Villers-Semeuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villers-Semeuse
Villers-Semeuse
La mairie.
Blason de Villers-Semeuse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Intercommunalité CA Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Jérémy Dupuy
2020-2026
Code postal 08000
Code commune 08480
Démographie
Gentilé Villersois[1]
Population
municipale
3 608 hab. (2021 en augmentation de 0,39 % par rapport à 2015)
Densité 488 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 00″ nord, 4° 45′ 00″ est
Altitude Min. 156 m
Superficie 7,40 km2
Unité urbaine Charleville-Mézières
(banlieue)
Aire d'attraction Charleville-Mézières
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Villers-Semeuse
(bureau centralisateur)
Législatives 1re circonscription des Ardennes
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Villers-Semeuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Villers-Semeuse
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
Villers-Semeuse
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Villers-Semeuse
Liens
Site web http://www.villers-semeuse.fr

Villers-Semeuse [vile səmøz] est une commune française des Ardennes, dans la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Les Ayvelles, Charleville-Mézières, La Francheville, Lumes et Saint-Laurent.

Description[modifier | modifier le code]

Villers Semeuse est une commune ardennaise de la banlieue de Charleville-Mézières, limitrophe au sud-est de cette ville, située à 10 km de la frontière franco-belge, 75 km au nord-est de Reims, 78 km de Charleroi et 100 km de Luxembourg

Elle est desservie par la sortie Sortie 8 (Villers-Semeuse, Flize) de l'autoroute A-34) et est traversée par la ligne de Mohon à Thionville, dont la station la plus proche est la gare de Mohon. Toutefois, l'offre ferroviaire la plus importante est accessible à la gare de Charleville-Mézières, desservie par des TGV depuis Paris-Est ou Sedan, et des trains TER Grand Est (relations de Charleville-Mézières à Givet, à Lille-Flandres et à Longwy et de Reims à Metz-Ville).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villers-Semeuse est limitée au nord et à l'est par le cours du fleuve la Meuse (fleuve).

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 889 mm, avec 13,1 jours de précipitations en janvier et 9,4 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Charleville-Méz. », sur la commune de Charleville-Mézières à 4 km à vol d'oiseau[4], est de 9,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 928,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,2 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17,5 °C, atteinte le [Note 1],[5],[6].

Statistiques 1991-2020 et records CHARLEVILLE-MEZ (08) - alt : 145m, lat : 49°46'58"N, lon : 4°38'35"E
Records établis sur la période du 01-01-1990 au 04-01-2024
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,3 −0,6 1 2,8 6,6 9,9 11,8 11,2 8,2 5,8 2,8 0,4 5
Température moyenne (°C) 2,7 3,1 6,2 9,1 12,8 16 18 17,6 14,1 10,4 6,1 3,3 9,9
Température maximale moyenne (°C) 5,6 6,9 11,3 15,3 19 22,1 24,1 23,9 20 15 9,3 6,1 14,9
Record de froid (°C)
date du record
−17,5
01.01.1997
−16,7
18.02.1991
−13,8
13.03.13
−8,5
08.04.03
−4,4
18.05.1991
−2,4
05.06.1991
1,7
11.07.1993
0,4
30.08.1993
−3,4
30.09.18
−6,7
30.10.1997
−11,8
24.11.1998
−16,4
21.12.09
−17,5
1997
Record de chaleur (°C)
date du record
15
05.01.1999
21,7
27.02.19
24,4
31.03.21
28,1
25.04.07
31,2
28.05.17
34,9
28.06.11
39,2
25.07.19
37
12.08.03
34,4
15.09.20
27,7
01.10.11
19,9
07.11.15
15,7
30.12.22
39,2
2019
Ensoleillement (h) 504 69 1 281 1 767 1 973 2 029 2 142 1 986 1 525 968 484 407 15 755
Précipitations (mm) 100,4 78,3 68,6 56,6 67,6 66,8 72,3 74,4 63,4 80,1 83,8 116,1 928,4
Source : « Fiche 8105005 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
5,6
−0,3
100,4
 
 
 
6,9
−0,6
78,3
 
 
 
11,3
1
68,6
 
 
 
15,3
2,8
56,6
 
 
 
19
6,6
67,6
 
 
 
22,1
9,9
66,8
 
 
 
24,1
11,8
72,3
 
 
 
23,9
11,2
74,4
 
 
 
20
8,2
63,4
 
 
 
15
5,8
80,1
 
 
 
9,3
2,8
83,8
 
 
 
6,1
0,4
116,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[7]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villers-Semeuse est une commune urbaine[Note 2],[9]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Charleville-Mézières, une agglomération intra départementale regroupant 8 communes[12] et 57 933 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charleville-Mézières, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (50,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (54,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (50,3 %), zones urbanisées (27,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,4 %), eaux continentales[Note 4] (6,5 %), forêts (5 %), terres arables (0,3 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Torque à tampon du Ve siècle av. J.-C.trouvé dans la commune.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Ère industrielle[modifier | modifier le code]

Le château avant la Première Guerre mondiale.

Dès avant Première Guerre mondiale, le centre militaire de Mézières disposait d'un terrain d'atterrissage situé près du fort des Ayvelles et offrant aux navigateurs aériens aussi bien abri que ravitaillement et matériel complets[18]

En 1910, avec l’essor de l'aviation, le circuit de l'Est[19] course aéronautique reliant Paris – Troyes – Nancy – Mézières – Douai – Amiens – Paris fait escale sur le terrain d'aviation de Villers-Semeuse.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , près de Villers-Semeuse, dans une revue passée par le général Marie-Eugène Debeney, le drapeau du 115e R.I. reçoit la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918[réf. nécessaire].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune a été décorée de la Croix de guerre 1939-1945 le [20]

Trente glorieuses[modifier | modifier le code]

En 1969 Citroën implante une fonderie sur les communes de Villers-Semeuse et des Ayvelles, destinée à l'origine à fabriquer les pièces du moteur de la Citroën GS et GSA.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Charleville-Mézières du département des Ardennes. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la première circonscription des Ardennes.

Elle faisait partie de 1801 à 1973 du canton de Mézières, année où celui-ci est scindé et la commune rattachée au canton de Mézières-Est. En 1982, elle devient le chef-lieu du canton de Villers-Semeuse[21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 8+1 fraction à 11 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville était membre de la communauté d'agglomération dénommée cœur d'Ardenne, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2004 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Celle-ci fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération dénommée Ardenne Métropole, dont la commune est désormais membre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans les Ardennes, la liste DVG menée par Jérémy Dupuy remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 841 voix, devançant respectivement les listes menées par[22] :

  • le maire sortant Guy Ferreira (DVD, 752 voix, 47,20 %, 6 conseillers municipaux élus) ;
  • Franck Tuot (DVD), qui n'a obtenu aucun suffrage, ses bulletins ayant été invalidés et faisant partie des 190 bulletins blancs et nuls ;

lors d'un scrutin marqué par 30,92 % d'abstention.

Les élections municipales du ont été annulées par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne le , qui a estimé que les bulletins de vote d'une des listes avait été illégalement invalidés par le bureau de vote. De nouvelles élections municipales, initialement prévues les et le [23],[24],[25] ont eu lieu le et Jérémy Dupuy a été réélu le dès le premier tour[26].

Lors des élections municipales de 2020 dans les Ardennes, seule la liste DVG du maire sortant Jérémy Dupuy était candidate, et a donc obtenue la totalité des 809 suffrages exprimés (27 conseillers municipaux élus, dont 2 communautaires)[27].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1946 Georges Fery    
1946 1965 Louis Jolly[28] PCF
(jusqu'en 1960)
Cheminot ajusteur aux ateliers de Mohon, syndicaliste
1965 1971 Marcel Nagot    
1971 1977 Louis Jolly[28] DVG  
1977 2001 Roger Aubry[29] DVD Pharmacien
Conseiller général de Villers-Semeuse (1982 → 2008)
Président du conseil général des Ardennes (1995 → 2004)
2001 2014 Guy Ferreira[30],[31] DVD Retraité EDF
Conseiller général de Villers-Semeuse (2008 → 2014)
mars 2014[32],[26] En cours
(au 13 septembre 2022)
Jérémy Dupuy DVG Enseignant
Vice-Président de la CA Ardenne Métropole (2014 → )
Conseiller général puis départemental de Villers-Semeuse (2014 →)
Réélu pour le mandat 2020-2026[33],[34]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La comité des villes et villages fleuris de France a décerné[Quand ?] deux fleurs à la commune[35].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[37].

En 2021, la commune comptait 3 608 habitants[Note 5], en augmentation de 0,39 % par rapport à 2015 (Ardennes : −3,2 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
207191196218345346357398407
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
7058009021 2541 0901 1731 4441 5411 826
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
2 0662 1722 7112 8022 7402 3723 0223 3893 358
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 -
3 1933 0743 5953 5213 2303 5253 5913 608-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

C'est sur le territoire de la commune qu'a décidé de s'implanter l'usine PSA Peugeot Citroën, employant un grand nombre de ses résidents. Elle produit des pièces de moteur et de suspension, principalement pour PSA PSA Peugeot Citroën, mais aussi pour BMW.

En 1971, un important centre commercial est implanté sur la commune de Villers-Semeuse. Le triplement de sa galerie commerciale est envisagé depuis 2015, mais est freiné par de nombreux recours, notamment inspirés par la volonté de préserver les commerces de centre-ville de Charleville-Mézières - l’autorisation étant finalement accordée en 2018[39].

Villers-Semeuse abrite aussi le centre d'insémination artificielle des Ardennes[40].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La commune possédait un château, le château de Villers-devant-Mézières, fortement endommagé durant la Première puis la Seconde Guerre mondiale, finalement détruit dans les années 1950[41].
  • Le fort des Ayvelles est un ancien bâtiment militaire construit à partir de 1876, déclassé en 1899, utilisé comme garnison durant la Première Guerre mondiale et occupé pendant la Seconde.
  • L'église Saint-Pierre de Villers-Semeuse : (XVe siècle)[42]. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1972[43]. Elle est construite en pierre de Dom. Le portail de l'église date de 1604, il est encadré par deux colonnes corinthiennes qui soutiennent le fronton. Au-dessus de celui-ci est sculpté le décret inspiré par Robespierre : ” Le peuple français reconnaît l’existence de l’Être suprême et l’immortalité de l’Âme ”.
L'église contient notamment un buste reliquaire de saint Pierre en bois polychrome du XVIIe siècle[44]. Le maître-autel et ses accessoires date du XVIIIe siècle[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jules Leroux
Natifs de la commune

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villers-Semeuse Blason
De sable à six fleurs de lys d'argent ordonnées 2.1.2.1.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ardennes », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Villers-Semeuse et Charleville-Mézières », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Charleville-Méz. », sur la commune de Charleville-Mézières - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Charleville-Méz. », sur la commune de Charleville-Mézières - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  9. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Charleville-Mézières », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  18. « Atlas DGAC – Mézières – Tournes – Belval », Atlas historique des terrains d'aviation de France métropolitaine 1919-1947, sur anciens-aerodromes.com, (consulté le ).
  19. Plan des étapes du Circuit de l'Est, Programme officiel du Circuit de l'Est
  20. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939-1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - Dormans (51), (consulté le ), p. 5.
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Résultats officiels pour la commune Villers-Semeuse
  23. Orianne Roger, « Les élections municipales ont été annulées : Le premier tour de nouvelles élections municipales à Villers- Semeuse aura lieu le 29 juin. Jérémy Dupuy et Franck Tuot ont déjà annoncé qu’ils en seront. », La Semaine des Ardennes, no 247,‎ , p. 12 (ISSN 0753-3454)
  24. Damien Engrand, « Le tribunal annule l’élection municipale de Villers-Semeuse », L'Union L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. Guillaume Lévy et Damien Engrand, « Élection reportée: la commune sous tutelle : VILLERS-SEMEUSE (08). Le recours déposé par Franck Tuot (PCF) devant le tribunal administratif a débouché sur le report des élections municipales en septembre. La Ville est placée sous tutelle. », L'Union - L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. a et b Virginie Menvielle, « Jérémy Dupuy a définitivement été élu dimanche avec 68 % des voix : Carton plein pour Jérémy Dupuy qui remporte 1 689 voix et 21 des 24 sièges du conseil pour son équipe dès le premier tour », La Semaine des Ardennes, no 262,‎ (lire en ligne).
  27. « Villers-Semeuse », Résultats aux municipales 2020, sur lemonde.fr (consulté le ).
  28. a et b Didier Bigorgne, « JOLLY Louis, Émile : Né le 4 février 1908 à Sedan (Ardennes), mort le 1er novembre 1995 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; cheminot ; syndicaliste CGT ; résistant, militant communiste jusqu’en 1960, et du Mouvement de la paix ; maire de Villers-Semeuse (Ardennes) de 1946 à 1965, puis de 1971 à 1977 », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  29. Olivier Durand et Manessa Terrien, « Ancien président du conseil général des Ardennes, Roger Aubry est décédé : Président du conseil général des Ardennes de 1995 à 2004, Roger Aubry est décédé lundi soir, à l'âge de 91 ans », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Villers-Semeuse Les noces d'or de Jocelyne et Guy », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Malgré une vie professionnelle bien remplie, Guy Ferreira est entré au conseil municipal sous les mandats de Roger Aubry, puis après quelques mandats devint adjoint. A la retraite de Roger Aubry en 2001, Guy Ferreira est maire de Villers-Semeuse. En 2008, il brigua un fauteuil au conseil général où il fut élu au premier tour ».
  31. Mirko Spasic, « Décès de Guy Ferreira, maire de Villers-Semeuse pendant 13 ans », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Guy Ferreira, maire de Villers-Semeuse durant deux mandats, vient de décéder à l’âge de 83 ans, un peu plus d’un an après son épouse Jocelyne ».
  32. « Tout s’est presque bien passé au conseil municipal », La Semaine des Ardennes, no 238,‎ , p. 13 (ISSN 0753-3454)
  33. « Jérémy Dupuy se représente à la mairie de Villers-Semeuse : La candidature vient d’être annoncée sur les réseaux sociaux », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Jérémy Dupuy élu maire de Villers-Semeuse, six adjoints pour l’épauler : Ce lundi soir, le conseil municipal tenait sa première réunion de ce nouveau mandat », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Site du comité des villes et villages fleuris de France
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  39. Julien Azémar et Manessa Terrien, « Le Cora de Villers-Semeuse va pouvoir tripler la taille de sa galerie : Après deux ans de guérilla administrative, Cora vient d'obtenir l'autorisation de tripler la surface de sa galerie commerciale. Un coup de Trafalgar pour le commerce de centre-ville ? », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Un guichet unique pour les éleveurs ardennais à Villers-Semeuse », sur lardennais.fr, (consulté le ).
  41. Philippe Seydoux, Gentilhommières et Maisons fortes en Champagne : Marne et Ardennes, t. 1, Paris, Éditions de La Morande, , 320 p. (ISBN 2-902091-30-3), p. 176
  42. « L'histoire de l'Eglise »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).
  43. « Église Saint-Pierre », notice no PA00078541, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. « Buste-reliquaire : saint Pierre », notice no PM08000590, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. « Autel, tabernacle, retable (maître-autel) », notice no PM08000591, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  46. Roger Marche sur le site de la mairie « Copie archivée » (version du sur Internet Archive)