Kyriákos Mitsotákis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mitsotákis.

Kyriákos Mitsotákis
Κυριάκος Μητσοτάκης
Illustration.
Kyriakos Mitsotakis en 2017.
Fonctions
Premier ministre de Grèce
En fonction depuis le
(4 mois et 9 jours)
Président Prokópis Pavlópoulos
Gouvernement Kyriákos Mitsotákis
Législature XVIIIe
Coalition ND
Prédécesseur Aléxis Tsípras
Président de la Nouvelle Démocratie
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 7 jours)
Élection 10 janvier 2016
Vice-président Spyrídon-Ádonis Georgiádis
Kostís Hadjidákis
Prédécesseur Ioánnis Plakiotákis (intérim)
Antónis Samarás
Ministre des Réformes administratives et de l'Administration électronique

(1 an, 7 mois et 1 jour)
Premier ministre Antónis Samarás
Gouvernement Samarás
Prédécesseur Antónis Manitákis
Successeur Níkos Voútsis
(Administration)
George Katrougalos
(Réforme administrative)
Député
En fonction depuis le
(15 ans, 7 mois et 29 jours)
Élection 7 mars 2004
Réélection 16 septembre 2007
4 octobre 2009
6 mai 2012
17 juin 2012
25 janvier 2015
20 septembre 2015
7 juillet 2019
Circonscription Athènes B
Législature XIe, XIIe, XIIIe, XIVe, XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Athènes (Grèce)
Nationalité grecque
Parti politique Nouvelle Démocratie
Père Konstantínos Mitsotákis
Fratrie Dóra Bakoyánni
Diplômé de Université Harvard
Université Stanford
Profession Politologue
Économiste
Résidence Villa Máximos, Athènes

Kyriákos Mitsotákis
Premiers ministres de Grèce

Kyriákos Mitsotákis (en grec : Κυριάκος Μητσοτάκης), né le à Athènes, est un homme d'État grec, président de la Nouvelle Démocratie depuis 2016 et Premier ministre de Grèce depuis 2019.

Fils de l'ancien Premier ministre Konstantínos Mitsotákis, il effectue une partie de ses études, puis de sa carrière professionnelle à l'étranger avant d'entrer en politique. Élu pour la première fois au Parlement grec sous les couleurs de la Nouvelle Démocratie, grand parti de la droite de l'échiquier politique, en 2004, il est ministre des Réformes administratives entre 2013 et 2015.

En 2016, après avoir été élu à la présidence de la Nouvelle Démocratie, Kyriákos Mitsotákis devient le nouveau chef de l'opposition parlementaire. Il conduit son parti pour les élections législatives de 2019, s'imposant comme l'adversaire principal du Premier ministre sortant, Aléxis Tsípras. Il sort vainqueur de ces élections et est ensuite nommé chef du gouvernement.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Né à Athènes, Kyriákos Mitsotákis est le quatrième enfant de Konstantínos Mitsotákis, Premier ministre de Grèce de 1990 à 1993, et de Marika Giannoukou. Par son père, il est apparenté au « fondateur de la Grèce moderne », Elefthérios Venizélos.

Sa sœur aînée Dóra Bakoyánni suit les traces de leur père en politique, jusqu'à devenir maire d'Athènes puis ministre. Le fils de Dóra et neveu de Kyriákos, Kóstas Bakoyánnis, entretient le rapport familial à la politique en étant, à son tour, élu maire de la capitale en 2019[1],[2],[3].

Lorsque Kyriákos Mitsotákis naît, sa famille est placée en résidence surveillée par la junte militaire au pouvoir. Alors qu'il n'est âgé que de six mois, ses parents choisissent de quitter la Grèce pour s'exiler à Paris, en France ; la famille Mitsotákis ne revient à Athènes qu'après le rétablissement de la démocratie, en 1974.

Ses études ont une dimension internationale : en 1986, il sort diplômé de l'Athens College, un établissement privé de la capitale grecque prisé des élites institutionnelles, économiques et politiques du pays. Dès lors, il poursuit ses études supérieures à l'université Harvard, où il étudie les sciences sociales. Entre 1992 et 1993, il suit des cours de relations internationales à l'université Stanford, où il obtient une maîtrise. Enfin, de 1993 à 1995, il complète son cursus universitaire par un séjour à la Harvard Business School, sanctionné pat une maîtrise en administration des affaires (MBA)[4].

En 1997, il épouse la styliste Mareva Grabowski, d'ascendance polonaise. Trois enfants naissent de ce mariage.

Kyriákos Mitsotákis parle grec, anglais, français et allemand[5].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Entre 1990 et 1991, Kyriákos Mitsotákis travaille comme analyste financier pour la division consacrée à la finance d'entreprise de la section londonienne de la Chase Manhattan Bank. Il n'y travaille que quelques mois durant, retournant en Grèce pour s'acquitter de son service national, qu'il effectue au sein de la Force aérienne grecque. À partir de 1995, il reprend ses activités internationales en travaillant pour la société de conseil McKinsey & Company ; il se voit confier des missions touchant aux secteurs des télécommunications et des services financiers. Deux ans plus tard, il entame une collaboration avec la société Alpha Ventures, une filiale de l'Alpha Bank, qui fait de lui son responsable des investissements.

En 1999, Kyriákos Mitsotákis fonde NBG Venture Capital, rattachée à la Banque nationale de Grèce, dont il est le directeur général jusqu'en 2003, date à laquelle il quitte cette fonction pour entrer en politique et préparer sa candidature aux prochaines élections législatives. Sa société réalisait notamment des tractations à l'étranger, y compris dans les Balkans[6].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Député d'Athènes et ministre[modifier | modifier le code]

Il entre en politique peu avant les élections législatives de 2000, lorsqu'il travaille pour la campagne de la Nouvelle Démocratie ; le parti de droite est toutefois battu par le Mouvement socialiste panhellénique. Quatre ans plus tard, cette fois-ci candidat aux élections législatives, Kyriákos Mitsotákis est largement élu député de la deuxième circonscription d'Athènes. Sa trajectoire est toutefois relativement discrète, à l'inverse de celle de sa sœur, Dóra Bakoyánni, considérée pour sa part comme une figure montante de la droite grecque.

Kyriákos Mitsotákis acquiert réellement une notoriété lorsqu'il se voit confier, le , son premier portefeuille ministériel ; à l'occasion d'un remaniement, le Premier ministre conservateur Antónis Samarás le nomme ministre des Réformes administratives et de l'Administration électronique. À cette fonction, il met en œuvre la continuité d'une rigoureuse politique de réformes, conduisant une réorganisation fonctionnelle des institutions de l'État ; il encourage, par ailleurs, une réduction drastique du personnel et des compétences de la fonction publique ainsi qu'une refonte structurelle de l'administration fiscale.

La victoire de SYRIZA aux élections législatives de janvier 2015 le conduit à quitter ses fonctions gouvernementales. Il se consacre pleinement à son mandat parlementaire. Désigné représentant de la Nouvelle Démocratie au Parlement, il critique sévèrement la conduite du nouveau gouvernement de gauche radicale, s'en prenant particulièrement au ministre des Finances Yánis Varoufákis qu'il accuse de compromettre la position du pays face à ses partenaires européens[7].

Président de la Nouvelle Démocratie[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de , il est élu député sur la liste de la Nouvelle Démocratie dans la deuxième circonscription d'Athènes. Il est désigné représentant parlementaire de Nouvelle Démocratie pour la XVIe législature[8]. Il devient président du parti conservateur Nouvelle Démocratie le , à l’issue de l'élection interne de 2015-2016. Il choisit comme vice-président Ádonis Georgiádis, ancien membre de LAOS. Míkis Vorídis, également issu de LAOS et ayant dirigé un groupe de jeunesse nostalgique de la dictature des colonels, fait aussi partie de son cabinet[9].

En vue des élections européennes de , il mène campagne sur des thématiques nationalistes, fustigeant entre autres l’accord de Prespa sur le nom de la Macédoine et critiquant les politiques d’accueil des exilés. Son parti arrive en tête du scrutin (33,1 % des voix), étant notamment parvenu à reprendre des voix à Aube dorée[10]. Crédité de 39,8 % des suffrages aux élections législatives anticipées de , il remporte une nette victoire[11]. Durant la campagne, il promet de baisser la TVA, les impôts sur les bénéfices des entreprises[12], l'accélération des privatisations, l'externalisation de certains services publics et la mise en place programme d’« évaluation » des fonctionnaires[13].

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le , au lendemain du scrutin législatif, il est nommé Premier ministre par le président de la République, Prokópis Pavlópoulos[14]. Son gouvernement prend ses fonctions le lendemain[15]. À la différence de son prédécesseur Alexis Tsipras, il choisit de prêter serment sur la Bible plutôt que sur la Constitution[13].

Au mois d'août, une réforme du droit du travail est adoptée. Elle prévoit la possibilité pour un employeur de licencier ses salariés sans avoir à motiver sa décision, ni à prévenir préalablement les personnes concernées[16]. La brigade antifraude du fisc est supprimée, et ses employés intégrés au ministère des Finances[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nouveau maire d'Athènes Costas Bakoyannis, relève d'une dynastie de droite », L'Express, .
  2. « En Grèce, victoire écrasante de la droite aux élections locales », Le Monde, .
  3. « Costas Bakoyannis | À Athènes, un renouveau aux airs de déjà-vu », L'Écho, .
  4. (en) « Kyriakos Mitsotakis. President of Nea Demokratia, Hellenic Parliament », notice biographique, Concordia.
  5. (en) « New Greek PM Kyriakos Mitsotakis is a scion of one of Greece’s most influential political families », sur neoskosmos.com, (consulté le 9 juillet 2019).
  6. (en) « Kyriakos Mitsotakis », notice biographique, Linkedln.
  7. (en) « Varoufakis undermining Greek negotiations, says Mitsotakis », I Kathimeriní, .
  8. (el) « Σαμαράς: Ανασύνταξη της ΝΔ και συγκρότηση πολιτικού συμβουλίου », Protothema, 29 janvier 2015.
  9. Le Point, magazine, « Kyriakos Mitsotakis, "l'héritier" de droite qui a fait tomber Tsipras », sur Le Point (consulté le 8 juillet 2019)
  10. « Grèce. Syriza devancée par la droite conservatrice », sur L'Humanité, (consulté le 27 mai 2019)
  11. Alexia Kefalas, « Retour éclatant de la droite en Grèce », Le Figaro, .
  12. « De Tsipras à Mitsotakis, la Grèce est loin, très loin d’être tirée d’affaire », sur Le Figaro (consulté le 10 juillet 2019)
  13. a et b « Grèce. Kyriakos Mitsotakis recycle les voix de l’extrême droite », sur L'Humanité,
  14. http://www.lefigaro.fr/grece-kyriakos-mitsotakis-officiellement-investi-nouveau-premier-ministre-20190708
  15. « En Grèce, le nouveau gouvernement fait le pari risqué de la baisse d'impôts », sur France 24 (consulté le 12 juillet 2019)
  16. « Grèce : le gouvernement amorce le changement », sur Les Echos, (consulté le 27 août 2019)
  17. « Grèce : la brigade antifraude du fisc supprimée par l'État », sur Franceinfo, (consulté le 27 août 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]