Chaperon (couvre-chef)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chaperon
Portrait of a Man by Jan van Eyck-small.jpg
Autoportrait probable par Jan van Eyck, 1433. Le chaperon est porté dans le style A avec juste une tache du bourrelet (à droite du centre) à travers la cornette enroulée autour de lui (pratique pour la peinture)[1].
Caractéristiques
Type

Chaperon ( /ʃ æ p ər oʊ n / ou /ʃ æ p ər ɒ n /, moyen français : chaperon) était une forme de capuche ou, plus tard, très polyvalent chapeau porté dans toutes les parties de l'Europe occidentale au Moyen Âge. Initialement un vêtement utilitaire, il a d'abord développé une longue queue partiellement décorative derrière appelée liripipe, puis s'est développé en un couvre-chef complexe, polyvalent et coûteux après que ce qui était à l'origine l'ouverture verticale pour le visage a commencé à être utilisé comme une ouverture horizontale pour la tête. Il était particulièrement à la mode au milieu du XVe siècle bourguignon, avant de se délester peu à peu à la fin du XVe siècle et de retrouver son statut utilitaire. C'est le couvre-chef masculin le plus couramment porté dans la peinture hollandaise ancienne, mais sa construction compliquée est souvent mal comprise.

Des origines modestes[modifier | modifier le code]

La forme originale de chaperon, portée avec la capuche retirée de la tête. Beaucoup étaient plus courts que cet exemple. Morgan Bible, milieu du XIIIe siècle.

Le chaperon a commencé avant 1200 sous la forme d'une capuche avec une cape courte, enfilée en tirant sur la tête ou fixée à l'avant. La capuche peut être retirée de la tête pour être suspendue derrière, laissant la courte cape autour du cou et des épaules. Le bord de la cape était souvent coupé, coupé ou festonné pour un effet décoratif. Il y en avait des en laine, utilisées par temps froid, et des plus légères pour l'été. Sous cette forme, elle s'est poursuivie jusqu'à la fin du Moyen Âge, portée par les classes inférieures, souvent par les femmes aussi bien que par les hommes, et surtout en Europe du Nord. Le capuchon était lâche à l'arrière et se terminait parfois par une queue qui arrivait à un point.

Termes et dérivation[modifier | modifier le code]

Chaperon est un diminutif de chape, qui dérive, comme la casquette anglaise, la cape et la chape, du cappa latin tardif, qui pourrait déjà signifier cap, cape ou capuche (selon l'OED).

La queue du capuchon, souvent assez longue, était appelée tippit [2] ou liripipe en anglais, et liripipe ou cornette en français. L'élément cape était une patte en cape française et anglaise, ou parfois en crête de coq [2] lorsqu'il était coupé avec fantaisie. Plus tard, un bourrelet rond (ou rondelle ) pourrait faire partie de l'assemblage[3],[4]. Patte, cornette et bourrelet étaient les termes habituels dans la cour bourguignonne française du XVe siècle et sont utilisés ici[3]. En italien, les termes équivalents étaient foggia, becchetto et mazzocchio[5],[6],[7] .

Chaperon était parfois utilisé en anglais et également en allemand pour les formes de capuchon et de chapeau ( OED ). Mais le mot n'apparaît jamais dans les lettres Paston, où il y a de nombreuses références aux chapeaux, cagoules et bonnets pour hommes. Comme pour tous les aspects du costume médiéval, il existe de nombreuses images contemporaines de vêtements et de nombreuses mentions de noms de vêtements dans les documents contemporains, mais il est rarement possible de faire correspondre définitivement les noms aux styles dans les images[8]. En italien, le mot était cappuccio [kap'put: ʃo], ou son petit cappuccino, d'où proviennent les frères capucins, dont le capot blanc distinctif et la robe brune ont conduit au singe et au type de café qui porte leur nom (cela signifie également le capuchon d'un stylo en italien).

Le Petit Chaperon rouge dans la première version publiée, par Charles Perrault et des représentations françaises de l'histoire favorise naturellement le chaperon sur le long chaperon de ceux en anglais.

En français, chaperon était aussi le terme de fauconnerie pour désigner le capuchon placé au-dessus de la tête d'un faucon lorsqu'il était tenu sur la main pour l'empêcher de s'envoler. C'est soit cela, soit le couvre-chef, qui s'est ensuite étendu au figuré pour devenir chaperon (en anglais britannique, presque toujours chaperon), ce qui signifie une escorte protectrice, en particulier pour une femme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lorne Campbell, National Gallery Catalogues: The Fifteenth Century Netherlandish Paintings, 1998, (ISBN 1-85709-171-X)
  2. a et b (en) SD Reed, From Chaperones to Chaplets:Aspects of Men's Headdress 1400–1519, M.S. Thesis, 1992, University of Maryland, available online -NB Headgear Reed categorises as Hoods, Chaperones, & (some) Sack Hats are all covered by this article
  3. a et b (en) Lorne Campbell, National Gallery Catalogues: The Fifteenth Century Netherlandish Paintings, 1998, (ISBN 1-85709-171-X)
  4. Constructing the Headdresses of the Fourteenth and Fifteenth Centuries, Paper by Marie Vibbert (Lyonnete Vibert), Known World Costume Symposium Proceedings (2005)
  5. (en) Frick, Carole Collier. Dressing Renaissance Florence: Families, Fortunes, and Fine Clothing. Johns Hopkins University Press (2002). pp. 304–305.
  6. Adams, Laurie. Key Monuments of the Italian Renaissance. Westview Press: 2000. p. 67.
  7. (en) Earls, Irene. Renaissance Art: A Topical Dictionary. Greenwood Press: 1987. p. 189.
  8. (en) SD Reed, From Chaperones to Chaplets:Aspects of Men's Headdress 1400–1519, M.S. Thesis, 1992, University of Maryland, available online -NB Headgear Reed categorises as Hoods, Chaperones, & (some) Sack Hats are all covered by this article