Vrigne-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Vrigne (homonymie).

Vrigne-Meuse
Vrigne-Meuse
La mairie de Vrigne-Meuse
Blason de Vrigne-Meuse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Nouvion-sur-Meuse
Intercommunalité Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Christophe Chanot
2014-2020
Code postal 08350
Code commune 08492
Démographie
Gentilé Vrigne-Meusiens, Vrigne-Meusiennes
Population
municipale
297 hab. (2015 en augmentation de 13,79 % par rapport à 2010)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 12″ nord, 4° 50′ 48″ est
Altitude Min. 146 m
Max. 243 m
Superficie 4,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Vrigne-Meuse

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Vrigne-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vrigne-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vrigne-Meuse

Vrigne-Meuse est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vivier-au-Court Vrigne-aux-Bois Rose des vents
Nouvion-sur-Meuse N Donchery
O    Vrigne-Meuse    E
S
Dom-le-mesnil Villers-sur-Bar

La totalité de la commune se situe au nord de la Meuse. La commune du sud-est Dom-le-Mesnil.

Le point culminant est le Signal de l'Épine, à 243 m d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, la commune est située au confluent de la Vrigne, cours d'eau de 16,5 kilomètres[1] et de la Meuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vrigne-Meuse est surtout connue pour avoir été le cadre de la dernière offensive décrétée par le général Foch lors de la Première Guerre mondiale du 9 au 11 novembre 1918. La 163e division d'infanterie donna l'ordre de franchir la Meuse « coûte que coûte » à la toute fin de la guerre, ordre très largement surinterprété par rapport aux instructions de l'état-major de l'armée, et d'occuper le Signal de l'Épine (altitude 243 m). L'opération, hasardeuse, eut lieu sur des ponts de planches improvisés et de petits radeaux pour quatre hommes. Les pertes de cette dernière offensive de trois jours sont de 96 tués et 198 blessés. La plupart ont été déclarés morts pour la France le 10 novembre, l'opération peu utile étant plutôt tue dans l'immédiat après-guerre par les autorités[2].

C'est à Vrigne-Meuse qu'a été sonné le cessez-le-feu par le soldat de première classe Octave Delaluque et où est tombée la dernière victime officielle du conflit, Augustin-Joseph Trébuchon, 17 minutes avant le cessez-le-feu et dont la dépouille repose au cimetière de la ville[3].

Une rue porte le nom d'Octave Delaluque, le soldat qui a sonné l’armistice, cinq minutes après la mort de Augustin-Joseph Trébuchon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 M. Georges Dommelier    
mars 2008 en cours
(au 10 avril 2014)
M. Jean-Christophe Chanot   Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 297 habitants[Note 1], en augmentation de 13,79 % par rapport à 2010 (Ardennes : -1,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
100108134134132131139150180
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
172160168151153154158176184
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
197173256221198205187180178
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 - -
183207187191217261297--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vrigne-Meuse

Les armes de Vrigne-Meuse se blasonnent ainsi :

parti : au 1) de gueules à la bande d’argent, au 2) d’azur à la barre d’argent ; à la colombe d’argent volant en descendant en barre brochant en chef sur la partition[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mémorial de la 163e division d'infanterie au lieu-dit La cote de l'épine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau la Vrigne (B5040300) » (consulté le 25 octobre 2015)
  2. Alain Fauveau, « Le dernier combat : Vrigne-Meuse, 10 et 11 novembre 1918 », Revue historique des armées [Online], 251 | 2008, Online since 09 June 2008, connection on 24 May 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/291
  3. L'Ardennoscope, guide touristique et culturel, édition 2014, p. 23.
  4. « Jean- Christophe Chanot entame son second mandat de maire », La Semaine des Ardennes, no 239,‎ , p. 16
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Banque du Blason