Charmé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charmé
Charmé
La mairie de Charmé.
Blason de Charmé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Charente
Maire
Mandat
Bernard Borne
2020-2026
Code postal 16140
Code commune 16083
Démographie
Gentilé Charmésiens
Population
municipale
340 hab. (2019 en diminution de 5,56 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 11″ nord, 0° 07′ 04″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 131 m
Superficie 11,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ruffec
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Charente-Nord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Charmé
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Charmé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charmé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charmé

Charmé est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Charmésiens et les Charmésiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Charmé est une commune située dans le Nord Charente, à 11 km au sud-ouest de Ruffec et à 10 km au nord-est d'Aigre.

Elle est aussi à 7 km de Villefagnan, 10 km de Mansle et 34 km d'Angoulême[2].

À mi-chemin entre Ruffec et Aigre, Charmé appartient au canton d'Aigre. Elle est située le long de la D 736, route de Ruffec à Saint-Fort-sur-le-Né par Aigre, Rouillac et Jarnac, qui traverse le bourg. Celui-ci est aussi relié aux autres communes voisines par des routes départementales de moindre importance : D 31, D 32 et D 185[3].

La gare la plus proche est celle de Ruffec qui est desservie par un TGV et des navettes TER entre Poitiers et Angoulême.

La commune sera traversée par la LGV Sud Europe Atlantique, opérationnelle en 2017.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg s'allonge entre les hameaux de Roussillon au nord et Puymarteau au sud. Moussac est situé au nord-est de la commune près de la voie ferrée. On trouve aussi Husson au sud-ouest, les Inchauds au sud, et Bellicou à l'est.

L'habitat est moins dispersé que dans le reste du département, et les fermes isolées sont peu nombreuses[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Charmé
Courcôme
Bessé Charmé Salles-de-Villefagnan
Tusson Ligné Juillé

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, l'Oxfordien (Jurassique supérieur) occupe la surface communale. Le sol est un calcaire argilo-marneux[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui d'une plaine légèrement relevée à l'ouest, d'une altitude moyenne de 90 m. Le point culminant est à une altitude de 131 m, situé sur la limite ouest au Peu Chevalier, un peu au sud du château d'eau. Le point le plus bas est à 63 m, situé aux Inchauds sur la limite sud-est. Le bourg est à 80 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Charmé.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par le ruisseau du Bief et par un petit cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 5 km de longueur totale[8],[Carte 1].

Le ruisseau du Bief, ou ruisseau de Moussac, arrose la bordure orientale de la commune de Charmé et coule du nord au sud. Il est parfois à sec en été sur certaines sections. D'une longueur totale de 22,8 km, prend sa source dans la commune d'Empuré et se jette dans la Charente, en rive gauche à Luxé, après avoir traversé 8 communes[9].

Un court affluent intermittent naît au bourg et se jette dans le Bief au Moulin de Bellicou.

Une bassine servant à l'irrigation a été édifiée entre le bourg et Bellicou.

On trouve aussi quelques fontaines et lavoirs, comme au bourg et aux Inchauds[3].

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[10]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [11].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Charmé est une commune rurale[Note 1],[12]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ruffec, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,5 %), zones agricoles hétérogènes (12,7 %), forêts (5,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,7 %), zones urbanisées (3,9 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Charmeto, Charmet vers le XIVe siècle, Chermé en 1782[18].

L'origine du nom de Charmé remonterait au français charme (lui-même dérivé du latin carpinus), suivi du préfixe -etum indiquant un diminutif, ou un lieu où poussent ces arbres[19],[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

À Bellicou, on a retrouvé au XIXe siècle les vestiges d'une ancienne villa romaine, ce qui a fait croire à l'abbé Michon que Charmé était Sermanicomagus, station sur l'ancienne voie romaine de Saintes à Lyon, alors que celle-ci passe 10 km plus au sud[21],[22].

Au Moyen Âge, Charmé était dans le diocèse d'Angoulême[18].

Le logis de Puybonnet, détruit après 1831, appartenait à l'abbaye de Tusson[23].

Il y avait un relais de poste dont il reste la grange[24].

Husson était une seigneurie au XVIe siècle[25].

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1639[26].

À la fin du XIXe siècle, la ligne Paris-Bordeaux a été construite, avec une petite gare desservant la commune, la gare de Moussac, située en fait sur la commune voisine de Salles-de-Villefagnan, et facilitant les trajets vers Ruffec ou Angoulême[26]. Les trains ne s'y arrêtent plus depuis le milieu du XXe siècle.

Au début du XXe siècle, le petit moulin de Berlingant tournait encore, quand il y avait suffisamment d'eau dans le Bief, et il était la seule industrie dans la commune[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à la tour d’argent ; au chef losangé d’or et de gueules.
Commentaires : Blason de Charmé.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014 Yvette Clergeau UMP Retraitée
2014 2020 Bernadette Moreau    
2020 En cours Bernard Borne   Retraité

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 21,57 % sur le bâti, 44,48 % sur le non bâti, 9,13 % pour la taxe d'habitation et 13,57 % de taxe professionnelle(chiffres 2007).

La communauté de communes prélève 2,61 % sur le bâti, 6,06 % sur le non bâti, 1,09 % pour la taxe d'habitation et 1,45 % de taxe professionnelle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[28].

En 2019, la commune comptait 340 habitants[Note 3], en diminution de 5,56 % par rapport à 2013 (Charente : −0,42 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
8298349611 0181 1751 1581 0761 0091 025
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
9751 015939929912796772681632
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
628624590601597579527501477
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
452397410411407401394373357
2019 - - - - - - - -
340--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 42,6 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 159 hommes pour 188 femmes, soit un taux de 54,18 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
1,1 
9,0 
75-89 ans
16,3 
28,9 
60-74 ans
28,3 
19,9 
45-59 ans
15,2 
14,1 
30-44 ans
14,1 
12,2 
15-29 ans
11,4 
14,7 
0-14 ans
13,6 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est principalement céréalière. La viticulture occupe une petite partie de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[33].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Charmé, Courcôme et La Faye.

Le RPI les P'tits Loups comporte deux classes maternelles à Courcôme. Deux classes de primaire sont à La Faye puis les élèves poursuivent leur scolarité à Charmé[34].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre qui aurait été construite au XIIe siècle a été rénovée en 1853 avec remploi d'une pierre commémorative et construction de la sacristie. La voûte date de 1861. Elle est en plan allongé à un vaisseau[35].

Information Église de Charmé

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La commune comporte de très nombreux bâtiments anciens, quatre maisons seraient du XVe siècle et sept du XVIe siècle. Un logis à Charmé, un au Petit Husson (ancienne demeure des seigneurs d'Husson) seraient aussi du XVIe siècle[25].

Le château de Moussac dont une tour date de la fin du XVIe siècle a été construit au XVIIe siècle et porte la date 1614 alors que la chapelle a été construite en 1650[36].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Charmé est jumelé avec la municipalité Baustert dans l'Eifel en Allemagne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Charmé » sur Géoportail (consulté le 21 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le )
  7. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale de Charmé », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  9. Sandre, « le ruisseau du Bief »
  10. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  11. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  12. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. a et b Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 219
  19. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 175.
  20. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  21. Jean-Hippolyte Michon (préf. Bruno Sépulchre), Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache, (réimpr. 1980), 334 p. (lire en ligne), p. 174-175
  22. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 35
  23. Base Mérimée
  24. « Ancien relais de poste », notice no IA00040942, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. a et b « Logis du Petit Husson », notice no IA00040780, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. a b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 116
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Charmé (16083) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  33. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  34. Site de l'inspection d'académie de la Charente
  35. « Église Saint-Pierre », notice no IA00040765, base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. « Château de Moussac », notice no IA00040767, base Mérimée, ministère français de la Culture