Cris et Chuchotements

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cris et Chuchotements
Titre original Viskningar och rop
Réalisation Ingmar Bergman
Scénario Ingmar Bergman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Suède Suède
Durée 91 min
Sortie 1972

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cris et Chuchotements (Viskningar och rop) est un film suédois réalisé par Ingmar Bergman, sorti en 1972. Présenté hors compétition au Festival international de Cannes en 1973, le film a reçu le Grand Prix de la Commission supérieure technique. Il a été nommé pour l'oscar du meilleur scénario original et l'oscar du meilleur film à la 46e cérémonie des Oscars en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, Agnès (Harriet Andersson) se meurt d'un cancer dans le manoir familial entouré d'un immense parc au bord d'un lac. Ses deux sœurs, Karin (Ingrid Thulin) et Maria (Liv Ullmann), sont venues l'assister dans ses derniers jours, mais seule la chambrière Anna (Kari Sylwan) -qui des années avant a perdu sa petite fille- parvient à l'aider et à l'aimer. Karin, l'aînée, froide, impatiente et phobique, est mariée à un homme rigide qu'elle n’aime pas. Un soir à table elle lui dit ouvertement le haïr. Elle va même jusqu'à se mutiler pour éviter tout rapport sexuel. Maria aussi est mariée à un homme sans importance qui fait une tentative de suicide au couteau, tentative dont on ignore le motif. Elle avoue elle-même être superficielle et insouciante: des années plus tôt elle entretenait une relation avec le médecin de famille qui vient surveiller la mourante. Les sœurs se succèdent au chevet de la malade qui tient un journal intime. Petite fille Agnès admirait énormément sa mère pour sa grande beauté et elle essayait de percer sa personnalité en l'observant en secret.

Après le décès d'Agnès, outre les problèmes de la succession, Karin et Maria essaient de se parler, de se connaître, difficilement, les non-dits masquent la haine. Anna, la chambrière, la seule à s'être occupée vraiment de la mourante, est congédiée sans ménagement: elle risque de se retrouver à la rue. Elle est toutefois autorisée à prendre un objet ayant appartenu à la défunte avant de devoir partir du manoir qui sera vendu. Mise brutalement devant les faits accomplis par ses impitoyables employeurs, elle choisit officiellement de ne rien prendre mais arrive à mettre la main sur le journal intime d'Agnès. Elle y découvre celle dont elle s'est occupée avec tant de soin et apprend qu'Agnès a vécu -durant le dernier été avant l'irruption de sa maladie mortelle- des moments d'intense bonheur en compagnie de ses deux soeurs, durant leur flânerie dans le merveilleux parc de leur maison d'enfance ...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Bergman fait le portrait de quatre femmes, réunies pendant l'agonie de l'une d'elles. C'est l'occasion d'aborder des thèmes essentiels : la nostalgie de la jeunesse, la peur de vivre et de mourir, les relations conjugales, mais aussi les conventions de la morale puritaine et les relations de travail du personnel de maison avec leurs employeurs dans un XIXe siècle finissant.
  • Dans une interview, Liv Ullmann racontait tout le plaisir qu'elle avait eu de travailler avec Ingmar Bergman, pour la première fois qu'elle puisse être maquillée et habillée en costume dans un film de Bergman, et avec les autres comédiennes. Elle relatait aussi les difficultés du réalisateur à trouver des distributeurs, l'un d'eux lui aurait dit : « vous devriez nous payer pour avoir regardé le film en entier ». L'accueil triomphal fait par la critique et le succès public pour un film austère, démentirent ces propos.
  • L'histoire est supposée avoir pour cadre un manoir en Suède (en fait, c'est le manoir de Taxinge-Näsby, dans la commune suédoise de Nykvarn, faisant partie de la circonscription de Iän ; le manoir avec son parc est situé à côté du lac Mälaren) où la couleur dominante est le rouge. Le huis clos est parfois interrompu par de brèves images de la campagne environnante et par des retours dans le passé des personnages.

Liens externes[modifier | modifier le code]