Aller au contenu

La Francheville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Francheville
La Francheville
Mairie.
Blason de La Francheville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Intercommunalité Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Alain Fortin
2020-2026
Code postal 08000
Code commune 08180
Démographie
Gentilé Affranchi & Affranchie
Population
municipale
1 657 hab. (2021 en diminution de 1,95 % par rapport à 2015)
Densité 244 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 43′ 50″ nord, 4° 42′ 56″ est
Altitude Min. 256 m
Max. 150 m
Superficie 6,79 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Charleville-Mézières
(banlieue)
Aire d'attraction Charleville-Mézières
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charleville-Mézières-4
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Francheville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Francheville
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
La Francheville
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
La Francheville

La Francheville est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Ses habitants sont les Affranchi(e)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune, limitrophe de Charleville-Mézières, s'est développée sur les bords de la Vence, petite rivière de la vallée de la Vence. Sa superficie est d'environ 679 ha, les espaces boisés représentent 138 ha dont 90 ha appartenant à la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant de la Meuse au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Vence, le ruisseau de la Suette, le ruisseau de Clefay et le ruisseau du Relais[1],[Carte 1].

La Vence, d'une longueur de 33 km, prend sa source dans la commune de Launois-sur-Vence et se jette dans la Meuse à Charleville-Mézières, après avoir traversé 13 communes[2].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique de la Francheville.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 893 mm, avec 13,5 jours de précipitations en janvier et 9,5 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Charleville-Méz. », sur la commune de Charleville-Mézières à 5 km à vol d'oiseau[5], est de 9,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 928,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,2 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17,5 °C, atteinte le [Note 1],[6],[7].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[8]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Accès[modifier | modifier le code]

L'accès à la commune peut se faire par voies départementales et communales : au sud par la route de Paris depuis Boulzicourt, à l'est par la rue du Fort depuis Villers-Semeuse, au nord par l'avenue de la Marne depuis Charleville-Mézières, à l'ouest par la route d'Évigny depuis Évigny, et par l'autoroute A34 dans les 2 sens de circulation (Reims-Charleville/Charleville-Reims).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , La Francheville est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Charleville-Mézières, une agglomération intra-départementale dont elle est une commune de la banlieue[11],[12]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charleville-Mézières, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[12]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,2 %), forêts (25,6 %), zones urbanisées (12,2 %), terres arables (10,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,2 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, pour Ernest Nègre, est simplement l'assemblage de franche et de ville, signifiant village jouissant de franchises[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village fut bâti par des colons affranchis de toute redevance au XIIe.

Ce village fut érigé en commune en 1792, aux dépens du territoire de la commune de Mohon. Il reçut alors ce nom révolutionnaire, qu'il a conservé depuis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Charleville-Mézières du département des Ardennes, en région Grand-Est. Pour l'élection des députés, elle dépend depuis 1988 de la première circonscription des Ardennes.

Elle faisait partie de 1793 à 1973 du canton de Mézières. Celui-ci est scindé en 1973 et la commune intègre le canton de Mézières-Est[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Charleville-Mézières-4[18].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre fondateur de Cœur d'Ardenne, la communauté d'agglomération centrée sur Charleville-Mézières, créée le .

Cœur d'Ardenne a fusionné avec d'autres structures intercommunales des Ardennes pour former, le , la communauté d'agglomération Ardenne Métropole[19],[20],[21], dont la commune fait désormais partie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1875 après 1876 Arnould[22]    
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 1983 Reine Lecrique PS  
1983 décembre 2011 Gilbert Pilard SE Démissionnaire
janvier 2012[23] mai 2020 Daniel Roumy SE-DVD Réélu pour le mandat 2014-2020
mai 2020 En cours Alain Fortin[24] DVG  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2008, la commune a obtenu le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2021, la commune comptait 1 657 habitants[Note 3], en diminution de 1,95 % par rapport à 2015 (Ardennes : −3,2 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172197242312302313340368387
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
481588602624678694711738685
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
7196968099629849599571 1611 367
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2020
1 2701 0771 3751 5901 6401 6221 5871 6901 664
2021 - - - - - - - -
1 657--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

La commune est dotée de nombreux services : école maternelle et école primaire, avec garderie et restauration scolaire, espace culturel et médiathèque, salle polyvalente multisports, salle des fêtes, centre des loisirs sans hébergement, zone d’activités pour les entreprises, commerces et services de proximité tels que la poste, une pharmacie, un médecin, un tabac-presse… De nombreuses associations y sont également implantées[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

La Poudrerie de Saint-Ponce[modifier | modifier le code]

Non loin de la chapelle de Saint-Ponce, un moulin utilisant la force motrice de la Vence est construit et se voit concéder en 1619 le droit d'utilisation comme moulin à farine par le prince de Conti. En 1677, il est converti en poudrerie. La fabrication de la poudre est alors un monopole de l’État, mais n’est pas assurée par lui. Les poudreries sont mises en adjudication, et l’adjudicataire s’engage à fournir, pour une certaine somme, les quantités prescrites aux temps et lieux déterminés. Différents adjudicataires se succèdent. L'exploitation est reprise directement par les services du royaume en 1777. Elle reste propriété de l’État après la Révolution française, jusqu’en 1797-1798, où elle est mise en vente comme de nombreux biens nationaux. Acquise par Alexis-Joseph Poulain, propriétaire des forges de Boutancourt, elle est de nouveau cédée à l'Etat en 1801, et reconstruite[28]

Royale, impériale, nationale, ou privée, cette poudrerie représente un intérêt économique pour la commune et ses habitants. Cependant, sa présence ici nécessite des mesures de prudence liées à la fabrication et au stockage de la poudre. Plusieurs accidents ont été constatés : l’incendie des moulins à poudre en 1704 ne fait pas de victime, mais une explosion en 1754 fait cinq victimes et en 1873 une explosion de 2 400 kg de poudre se produit, avec un souffle et un bruit entendu sur un large voisinage[29],[30].

Cette poudrerie est définitivement fermée en 1904. Revendue à 1906, une fabrique à clous y est installée utilisant cette fois une machine à vapeur. Puis elle est transformée en habitation

De nombreux vestiges de la poudrerie sont aujourd’hui visibles sur l’île de Saint-Ponce : des bâtiments, des installations, des habitations[28].

L'église Saint-Thomas de La Francheville[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIe siècle, La Francheville était une dépendance de la paroisse de Mohon. Les habitants de La Francheville aspirant à posséder leur église, une construction s'effectue en 1839. La nef est à trois vaisseaux de trois travées. L'entrée se fait par une tour, servant aussi de clocher. Le vestibule d'entrée permet l'accès aux parties hautes par le biais d'un escalier en vis. Le chœur se compose de deux travées droites et d'une abside à volume polygonal. La première travée est encadrée par deux chapelles. Une sacristie est adossée à la seconde travée du chœur. La façade principale est élevée en pierre de taille de Dom-le-Mesnil en grand et moyen appareil et le reste de l'édifice est en moellon de Dom-le-Mesnil avec chaîne en pierre de taille[31]. Un terrain situé derrière l'église est aménagé en cimetière. La Francheville est alors érigée en paroisse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaston Robert, né le à La Francheville où il est mort le , est un archiviste nommé en 1913 aux archives de la ville de Reims. Il a écrit plusieurs ouvrages d'histoire locale. Il s'est intéressé principalement à l'histoire des institutions et à l'histoire de la Champagne. Il est également l'auteur d'un ouvrage sur la Poudrerie de Saint Ponce, publié en 1911 par la librairie parisienne Alphonse Picard et Fils[32]. L'Espace culturel de la commune porte son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Francheville (La) Blason
D'azur à la tierce en barre d'or, à la foi de carnation, brochant en bande, mouvant des flancs, parée d'or, portant deux bracelets de sable desquels pendent deux chaînes brisées du même, le tout accompagné en chef d'une chapelle d'argent et en pointe de six boulets du même ordonnés 1.2.3.
Détails
Création Paul Quintina et Philippe Nolet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. « Réseau hydrographique de la Francheville » sur Géoportail (consulté le 15 mai 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale de la Francheville », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  2. Sandre, « la Vence »
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre La Francheville et Charleville-Mézières », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Charleville-Méz. », sur la commune de Charleville-Mézières - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Charleville-Méz. », sur la commune de Charleville-Mézières - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  10. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Charleville-Mézières », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Charleville-Mézières », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3, Formations dialectales, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1490
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Décret no 2014-203 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Ardennes, sur Légifrance (consulté le 24 avril 2014)
  19. « Arrêté n°2013/207 portant création de la communauté d'agglomération de Charleville-Mézières/Sedan issue de la fusion de la communauté d'agglomération de Charleville-Mézières Cœur d'Ardenne, et des communautés de communes du Pays sedanais, des Balcons de Meuse, du Pays des Sources au Val de Bar avec intégration des communes d'Arreux, Bazeilles, Belval, Cliron, Tournes, Damouzy, Fagnon, Neufmanil, Nouvion-sur-Meuse, Houldizy, Sécheval et Haudrecy » [PDF], Préfecture des Ardennes, (consulté le ).
  20. M. S. (L'Union) 2013.
  21. L'Union 2012.
  22. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p197.
  23. « Information de dernière minute », Vivre à La Francheville - Bulletin municipal, no 34,‎ , p. 2 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  24. https://reader.cafeyn.co/fr/1926593/21597847
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. a et b Maya Bennani, Bruno Decrock, François Griot et Julien Marasi, Patrimoine industriel des Ardennes, Langres, Éditions Dominique Guéniot, , 288 p. (ISBN 978-2-87825-458-7, lire en ligne), « Usine de produits explosifs dite La poudrerie Saint-Ponce, puis usine de quincaillerie Lefort et Cie, actuellement maison », p. 104
  29. « La Poudrerie Royale de Saint-Ponce », sur Blog Histoire08, .
  30. « La poudrerie de Saint-Ponce », sur lafrancheville.fr.
  31. « La Francheville. Église paroissiale Saint-Thomas », sur inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr.
  32. « Robert, Gaston (1880-1963) », sur idRef.