Élections législatives grecques de 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2007 Drapeau de la Grèce mai 2012 Suivant
Élections législatives grecques de 2009
Les 300 sièges du Parlement grec
151 sièges nécessaires pour une majorité
4 octobre 2009
Type  Élections législatives grecques, snap election
Papandreou handover cropped.jpg
Mouvement socialiste panhellénique – Giórgos Papandréou
Voix 3 012 373 Green Arrow Up.svg 10,4 %
  
43,92 %
Sièges obtenus 160 Green Arrow Up.svg 58
Kostas Karamanlis.jpg
Nouvelle Démocratie – Kóstas Karamanlís
Voix 2 295 967 Red Arrow Down.svg 23,4 %
  
33,48 %
Sièges obtenus 91 Red Arrow Down.svg 61
Aleka Papariga - Crop.jpg
Parti communiste de Grèce – Aléka Paparíga
Voix 517 154 Red Arrow Down.svg 11,4 %
  
7,54 %
Sièges obtenus 21 Red Arrow Down.svg 1
GeorgiosKaratzaferis.jpg
Alerte populaire orthodoxe – Georgios Karatzaferis (en)
Voix 386 152 Green Arrow Up.svg 42,1 %
  
5,63 %
Sièges obtenus 15 Green Arrow Up.svg 5
Alexis Tsipras Komotini cropped.jpg
SYRIZA – Aléxis Tsípras
Voix 315 627 Red Arrow Down.svg 12,6 %
  
4,60 %
Sièges obtenus 13 Red Arrow Down.svg 1
Résultats par préfecture
Carte
Premier ministre
Sortant
Élu

Des élections législatives au Parlement grec se sont tenues en Grèce le dimanche .

Dix millions de Grecs sont appelés aux urnes (le vote est obligatoire) entre 7 h et 19 h. Deux millions d'entre eux ont plus de 71 ans tandis que 250 000 votent pour la première fois. Ils ont à choisir entre 3 905 candidats issus de 23 partis. La circonscription la plus grande est la deuxième circonscription d'Athènes (Athènes B) avec 1,3 million d'électeurs[1].

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Dissolution du Parlement et convocation d'élections anticipées[modifier | modifier le code]

Le Premier ministre sortant, Kóstas Karamanlís.

Le , le Premier ministre grec, Kóstas Karamanlís, annonce, que conformément à l'article 32 de la Constitution grecque[2], le président de la République, Károlos Papoúlias a pris la décision de dissoudre le Parlement grec et de convoquer des élections législatives anticipées pour le 4 octobre suivant. Sa majorité Nouvelle Démocratie au Parlement grec était depuis plus d'un an très réduite (151 députés sur les 300 du parlement), fragile et régulièrement remise en cause au sein même de son parti. De plus, la ND était touchée par toute une série de scandales politiques[3].

Le président du PASOK, et chef de l'opposition, Giórgos Papandréou.

Sondages[modifier | modifier le code]

Les sondages (interdits dans les quinze jours précédant le vote) ont donné le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) de Giórgos Papandréou en tête. Le 10 septembre, 85 % des Grecs interrogés ne faisaient pas confiance aux partis politiques et 75 % ne faisaient plus confiance au gouvernement. Le PASOK était en tête des intentions de vote (41 %) devant la Nouvelle Démocratie (ND) (35,5 %), le Parti communiste de Grèce (KKE) (8,5 %), le Alerte populaire orthodoxe (LAOS) (7 %) et la SYRIZA empêtrée dans ses problèmes de personne (4 %). Giórgos Papandréou et Kóstas Karamanlís étaient à égalité en ce qui concerne lequel des deux serait le meilleur Premier ministre (38 %). Pour 21 % des personnes interrogées, aucun des deux[4].

Choix des candidats[modifier | modifier le code]

La Grèce est divisée en 56 circonscriptions. Dans chacune, les partis présentent des listes sur lesquelles les électeurs font leur choix : de un à quatre candidats parmi ceux proposés. Une règle proportionnelle est ensuite appliquée. Ce système est critiqué car il favoriserait les rapports étroits entre élus et électeurs[5].

Les principaux partis politiques ont essayé de redorer leur image. Tous les députés sortants impliqués dans les divers scandales (Vatopédi, Siemens, corruption, etc.) n'ont pas être investis. Ainsi, sept anciens ministres ND dont Savvas Tsitouridis, Vassilis Magginas, Petros Doukas et Aristotelis Pavlidis ne furent pas investis par leur parti en raison de scandales judiciaires. Savvas Tsitouridis menaça en représailles de faire des révélations sur d'autres membres du gouvernement. Le PASOK espéra un temps réussir à convaincre Konstantínos Simítis de sortir de sa retraite afin d'attirer les votes centristes, mais sans succès. Pour les listes des « députés nationaux » (ceux non élus dans une circonscription, mais au prorata des voix de leur parti, ce qui fait le que PASOK et la ND devraient en avoir quatre chacun) ont été présentées le 20 septembre. Si la ND a choisi des membres du parti (en mettant cependant la vieille garde en fin de liste), le PASOK a préféré jouer les membres de la « société civile » pour attirer les indécis (avec des universitaires, des économistes ou des journalistes)[4],[6],[7],[8].

Débats télévisés[modifier | modifier le code]

Les participants au débat télévisé.

Le 21 septembre s'est tenu le premier des débats télévisés entre les leaders des six principales formations. Après avoir répondu aux journalistes, ils ont pu poser une question chacun à un seul autre candidat. Kóstas Karamanlís a interrogé Giórgos Papandréou et réciproquement. Le leader des Verts écologistes, Nikos Chrysogelos, a semblé le plus à l'aise. Pour la première fois, des écologistes pourraient entrer au Parlement. Le leader du LAOS, Giorgos Karatzaferis, fut attaqué sur son attitude face à l'immigration tandis que les chefs du KKE, Aleka Papariga, et de la SYRIZA Alexis Tsipras furent surtout interrogés sur les manifestations d'extrême-gauche. Konstantínos Karamanlís et Georges Papandréou se sont retrouvés face à face le 22 septembre pour un nouveau débat, très animé, voire vif, souvent constitué d'attaques réciproques, mais qui ne sembla pas avoir réellement dégagé de vainqueur ou avoir pu convaincre les indécis. Les partis politiques décidèrent dès lors se contenter de meetings et discours[9].

Fin de la campagne[modifier | modifier le code]

Le reste de la campagne électorale fut une suite d'attaques réciproques entre PASOK et ND, chacun cherchant à stigmatiser l'incapacité à gouverner de l'adversaire[10].

Dans les derniers jours de la campagne, alors qu'il était difficile (en raison de l'interdiction des sondages) de savoir si la stratégie offensive de Kóstas Karamanlís contre le PASOK avait été efficace, il semblait qu'une majorité claire ne pourrait se dégager, nécessitant la constitution d'une coalition. Les Verts écologistes qui espèrent huit à dix députés ont fait savoir qu'ils ne seraient pas opposés au fait d'entrer dans une majorité gouvernementale avec parti vainqueur (quel qu'il soit) afin de faire avancer la cause écologique dans le pays[1].

Résultats[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le taux de participation a été de 70,92 %[11]. Le taux d'abstention (29,08 %) est en hausse par rapport aux élections de 2007 (25,85 %) et 2003 (23,50 %). La Deuxième circonscription de Thessalonique (Thessalonique B) a eu le plus fort taux de participation avec 82,20 %. Par contre, Grammatiko et ses environs, dans la banlieue d'Athènes, très touchés par les incendies du mois d'août 2009 et qui avaient décidé de boycotter les élections en guise de protestation ont eu le taux de participation le plus faible de Grèce : 3,50 %[12].

En moyenne, la Nouvelle Démocratie a perdu huit points par rapport aux élections de 2007, tandis que le PASOK en a gagné en moyenne près de six. Le score de la ND est le plus mauvais de son histoire. La circonscription de Kastoria, dans le nord de la Grèce, est la seule à avoir donné la majorité à la ND (50,03 %). Le parti de Kóstas Karamanlís arrive aussi en tête dans ses fiefs traditionnels : sud du Péloponnèse (Laconie et Messénie), Argolide et Serrès. Cependant, il perd des régions traditionnellement à droite, comme les Cyclades. Son plus mauvais score est dans la deuxième circonscription du Pirée (Le Pirée B'). De nombreux ministres, et même le secrétaire général du parti n'ont pas été réélus. Un des cadres historiques, Geórgios Soufliás, pourtant très respecté ministre des travaux publics, battu, s'est retiré définitivement de la vie politique. Il lui est reproché d'avoir suggéré ces élections anticipées à Konstantínos Karamanlís. Ce dernier a, quant à lui, démissionné de la direction de la ND. Un congrès extraordinaire est convoqué pour le 7 novembre 2009 afin de choisir un nouveau leader. Les principaux candidats à la succession sont Dóra Bakoyánni (ancienne ministre des affaires étrangères), Dimítris Avramópoulos (ancien ministre de la santé) et Antónis Samarás (ancien ministre de la culture)[12].

Le PASOK obtient son meilleur score dans la circonscription d'Héraklion (62,70 %) et son plus mauvais à Kastoria (34,50 %). Le KKE perd un demi-point par rapport à son score de 2007. Aleka Papariga, son leader, considère cependant que ce résultat ne reflète pas l'influence réelle du parti dans la société grecque. Elle a commenté la victoire du PASOK en déclarant que le capitaine du navire avait été changé, mais pas son cap. Le LAOS obtient son meilleur score et s'impose comme quatrième force parlementaire. Son leader, Georgios Karatzaferis, a présenté son parti, dans sa conférence de presse le soir des élections, comme la principale force d'opposition au PASOK. Le recul de la SYRIZA (0,5 %) est moindre que ce qui avait été envisagé. Après des mois de dissensions internes, ce résultat, paradoxalement, renforce la position de son leader, jusque là contesté, Alexis Tsipras. Ce dernier considère que la SYRIZA sera une force d'opposition avec laquelle il faudra compter[12].


Résultats des élections législatives grecques du
Inscrits 9 930 717
Abstentions 186 056 1,87 %
Votants 9 744 661 98,13 %
Bulletins enregistrés 9 744 661
Bulletins blancs ou nuls 2 886 319 29,62 %
Suffrages exprimés 6 858 342 70,38 % 300 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) Néant 3 012 373 43,92 %
160 / 300
+58
Nouvelle démocratie (ND) Néant 2 295 967 33,48 %
91 / 300
-61
Parti communiste de Grèce (KKE) Néant 517 154 7,54 %
21 / 300
-1
Alerte populaire orthodoxe (LAOS) Néant 386 152 5,63 %
15 / 300
+5
Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) Néant 315 627 4,6 %
13 / 300
-1
Verts écologistes (OP) Néant 173 449 2,53 %
0 / 300
=
Autres Néant 157 620 2,3 %
0 / 300
=

Résultats par circonscription[modifier | modifier le code]

Circonscription[13] PASOK ND KKE LAOS SYRIZA OP Autres
Athènes A 35,52 %
(+ 5,56 pts)
8 sièges (+3)
31,7 %
(- 8,41 pts)
5 sièges (-2)
9,56 %
(- 0,96 pts)
2 sièges (=)
7,59 %
(+ 1,20 pts)
1 siège (=)
7,97 %
(- 1,03 pts)
1 siège (-1)
4,09 %
(+ 2,45 pts)
3,52 %
Athènes B 40,21 %
(+ 6,16 pts)
20 sièges (+6)
26,63 %
(- 8,64 pts)
11 sièges (-6)
10,84 %
(- 1,27 pts)
5 sièges (=)
7,28 %
(+ 2,24 pts)
3 sièges (+1)
7,40 %
(- 1,54 pts)
3 sièges (-1)
4,32 %
(+ 2,53 pts)
3,32 %
Athènes périphérique 43,13 %
(+ 6,86 pts)
6 sièges (+2)
29,47 %
(- 9,78 pts)
3 sièges (-2)
8,22 %
(- 0,98 pts)
1 siège (=)
8,23 %
(+ 2,41 pts)
1 siège (=)
4,93 %
(- 0,97 pts)
1 siège (=)
3,37 %
(+ 2 pts)
2,65 %
Thessalonique A 39,12 %
(+ 4,49 pts)
7 sièges (=)
30,30 %
(- 7,08 pts)
5 sièges (=)
9,53 %
(- 0,78 pts)
2 sièges (=)
8,26 %
(+ 2,04 pts)
1 siège (=)
5,77 %
(- 0,35 pts)
1 siège (=)
3,45 %
(+ 1,73 pts)
3,57 %
Thessalonique B 38,28 %
(+ 4,51 pts)
2 sièges (+1)
37,56 %
(- 7,26 pts)
2 sièges (-1)
7,56 %
(- 0,58 pts)
1 siège (+1)
7,47 %
(+ 2,12 pts)
1 siège (=)
4,09 %
(- 0,05 pts)
1 siège (=)
2,38 %
(+ 1,26 pts)
2,65 %
Le Pirée A 38,84 %
(+ 6,27 pts)
2 sièges (+1)
33,02 %
(- 9,32 pts)
1 siège (-1)
8,10 %
(- 0,85 pts)
1 siège (=)
7,56 %
(+ 2,32 pts)
1 siège (=)
5,84 %
(- 0,92 pts)
1 siège (=)
3,55 %
(+ 2,33 pts)
3,09 %
Le Pirée B 44,36 %
(+ 6,43 pts)
3 sièges (=)
23,07 %
(- 8,33 pts)
2 sièges (=)
12,86 %
(- 1,69 pts)
1 siège (=)
7,59 %
(+ 2,07 pts)
1 siège (=)
5,68 %
(- 0,73 pts)
1 siège (=)
3,36 %
(+ 1,87 pts)
3,08 %
Étolie-Acarnanie 49,50 %
(+ 5,80 pts)
4 sièges (+1)
35,68 %
(- 7,88 pts)
3 sièges (-1)
6,22 %
(- 0,03 pts)
1 siège (=)
3,02 %
(+ 1,03 pts)
2,82 %
(- 0,04 pts)
1,28 %
(+ 0,82 pts)
1,48 %
Argolide 42,32 %
(+ 4,88 pts)
1 siège (=)
42,48 %
(- 6,42 pts)
2 sièges (=)
4,50 %
(- 0,33 pts)
4,17 %
(+ 1,03 pts)
3,13 %
(- 0,40 pts)
1,71 %
(+ 0,86 pts)
1,69 %
Arcadie 46,46 %
(+ 7,79 pts)
2 sièges (+1)
36,54 %
(- 10,11 pts)
1 siège (-1)
5,13 %
(- 0,23 pts)
4,79 %
(+ 1,64 pts)
3,76 %
(- 0,27 pts)
1,60 %
(+ 0,85 pts)
1,72 %
Nome d'Arta 45,14 %
(+ 6,49 pts)
2 sièges (+1)
38,99 %
(- 8,35 pts)
1 siège (-1)
6,04 %
(- 0,65 pts)
2,58 %
(+ 0,98 pts)
4,67 %
(+ 0,73 pts)
1,05 %
(+ 0,74 pts)
1,53 %
Achaïe 52,69 %
(+ 6,72 pts)
4 sièges (=)
28,97 %
(- 7,89 pts)
2 sièges (-1)
6,59 %
(- 0,57 pts)
1 siège (=)
3,64 %
(+ 1,17 pts)
1 siège (+1)
3,88 %
(- 1,03 pts)
1 siège (=)
2,39 %
(+ 1,38 pts)
1,84 %
Béotie 47,35 %
(+ 6,90 pts)
3 sièges (+2)
31,08 %
(- 9,90 pts)
1 siège (-2)
7,30 %
(- 0,62 pts)
6,18 %
(+ 2,64 pts)
3,90 %
(- 0,50 pts)
1,89 %
(+ 1,12)
2,30 %
Grévéna 46,91 %
(+ 7,19 pts)
1 siège (+1)
36,64 %
(- 8,84 pts)
0 siège (-1)
7,31 %
(- 0,24 pts)
3,56 %
(+ 0,93 pts)
2,60 %
(+ 0,12 pts)
1,10 %
(+ 0,55 pts)
2,88 %
Dráma 41,64 %
(+ 4,38 pts)
2 sièges (+1)
41,26 %
(- 7,48 pts)
1 siège (-1)
3,82 %
(- 0,59 pts)
6,33 %
(+ 2,30 pts)
3,26 %
(+ 0,08 pts)
1,72 %
(+ 1 pts)
1,97 %
Dodécanèse 54,89 %
(+ 8,16 pts)
4 sièges (+2)
30,80 %
(- 10,88 pts)
1 siège (-2)
3,97 %
(- 0,23 pts)
4,10 %
(+ 1,26 pts)
2,70 %
(- 0,24 pts)
1,90 %
(+ 1,90 pts)
1,64 %
Évros 44,69 %
(+ 4,93 pts)
3 sièges (+2)
40,36 %
(- 8,31 pts)
1 siège (-2)
3,77 %
(- 0,56 pts)
5,92 %
(+ 2,53 pts)
2,09 %
(- 0,18 pts)
1,54 %
(+ 0,81 pts)
1,63 %
Eubée 48,18 %
(+ 6,16 pts)
2 sièges (=)
31,09 %
(- 9,52 pts)
2 sièges (-1)
6,71 %
(- 0,51 pts)
1 siège (=)
6,01 %
(+ 2,66 pts)
3,90 %
(- 0,38 pts)
2,24 %
(+ 1,37 pts)
1,87 %
Eurytanie 51,20 %
(+ 5,56 pts)
1 siège (=)
37,57 %
(- 7,04 pts)
3,24 %
(- 0,11 pts)
2,97 %
(+ 0,75 pts)
2,27 %
(- 0,13 pts)
1,25 %
(+ 0,78 pts)
1,50 %
Zante 47,56 %
(+ 5,22 pts)
1 siège (=)
29,74 %
(- 8,36 pts)
11,18 %
(+ 0,67 pts)
3,63 %
(+ 1,45 pts)
4,23 %
(- 0,16 pts)
1,91 %
(+ 1,05 pts)
1,75 %
Élide 54,64 %
(+ 8,10 pts)
2 sièges (+2)
32,73 %
(- 9,32 pts)
2 sièges (-2)
4,33 %
(- 0,37 pts)
3,07 %
(+ 1,08 pts)
2,58 %
(- 0,44 pts)
1,30 %
(+ 0,66 pts)
1,35 %
Imathie 43,32 %
(+ 4,28 pts)
3 sièges (+2)
37 %
(- 5,83 pts)
1 siège (-2)
6,91 %
(- 0,67 pts)
6,14 %
(+ 1,50 pts)
3,18 %
(+ 0,03 pts)
1,37 %
(+ 0,56 pts)
2,08 %
Héraklion 62,73 %
(+ 8,10 pts)
5 sièges (+1)
23,70 %
(- 9,84 pts)
2 sièges (-1)
4,44 %
(+ 0,04 pts)
2,10 %
(+ 0,77 pts)
3,71 %
(- 0,64 pts)
2,30 %
(+ 1,42 pts)
1,02 %
Thesprotie 48,76 %
(+ 6,27 pts)
1 siège (+1)
36,60 %
(- 12,26 pts)
0 siège (-1)
4,60 %
(+ 0,21 pts)
3,06 %
(+ 0,94 pts)
3,46 %
(+ 0,35 pts)
1,54 %
(+ 1,03 pts)
1,98 %
Ioannina 43,95 %
(+ 5,15 pts)
3 sièges (+1)
36,13 %
(- 7,25 pts)
2 sièges (=)
7,53 %
(- 0,46 pts)
0 (-1)
3,49 %
(+ 1,07 pts)
4,89 %
(+ 0,20 pts)
1,91 %
(+ 1,08 pts)
2,12 %
Kavala 42,41 %
(+ 2,98 pts)
3 sièges (+2)
37,38 %
(- 7,88 pts)
1 siège (-2)
6 %
(- 0,26 pts)
6,01 %
(+ 2,74 pts)
4,06 %
(+ 0,59 pts)
2,03 %
(+ 1,35 pts)
2,11 %
Kardítsa 43,31 %
(+ 5,50 pts)
3 sièges (+2)
39,88 %
(- 8,14 pts)
2 sièges (-2)
7,49 %
(+ 0,08 pts)
4 %
(+ 1,86 pts)
2,86 %
(=)
1,09 %
(+ 0,62 pts)
1,37 %
Kastoria 34,59 %
(+ 2,15 pts)
1 siège (=)
50,03 %
(- 4,29 pts)
1 siège (=)
4 %
(- 0,09 pts)
4,46 %
(+ 1,14 pts)
3,76 %
(+ 0,01 pts)
1,17 %
(+ 0,62 pts)
1,99 %
Corfou 43,38 %
(+ 6,94 pts)
1 siège (=)
32,83 %
(- 7,23 pts)
1 siège (=)
11,95 %
(- 2,94 pts)
1 siège (=)
3,54 %
(+ 1,46 pts)
4,29 %
(+ 0,25 pts)
2,20 %
(+ 1,14 pts)
1,81 %
Céphalonie 41,83 %
(+ 4,68 pts)
1 siège (+1)
33,04 %
(- 6,25 pts)
0 siège (-1)
12,25 %
(- 0,90 pts)
4,67 %
(+ 1,85 pts)
3,73 %
(- 0,16 pts)
2,14 %
(+ 1,11 pts)
2,34 %
Kilkís 40,85 %
(+ 3,86 pts)
2 sièges (+1)
39,93 %
(- 6,94 pts)
1 siège (-1)
7,26 %
(- 0,01 pts)
6,39 %
(+ 2,06 pts)
2,49 %
(+ 0,12 pts)
1,24 %
(+ 0,63 pts)
1,84 %
Kozani 44,04 %
(+ 4,26 pts)
3 sièges (+1)
39,73 %
(- 6,93 pts)
2 sièges (-1)
5,75 %
(+ 0,11 pts)
3,68 %
(+ 1,56 pts)
3,28 %
(+ 0,28 pts)
1,64 %
(+ 0,49 pts)
1,88 %
Corinthie 46,80 %
(+ 5,29 pts)
3 sièges (+2)
36,03 %
(- 7,52 pts)
1 siège (-2)
4 %
(- 0,38 pts)
5,28 %
(+ 1,50 pts)
3,77 %
(- 0,41 pts)
2,25 %
(+ 1,11 pts)
1,87 %
Cyclades 44,90 %
(+ 7,03 pts)
2 sièges (+1)
36,03 %
(- 9,47 pts)
1 siège (-1)
5,10 %
(- 0,48 pts)
4,18 %
(+ 1,41 pts)
4,64 %
(- 0,67 pts)
3,01 %
(+ 1,80 pts)
2,14 %
Laconie 36,48 %
(+ 4,85 pts)
1 siège (=)
47,26 %
(- 8,25 pts)
2 sièges (=)
4,82 %
(- 0,03 pts)
5,57 %
(+ 2,40 pts)
2,84 %
(- 0,21 pts)
1,43 %
(+ 0,88 pts)
1,60 %
Larissa 40,81 %
(+ 3,99 pts)
3 sièges (=)
36,17 %
(- 7,29 pts)
2 sièges (-1)
9,47 %
(- 0,59 pts)
1 siège (=)
5,70 %
(+ 2,17 pts)
1 siège (=)
3,97 %
(+ 0,12 pts)
1 siège (+1)
2,11 %
(+ 1,34 pts)
1,77 %
Lassithi 59,37 %
(+ 6,66 pts)
1 siège (=)
27,51 %
(- 9,59 pts)
1 siège (=)
3,47 %
(- 0,02 pts)
2,19 %
(+ 1,10 pts)
3,84 %
(- 0,35 pts)
2,25 %
(+ 1,51 pts)
1,37 %
Lesbos 42,20 %
(+ 4,52 pts)
1 siège (=)
31,06 %
(- 8,36 pts)
1 siège (=)
14,10 %
(+ 0,11 pts)
1 siège (=)
4,03 %
(+ 1,55 pts)
4,43 %
(+ 0,46 pts)
2,15 %
(+ 1,29 pts)
2,03 %
Leucade 41,65 %
(+ 4,06 pts)
1 siège (+1)
37,01 %
(- 5,51 pts)
0 siège (-1)
10,42 %
(- 0,32 pts)
2,37 %
(+ 0,73 pts)
5,16 %
(- 0,01 pts)
1,31 %
(+ 0,44 pts)
2,08 %
Magnésie 40,39 %
(+ 4 pts)
2 sièges (=)
35,56 %
(- 7,76 pts)
1 siège (-1)
8,79 %
(- 0,57 pts)
1 siège (=)
5,82 %
(+ 2,19 pts)
1 siège (+1)
4,66 %
(+ 0,35 pts)
2,60 %
(+ 1,42 pts)
2,18 %
Messénie 39,06 %
(+ 6,90 pts)
3 sièges (+2)
43,26 %
(- 9,03 pts)
2 sièges (-2)
5,74 %
(- 0,44 pts)
5,07 %
(+ 2,25 pts)
3,62 %
(- 1,01 pts)
1,63 %
(+ 0,91 pts)
1,62 %
Xánthi 58,73 %
(+ 9,83 pts)
2 sièges (=)
26,25 %
(- 13,72 pts)
1 siège (=)
2,75 %
(- 0,78 pts)
4,41 %
(+ 1,65 pts)
4,51 %
(+ 2,06 pts)
1,45 %
(+ 0,89 pts)
1,84 %
Pella 43,05 %
(+ 3,74 pts)
3 sièges (+2)
41,43 %
(- 5,92 pts)
1 siège (-2)
4,37 %
(- 0,22 pts)
5,51 %
(+ 1,25 pts)
2,54 %
(+ 0,22 pts)
1,10 %
(+0,53 pts)
2 %
Piérie 41,37 %
(+ 3,71 pts)
3 sièges (+2)
42,27 %
(- 6,32 pts)
1 siège (-2)
5,29 %
(- 0,06 pts)
5,34 %
(+ 1,71 pts)
2,81 %
(+ 0,05 pts)
1,33 %
(+ 0,73 pts)
1,59 %
Préveza 42,98 %
(+ 4,10 pts)
1 siège (=)
38,89 %
(- 7,09 pts)
1 siège (=)
8,04 %
(+ 0,38 pts)
3,09 %
(+ 1,31 pts)
3,87 %
(+ 0,04 pts)
1,33 %
(+ 0,75 pts)
1,80 %
Nome de Rethymnon 57,91 %
(+ 14,14 pts)
1 siège (=)
27,41 %
(- 19,09 pts)
1 siège (=)
3,75 %
(+ 0,36 pts)
3,10 %
(+ 1,92 pts)
3,90 %
(+ 0,39 pts)
2,18 %
(+ 1,78 pts)
1,75 %
Rhodope 53,07 %
(+ 7,17 pts)
2 sièges (=)
34,52 %
(- 11,23 pts)
1 siège (=)
2,51 %
(- 0,35 pts)
3,62 %
(+ 2,05 pts)
4,23 %
(+ 2,29 pts)
0,76 %
(+ 0,40 pts)
1,26 %
Samos 38,49 %
(+ 5,95 pts)
1 siège (+1)
29,74 %
(- 8,25 pts)
0 siège (-1)
17,86 %
(- 0,37 pts)
3,97 %
(+ 1,35 pts)
5,12 %
(- 0,09 pts)
2,32 %
(+ 1,21 pts)
2,50 %
Serrès 37,07 %
(+ 3,97 pts)
3 sièges (+1)
46,81 %
(- 6,01 pts)
3 sièges (-1)
5,03 %
(+ 0,02 pts)
5,33 %
(+ 1,37 pts)
1 siège (=)
2,52 %
(- 0,41 pts)
1,49 %
(+ 0,96 pts)
1,75 %
Tríkala 45,14 %
(+ 5,87 pts)
3 sièges (+1)
37,63 %
(- 8,23 pts)
2 sièges (=)
8,20 %
(- 0,29 pts)
0 siège (-1)
3,79 %
(+ 1,76 pts)
2,56 %
(- 0,19 pts)
1,20 %
(+ 0,74 pts)
1,48 %
Phthiotide 43,84 %
(+ 7,17 pts)
3 sièges (+2)
40,36 %
(- 9,22 pts)
2 sièges (-2)
4,93 %
(- 0,29 pts)
4,65 %
(+ 1,25 pts)
2,83 %
(- 0,39 pts)
1,72 %
(+ 0,91 pts)
1,67 %
Flórina 44,08 %
(+ 4,82 pts)
1 siège (=)
41,55 %
(- 6,62 pts)
1 siège (=)
4,63 %
(- 0,65 pts)
3,55 %
(+ 1 pts)
2,95 %
(+ 0,06 pts)
1,55 %
(+ 1,55 pts)
1,69 %
Phocide 40,21 %
(+ 5,53 pts)
1 siège (+1)
39,73 %
(- 8,26 pts)
0 siège (-1)
6,93 %
(- 0,10 pts)
5,23 %
(+ 1,53 pts)
3,58 %
(- 0,19 pts)
1,86 %
(+ 0,97 pts)
2,46 %
Chalcidique 40,95 %
(+ 2,84 pts)
2 sièges (+1)
40,52 %
(- 5,85 pts)
1 siège (-1)
4,96 %
(- 0,47 pts)
5,49 %
(+ 2,07 pts)
4,08 %
(+ 0,27 pts)
1,91 %
(+ 1,15 pts)
2,09 %
La Canée 51,10 %
(+ 6,39 pts)
3 sièges (+2)
29,74 %
(- 8,73 pts)
1 siège (-2)
5,98 %
(- 0,27 pts)
3,64 %
(+ 1,08 pts)
4,37 %
(- 0,60 pts)
3,15 %
(+ 2,04 pts)
2,02 %
Chios 49,81 %
(+ 8,09 pts)
1 siège (=)
33,94 %
(- 9,88 pts)
1 siège (=)
5,38 %
(- 0,52 pts)
3,55 %
(+ 1,85 pts)
3,36 %
(- 1,13 pts)
2,19 %
(+ 1,40 pts)
1,77 %

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b E-Kathimerini, 3 octobre 2009.
  2. Les pouvoirs du Président, sur le site de la Présidence hellénique
  3. E-I Kathimeriní, 3 septembre 2009.
  4. a et b E-Kathimerini, 11 septembre 2009.
  5. « PM aims for better, fairer democracy. PASOK wants to change election law », E-Kathimerini, 15 octobre 2009.
  6. E-Kathimerini, 12 septembre 2009.
  7. E-Kathimerini, 15 septembre 2009.
  8. E-Kathimerini, 21 septembre 2009.
  9. E-Kathimerini, 22 et 23 septembre 2009.
  10. E-Kathimerini, 26 septembre et 2 octobre 2009.
  11. Site du ministère de l'Intérieur grec
  12. a, b et c Athens Plus, supplément hebdomadaire à I Kathimeriní et à l'International Herald Tribune, 9 octobre 2009, p. 5. télécharger (pdf)
  13. Source : I Kathimeriní, 5 octobre 2009