Lautignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lautignac
Lautignac
Vue aérienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Cazères
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Garonne
Maire
Mandat
Jean-Luc Abadie
2014-2020
Code postal 31370
Code commune 31283
Démographie
Gentilé Altinacois et les Lautignacais
Population
municipale
266 hab. (2016 en diminution de 8,59 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 57″ nord, 1° 03′ 29″ est
Altitude Min. 281 m
Max. 351 m
Superficie 17,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Lautignac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Lautignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lautignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lautignac

Lautignac est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Altinacois et les Lautignacais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Savès à 27 km au sud-ouest de Muret sur les cours d'eau le Ruisseau de Monsenac affluent du Ruisseau de la Saverette lui-même affluent du Touch.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lautignac est limitrophe de huit autres communes.

Carte de la commune de Lautignac et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Lautignac[1]
Le Pin-Murelet Plagnole Rieumes
Sajas Lautignac[1] Savères
Montastruc-Savès Pouy-de-Touges Labastide-Clermont

Géologie[modifier | modifier le code]

Vue sur les Pyrénées.

Le paysage est formé de combes et de lignes de crêtes, c'est le début des coteaux du Gers.

Les coteaux (terrefort) sont des terres argileuses, le plus souvent de type argilo-calcaire, qui forment la majorité des sols des collines de molasses et marnes tertiaires de la région. Elles sont profondes, dures à travailler dès qu'elles sont trop sèches ou trop humides. Les réserves en eau y sont élevées. De fertilité moyenne à bonne, ce sont des terres à bon potentiel agronomique prédisposées aux cultures céréalières (blé, orge) et oléagineuses (tournesol, colza, sorgho...).

La partie est est formée de boulbènes qui sont constituées de limons lessivés plus ou moins caillouteux "posés" sur une couche plus riche en argile. Ce sont des sols de couleur gris clair, à la fertilité naturelle faible, et qui sont sensibles à la battance, à la stagnation d'eau et au tassement. Les réserves hydriques y sont faibles. Le drainage comme l'irrigation sont souvent nécessaires pour assurer à ces sols ingrats un bon potentiel agronomique. Ces terrains sont plantés de maïs irrigué par le réseau pompant l'eau dans le lac de Savères.

Climat[modifier | modifier le code]

Lautignac connaît un climat tempéré océanique influencé par des épisodes méditerranéens en périodes de vent d'autan. Le vent d'ouest est dominant, il amène l'humidité de l'océan Atlantique alors que le vent de sud-est est plutôt chaud et sec. Le climat se caractérise par un printemps pluvieux, un été sec et chaud, un automne doux et sec et un hiver doux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lautignac proviendrait de l'anthroponyme gallo-romain Altignanus, qui possédait le domaine Altinaco vers 1100. Le nom évoluera en Lautinhaco vers 1300.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le « fundus » (= villa) de Altignanus se trouvait à Savères (une tradition orale décrit un souterrain reliant ces deux communes : ne s’agirait-il pas tout simplement du lien vers la maison du maître gallo-romain ?).

Un tumulus (situé dans la vallée de la Saverette (affluent du Touch) recelant des pièces de monnaie est mis au jour en 1823, attestant une présence humaine à l'époque gauloise. Des prospections archéologiques n'ont pu localiser le site. mais une monnaie gauloise a été trouvée au lieu-dit le Tucau (distant de 3 km). Au XIIe siècle. Scenebrun du Pin cède deux territoires et une église aux Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, dont Toumoustin (quartier de la grande Nère) qui est repris en 1234 par les cisterciens de Bonnefont, et La Tourasse, sur le site d'une motte castrale antérieure.

L'église n'est pas celle de la paroisse de Lautignac, qui se trouve près de la seigneurie temporelle : la motte castrale des Falgar.

Lautignac appartenait au diocèse de Lombez et à l'élection de Comminges. La commune possède un espace forestier important. En 1701, elle rachète les droits seigneuriaux au roi de France ; La Petite et la Grande Nère, quartiers appartenant autrefois à Sajas, agrandissent l'espace communal - 41 feux en 1881. Ces deux quartiers ont continué à appartenir à la paroisse de Sajas jusqu'à la Révolution. La population de la commune comptait 510 habitants en 1881.

Douves toujours visibles (¾ de cercle), du XIIe siècle.

Motte castrale

Il est impossible de dater l'implantation de ce castrum sur ce site. Seule l'archéologie pourrait nous renseigner. Fut-il créé a novo ou doubla-t-il un habitat antérieur ?

Les Hospitaliers occupent La Tourasse (route de la Castagnère) vers 1100 ; ils n'ont jamais eu la seigneurie spirituelle de Lautignac. Une paroisse existait donc ici, sur et aux alentours de la motte. Odon du Falgar est seigneur de Lautignac en 1274 puis, pendant quelques années, Bernard VIII de Comminges, de 1300 à 1304. Il est comte de Comminges en 1312.

La Tourasse

XIIe siècle (route de Plagnole à Savères)

Ce site rappelle que les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem avaient ici des possessions. La fondation hospitalière part d'une donation de terres en 1100. La position géographique donc stratégique du site est remarquable. En 1569, le grand prieur ordonne la destruction de la tour dite « Tourasse » et la construction d'une métairie employant des matériaux récupérés. En 1680, les frères visiteurs de l'ordre évoquent une métairie en ruine sur le site.

La commune aurait porté le nom de Laulignac, si les cartographes de Cassini ne s'étaient pas trompés[2].

La Résistance

En 1942, le juge d'instruction de Muret, André Reboul, constitue avec quelques patriotes le groupe qui en 1944 deviendra le maquis de Rieumes.

En 1943, le groupe se renforce et est rejoint entre autres par Jules Delattre, capitaine retraité de l'Armée de l'air, qui deviendra le commandant du maquis de Rieumes et par les Rieumois : le docteur Robert Roger (Médecin Capitaine de réserve), le docteur Charles Chwartz (médecinl lieutenant de réserve), Jean Lécussan (adjudant-chef retraité de l'Armée de terre). L'année 1943 est consacrée au recrutement, à la formation, à l'organisation des équipes dans les villages des cantons d'Auterive, de Carbonne, de Muret et de Rieumes.

En 1944, les évènements s'accélèrent à la suite de parachutages annoncés par radio Londres, un dépôt d'armes est constitué à Rieumes. Le 1er juin « Messieurs, faites vos jeux », ce message annonce la mise en alerte. Le 5 juin, deux autres messages « Le père la Cerise est verni » et « Véronèse était un peintre » annoncent le débarquement en Normandie. Dans la nuit, les groupes formés rejoignent la région boisée de Rieumes, ils se répartissent en trois compagnies dont une basée dans la forêt de Lautignac-Savères. À la fin juin, le dispositif est allégé car le juge Reboul rejoint le corps franc Pommiès avec 200 hommes.

Stèle du maquis de Rieumes.

Les faits marquants du maquis

7 juin 1944 : Sabotage de la voie ferrée à Capens

8 juin 1944 : Sabotage de lignes téléphoniques dans les cantons de Rieumes et de Carbonne.

10 juin 1944 : Sabotage d'aiguillages et de pylônes HT à Noé.

11 juin 1944 : Sabotage d'aiguillages et de pylônes HT à Muret.

12 juin 1944 : Destruction de conduites de gaz souterraines à Carbonne.

14 juin 1944 : Sabotage de pylônes HT à Le Fauga.

15 juin 1944 : Sabotage d'aiguillages et de pylônes HT à Longages.

16 juin 1944 : Coup de main sur un dépôt de carburant sur l'aérodrome de Francazal.

29 juin 1944 : Sabotage d'aiguillages et de pylônes HT, destruction d'une station de pompage d'eau pour les locomotives à vapeur à Muret.

2 juillet 1944 : Destruction de panneaux de signalisation SNCF, sabotage de la voie ferrée, destruction de lignes téléphoniques à Muret.

14 juillet 1944 : Dépôt d'une gerbe aux monument aux morts et défilé dans les villes de Rieumes et Muret.

15 juillet 1944 : Embuscade allemande (mort dulLieutenant Roger CABE, responsable de la section destructions)

Le 17 juillet, à 6 h du matin 4 bombardiers JU 88 attaquent et déversent leurs bombes sur une partie de la forêt dans la direction de Sajas mais le maquis occupe l'autre extrémité (voir plan). La partie bombardée de la forêt prendra feu. Vers midi, un drap blanc est posé par Berthe sur le pré de la "Rougeat", c'est le signal de l'arrivée des Allemands par la route. La colonne comprend 2 tractions avant, 6 camions, 1 auto-mitrailleuse, 1 ambulance et 200 hommes environ. Les combats dureront 3 heures et feront une vingtaine de victimes parmi les troupes allemandes. Vers 15 h, menacé d'encerclement le Maquis qui n'avait pas de blessé, se replie vers Montastruc Savès. (Voir plan).

Plan d'évacuation.

20 juillet 1944 : Installation du maquis dans la forêt de Fabas.

Le maquis poursuivra son action jusqu'à la libération de Muret le 20 août 1944.

Une stèle de remerciement aux populations de Savères et Lautignac est érigée en bordure de la forêt[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cœur de Garonne et du canton de Cazères (avant le redécoupage départemental de 2014, Lautignac faisait partie de l'ex-canton de Rieumes) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait aussi partie de la communauté de communes du Savès.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Jean Luc Abadie SE Agriculteur
mars 2001 2014 Alain Bouchard   Agriculteur
mars 1983 2001 Jean Soulès   Agriculteur
mars 1959 1983 Jean Bouchard   Agriculteur
mars 1944 1959 Lucien Delage   Agriculteur
mars 1919 1944 Justin Pierre Laffont   Agriculteur
mars 1899 1919 Barthélémy Despis   Cultivateur

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Lautignac[Note 1].

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Lautignac s'établit à 142 000 € en dépenses et 118 000 € en recettes[A2 1] :

En 2013, la section de fonctionnement[Note 2] se répartit en 92 000 € de charges (316 € par habitant) pour 115 000 € de produits (393 € par habitant), soit un solde de 23 000 € (78 € par habitant)[A2 1],[A2 2] :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des achats et charges externes[Note 3] pour 38 000 € (41 %), soit 130 € par habitant, ratio inférieur de 27 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (179 € par habitant). Sur la période 2009 - 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 127 € par habitant en 2012 et un maximum de 219 € par habitant en 2009 ;
  • la plus grande part des recettes est constituée de la dotation globale de fonctionnement (DGF)[Note 4] pour 44 000 € (38 %), soit 149 € par habitant, ratio inférieur de 18 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (182 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 149 € par habitant en 2013 et un maximum de 156 € par habitant en 2009.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Lautignac[A2 3]. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012[A2 3] :

La section investissement[Note 5] se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance[A2 4] :

  • des dépenses d'équipement[Note 6] pour 43 000 € (86 %), soit 149 € par habitant, ratio inférieur de 55 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (329 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 0 € par habitant en 2011 et un maximum de 551 € par habitant en 2009 ;
  • des remboursements d'emprunts[Note 7] pour une somme de 7 000 € (14 %), soit 22 € par habitant, ratio inférieur de 63 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (60 € par habitant).

Les ressources en investissement de Lautignac se répartissent principalement en[A2 4] :

  • fonds de Compensation pour la TVA pour un montant de 3 000 € (100 %), soit 9 € par habitant, ratio inférieur de 75 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (36 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 0 € par habitant en 2012 et un maximum de 82 € par habitant en 2010 ;
  • aucune subvention reçue.

L'endettement de Lautignac au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Note 8], l'annuité de la dette[Note 9] et sa capacité de désendettement[Note 10] :

  • l'encours de la dette pour un montant de 35 000 €, soit 120 € par habitant, ratio inférieur de 76 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (499 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio diminue de façon continue de 224 € à 120 € par habitant[A2 5] ;
  • l'annuité de la dette pour une valeur de 8 000 €, soit 28 € par habitant, ratio inférieur de 64 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (78 € par habitant). Sur la période 2009 - 2013, ce ratio diminue de façon continue de 31 € à 28 € par habitant[A2 5] ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour une valeur de 23 000 €, soit 78 € par habitant, ratio inférieur de 50 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (156 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 78 € par habitant en 2013 et un maximum de 132 € par habitant en 2012[A2 6]. La capacité de désendettement est d'environ un an en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio présente un minimum de moins d'un an en 2002 et un maximum très élevé, de plus de 50 années en 2000.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7]. En 2016, la commune comptait 266 habitants[Note 11], en diminution de 8,59 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
299385432396597579520543551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566585596534539510515520479
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
410414363326350343327260248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
222205171191201218258291266
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 342 314 314 351 340 329 320 327
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Après une baisse sensible, la population est actuellement en pleine croissance. En 2006, on dénombrait 101 foyers sur la commune dont seulement ¼ d'agriculteurs ou de retraités de l'agriculture.

L'habitat se transforme et de nouvelles maisons sont construites par des habitants qui travaillent sur Toulouse.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est fortement boisée, la vente des "coupes communales" a fait sa richesse pendant de longues années. Le travail hivernal dans les bois était un complément pour les petits fermiers et métayers de la commune.

  • Actuellement, l'agriculture reste importante avec des exploitations spécialisées dans l'élevage ou la polyculture.
  • Un aluminier, deux maçons, un carreleur, un plâtrier sont parmi les artisans.
  • Une entreprise de création de logiciel constitue le secteur tertiaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Lautignac vers 1975.
  • Église Sainte-Philomène construite vers 1846 dont la flèche du clocher n'a résisté que quelques années à la foudre.
  • Le clocher-tour contient trois cloches dont une de 1668.
  • Le presbytère (1830-1833) construit en brique foraine toulousaine n'est pas symétrique par rapport à la porte d'entrée.
  • Ferme avec porche et pans de bois, ce qui est assez exceptionnel pour la région, la partie la plus ancienne date du XVIIIe siècle.
  • Le sentier de grande randonnée (GR 86) traverse la commune de Lautignac.
  • Lautignac est le point de départ du chemin de randonnée en boucle intitulé "Pansette".

Les noms des disparus et leurs portraits sont inscrits sur le monument, ce qui est assez exceptionnel pour l'époque car on utilisait en général des photographies.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Le centre de secours et la gendarmerie les plus proches sont également situés à Rieumes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire, en regroupement pédagogique dispersé avec Labastide-Clermont, assure le cycle 3. Elle dépend de Rieumes pour l'enseignement secondaire (collège Robert-Roger).

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Un terrain de tennis, un terrain de football, un boulodrome de plein air, plus de 300 hectares de forêt avec des sentiers balisés sont à la disposition des sportifs.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette sous-section Finances locales est issue d'une synthèse des données du site alize2.finances.gouv.fr du ministère de l'Économie et des Finances. Elle est présentée de façon standardisée pour toutes les communes et ne concerne que le périmètre municipal. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 1.2.1 : Yin Yang Kappa Logo de l'outil Finances localesLettre grecque Kappa en majuscule et minuscule a effectué la synthèse des 98 pages du site alize2.finances.gouv.fr concernant Lautignac. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3.
  2. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune.
  3. Le poste « achats et charges externes » regroupe les achats non stockés de matières et fournitures (eau, énergie...), le petit matériel, les achats de crédits-bails, les locations, primes d'assurances...
  4. Les « dotations globales de fonctionnement » désignent, en France, des concours financiers de l'État au budget des collectivités territoriales.
  5. La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.
  6. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  7. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  8. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée
  9. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année
  10. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dettecapacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Lautignac.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]