XVe législature du Parlement hellénique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

XVe législature du Parlement hellénique
-
Image illustrative de l’article XVe législature du Parlement hellénique
Parlement grec
Image illustrative de l’article XVe législature du Parlement hellénique
Composition
Président Evángelos Meïmarákis (ND)
-
Gouvernement
Type ND majoritaire
Premier ministre Antónis Samarás
-
Gouvernement Samarás
Évènements
Stávros Dímas échoue aux 1er tour de la présidentielle
Stávros Dímas échoue aux 2e tour de la présidentielle
Stávros Dímas échoue aux 3e tour de la présidentielle

La XVe législature du Parlement hellénique (en grec ΙΕ΄ Βουλευτική Περίοδος) est la législature du Parlement hellénique du au . Elle est composée des 300 députés élus lors des élections législatives grecques de juin 2012. Il s'agit de la quinzième législature de la Troisième République hellénique.

Alors que la précédente législature avait été dissoute immédiatement après son entrée en fonction, faute de parvenir à constituer une majorité, la XVe législature est dominée par une alliance entre les conservateurs de Nouvelle Démocratie, les socialistes du Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) et la gauche modérée de la Gauche démocrate (DIMAR), dans un gouvernement conservateur soutenu de l'extérieur par ses deux alliés et dirigé par Antónis Samarás. À partir de , la DIMAR quitte la majorité, tandis que le PASOK entre au gouvernement. Le président du Parlement hellénique pendant la XVe législature est Evángelos Meïmarákis.

Les travaux parlementaires de la XVe législature portent notamment sur l'application du deuxième mémorandum conclu avec la troïka des créanciers internationaux de la Grèce dans un contexte de crise des finances publiques, qui prévoit l'octroi de prêts en contrepartie de la mise en œuvre d'un important programme d'austérité budgétaire.

En , l'échec de l'élection du président de la République entraîne la dissolution de la XVe législature et l'organisation d'élections législatives anticipées en janvier 2015.

Contexte[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La XIIIe législature du Parlement hellénique, en 2011.

La XIIIe législature, issue des élections législatives d'octobre 2009, avait donné une majorité au Mouvement socialiste panhellénique (PASOK), qui détenait la majorité absolue des sièges et composait le gouvernement de Giórgos Papandréou[1]. La Grèce, touchée par la récession économique depuis 2008, a connu une grave crise des finances publiques à partir de 2009. Le gouvernement de Giórgos Papandréou a eu pour objectif de réduire le déficit public en menant une politique d'austérité budgétaire, qui a consisté à diminuer les dépenses publiques et à augmenter les prélèvements obligatoires. La Grèce a également conclu en un accord avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), qui prévoyait l'octroi de prêts des autres États membres de la zone euro et du FMI, conditionnés à la mise en œuvre de mesures d'austérité supplémentaires. Les plans d'austérité successifs adoptés en 2010 et 2011 ont suscité d'importants mouvements de protestation[2]. Un deuxième programme de prêts internationaux a été décidé en . Le Premier ministre, contesté après avoir proposé de soumettre cet accord à référendum, a alors démissionné.

Le nouveau gouvernement de Loukás Papadímos, nommé le , était composé d'une coalition entre le PASOK, la Nouvelle Démocratie et l'Alerte populaire orthodoxe (LAOS)[3]. Son programme a consisté à conclure et mettre en œuvre le deuxième mémorandum d'accord avec l'Union européenne et le FMI, qui comprend une restructuration de la dette publique détenue par les créanciers privés, l'octroi de prêts par les institutions européennes et le FMI, et l'adoption de nouvelles mesures d'austérité budgétaire[4]. Son mandat achevé, et dans un contexte de tensions sociales et politiques, le gouvernement a annoncé la dissolution du Parlement hellénique et l'organisation d'élections législatives anticipées en [5].

La XIVe législature, issue des élections législatives de mai 2012, a échoué à dégager une majorité gouvernementale. Le nouveau Parlement était fragmenté entre sept groupes politiques, aucun d'entre eux ne détenant la majorité absolue. Les deux grands partis traditionnels ont enregistré une lourde défaite : ni la Nouvelle Démocratie, ni le PASOK n'ont pu former un gouvernement. Ensemble, ils détenaient 149 sièges sur 300, soit deux sièges de moins que la majorité. La Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) a réalisé une performance notable en devenant le deuxième groupe parlementaire, devant le PASOK ; son président a refusé de s'allier avec les partis du précédent gouvernement[6]. À l'issue de la procédure des mandats exploratoires (el), le président de la République a nommé un gouvernement de transition dirigé par Panagiótis Pikramménos, dissous le Parlement hellénique et convoqué de nouvelles élections législatives un mois plus tard[7].

La situation économique et sociale de la Grèce est fortement dégradée. Le produit intérieur brut (PIB) a diminué de 6,9 % pour la seule année 2011, et de 20 % depuis 2008[8]. En , 24,4 % de la population active est au chômage[9]. Le salaire moyen a baissé de 25,3 % en 2011[10].

Élections législatives de juin 2012[modifier | modifier le code]

Le portrait officiel du gouvernement d'Antónis Samarás, en juin 2012.

Les élections législatives ont lieu le . Elles sont remportées par la Nouvelle Démocratie, qui obtient 29,66 % des voix et dispose d'une majorité relative de 129 sièges sur 300. La Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) enregistre un score de 26,89 %, en hausse de dix points : elle conforte son rôle de principal mouvement d'opposition à la politique d'austérité budgétaire du gouvernement. Le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK), qui avait subi une large défaite lors du scrutin précédent un mois plus tôt, perd encore des voix : il obtient 12,28 % des suffrages et 33 sièges au Parlement. Les Grecs indépendants, Aube dorée, la Gauche démocrate et le Parti communiste de Grèce perdent des sièges mais restent représentés au Parlement[11].

La Nouvelle Démocratie et le PASOK disposent ensemble d'une majorité absolue, mais ils souhaitent obtenir le soutien d'autres partis pour former un gouvernement d'union nationale[12]. La SYRIZA, qui a fait campagne sur l'opposition au mémorandum signé avec la troïka des créanciers internationaux, refuse de participer à son exécution. La DIMAR, qui avait précédemment refusé de s'allier avec la Nouvelle Démocratie et le PASOK, participe aux négociations pour la formation d'un gouvernement et adopte une position plus modérée[13]. Les trois partis parviennent à un accord de coalition : le PASOK et la DIMAR apportent leur soutien sans participation à un gouvernement dirigé par la Nouvelle Démocratie[14].

Antónis Samarás est nommé Premier ministre le . Il forme son gouvernement le lendemain[15].

La victoire de la coalition gouvernementale est reçue positivement par la troïka des créanciers internationaux et les dirigeants européens, qui considéraient ces élections comme un référendum sur l'appartenance de la Grèce à la zone euro. Les créanciers, qui avaient craint une victoire de la gauche, sont satisfaits de la victoire des partis favorables à l'application du mémorandum. Leur soulagement est cependant modéré par la forte progression de la SYRIZA, qui incarne l'opposition à leurs intérêts[16].

Organisation[modifier | modifier le code]

Sessions parlementaires[modifier | modifier le code]

Entrée en fonction[modifier | modifier le code]

La réunion inaugurale de la XVe législature a lieu le . Les députés prennent leurs fonctions après leur prestation de serment[A 1]. Le serment religieux orthodoxe n'est pas prononcé par une partie des députés des partis de gauche : parmi eux, six députés de la SYRIZA, neuf députés de la DIMAR et une députée du KKE participent à la cérémonie religieuse. Deux députés de la SYRIZA et un député du PASOK optent pour un serment religieux musulman[17].

La cérémonie a lieu en l'absence du Premier ministre, convalescent après sa récente hospitalisation[18].

Le choix par les présidents de parti de siéger pour l'une des deux circonscriptions dans lesquelles ils ont été élus est annoncé par le président de séance.

Choix de la circonscription des présidents de parti pour la XVe législature du Parlement hellénique[18]
Nom Parti Siège retenu Siège cédé
Antónis Samarás Nouvelle Démocratie (ND) Messénie Attique
Aléxis Tsípras Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) Athènes A Achaïe
Evángelos Venizélos Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) Thessalonique A Héraklion
Pános Kamménos Grecs indépendants (ANEL) Athènes B Évros
Nikólaos Michaloliákos Aube dorée (XA) Athènes A Athènes B
Fótis Kouvélis Gauche démocrate (DIMAR) Athènes B Étolie-Acarnanie
Aléka Paparíga Parti communiste de Grèce (KKE) Athènes B Thessalonique A

Sessions[modifier | modifier le code]

Le Parlement est réuni pour trois sessions ordinaires au cours de la XVe législature.

La première session ordinaire commence le et se termine le [A 2].

La deuxième session ordinaire commence le et se termine le [A 3]. La clôture anticipée de la session, décidée par le gouvernement avec deux semaines d'avance, est critiquée comme une manœuvre politique. Il s'agirait tout à la fois d'éviter une discussion publique sur les liens récemment découverts entre le secrétaire général du gouvernement Panagiótis Baltákos et le porte-parole d'Aube dorée Ilías Kassidiáris, d'empêcher la SYRIZA de déposer une motion de censure après le remaniement ministériel, et de profiter de l'effectif réduit des sessions d'été pour adopter des projets de loi controversés sans risque de défections au sein de la majorité[19].

La troisième session ordinaire commence le et s'achève par la dissolution du Parlement le [A 4].

Liste des députés[modifier | modifier le code]

La XVe législature est composée de 300 députés.

Le , Nikitas Sioïs (Aube dorée, Serrès) démissionne en invoquant une surcharge de travail. Son remplacement par Artemios Matthaiopoulos aurait été voulu par les dirigeants du parti dans la circonscription[20].

Le , Athanasios Nakos (Nouvelle Démocratie, Magnésie) meurt en fonction. Il est remplacé par Zetta Makri le 1er avril[21].

Le , Pavlos Sioufas (Nouvelle Démocratie, Kardítsa) démissionne pour raisons de santé. Il est remplacé par Giorgos Anagnostopoulos[22].

Le , Réna Doúrou (SYRIZA, Athènes B) démissionne pour faire campagne pour les élections locales, où elle se présente à la présidence de la périphérie de l'Attique. Elle est remplacée par Eleni Avlonitou[23].

Le , Aris Spiliotopoulos (Nouvelle Démocratie, Athènes B) démissionne pour se présenter comme tête de liste pour Nouvelle Démocratie à Athènes. Le candidat suivant sur la liste, Yánnis Papathanasíou, renonce au mandat car il a été récemment nommé président de l'Hellenic Petroleum. Le siège revient à Tania Iakovidou[24].

Le , Konstantinos Moussouroulis, Manólis Kefaloyiánnis (Nouvelle Démocratie) Sofía Sakoráfa, Dimítrios Papadimoúlis, Manólis Glézos (SYRIZA) et Nótis Mariás (Grecs indépendants) démissionnent pour se présenter aux élections européennes. Ils sont remplacés respectivement par Stamatis Karmantzis, Giorgos Diktakis (Nouvelle Démocratie), Fotini Kouvela, Anna Hadjisophia, Mania Papadimitriou (SYRIZA) et Konstantinos Damavolitis (Grecs indépendants), qui prêtent serment le [25].

Le , Nikos Stavrogiannis (ex-Nouvelle Démocratie, Phthiotide) démissionne à la suite de sa victoire aux élections municipales à Lamía. Il est remplacé par Dimitris Brianis, ce qui rend un siège à Nouvelle Démocratie[26].

Le , Stamatis Karmantzis (Nouvelle Démocratie, Chios) démissionne pour devenir vice-président de périphérie pour Chios. Il est remplacé par Maria Stavrinoudi-Soudi[27].

Le , Dimítris Avramópoulos (Nouvelle Démocratie, Athènes A) démissionne après qu'il a été nommé commissaire européen aux affaires intérieures. Il est remplacé par Thanos Plevris[28].

Le , Andréas Psycharis (Nouvelle Démocratie, Athènes A) démissionne et annonce qu'il se retire de la vie politique[29]. Il est remplacé par Alexandros Moraïtakis, qui prête serment le [30].

Bureau[modifier | modifier le code]

Président et vice-présidents[modifier | modifier le code]

Le président du Parlement hellénique Evángelos Meïmarákis siégeant, en juillet 2012.

Le président du Parlement hellénique est Evángelos Meïmarákis, élu le avec 223 votes « pour », 66 votes blancs et 1 vote nul[31].

Les fonctions de vice-président, de questeur et de secrétaire sont répartis entre les groupes politiques conformément au règlement du Parlement[A 5].

Le président et les vice-présidents sont élus par le Parlement le [A 6]. Le candidat d'Aube dorée au poste de septième vice-président Polývios Zisimópoulos n'est pas élu, laissant le poste vacant. Il obtient 41 votes « pour », 39 votes blancs et 204 votes nuls, de nombreux députés ayant choisi d'inscrire le mot « non » sur les bulletins blancs pour signifier leur opposition au parti d'extrême-droite[32].

Le deuxième vice-président Athanasios Nakos meurt en fonction le . Il est remplacé le par Georgios Kalandzis[33].

Président et vice-présidents de la XVe législature du Parlement hellénique[A 6],[31]
Fonction Nom Groupe politique Pour Blancs Nuls
Président Evángelos Meïmarákis Nouvelle Démocratie 223 66 1
Premier vice-président Ioánnis Tragákis Nouvelle Démocratie 235 48 2
Deuxième vice-président Athanasios Nakos jusqu'au Nouvelle Démocratie 235 48 2
Georgios Kalandzis à partir du [33] 152 71 3
Troisième vice-président Christos Markogiannakis Nouvelle Démocratie 235 48 2
Quatrième vice-président Ioánnis Dragasákis SYRIZA 227 57 1
Cinquième vice-président Léonidas Grigorakos PASOK 228 54 3
Sixième vice-présidente María Kóllia-Tsarouchá Grecs indépendants 225 56 3
Septième vice-président Vacant

Questeurs et secrétaires[modifier | modifier le code]

Les questeurs et secrétaires pour la première session parlementaire sont également élus le . Tous les candidats présentés sont élus[A 6].

Questeurs et secrétaires pour la première session de la XVe législature du Parlement hellénique[A 6],[31]
Fonction Nom Groupe politique Pour Blancs Nuls
Questeur Konstadínos Koukodímos Nouvelle Démocratie 226 59 0
Questeur Nikólaos Panayotópoulos Nouvelle Démocratie 226 59 0
Questeur Athánasios Athanasíou SYRIZA 226 51 1
Secrétaire Christos Dimas Nouvelle Démocratie 226 59 0
Secrétaire Konstantínos Katsafádos Nouvelle Démocratie 226 59 0
Secrétaire Ioánnis Kefaloyánnis Nouvelle Démocratie 226 59 0
Secrétaire Maximos Sénétakis Nouvelle Démocratie 226 59 0
Secrétaire Maria Bolari SYRIZA 226 51 1
Secrétaire Konstantinos Triantafyllos PASOK 226 58 1

Les questeurs et secrétaires pour la deuxième session parlementaire sont élus le . Tous les candidats présentés sont élus[A 7].

Questeurs et secrétaires pour la deuxième session de la XVe législature du Parlement hellénique[A 7]
Fonction Nom Groupe politique Pour Blancs Nuls
Questeur Konstadínos Koukodímos Nouvelle Démocratie 170 50 3
Questeur Iordanis Tzamtzis Nouvelle Démocratie 170 50 3
Questeur Athánasios Athanasíou SYRIZA 179 38 3
Secrétaire Christos Dimas Nouvelle Démocratie 170 50 3
Secrétaire Konstantínos Katsafádos Nouvelle Démocratie 170 50 3
Secrétaire Ioánnis Kefaloyánnis Nouvelle Démocratie 170 50 3
Secrétaire Maximos Sénétakis Nouvelle Démocratie 170 50 3
Secrétaire Maria Bolari SYRIZA 179 38 3
Secrétaire Konstantinos Triantafyllos PASOK 176 43 3

Les questeurs et secrétaires pour la troisième session parlementaire sont élus le . Tous les candidats présentés sont élus[A 8].

Questeurs et secrétaires pour la troisième session de la XVe législature du Parlement hellénique[A 8]
Fonction Nom Groupe politique Pour Blancs Nuls
Questeur Konstadínos Koukodímos Nouvelle Démocratie 151 35 12
Questeur Iordanis Tzamtzis Nouvelle Démocratie 151 35 12
Questeur Athánasios Athanasíou SYRIZA 151 43 1
Secrétaire Christos Dimas Nouvelle Démocratie 151 35 12
Secrétaire Konstantínos Katsafádos Nouvelle Démocratie 151 35 12
Secrétaire Ioánnis Kefaloyánnis Nouvelle Démocratie 151 35 12
Secrétaire Maximos Sénétakis Nouvelle Démocratie 151 35 12
Secrétaire Maria Bolari SYRIZA 151 43 1
Secrétaire Christos Gokas PASOK 155 36 9

Groupes politiques[modifier | modifier le code]

Composition des groupes politiques[modifier | modifier le code]

Sept groupes politiques sont représentés au Parlement hellénique au début de la XVe législature : Nouvelle Démocratie, la Coalition de la gauche radicale (SYRIZA), le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK), les Grecs indépendants, Aube dorée, la Gauche démocrate (DIMAR) et le Parti communiste de Grèce. Aucun parti n'a obtenu la majorité absolue. La majorité parlementaire est issue de Nouvelle Démocratie, qui bénéficie du soutien sans participation du PASOK et de la DIMAR.

Plusieurs députés quittent au cours de la législature le groupe politique avec lequel ils ont été élus, soit de leur propre initiative, soit qu'ils en sont expulsés par le président de groupe. Plusieurs députés quittent notamment les partis de la majorité gouvernementale, car ils s'opposent à la politique menée par le gouvernement Samarás ou à certaines mesures législatives qu'il propose. Le gouvernement, dirigé par les conservateurs avec le soutien des socialistes et de la gauche modérée, applique une politique d'austérité budgétaire sous la surveillance de la troïka des créanciers internationaux. Or, une partie des députés de gauche désapprouvent ces mesures. Certains députés de Nouvelle Démocratie montrent également leur désaccord avec leur camp en quittant leur groupe parlementaire[34].

Au début de la législature, le gouvernement dispose d'une large majorité de 179 sièges, mais la stabilité de l'alliance tripartite est incertaine[35]. Le départ de plusieurs députés, notamment du PASOK qui perd 8 de ses 33 membres au cours du second semestre 2012, fragilise la coalition. À la fin de l'année 2012, la majorité compte encore 167 députés, mais seulement 150 sur 300 sans la DIMAR, dont le soutien n'est pas acquis[36].

Lorsque la DIMAR quitte la majorité en , le Premier ministre effectue un remaniement ministériel qui consolide le soutien du PASOK, dont plusieurs membres entrent au gouvernement[37]. La coalition dispose alors d'une courte majorité de 153 députés[38].

Par ailleurs, les Grecs indépendants connaissent des dissensions internes au cours de la XVe législature. À partir de la fin 2013, 8 des 20 membres du groupe quittent successivement le parti, dont ils désapprouvent la direction[39].

Une partie des députés devenus indépendants se réunissent en pour créer un groupe nommé Députés démocratiques indépendants. Il comprend d'anciens membres de Nouvelle Démocratie, du PASOK, de la DIMAR et des Grecs indépendants sous la direction de Théodoros Parastatidis. Composé de 11 députés lors de sa création, il compte 16 membres à la fin de la législature, ce qui en fait le quatrième groupe politique au Parlement, à égalité avec Aube dorée[40].

Au total, à la mi-, 24 députés ne font plus partie des sept groupes politiques élus en , dont 16 sont membres des Députés démocratiques indépendants et 8 ne font partie d'aucun groupe[40].

Composition de la XVe législature du Parlement hellénique par groupe politique
Groupe
Nouvelle Démocratie (ND) 129 127
Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) 71 71
Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) 33 28
Grecs indépendants (ANEL) 20 12
Aube dorée (XA) 18 16
Gauche démocrate (DIMAR) 17 9
Parti communiste de Grèce (KKE) 12 12
Députés démocratiques indépendants (ADV) - 16
Non-inscrits - 9
Total 300 300

Changements en cours de législature[modifier | modifier le code]

Níkos Nikolópoulos (Achaïe) est exclu de Nouvelle Démocratie le à la suite de ses critiques virulentes envers la politique du gouvernement[41]. Après avoir été membre des Députés démocratiques indépendants, il intègre les Grecs indépendants le [42].

Nikos Stavrogiannis (Phthiotide) est exclu de Nouvelle Démocratie le , après s'être opposé publiquement à la politique du gouvernement[43].

Ioánnis Micheloyannákis (Héraklion) quitte la DIMAR le en exprimant son désaccord avec le gouvernement qu'elle soutient[44]. Il rejoint la SYRIZA le [45].

Geórgios Kassapídis (Kozani) est exclu de Nouvelle Démocratie le , après qu'il s'est abstenu sur le vote de mesures budgétaires proposées par le gouvernement[46].

Markos Bolaris (Serrès), Angéla Guérékou (Corfou), Michalis Kassis (Ioannina), Yánnis Koutsoúkos (Élide), Théodoros Parastatidis (Kilkís) et Konstantínos Skandalídis (Athènes A) sont exclus du PASOK le même jour et pour les mêmes raisons[47]. Parmi eux, Angéla Guérékou, Michalis Kassis, Yánnis Koutsoúkos et Konstantínos Skandalídis sont réintégrés le [48].

Mimis Androulakis (Athènes B) quitte le PASOK le , en désaccord avec la politique de son parti[49].

Théodoros Soldatos (Leucade) est exclu de Nouvelle Démocratie le après avoir voté contre certains articles de la loi de finances pour 2013[50]. Il est réintégré le [51].

Andréas Lovérdos (Athènes B) est exclu du PASOK le après qu'il a fondé la RIKSSY[36]. Après avoir été membre des Députés démocratiques indépendants, il est réintégré au groupe du PASOK le [52].

Kostas Markopoulos (Eubée) et Ioannis Kourakos (Le Pirée B) quittent les Grecs indépendants le car ils sont en désaccord avec la direction du parti[53]. Kostas Markopoulos rejoint Nouvelle Démocratie le [51].

Odysséas Voudouris (Athènes B) et Paris Moutsinas (Magnésie) sont exclus de la DIMAR le parce qu'ils sont montrés favorables à l'exploitation de la liste Lagarde[54].

Christos Aïdonis (Dráma) quitte le PASOK le pour les mêmes raisons[55].

Le , onze députés ayant précédemment quitté leur groupe politique créent ensemble le groupe des Députés démocratiques indépendants. Celui-ci est composé de Christos Aïdonis (el), Mimis Androulakis (el), Markos Bolaris (el) Andréas Lovérdos, Théodoros Parastatidis (ex-PASOK), Geórgios Kassapídis, Níkos Nikolópoulos, Nikos Stavrogiannis (ex-Nouvelle Démocratie), Odysséas Voudouris, Paris Moutsinas (ex-DIMAR) et Ioannis Kourakos (ex-Grecs indépendants). Il est présidé par Théodoros Parastatidis[56].

Theodóra Tzákri (Pella) est exclue du PASOK le pour avoir voté une motion de censure présentée par la SYRIZA[57]. Elle rejoint les Députés démocratiques indépendants le [58].

Vyron Polydoras (Athènes B) est exclu de Nouvelle Démocratie le pour avoir voté contre l'ENFIA[59].

Petros Tatsopoulos (Athènes B) quitte la SYRIZA le à la suite de déclarations dans lesquelles il avait accusé des membres du parti de sympathies pour des organisations terroristes comme la 17N. La SYRIZA lui reproche de chercher à discréditer le parti[60]. Il rejoint les Députés démocratiques indépendants le suivant[61].

Georgios Davris (Achaïe) est exclu des Grecs indépendants le après avoir vivement critiqué leur président[62]. Il rejoint les Députés démocratiques indépendants le suivant[63].

Chryssovalandis Alexopoulos (Larissa) quitte Aube dorée le , expliquant vouloir se séparer du groupe parlementaire dont les membres sont poursuivis pour des actes criminels. Aube dorée le considère comme un traître[64].

Efstathios Boukouras (Corinthie) est exclu d'Aube dorée le [65]. Incarcéré dans le cadre du procès d'Aube dorée et soupçonné de détention illégale d'armes, il avait pris ses distances avec le parti[66].

Chryssoula Giatagana (Thessalonique A) et Konstantinos Giovanopoulos (Imathie) quittent les Grecs indépendants le en raison de désaccords internes avec le parti[67]. Ils rejoignent les Députés démocratiques indépendants le [68].

Nikítas Kaklamánis (Athènes A) est exclu de Nouvelle Démocratie le pour avoir voté « présent » sur le premier article du projet de loi omnibus[69]. Il est réintégré le [70].

Vassilis Kapernaros (Athènes B) quitte les Grecs indépendants le en raison de dissensions internes au parti lors de la campagne électorale pour les élections municipales à Athènes[71]. Il rejoint les Députés démocratiques indépendants le [72].

Mika Iatridi (Dodécanèse) quitte les Grecs indépendants le après le mauvais score du parti aux élections européennes dans sa circonscription[73]. Elle rejoint les Députés démocratiques indépendants le [74].

Vassílios Ikonómou (Attique) quitte la DIMAR le en raison de désaccords avec le positionnement du parti[75].

Ekateríni Márkou (Thessalonique B) quitte la DIMAR le pour des raisons similaires[76].

Grigoris Psarianos (Athènes A) en est exclu le même jour en raison de désaccords avec les dirigeants du parti[77].

Spyrídon Lykoúdis (liste nationale) quitte la DIMAR le et pour les mêmes raisons[78].

Rachíl Makrí (Kozani) est exclue des Grecs indépendants le en raison de dissensions internes au parti[79].

Panagiotis Melas (Le Pirée A) quitte les Grecs indépendants le après avoir annoncé qu'il envisageait de soutenir le candidat du gouvernement lors de l'élection présidentielle[39].

Niki Founda (Étolie-Acarnanie) annonce le qu'elle quitte la DIMAR en raison de désaccords internes[80].

Présidents des groupes politiques[modifier | modifier le code]

Selon le règlement du Parlement hellénique, les groupes politiques sont présidés par leurs présidents de parti lorsque ceux-ci sont eux-mêmes députés[A 9]. Les présidents de groupe peuvent nommer deux représentants parlementaires pour les assister dans leur tâche ; les présidents du principal groupe de la majorité gouvernementale et du principal groupe de l'opposition peuvent nommer trois représentants parlementaires[A 10]. Ceux-ci sont également appelés porte-paroles parlementaires par la presse.

Bureaux des groupes politiques de la XVe législature du Parlement hellénique[A 11]
Groupe Président Représentants parlementaires
Nouvelle Démocratie (ND) Antónis Samarás Mavroudís Vorídis
Sofía Voúltepsi
Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) Aléxis Tsípras Panayiótis Lafazánis
Dimítrios Papadimoúlis (jusqu'au )
Panayótis Kouroumblís
Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) Evángelos Venizélos Michális Chryssohoïdis (jusqu'en )[81]
Paris Koukoulopoulos (à partir de )[81]
Paraskeví Christofilopoúlou (jusqu'en )[81]
Grecs indépendants (ANEL) Pános Kamménos Terence Kouik (jusqu'en )[82]
Vassilios Kapernaros (de à )[83]
Nótis Mariás (jusqu'en )
Aube dorée (XA) Nikólaos Michaloliákos Chrístos Pappás
Gauche démocrate (DIMAR) Fótis Kouvélis Nikolaos Tsoukalis
Vassílios Ikonómou (jusqu'au )
Parti communiste de Grèce (KKE) Aléka Paparíga Spyridon Chalvatzis (jusqu'en )[84]
Nikólaos Karathanasópoulos (à partir de )[84]
Athanasios Pafilis
Députés démocratiques indépendants (ADV) Theódoros Parastatídis Odysséas Voudouris

Circonscriptions[modifier | modifier le code]

Parmi les 300 députés au Parlement hellénique, 288 sont élus dans les 56 circonscriptions législatives de la Grèce, et 12 sont élus sur les listes nationales.

Répartition des députés de la XVe législature du Parlement hellénique par circonscription[A 12]
Circonscription Nombre de sièges
Athènes A 17
Athènes B 42
Le Pirée A 6
Le Pirée B 8
Attique 12
Étolie-Acarnanie 8
Argolide 3
Arcadie 3
Arta 3
Achaïe 9
Béotie 4
Grévéna 1
Dráma 3
Dodécanèse 5
Évros 4
Eubée 6
Eurytanie 1
Zante 1
Élide 6
Imathie 4
Héraklion 8
Thesprotie 1
Thessalonique A 16
Thessalonique B 7
Ioannina 5
Kavala 4
Kardítsa 5
Kastoria 2
Corfou 3
Céphalonie 1
Kilkís 3
Kozani 5
Corinthie 4
Cyclades 3
Laconie 3
Larissa 8
Lassithi 2
Lesbos 3
Leucade 1
Magnésie 5
Messénie 5
Xánthi 3
Pella 4
Piérie 4
Préveza 2
Réthymnon 2
Rhodope 3
Samos 1
Serrès 7
Tríkala 5
Phthiotide 5
Flórina 2
Phocide 1
Chalcidique 3
La Canée 4
Chios 2

Démographie[modifier | modifier le code]

Parmi les 300 députés de la XVe législature du Parlement hellénique, 35 sont élus pour la première fois, 247 sont réélus, et 18 reviennent au Parlement après une période d'absence[A 13].

Le Parlement est composé de 237 hommes et 63 femmes.

Composition des groupes politiques de la XVe législature du Parlement hellénique par genre des députés[A 13]

50
100
150
200
250
300
  •   Femmes
  •   Hommes

Relations avec l'exécutif[modifier | modifier le code]

Débat de politique générale[modifier | modifier le code]

Le Premier ministre Antónis Samarás prononçant son discours de politique générale devant le Parlement hellénique, en juillet 2012.

Le Premier ministre Antónis Samarás prononce son discours de politique générale le devant le Parlement hellénique[85]. À l'issue des trois jours de débat de politique générale, il reçoit la confiance du Parlement dans la nuit du par 179 voix « pour » et 121 voix « contre »[86].

Remaniements et recompositions politiques[modifier | modifier le code]

Au début de la XVe législature, le gouvernement d'Antónis Samarás, issu d'une alliance tripartite entre la Nouvelle Démocratie, le PASOK et la DIMAR, dispose d'une large majorité de 179 sièges. Celle-ci est cependant progressivement affaiblie par la défection de plusieurs députés, qui quittent leur groupe parlementaire en raison de leurs désaccords avec la politique du gouvernement[36].

Le vice-Premier ministre Evángelos Venizélos et le Premier ministre Antónis Samarás, en septembre 2013.

En , la décision unilatérale du Premier ministre de supprimer le groupe audiovisuel public Ellinikí Radiofonía Tileórasi (ERT) provoque la rupture avec la DIMAR, qui retire son soutien au gouvernement le . Le , le Premier ministre procède à un remaniement ministériel pour renforcer son alliance avec le PASOK : son président, Evángelos Venizélos, devient vice-Premier ministre, et plusieurs autres membres du PASOK entrent au gouvernement[37]. La coalition dispose alors d'une majorité de 153 députés au Parlement hellénique[38].

Le , le Premier ministre effectue un nouveau remaniement ministériel dans le but de donner un nouveau souffle politique à son gouvernement, après les élections européennes du 25 mai qui ont vu la victoire de la SYRIZA[87].

Un vote de confiance a lieu dans la nuit du . Il est remporté par le gouvernement avec 155 voix « pour » et 131 voix « contre ». Pour le Premier ministre, il s'agit de démontrer la stabilité de sa majorité parlementaire[88]. En effet, les tensions politiques se sont accentuées au cours des derniers mois, et l'élection présidentielle à venir met le camp du gouvernement en difficulté. Le président de la République doit être élu par le Parlement hellénique au début de l'année 2015 à la majorité des deux tiers ou des trois cinquièmes, soit 180 députés. Si les partis de l'opposition refusent d'appuyer le candidat du gouvernement, le Parlement devra être dissous et des élections législatives anticipées devront être organisées[89].

Travaux parlementaires[modifier | modifier le code]

Dissolution[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Le candidat à la présidence de la République Stávros Dímas devant le Parlement hellénique.

En , le Premier ministre décide d'anticiper de deux mois l'élection présidentielle pour mettre fin à l'incertitude politique qu'elle suscite. L'article 32 de la Constitution prévoit que le président de la République hellénique est élu par les députés à la majorité des deux tiers, soit 200 voix, aux premier et deuxième tour, ou à la majorité des trois cinquièmes, soit 180 voix, au troisième tour. Le gouvernement dispose d'une majorité de 155 députés. Au sein du Parlement, il recherche des appuis parmi les députés indépendants (DDI et non-inscrits — 24), la DIMAR (10) et les Grecs indépendants (12). Pour obtenir leur soutien, il présente la candidature de Stávros Dímas, considéré comme une personnalité consensuelle[90].

Le premier tour a lieu le  : 160 députés votent pour Stávros Dimas et 135 votent « présent ». Outre les 155 députés de la majorité parlementaire, cinq députés indépendants ont voté « pour » : Chrístos Aidónis (ex-PASOK), Giórgos Davrís (ex-ANEL), Spyrídon Lykoúdis, Grigórios Psarianós et Ekateríni Márkou (ex-DIMAR)[91]. La stratégie du gouvernement est inopérante : l'échec du premier tour était attendu, mais le gouvernement espérait un score plus proche du seuil de 180 voix nécessaires au troisième tour[92].

Le deuxième tour a lieu le  : 168 députés votent pour Stávros Dimas et 131 votent « présent ». Le candidat obtient ainsi huit voix supplémentaires parmi les députés indépendants : Chryssovalandis Alexopoulos, Efstathios Boukouras (ex-Aube dorée), Konstantinos Giovanopoulos, Mika Iatridi, Ioannis Kourakos, Panagiotis Melas (ex-ANEL), Vassílios Ikonómou (ex-DIMAR) et Geórgios Kassapídis (ex-Nouvelle Démocratie)[93].

Le troisième tour a lieu le  : 168 votent pour Stávros Dimas et 132 votent « présent ». L'appel du Premier ministre à soutenir son candidat pour éviter des élections législatives anticipées est resté sans réponse, aucun député n'ayant rejoint le camp de la majorité lors de ce tour de scrutin[94].

Dissolution du Parlement hellénique[modifier | modifier le code]

L'échec des trois premiers tours de l'élection présidentielle entraîne la dissolution du Parlement hellénique, prévue par l'article 32 de la Constitution. La XVe législature prend fin le , et des élections législatives anticipées sont organisées le [94].

Références[modifier | modifier le code]

Documents officiels[modifier | modifier le code]

  1. (el) Συνεδρίαση Ολομέλειας 28/06/2012 A', séance plénière du 28 juin 2012, site du Parlement hellénique.
  2. (el) Πρακτικά, ΙΕ΄ περιοδοσ, Σύνοδος: Α', Συνεδρίαση: Α 28/06/2012, compte-rendu de séance du 28 juin 2012, Parlement hellénique.
  3. (el) Πρακτικά, ΙΕ΄ περιοδοσ, Σύνοδος: Β', Συνεδρίαση: Α' 07/10/2013, compte-rendu de séance du 7 octobre 2013, Parlement hellénique.
  4. (el) Πρακτικά, ΙΕ΄ περιοδοσ, Σύνοδος: Γ', Συνεδρίαση: Α΄ 06/10/2014, compte-rendu de séance du 6 octobre 2014, Parlement hellénique.
  5. (fr) Bureau du Parlement, site du Parlement hellénique.
  6. a b c et d (el) Πρακτικά, ΙΕ΄ περιοδοσ, Σύνοδος: Α', Συνεδρίαση: Γ' 29/06/2012, compte-rendu de séance du 29 juin 2012, Parlement hellénique.
  7. a et b (el) Πρακτικά, ΙΕ΄ περιοδοσ, Σύνοδος: Β', Συνεδρίαση: Β 08/10/2013, compte-rendu de séance du 8 octobre 2013, Parlement hellénique.
  8. a et b (el) Πρακτικά, ΙΕ΄ περιοδοσ, Σύνοδος: Γ', Συνεδρίαση: Β' 07/10/2014, compte-rendu de séance du 7 octobre 2014, Parlement hellénique.
  9. (el) 'Αρθρo 16:Tεκμήρια - ίδρυση - μεταβoλές, article 16 du Règlement du Parlement hellénique, site du Parlement hellénique.
  10. (el) 'Αρθρo 17:Eκπρoσώπηση - αναπλήρωση - περιoρισμoί, article 17 du Règlement du Parlement hellénique, site du Parlement hellénique.
  11. (el) « Γραφεία Κοινοβουλευτικών Ομάδων », bureaux des groupes parlementaires, site du Parlement hellénique.
  12. (el) Επικράτεια - Εκλ. Περιφέρειες, résultats des élections législatives de juin 2012 par circonscription, ministère de l'intérieur.
  13. a et b (el) Στατιστικά Στοιχεία ΙΕ' Περιόδου, statistiques de la XVe législature, site du Parlement hellénique.

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « La Grèce retourne à un Papandréou », Le Figaro, 5 octobre 2009.
  2. (fr) « La Grèce maintient l'austérité pour réduire son déficit », Le Figaro, 4 octobre 2010.
  3. (fr) « Grèce : le gouvernement de Papadémos a prêté serment », Le Monde, 11 novembre 2011.
  4. (fr) « Grèce : les principaux points du plan de sauvetage », Le Point,
  5. (fr) « Grèce: élections anticipées le 6 mai dans un pays plus divisé que jamais », Le Point, 21 février 2012.
  6. (fr) « Comment la Grèce a basculé en une semaine dans le chaos politique », La Tribune, 14 mai 2012.
  7. (el) « Ορκίστηκε η υπηρεσιακή κυβέρνηση Πικραμμένου », To Víma, 16 mai 2012.
  8. (fr) « La récession grecque en 2012 plus importante que prévu : le PIB chutera de 5% », La Tribune, 24 avril 2012.
  9. (fr) « Grèce : nouveau record du taux de chômage en juin », Le Monde, 6 septembre 2012.
  10. (fr) « Les salaires grecs ont fondu d'un quart en 2011 », Le Monde, 26 avril 2011.
  11. (fr) « Grèce : victoire serrée mais cruciale du camp pro-euro », Le Figaro, 18 juin 2012.
  12. (fr) « Victorieuse, la droite grecque appelle à un gouvernement "d'union" », Le Monde, 18 juin 2012.
  13. (fr) « Grèce : un gouvernement de coalition envisageable mercredi, estime le Pasok », Le Monde, 19 juin 2012.
  14. (fr) « Antonis Samaras, nouveau Premier ministre grec », Libération, 20 juin 2012.
  15. (fr) « Qui compose le nouveau gouvernement grec ? », Le Monde, 25 juin 2012.
  16. (fr) « Les dirigeants européens saluent le vote des Grecs », Le Tribune, 18 juin 2012.
  17. (el) « Παραλειπόμενα από την ορκωμοσία της νέας Βουλής », Nooz, 28 juin 2012.
  18. a et b (el) « Ορκίστηκαν οι 300 της νέας Βουλής », Naftemporiki, 28 juin 2012.
  19. (el) « Βουλή: Πρόωρη λήξη εργασιών της Ολομέλειας «εδώ και τώρα» », To Víma, 4 juin 2012.
  20. (el) «φόρτου-εργασίας»-είναι-άνεργος « Ο βουλευτής της Χρυσής Αυγής που παραιτήθηκε λόγω «φόρτου εργασίας» είναι... άνεργος »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Iefimerida, 23 juillet 2012.
  21. (el) « Ορκίστηκε και ανέλαβε καθήκοντα βουλευτή Μαγνησίας η Ζέττα Μακρή », Ta Néa, 1er avril 2013.
  22. (el) « Παραιτήθηκε λόγω προβλημάτων υγείας ο βουλευτής της ΝΔ Παύλος Σιούφας », I Kathimeriní, 11 décembre 2013.
  23. (el) « Την παραίτησή της από τη βουλευτική έδρα υπέβαλε η Ρένα Δούρου », Ta Néa, 18 mars 2014.
  24. (el) « Η Τάνια Ιακωβίδου στη θέση του Άρη Σπηλιωτόπουλου στη Βουλή », I Kathimeriní, 26 mars 2014.
  25. (el) « Νέα πρόσωπα στη Βουλή -Ορκίστηκαν οι έξι που θα αντικαταστήσουν τους υποψήφιους των ευρωεκλογών », Iefimerida, 5 mai 2014.
  26. (el) « ΝΔ: Παραιτείται από το βουλευτικό του αξίωμα ο Ν. Σταυρογιάννης », Skai, 26 août 2014.
  27. (el) « Παραιτήθηκε από βουλευτής της ΝΔ ο Σταμάτης Κάρμαντζης », To Víma, 29 août 2014.
  28. (el) « Πλεύρης και βουλευτής », The Press Project, 3 novembre 2014.
  29. (el) « Παραιτήθηκε από βουλευτής ο Ανδρέας Ψυχάρης », To Víma, 14 novembre 2014.
  30. (el) « Ορκίστηκε βουλευτής ο Αλέξανδρος Μωραϊτάκης », I Kathimeriní, 18 novembre 2014.
  31. a b et c (el) « Νέος πρόεδρος της Βουλής ο Ευάγγελος Μεϊμαράκης », I Kathimeriní, 29 juin 2012.
  32. (el) « Βουλή:Δημοκρατικό μπλόκο στη Χρυσή Αυγή για το προεδρείο », To Víma, 29 juin 2012.
  33. a et b (el) « Ο Γιώργος Καλαντζής εξελέγη Β' αντιπρόεδρος της Βουλής », Ta Néa, 11 avril 2013.
  34. (fr) « En Grèce, le gouvernement Samaras pourrait tomber plus vite qu'on ne le croit », Slate, 14 juillet 2012.
  35. (fr) « Le conservateur Antonis Samaras devient premier ministre en Grèce », Le Monde, 20 juin 2012.
  36. a b et c (el) « Ξέσπασε πόλεμος ανάμεσα σε Βενιζέλο και Λοβέρδο », To Víma, 3 décembre 2012.
  37. a et b (fr)« Grèce : Samaras remanie son gouvernement », Le Figaro, 24 juin 2012.
  38. a et b (fr) « Grèce: le parti de gauche Dimar quitte le gouvernement », RTBF, 21 juin 2013.
  39. a et b (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε ο βουλευτής των ΑΝΕΛ Παναγιώτης Μελάς », Ta Néa, 1er décembre 2014.
  40. a et b (el) « Η αποχώρηση Μελά από τους ΑΝΕΛ ανέβασε τον αριθμό των ανεξάρτητων βουλευτών στους 24 », Proto Thema, 1er décembre 2014.
  41. (el) « Εκτός ΝΔ ο Νίκος Νικολόπουλος », Proto Thema, 3 août 2012.
  42. (el) « Στην Κ.Ο. των Ανεξάρτητων Ελλήνων ο Ν. Νικολόπουλος », Naftemporiki, 7 octobre 2014.
  43. (el) « Εκτός KO της ΝΔ ο βουλευτής Φθιώτιδας Νίκος Σταυρογιάννης », To Víma, 21 octobre 2012.
  44. (el) « Εκτός ΔΗΜΑΡ ο Γιάννης Μιχελογιαννάκης », Proto Thema, 22 octobre 2012.
  45. (el) « Στον ΣΥΡΙΖΑ εντάχθηκε ο Γιάννης Μιχελογιαννάκης », Ta Néa, 4 juillet 2013.
  46. (el) « Ποιος είναι ο Γ. Κασαπίδης », Real, 8 novembre 2012.
  47. (el) « Εκτός ΠΑΣΟΚ Σκανδαλίδης, Κουτσούκος, Γκερέκου, Κασσής, Μπόλαρης, Παραστατίδης », Naftemporiki, 8 novembre 2012.
  48. (el) « Επιστροφή Σκανδαλίδη, Κουτσούκου, Κασσή και Γκερέκου στην Κ.Ο. του ΠΑΣΟΚ », Naftemporiki, 23 février 2013.
  49. (el) « Αποχώρησε από το ΠΑΣΟΚ ο Μίμης Ανδρουλάκης- Aνεξαρτητοποιείται », Iefimerida, 8 novembre 2012.
  50. (el) « Διεγράφη από τη ΝΔ ο βουλευτής Λευκάδας, Θοδωρής Σολδάτος », Newsbomb, 12 novembre 2012.
  51. a et b (el) « Επιστρέφουν στη ΝΔ οι βουλευτές Κ.Μαρκόπουλος και Θ.Σολδάτος », To Víma, 1er juillet 2013.
  52. (el) « Επέστρεψε στην ΚΟ του ΠΑΣΟΚ ο Ανδρέας Λοβέρδος », Skai, 22 août 2014.
  53. (el) « Σχέδιο διάλυσης καταγγέλλει ο Καμμένος μετά τις αποχωρήσεις Το θρίλερ των ΑΝ.ΕΛ », TVXS, 13 décembre 2013.
  54. (el) « Εκτός Κοινοβουλευτικής Ομάδας της ΔΗΜΑΡ Βουδούρης και Μουτσινάς », To Víma, 7 janvier 2013.
  55. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε από το ΠΑΣΟΚ ο Χρήστος Αηδόνης » « Copie archivée » (version du 31 juillet 2014 sur l'Internet Archive), Newsit, 10 janvier 2013.
  56. (el) « Συγκροτήθηκε νέα Κοινοβουλευτική Ομάδα από 11 ανεξάρτητους βουλευτές », Ta Néa, 21 novembre 2013.
  57. (el) « Στον απόηχο της διαγραφής της Θ. Τζάκρη που έκανε λόγο για «κυβέρνηση ανικανότητας» », I Kathimeriní, 11 novembre 2013.
  58. (el) « Και η Θεοδώρα Τζάκρη στους Ανεξάρτητους Δημοκρατικούς Βουλευτές », I Avgi, 3 avril 2014
  59. (el) « Διεγράφη από την ΚΟ της ΝΔ ο Βύρων Πολύδωρας », Ta Néa, 21 décembre 2013.
  60. (el) « Πέτρος Τατσόπουλος: «Η παραίτησή μου είναι στη διάθεση του Αλέξη Τσίπρα» », Ta Néa, 9 janvier 2014.
  61. (el) « Στους Ανεξάρτητους Δημοκρατικούς Βουλευτές ο Πέτρος Τατσόπουλος », Skai, 27 janvier 2014.
  62. (el) « Νταβρής: «Το πρόβλημα στους ΑΝΕΛ είναι ο Καμμένος» », Ta Néa, 14 janvier 2014.
  63. (el) « Στους Ανεξάρτητους Δημοκρατικούς Βουλευτές ο Γιώργος Νταβρής », I Kathimeriní, 23 janvier 2014.
  64. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε ο χρυσαυγίτης βουλευτής Χρυσοβαλάντης Αλεξόπουλος », Ta Néa, 15 mars 2014.
  65. (el) « Aποχωρεί και o Στάθης Μπούκουρας από τη Χρυσή Αυγή », Iefimerida, 18 mars 2014
  66. (el) « Διεγράφη από τη Χρυσή Αυγή ο Στάθης Μπούκουρας », Ta Néa, 18 mars 2014.
  67. (el) « Παραιτήθηκαν από την ΚΟ των ΑΝΕΛ οι βουλευτές Γιαταγάνα και Γιοβανόπουλος », Ta Néa, 26 mars 2014.
  68. (el) « Στους Ανεξάρτητους Γιαταγάνα και Γιοβανόπουλος », Paraskhnio, 9 mai 2014.
  69. (el) « Νέα συνάντηση Σαμαρά-Βενιζέλου το απόγευμα, ψηφίστηκε το πολυνομοσχέδιο », I Kathimeriní, 31 mars 2014.
  70. (el) « Με ιδιόχειρη επιστολή Σαμαρά επέστρεψε στη ΝΔ ο Νικήτας Κακλαμάνης », Ta Néa, 9 octobre 2014.
  71. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε ο βουλευτής των ΑΝΕΛ Βασίλης Καπερνάρος », Ta Néa, 29 mai 2014.
  72. (el) « Στους Ανεξάρτητους Δημοκρατικούς Βουλευτές ο Β. Καπερνάρος », Naftemporiki, 19 juin 2014.
  73. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε η Μ. Ιατρίδη από τους ΑΝΕΛ », To Víma, 3 juin 2014.
  74. (el) « Στους Ανεξάρτητους Δημοκρατικούς Βουλευτές προσχωρούν Μακρή και Ιατρίδη », I Avgi, 16 octobre 2014.
  75. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε από τη ΔΗΜΑΡ ο Βασίλης Οικονόμου », I Kathimeriní, 6 juin 2014.
  76. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε η βουλευτής της ΔΗΜΑΡ Κατερίνα Μάρκου », To Víma, 10 juillet 2014.
  77. (el) « Εκτός ΔΗΜΑΡ ο Γρηγόρης Ψαριανός και ο Ανδρέας Παπαδόπουλος » To Víma, 10 juillet 2014.
  78. (el) « Και επισήμως εκτός ΔΗΜΑΡ ο Λυκούδης – Έντονη αντίδραση του κόμματος », Skaï, 9 septembre 2014.
  79. (el)« ΑΝΕΛ: διεγράφη η Ραχήλ Μακρή », I Kathimeriní, 8 octobre 2014.
  80. (el) « Ανεξαρτητοποιήθηκε η Νίκη Φούντα, η απάντηση της ΔΗΜΑΡ », I Kathimeriní, 23 décembre 2014.
  81. a b et c (el) « Ο Παναγιώτης Ρήγας νέος γραμματέας της ΚΟ του ΠΑΣΟΚ », Proto Thema, 3 juillet 2013.
  82. (el) « Παραίτηση Τέρενς Κουίκ από κοινοβουλευτικός εκπρόσωπος ΑΝ.ΕΛ. », I Avgi, 20 mai 2013.
  83. (el) « Ο Β. Καπερνάρος αναπληρωτής κοινοβουλευτικός εκπρόσωπος των ΑΝΕΛ », Proto Thema, 30 mai 2013.
  84. a et b (el) « Αντικαταστάθηκε από κοινοβουλευτικός εκπρόσωπος του ΚΚΕ ο Σπ. Χαλβατζής », To Víma, 14 mai 2013.
  85. (fr) « La Grèce accélère les privatisations et demande un délai à ses créanciers », Le Monde, 6 juillet 2012.
  86. (fr) « Grèce : Antonis Samaras obtient la confiance du Parlement », Le Point, 9 juillet 2012.
  87. (el) « Grèce: Samaras remanie son gouvernement, nouveau ministre des Finances Guikas Hardouvelis », La Croix, 9 juin 2014.
  88. (fr) « Vote de confiance en Grèce: succès provisoire pour Antonis Samaras », Radio France internationale, 11 octobre 2014.
  89. (fr) « Tensions politiques croissantes en Grèce », La Tribune, 18 septembre 2014.
  90. (fr) « Le coup de poker du Premier ministre grec pour éviter des législatives à hauts risques », Les Échos, 9 décembre 2014.
  91. (el) « Σταύρος Δήμας: 160 ναι, 135 παρών », Iefmerida, 17 décembre 2014.
  92. (fr) « Présidentielle en Grèce : les députés n'y arrivent pas », Le Point, 17 décembre 2014.
  93. (el) « Σταύρος Δήμας: 168 «ναι», 131 «παρών »», Iefimerida, 23 décembre 2014.
  94. a et b (el) « Εκλογές «ψήφισε» η Βουλή - Δεν εξελέγη Πρόεδρος Δημοκρατίας », To Víma, 29 décembre 2014.

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]