Conte de printemps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conte de printemps
Réalisation Éric Rohmer
Scénario Éric Rohmer
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Losange
Compagnie Éric Rohmer
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 112 minutes
Sortie 1990

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Conte de printemps est un film français réalisé par Éric Rohmer. Il fait partie du cycle des Contes des quatre saisons.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jeanne, jeune professeur de philosophie, fait son année de stage dans un lycée de la région parisienne. Le plus souvent, elle habite chez son fiancé Mathieu. Comme il est absent pour une semaine, elle préfère rejoindre son propre studio. Celui-ci est occupé par sa cousine et son fiancé. Jeanne n'ose pas mettre le couple dehors. Elle se rend à l'invitation d'une ancienne amie de l'université, qui pend la crémaillère. Au cours de celle-ci, elle rencontre Natacha qui l'invite chez elle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

« On retrouve dans ce premier opus des Contes des quatre saisons le plaisir d'un cinéma littéraire de moraliste qui, sur un scénario très élaboré, filme des êtres menant un jeu intellectuel chauffé à blanc. Le plaisir d'une mise en scène accordée aux situations sociales, aux professions, à l'état des mœurs et à l'environnement. »

— Jacques Siclier, Télérama, 1er septembre 2007[2]

« À l'époque, on s'est surtout étonné de la perfection plastique de ce Conte de printemps, une manière très peu rohmérienne d'accorder presque autant d'importance au jeu des couleurs qu'aux jeux des sentiments. En le revoyant, on est frappé par la sérénité paysagiste du film, un sentiment de plénitude, d'équilibre, qui contraste avec l'étrange jubilation du cinéaste, une jubilation de jeune homme débusquant les pièges de l'amour comme si c'était la première fois. »

— Louis Skorecki, Libération, 2 juillet 2002[3]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. site d'Allociné
  2. Cf. site de Télérama, consulté le 24 septembre 2013
  3. Cf. site de Libération, consulté le 24 septembre 2013