État de siège (film, 1972)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
État de siège
Réalisation Costa-Gavras
Scénario Costa-Gavras
Franco Solinas
Sociétés de production Reggane Films
Euro International Film
Unidis
Dieter Geissler Filmproduktion
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre drame politique
Durée 121 minutes
Sortie 1972


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

État de siège est un film franco-italo-ouest-allemand[1] réalisé par Costa-Gavras, sorti en 1972.

L'intrigue s'inspire de l'enlèvement de Dan Mitrione, agent du FBI sous couverture de l'AID, par les Tupamaros en 1970.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Montevideo (le scénario et le film ne parlent que "d'un pays d'Amérique du sud", mais laisse apparaître plusieurs références à Montevideo et à l'Uruguay), les rebelles d'extrême gauche du Mouvement de libération nationale (Tupamaros) enlèvent Philippe Michael Santore, officiellement fonctionnaire de l'Agence pour le développement international (AID - Agency for international development). Alors qu'il se décrit comme un conseiller technique, expert en communication et gestion de la circulation, ses geôliers lui exposent les preuves qu'ils ont recueillies et qui démontrent qu'il agit au nom du gouvernement des États-Unis en tant que conseiller pour la répression et la torture auprès des forces de sécurité du pays. L'incapacité de la police et de l'armée à le retrouver menace alors de dégénérer en crise politique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Costa-Gavras tourne le film au Chili sous la présidence de Salvador Allende, peu avant le coup d'État du 11 septembre 1973[3], notamment à Santiago, Valparaíso et Viña del Mar[4].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique originale est composée par Míkis Theodorákis et interprétée par Los Calchakis. On peut également entendre Fantaisie et fugue en sol mineur pour orgue, 1re partie (Fantaisie), (BWV 542a) de Jean-Sébastien Bach dans la scène de la cérémonie funèbre de Philip Michael Santore.

Accueil[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État de siège sur Unifrance
  2. (en) Mado-Adamantia Spyropoulou ((Costa-Gavras n'est pas crédité comme scénariste, mais il précise son rôle dans cet article : "Avec des scénaristes comme Semprún ou Solinas, [...] nous discutons beaucoup à propos d’un sujet jusqu’à faire émerger une structure, [puis] nous discutons encore un peu des détails restants du récit. Et c’est alors que le scénariste commence à travailler. Il [...] me donne les dix premières pages, [...] lui fais part de mes observations [...] et nous continuons ainsi jusqu’à la fin. C’est une relation très saine, car elle donne au réalisateur la position du critique.")), « Le scénario comme méthode de témoignage du conflit politique : le cas du film État de Siège de Costa-Gavras », Revue numérique Quaina,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2020)
  3. Jeanne Baumberger, Z : Un film de Costa-Gavras, Averroès junior (Rencontres d'Averroès), (lire en ligne [PDF]), p. 21.
  4. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]