Plaire, aimer et courir vite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plaire, aimer et courir vite
Description de cette image, également commentée ci-après
L'équipe du film au festival de Cannes 2018.

Réalisation Christophe Honoré
Scénario Christophe Honoré
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Pelléas
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 132 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Plaire, aimer et courir vite est une comédie dramatique française écrite et réalisée par Christophe Honoré, sortie en 2018. Le film reçoit le prix Louis-Delluc 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Été 1993 : Arthur (Vincent Lacoste), étudiant à Rennes, rencontre Jacques (Pierre Deladonchamps), écrivain qui vit à Paris avec son fils. Ils se plaisent, s’aiment et, pour Jacques, il faut vite profiter de leur amour avant de…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Afin de ne pas comparer avec 120 battements par minute de Robin Campillo qui a récolté le Grand Prix du Festival de Cannes en 2017, Christophe Honoré assure que « le vrai sujet du film est là, dans les effets contraires de l’amour. C’est un film qui assume sa part de mélodrame, mais pas tant du côté de l’amour impossible que de la vie impossible »[2].

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

Christophe Honoré, lui-même, révèle son prochain film originellement intitulé Plaire, baiser et courir vite, en fin , aux côtés de « Vincent Lacoste et Louis Garrel en amants »[1]. En début , Pierre Deladonchamps remplace ce dernier pour des raisons inconnues pour interpréter le rôle de Jacques, écrivain et auteur de théâtre, toujours avec Vincent Lacoste en jeune étudiant, et Denis Podalydès les rejoint[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute à la mi- en Bretagne, précisément pendant deux jours à Binic et vingt jours en plein centre-ville de Rennes, entre le 14 juin et le 4 juillet, à l'intérieur d'appartements et dans les rues, dont la rue de Saint-Malo qui est exceptionnellement fermée pour recommencer les scènes de la Fête de la paresse pendant la nuit « afin de perturber le moins possible les commerces »[4], ainsi qu’entre autres, à la salle de spectacle L'Ubu, à la place du Parlement-de-Bretagne et au quartier Thabor[5].

Le tournage se poursuit également à Paris et à Amsterdam[6].

Accueil[modifier | modifier le code]

Festival et sortie[modifier | modifier le code]

Plaire, aimer et courir vite est sélectionné en « compétition officielle » et projeté au Festival de Cannes le , et sort le même jour dans les salles françaises.

Critiques[modifier | modifier le code]

Serge Kaganski des Inrockuptibles écrit, à propos du film, qu’« entre objets exigeants, tenants d’une certaine radicalité, et projets susceptibles de toucher le grand public cinéphile, Christophe Honoré a toujours oscillé. Plaire, aimer et courir vite nous paraît fusionner ces deux veines et s’impose d’emblée comme sa réussite la plus achevée depuis Les Chansons d’amour »[9].

Pierre Murat du Télérama souligne qu’« on comparera probablement Plaire, aimer et courir vite à 120 battements par minute. Rien à voir, pourtant. (…) Christophe Honoré (…) n’a jamais saisi avec une telle intensité les hésitations amoureuses, la certitude de l’éphémère et l’intrigante osmose entre la douceur du sexe et sa crudité »[10].

Stéphane Joby du Journal du dimanche trouve que « Christophe Honoré signe avant tout un film très personnel, bourré de citations culturelles et de clins d’œil à une époque dont il semble inconsolable. C’est aussi une belle histoire d’amour, émouvante mais sans pathos malgré son issue incertaine »[11].

Michael Leete de CinéSéries loue notamment la performance d'acteur de Vincent Lacoste qui « personnifie parfaitement la jeunesse, son envie de vivre et son désir d’intensité. »[12]

Étienne Sorin du Figaro résume en gros titre qu’« avec Plaire, aimer et courir vite, Christophe Honoré signe son plus beau film »[13].

Entrées[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ludovic Béot, « "Plaire, baiser et courir vite": Vincent Lacoste et Louis Garrel en amants 90's chez Christophe Honoré », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 23 avril 2018).
  2. Laëtitia Forhan, « Cannes 2018 : Plaire, aimer et courir vite, l'histoire d'un premier et dernier amour par Christophe Honoré », sur Allociné, (consulté le 23 avril 2018).
  3. Brigitte Baronnet, « Pierre Deladonchamps va "Plaire" chez Christophe Honoré », sur Allociné, (consulté le 23 avril 2018).
  4. « Rennes. Le film Plaire tourné au centre-ville à partir de mercredi », sur Ouest-France, (consulté le 23 avril 2018).
  5. « Le film de Christophe Honoré tourné à Rennes, en compétition à Cannes », sur Ouest-France, (consulté le 24 avril 2018).
  6. Vincy, « Pierre Deladonchamps et Vincent Lacoste vont se plaire chez Christophe Honoré », sur Écran Noir, (consulté le 23 avril 2018).
  7. a b c d e f g h i j k et l « « Plaire, aimer et courir vite » : Critique presse », sur AlloCiné, (consulté le 11 mai 2018).
  8. https://www.cineserie.com/critiques/cine/plaire-aimer-et-courir-vite-un-temoigne-fort-de-christophe-honore-1478066/
  9. Serge Kaganski, « "Plaire, aimer et courir vite" est le plus beau film de Christophe Honoré », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 11 mai 2018).
  10. Pierre Murat, « Plaire, aimer et courir vite », sur Télérama, (consulté le 11 mai 2018).
  11. Stéphane Joby, « Les films au cinéma cette semaine : "Plaire, aimer et courir vite", "Everybody Knows", "Death Wish" », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 16 mai 2018).
  12. « Plaire, aimer et courir vite (Film, 2018) – La Critique – CinéSéries », CinéSéries,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2018)
  13. Étienne Sorin, « Avec Plaire, aimer et courir vite, Christophe Honoré signe son plus beau film », sur Le Figaro, (consulté le 16 mai 2018).
  14. JP-Boxoffice.com ; page du film Plaire, aimer et courir vite consulté le 12 décembre 2018.
  15. « Ága remporte le Grand prix du festival du film de Cabourg 2018 », sur actu.fr, (consulté le 17 juin 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]