Paris vu par…

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paris vu par… est un film collectif français à sketches, sorti le . D'une durée totale de 92 minutes, il réunit les courts-métrages de six réalisateurs de la Nouvelle Vague : Jean Douchet, Jean Rouch, Jean-Daniel Pollet, Éric Rohmer, Jean-Luc Godard et Claude Chabrol. Chaque cinéaste y filme une histoire dans un quartier différent de Paris.

Paris vu par…[modifier | modifier le code]

Tous les films ont été réalisés en 16 mm, format qui devait permettre des tournages légers. Paradoxalement, ce film qui se voulait un manifeste de la Nouvelle Vague correspond à la fin de celle-ci comme mouvement organisé. Il était prévu que chacun des réalisateurs réalise ensuite un long métrage dans le même cadre, avec Les Films du Losange, la société fondée par Éric Rohmer et dirigée par Barbet Schroeder. Mais l'histoire en a décidé autrement.

Fiche technique générale[modifier | modifier le code]

Les six sketches[modifier | modifier le code]

Saint-Germain des Prés[modifier | modifier le code]

de Jean Douchet
couleur 18 min

Synopsis 
Une jeune étudiante américaine, qui suit les cours de dessin de l'Académie Jullian, rue du Dragon (VIe), a rencontré au Café de Flore, boulevard Saint-Germain, un jeune homme de la grande bourgeoisie. Il l'emmène dans sa garçonnière de la rue de Seine. Au petit matin, il la largue prétextant qu'il doit aller prendre l'avion pour le Mexique. Mais en se rendant à l'Académie elle le retrouve servant de modèle nu aux élèves.
Fiche technique
Réalisation : Jean Douchet
Scénario : Jean Douchet
Dialogues : Jean Douchet, Georges Keller
Image : Nestor Almendros
Assistant réalisateur : Georges Keller
Distribution

Gare du Nord[modifier | modifier le code]

de Jean Rouch
couleur 16 min

Synopsis 
Un jeune couple vit modestement dans le quartier de la Gare du Nord (Xe). La jeune femme, ambitieuse, rêve d'une vie meilleure. Après une dispute matinale, elle rencontre par hasard, rue de Maubeuge, un jeune bourgeois qui lui propose de partager avec elle la vie dont elle rêve. La jeune fille hésite mais refuse, l'homme insiste et lui indique qu'après avoir compté jusqu'à 10, il se suicidera en cas de refus définitif. Et c'est ce qu'il se passe.
Fiche technique
Réalisation : Jean Rouch
Scénario et dialogues : Jean Rouch
Image : Étienne Becker
Son : Bernard Ortion
Distribution
Autour du film 
le court métrage ne comprend que quatre plans dont deux plan-séquence

Rue Saint-Denis[modifier | modifier le code]

de Jean-Daniel Pollet
couleur 12 min

Synopsis 
Rue Saint-Denis, un jeune homme timide amène une prostituée dans sa chambre d'hôtel minable. Ils discutent de banalités et dînent ensemble avant qu'il ne se décide à passer à l'acte.
Fiche technique
Réalisation : Jean-Daniel Pollet
Scénario et dialogues, Jean-Daniel Pollet
Image : Alain Levent
Distribution

Place de l'Étoile[modifier | modifier le code]

d'Éric Rohmer
couleur 15 min

Synopsis 
La place de l'Étoile n'est pas faite pour les piétons, et les parapluies peuvent être très dangereux. Jean-Marc, vendeur dans une chemiserie de l'avenue Victor-Hugo, en fait la triste expérience.
Lieux de tournage sont 
Fiche technique
Réalisation : Éric Rohmer
Scénario et dialogues, Éric Rohmer
Image : Alain Levent, Nestor Almendros
Distribution

Montparnasse et Levallois[modifier | modifier le code]

de Jean-Luc Godard
couleur 14 min

Synopsis 
Une jeune femme envoie une lettre à chacun de ses deux amants, l'un sculpteur sur métaux à Montparnasse (XIVe), l'autre carrossier à Levallois-Perret (92). Mais à qui est destinée la lettre d'amour, et qui doit recevoir la lettre de rupture ?
Fiche technique
Réalisation : Jean-Luc Godard
Scénario et dialogues, Jean-Luc Godard
Image : Albert Maysles, Alain Levent, Nestor Almendros,
Son : René Levert
Distribution
Autour du film 
Jean-Luc Godard reprend le sketch du pneumatique déjà traité dans Une femme est une femme. Dans ce sketch, Philippe Hiquily qui joue le rôle d'un artiste est réellement un sculpteur sur métaux dans la vie.

La Muette[modifier | modifier le code]

de Claude Chabrol
couleur 16 min

Synopsis 
Un jeune lycéen du XVIe arrondissement ne supporte plus les disputes interminables de ses parents. Il résout le problème grâce à des boules Quiès. Aussi quand sa mère tombe accidentellement dans les escaliers et s'ouvre le crane, il ne l'entend pas..
Fiche technique
Réalisation : Claude Chabrol
Scénario et dialogues, Claude Chabrol
Image : Jean Rabier, Albert Maysles,
Son : René Levert
Distribution
Autour du film
Claude Chabrol, n'ayant pas eu le temps d'écrire la dialogue, les a improvisés en interprétant lui-même le rôle en compagnie de sa femme, Stéphane Audran

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Films du Cyprès sur Unifrance.org

Liens externes[modifier | modifier le code]