursuit dans L'Invaincu, sorti en 1957, puis dans Le Monde d'Apu (1959) : ces trois œuvres forment La trilogie d'Apu.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • « La mise en images est faite sans artifice apparent par une caméra très mobile ; le rythme, d'une lenteur liturgique, est soutenu par une excellente musique qui, même pour un Occidental, crée à l'égard du film la même attitude d'acceptation que prennent les Hindous devant la vie. L'intégration de cette vie à la nôtre et au rythme des saisons est sans cesse recherchée par une photographie d'une très grande qualité. »[1]
  • « Le style [de Satyajit Ray] est du plus pur lyrisme et traite avec poésie la misère et les drames d'une famille. Le découpage, la composition des regards et des attitudes transcendent un récit précis, le rendent encore plus authentique et nous permettent d'être en pleine communion avec les personnages, leurs situations et leur évolution. »[2]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire Général des Films 1960, édition Penser-Vrai, dépôt légal n°691 - 3e trimestre 1960
  2. Olivier Gamble - Guide des Films, éditions Robert Laffont, 1990