Neufmanil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Neufmanil
Neufmanil
L'ancienne mairie de Neufmanil
Blason de Neufmanil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Villers-Semeuse
Intercommunalité Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Dominique Wafflard
2017-2020
Code postal 08700
Code commune 08316
Démographie
Gentilé Crayats
Population
municipale
1 078 hab. (2015 en diminution de 8,02 % par rapport à 2010)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 38″ nord, 4° 47′ 41″ est
Superficie 10,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Neufmanil

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Neufmanil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neufmanil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neufmanil
Liens
Site web http://www.neufmanil.com

Neufmanil est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Neufmanil est une commune du département des Ardennes située au nord-est de Charleville-Mézières et à 7 kilomètres de la frontière belge. Elle est entouré de forêts et de petites prairies dans une vallée encaissée où sinue la Goutelle. Elle est desservie par les routes départementales 22 (la reliant à Nouzonville et à Gespunsart) , 57 (conduisant à La Grandville) et 58 (partant vers Aiglemont); elle est également desservie par la ligne 6 du réseau TAC (Transport de l'agglomération de Charleville-Mézières).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Neufmanil
Joigny-sur-Meuse Thilay Les Hautes-Rivières
Nouzonville Neufmanil Gespunsart
Aiglemont La Grandville Gespunsart

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières références à Neufmanil datent du IXe siècle : on sait que le territoire est sous la juridiction féodale d'Orchimont à cette époque. Il fait partie du pays de Castrice (ville n'existant plus de nos jours et que l'on peut situer sur le Mont-Olympe, à Charleville-Mézières). Lors du Traité de Verdun, en 843, le grand empire que Charlemagne a bâti fut partagé entre ses trois petits-fils lors de la mort de Louis le Pieux. Neufmanil faisant partie du pays de Castrice, fut rattaché à la Lotharingie, partie réservé à Lothaire Ier. Cependant à la mort de Lothaire II, le fils de celui-ci, le pays de Castrice revint dans l'escarcelle de Charles le Chauve lors du traité de Meerssen en 870. S'ensuit une période trouble où la Lotharingie, et Neufmanil avec elle, passa de mains en mains pour finalement échoir définitivement au Saint-Empire romain germanique en 925.

Ce territoire ne reviendra à la France que le 16 mai 1769, à la suite de la réunion de La Grandville, La Cense aux Hayes et de Neufmanil dans le cadre de la Convention des Limites[1].

Neufmanil fut chef-lieu du canton de 1790 à 1796.

Lors de la Première Guerre mondiale, les Allemands arrivèrent dans la ville le matin du 25 août 1914 puis tentèrent de prendre Nouzonville, sans succès. Lors de leur retour, la ville fut mise à sac. Lors de l'occupation, plusieurs habitants de la ville furent réquisitionnés sur le Front de Champagne derrière les lignes allemandes pour réparer les routes détruites par les obus français[2].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le village fut évacué le 12 mai 1940. L'exode avait été organisé de telle façon à ce que les Crayats, pendant un éventuel conflit, rejoignent la ville de Saint-Varent et ses environs, dans le département des Deux-Sèvres. Neufmanil voit partir l'armée allemande le 6 septembre 1944[3] .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Charleville-Mézières du département des Ardennes. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la deuxième circonscription des Ardennes.

La commune a été chef-lieu d'un éphémère canton de Neufmanil de 1793 à 1801, année où elle rejoint le canton de Charleville. Celui-ci est scindé en 1973 et la commune intègre alors le canton de Nouzonville[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Villers-Semeuse.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté d'agglomération Cœur d'Ardenne, créée fin 2004.

Celle-ci a fusionné avec d'autres structures intercommunales des Ardennes pour former, le 1er janvier 2014, la communauté d'agglomération Ardenne Métropole[5],[6],[7].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Neufmanil est une ville qui vote traditionnellement à gauche lors des élections nationales. Lors des élections municipales françaises de 2014, la liste dirigée par Pierre Cordier étant seule en lice a obtenu la totalité des suffrages exprimés. Il y eut cependant 25,48 % d'abstention et 23,7 % de blancs et nuls[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
sept. 1790 1792 J.F Copine    
1792 1800 M. Cochinard    
1800 1825 M. Copine    
1825 1848 François Cordier    
1848 1887 Nicolas Laurent Victor Calteaux    
1887 1892 Louis Auguste Rose    
1892 1896 Jean Baptiste Auguste Lambert    
1896 1901 Louis Auguste Rose    
1901 1904 Jules César Croqueloy    
1904 1912 Richard Charlier    
1912 1920 Jules Dubois    
1920 1925 Jean-Louis Cochinard    
1925 1945 Léon Kerfs    
1945 1947 Léon Froussard    
1948 1959 Camille Baulmont    
1959 1970 Emile Jurion    
1970 1977 Lucien Flecheux    
1977 1983 Sylvain Titeux    
1983 1989 Jean-Pierre Nangniot    
1989 1995 Michel Naessens    
1995 2001 Betty Eyquem    
mars 2001 juillet 2017[9] Pierre Cordier DVD
puis LR[10]
Cadre de la fonction publique
Conseiller général de Nouzonville (2004 → 2015)
Vice-président de la CA Ardenne Métropole ( ? → 2017)
Député des Ardennes (2e circ) (2017→ )
Démissionnaire à la suite de son élection comme député
octobre 2017[11] en cours
(au 18 octobre 2017)
Dominique Wafflard   Chargé d’affaire retraité à la chaudronnerie Carameaux

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Neufmanil a adhéré à la charte du Parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis mars 2005, la commune de Neufmanil est jumelée avec le village de Dieterskirchen (Bavière). Les personnalités des deux communes se rencontrent en moyenne trois ou quatre fois par an, dans le cadre de manifestations telles que la Sainte-Barbe des pompiers.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2015, la commune comptait 1 078 habitants[Note 1], en diminution de 8,02 % par rapport à 2010 (Ardennes (département) : -1,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5766196271 0761 0561 2141 3371 4241 410
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 5691 5711 6221 6901 6771 5761 4831 5351 505
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 5761 3671 3841 3811 1969421 0451 0711 202
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 -
1 1271 2111 2041 2031 2001 2001 1291 078-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Salle polyvalente à vocation sportive
Inaugurée en octobre 2007, la Salle Polyvalente à Vocation Sportive se situe derrière l'école.
Elle est conçue pour les rencontres sportives (tennis, basket-ball, handball, volley-ball) mais fait aussi office de salle de congrès (800 personnes).

Culture[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie sert désormais de bibliothèque au rez-de-chaissée, et de local pour les jeunes du village à l'étage, sous le nom du Dôme.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Carnaval à neuneu, dont la trentième édition a eu lieu du 10 au 14 février 2018, regroupant 20 groupes et quatorze chars, soit près de 500 participants[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Côme, Saint-Damien, de la fin du XVIIIe siècle[17] .
  • Le Château[18] :
En 1297 la famille de Neufmanil reçoit la haute justice du lieu, des mains de Jacques III d'Orchimont, par une renonciation signée par les deux parties le 25 février de cette année. Cette renonciation vaut autant pour les héritiers de Jacquemin de Neufmanil, devenant de par le fait seigneur de la place, que pour les héritiers et successeurs de Jacques III qui devront par la suite respecter cette clause, ce qui est exceptionnel[19]. Le château fut détruit à plusieurs reprises : en 1587, il fut détruit par les habitants de Gespunsart. Reconstruit l'année suivante, nous savons par un document de 1588 que le château était entouré de fossés remplis d'eau et on devait y accéder par un pont-levis. Il fut de nouveau détruit en 1627. Nicolas Deprez, alors seigneur du lieu fait reconstruire sa demeure, qui est agrandie de deux ailes en 1753.
Après l'incendie d'octobre 1941, on a reconstruit des maisons individuelles sur les vestiges[20].
  • Le Cabrera
Le nom du moulin vient de l’aïeul du dernier propriétaire de la bâtisse : celui-ci étant soldat napoléonien, il fut arrêté par les Anglais, stationnant alors en Espagne, et fut interné sur l'île de Cabrera, aux Baléares[21].
Le moulin fut acquis par la commune en 1997, qui le rénova et le transforma en gîte.
  • Lavoir, du milieu du XIXe siècle[22]
  • Maisons, 20 rue d'Aiglemont , construite en 1817[23], 26 rue d'Aiglemont, de la deuxième moitié du XIXe siècle[24], 44-56 de la même rue, du premier quart du XIXe siècle[25].
  • L'ancienne mairie, rue Ambroise Croizat, construite vers 1825[26].
  • Ancien moulin sur le ruisseau de Cons la Grandville ou des Trois Fontainesde Cons la Grandville ou des Trois Fontaines, du début du XIXe siècle[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neufmanil

Les armes de Neufmanil se blasonnent ainsi :
losangé d’argent et d’azur[28].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pol Cordier, Histoire de Neufmanil des origines à nos jours, Sopaic, Charleville-Mézières, 1978, p. 9
  2. Jean-Pol Cordier, Histoire de Neufmanil des origines à nos jours, Sopaic, Charleville-Mézières, 1978, p. 268-269
  3. Jean-Pol Cordier, Histoire de Neufmanil des origines à nos jours, Sopaic, Charleville-Mézières, 1978, p. 331
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Arrêté n°2013/207 portant création de la communauté d'agglomération de Charleville-Mézières/Sedan issue de la fusion de la communauté d'agglomération de Charleville-Mézières Cœur d'Ardenne, et des communautés de communes du Pays sedanais, des Balcons de Meuse, du Pays des Sources au Val de Bar avec intégration des communes d'Arreux, Bazeilles, Belval, Cliron, Tournes, Damouzy, Fagnon, Neufmanil, Nouvion-sur-Meuse, Houldizy, Sécheval et Haudrecy » [PDF], Préfecture des Ardennes, (consulté le 29 juillet 2014)
  6. M. S. (L'Union) 2013.
  7. L'Union 2012.
  8. « neufmanil », Résultats élections municipales 2014, BFM-TV (consulté le 22 octobre 2014)
  9. Guillaume Lévy, « Démissions en cascade chez les députés ardennais : Les députés fraîchement élus doivent lâcher une flopée de mandats, pour respecter la loi sur le non-cumul », L'Union,‎ (lire en ligne).
  10. « M. Pierre Cordier [Ardennes (2e circonscription)] », Assemblée nationale (consulté le 22 février 2018).
  11. Olivier Durand, « Un nouveau maire pour Neufmanil : Dominique Wafflard, élu au conseil municipal depuis 2001, succède à Pierre Cordier », L'Union,‎ (lire en ligne) « Ancien 2e adjoint, élu à Neufmanil depuis 2001, cet homme de 60 ans est tout sauf un inconnu dans le village. «  Je suis originaire de Nouzonville, mais je me suis installé à Neufmanil en 1988 ».
  12. Création du PNR des Ardennes
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. Virginie Menvielle, « 30e édition de la calvalcade : près de 500 personnes dans le carnaval : Le carnaval à Neuneu est une institution. La plupart des Crayats prennent des jours de congés pour pouvoir y participer. Et pour cause, à Neufmanil, le carnaval dure une semaine. », La Semaine des Ardennes, no 439,‎ , p. 26.
  17. « Église paroissiale Saint-Côme, Saint-Damien », notice no IA08000040, base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. « Le Château », notice no IA08000043, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Jean-Pol Cordier, Histoire de Neufmanil des origines à nos jours, Sopaic, Charleville-Mézières, 1978, p. 18
  20. Jean-Pol Cordier, Histoire de Neufmanil des origines à nos jours, Sopaic, Charleville-Mézières, 1978, p. 118-120
  21. [1]
  22. « Le lavoir », notice no IA08000090, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Maison », notice no IA08000047, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Maison », notice no IA08000048, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « maison en série (série de 6) », notice no IA08000038, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Mairie », notice no IA08000041, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Moulin à tabac dit moulin de la Pillerie, usine métallurgique », notice no IA08000053, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Banque du Blason