Bob (chapeau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un bob.

Un bob est un petit chapeau rond, mou, souvent promotionnel[Selon qui ?].

Description[modifier | modifier le code]

Il est généralement en tissu ou toile. Pratique, il se plie ou se froisse pour rentrer dans n'importe quelle poche.

C'est un couvre-chef utilisé par les pilotes de planeur ou par les pêcheurs. Ils ont en effet besoin de se protéger du soleil tout en conservant une bonne visibilité notamment parce que la visière d'une casquette gênerait trop la vision.

Origines[modifier | modifier le code]

Australien portant un bob en tweed, 1917

Le bob aurait commencé a être porté dans les années 1900[1]. Originellement fabriqué en feutre ou en tweed, ces chapeaux était porté par les fermiers et pécheurs irlandais en guise de protection contre la pluie. La lanoline de la laine non lavée rendait ces chapeaux naturellement imperméables[2].

À partir de l'entre-deux-guerres, ces « chapeaux de marche irlandais » ont été rapidement adoptés à l'échelle internationale pour les activités champêtres car, une fois pliés, ils pouvaient tenir dans une poche de manteau. Si le chapeau tombait dans la boue, il pouvait être facilement nettoyé avec une éponge humide et il pouvait être remodelé à l'aide de la vapeur d'une bouilloire[2]. Dans les années 1960, il était souvent porté par les membres de la sous-culture Mod[1].

Le bob moderne est dérivé d'un chapeau tropical en coton vert olive qui a été remis à l'armée américaine pendant la guerre du Viêt Nam.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Il est porté par Al Pacino dans le film Serpico (1973), par Johnny Depp dans Las Vegas Parano (1998) ou par les rappeurs de Run–D.M.C., du Wu-Tang Clan ou de PNL[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Erika Stalder, Fashion 101: A Crash Course in Clothing, San Francisco, CA, Orange Avenue Publishing, (ISBN 978-0979017346, lire en ligne), p. 55
  2. a et b « Irish Cultural Society of San Antonio », sur www.irishculturalsociety.com
  3. Laetitia Paul, « Ras la casquette ! », GQ n°111, juillet 2017, page 44.

Voir aussi[modifier | modifier le code]