La Collectionneuse (film, 1967)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Collectionneuse.
La Collectionneuse
Réalisation Éric Rohmer
Scénario Éric Rohmer
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Losange
Rome-Paris Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 90 minutes
Sortie 1967

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Collectionneuse est un film français réalisé par Éric Rohmer. Sorti en 1967, il constitue le troisième volet des Six contes moraux et a obtenu la même année l'Ours d'argent au Festival international du film de Berlin.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Saint-Tropez, été 1967. Deux jeunes hommes se retirent un mois – sans leurs compagnes – dans la propriété prêtée par un ami commun, isolée en bord de mer.

Une inconnue, invitée également, finit par occuper l'essentiel de leurs pensées, les troublant autant par sa beauté que par son indépendance et sortant en ville chaque soir avec un nouvel inconnu.

Chacun cherche à la dominer à sa manière, sous un détachement feint, par des jugements prétentieux et définitifs sur la vanité de son attitude...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Ce film raconte la cohabitation dans une villa provençale de deux garçons et une fille. Rohmer aborde ici nombre des thèmes récurrents dans ses films : le désir, la fidélité, l'amitié entre les sexes. Il se caractérise par l'utilisation très forte de la voix off du narrateur. La voix off d'Adrien dit d'ailleurs : « S'ouvrit alors une ère d'hostilité franche qui fut celle peut-être où nos talents respectifs, le sien non moins que les nôtres, trouvèrent à s'exercer. ». Rohmer reconnaît s'être inspiré de Paul Gégauff, scénariste de Claude Chabrol et dandy réputé, pour concevoir son film[réf. souhaitée].
  • Le titre du film vient du comportement de Haydée ; Adrien dit d'elle (37 min 25 s) : « J'ai trouvé la définition de Haydée, c'est une collectionneuse. Haydée, si tu couches à droite et à gauche comme ça sans préméditation, tu es l'échelon le plus bas de l'espèce, l'exécrable ingénue. Maintenant si tu collectionnes d'une façon suivie avec obstination, bref si c'est un complot, les choses changent du tout au tout. »
  • L'idée de collection est contre l'idée de pureté ; le film évoque ainsi l'incomplétude du désir. L'idée de collection est un lien qui unit les deux personnages principaux car le travail d'Adrien est justement de vendre à ses collectionneurs. Il sera d'ailleurs demandé à Adrien s'il fait partie de la collection d'Haydée.
  • L'évolution des mœurs de la fin des années 60 se retrouve dans les rapports des personnages. Daniel dissimule un certain manque de maturité sous un discours misogyne et paternaliste traditionnel. Adrien intellectualise son oisiveté et ses contradictions. De son côté, Haydée s'épanouit avec simplicité dans une liberté sexuelle qui aujourd'hui pourrait paraître banale, mais qui à l'époque avait fait classer le film comme "Interdit aux moins de 18 ans".
  • Bien que tourné il y a plus de 50 ans le film est relativement intemporel, se déroulant dans la végétation provençale de la presqu'ile de Saint-Tropez. Seuls de brefs plans suggèrent l'époque du tournage, essentiellement sur le port de Saint-Tropez (les voitures, la musique et la mode vestimentaire) et dans la maison (le téléphone à fil et cadran).
  • La villa provençale est le Mas de Chastelas, située à Gassin sur la presqu'île de Saint-Tropez. Il s'agit d'une ancienne magnanerie, devenue la demeure de l'ancien propriétaire du Château de Bertaud[3],[4].
  • Le directeur photo, Nestor Almendros, crée des plans tout en simplicité : le soleil inondant les rochers et l'eau transparente de la côte d'Azur, la pénombre indolente des chênes liège et des pins (il obtiendra douze ans plus l'Oscar de la meilleure photographie pour Les moissons du ciel de Terrence Malick).
  • Les dialogues ont été conçus par Eric Rohmer et les trois acteurs principaux, dont deux — Haydée et Daniel — jouent sous leur propre prénom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Rohmer: A Biography, Antoine de Baecque et Noel Herpe, Columbia University Press, 2016 (ISBN 978-0231175586).
  2. Palmarès de la Berlinale 1967.
  3. « Hôtel Le Mas de Chastelas », sur gassin.eu (consulté le 14 avril 2018)
  4. Magali Magnan, Le Domaine de Bertaud

Liens externes[modifier | modifier le code]