Joséphine de Leuchtenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joséphine de Leuchtenberg
Description de cette image, également commentée ci-après
La reine Joséphine de Suède et de Norvège.

Titres

Reine consort de Suède et de Norvège


(15 ans et 4 mois)

Prédécesseur Désirée Clary
Successeur Louise des Pays-Bas

Princesse héritière consort de Suède et de Norvège
(Duchesse de Södermanland)


(20 ans, 9 mois et 15 jours)

Prédécesseur Princesse Désirée
Successeur Princesse Louise

Duchesse de Galliera

28 mai 18131837

Prédécesseur création du titre
Successeur Raffaele de Ferrari
Biographie
Titulature Princesse impériale de France
Princesse d'Italie
Dynastie Maison de Beauharnais
Nom de naissance Joséphine Maximilienne Eugénie Napoléone de Beauharnais
Naissance
Milan (Italie)
Décès (à 69 ans)
Stockholm (Suède-Norvège)
Sépulture Église de Riddarholmen
Père Eugène de Beauharnais
Mère Augusta-Amélie de Bavière
Conjoint Oscar Ier de Suède
Enfants Charles Red crown.png
Gustave
Oscar Red crown.png
Eugénie
Auguste
Religion Catholique

Description de cette image, également commentée ci-après

Joséphine Maximilienne Eugénie Napoléone de Leuchtenberg (Josefina Maximiliana Eugenia Napoleona), née le à Milan, décédée le à Stockholm, en Suède, fut reine de Suède-Norvège de 1844 à 1859. Elle était mariée au roi Oscar Ier. Joséphine était la fille aînée de la fratrie, princesse de Bologne dès sa naissance et, à partir de 1813, duchesse de Galliera suo jure. Son père était le général français Eugène de Beauharnais, beau-fils et fils adoptif de Napoléon Ier. Sa mère était la princesse Augusta de Bavière, fille du roi Maximilien Ier de Bavière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de vie[modifier | modifier le code]

Joséphine naquit dans la résidence du Vice-roi à Milan le 14 mars 1807. Elle était l'aînée des enfants du vice-roi d'Italie, Eugène de Beauharnais. Il fut nommé par Napoléon en 1805. Au baptême, Joséphine reçut les noms de Joséphine Maximilienne Eugénie Napoléone; le prénom après un vœu de Napoléon, le dernier en hommage à lui. Quelques mois seulement après sa naissance, elle fut nommée princesse de Bologne le 29 décembre et le 28 mai 1813, elle fut nommée duchesse de Galliera. Durant son enfance, elle vécut au château de Monza, en périphérie de Milan. Après la chute de Napoléon en 1814, Eugène de Beauharnais tenta de se proclamer roi d'Italie. Lorsque cela échoua, la famille dut partir pour Munich. En 1817, il acheta la ville et le titre de prince d'Eichstädt où la famille s’établit, et il fut nommé duc de Leuchtenberg. En hiver, la famille vivait à Munich, l’été au château d’Ismaning et l’automne à Eichstädt. La langue maternelle de Joséphine était le français et, avec ses frères et sœurs, elle apprit également l'allemand, l'italien et l'anglais. Les autres matières étaient l'arithmétique, l'histoire, la géographie et l'astronomie. Le 24 mars 1821, Joséphine fut confirmée par un prêtre catholique. En tant que sœur aînée, elle devait également prendre soin de ses petites sœurs. Le philosophe allemand Friedrich von Schelling, qui travaillait à Munich, la décrit comme une enfant ravissante et gaie.

Mariage[modifier | modifier le code]

Le roi suédois Charles XIV Jean s’engagea sérieusement dans le mariage du prince héritier Oscar à partir de 1821. Le roi considérait que certaines princesses de cet âge étaient particulièrement intéressantes. En mai 1822, le prince héritier entreprit une tournée en Europe pour rencontrer ces princesses. À Copenhague, il rencontra les princesse Caroline et Wilhelmine. Aux Pays-Bas, il visita la cour royale et se passionna pour la princesse Marianne; son âge, 12 ans, signifiait cependant que le mariage ne serait pas effectif.

Le 23 août, Oscar se rendit à Eichstädt où il rencontra Joséphine, âgée de 15 ans, et ses frères et sœurs. Avant l'arrivée du prince héritier, le père de Joséphine, le prince Eugène, l'avait accompagnée dans le parc et lui avait expliqué le but de la visite du prince héritier. Le prince héritier l'aima et le 26 août, il lui toucha la main. Que Joséphine soit catholique était une question discutée avant le mariage. Elle était croyante alors que son père était religieusement indifférent. Cependant, le père demanda que le prince héritier suédois, par courtoisie de la mère de Joséphine, qui la laisse garder sa foi. Les conseillers suédois Wetterstedt et Löwenhielm avaient des opinions divergentes sur ce qui était le plus approprié. Il y avait cependant un précédent: la reine Désirée avait conservé sa foi catholique lorsqu'elle devint reine de Suède. Le document de mariage stipulait seulement que Joséphine participerait aux cérémonies de l'église.

Le prince héritier Oscar revint en Suède et Joséphine commença à apprendre le suédois. À son retour à Munich en février 1823, le comte Wetterstedt s'aperçut que Joséphine avait fait d'énormes progrès dans la langue: « J'ai déjà eu l'honneur de mener des entretiens en suédois avec son Altesse Royale plus d'une demi-heure. » La cérémonie de mariage catholique eut lieu à Munich le 22 mai 1823, en l'absence du prince héritier. Joséphine fut amené à l'autel par son père Eugène tandis que le prince héritier Oscar était représenté par l'oncle de Joséphine, Charles de Bavière. Deux jours plus tard, elle quitta la maison familiale en compagnie de la comtesse Marcelle Tascher de la Pagerie, de la baronne Wurms et de sa femme de chambre, Berta Zück, pour se rendre en Suède. À Lübeck, Mariana Koskull et la comtesse Brahe rencontrèrent la compagnie et prirent place dans le navire de ligne Carl XIII. À Vaxholm, le prince héritier Oscar monta à bord et lorsque le navire arriva à Stockholm le 13 juin 1823, des dizaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées sur les plages.

Lorsque le navire arriva à Stockholm, Joséphine et la reine embarquèrent dans le sas de Vasaorden et arrivèrent à Manilla, dans le sud de Djurgården. Sur le pont, le roi et le prince héritier attendaient. Les femmes se rendirent ensuite avec huit chevaux blancs galvanisés au château de Haga où elles furent accueillies par la princesse Sophie-Albertine, sœur du défunt roi Charles XIII. Joséphine resta quelques jours à Haga avant la confirmation de la cérémonie du mariage catholique lors d'une cérémonie qui se déroula dans la Grande Église de Stockholm le 19 juin. Il s'ensuivit une série de festivités qui se terminèrent au Théâtre royal et comprenaient la représentation du festival de Per Adolf Granbergs Freja sur une musique de Franz Berwald et la douceur de l'opéra Titus de Mozart. Avant le mariage, le père du marié, le roi Charles XIV Jean, avait supprimé des traditions telles que la danse du flambeau, les dîners publics et la gestion de lits, qui avaient été utilisées pour les mariages royaux en Suède.

Visite en Norvège[modifier | modifier le code]

Le 12 février 1824, le roi décida de nommer le prince héritier au poste de vice-roi de Norvège et de l'y envoyer avec Joséphine. Dans la politique norvégienne, la question dite du veto était devenue une question pertinente en 1821. À l'origine, le roi ne disposait que d'un droit de veto suspensif, mais en août 1821, le roi avait proposé des amendements à la Constitution norvégienne qui lui donneraient un veto absolu. En retour, le roi était prêt à répondre à un certain nombre de demandes norvégiennes. La vague de royalisme qui avait déferlé sur Stockholm au cours de l'été 1823 espérait que le roi se retrouverait à Kristiania, ce qui rendrait le Storting, le parlement norvégien, encore plus compatissant. Le voyage du prince héritier en Norvège avait été reporté à la mort du père de Joséphine, le 21 février 1824. Le 5 avril, le couple quitta Stockholm et passa par Västerås, Örebro, Karlstad, Kongsvinger et se rendit à Kristiania, où il arriva le 11 avril. Le couple princier vécut à la résidence royale de Kristiania. Le matin, Joséphine accueillait des réceptions et les après-midis, elle effectuait des visites officielles dans des écoles ou des églises. Le soir, ils avaient des invités puis, ensuite, ils examinaient en commun les documents qu’exigeait la signature du prince héritier. Après six semaines, le couple se rendit à l’abbaye de Herrevads, en Scanie, pour assister aux exercices militaires. Ils rentrèrent à Kristiania en août. Lorsque le parlement ne voulut pas accorder un veto absolu au roi, le prince héritier était présent lors de la dissolution du parlement. Après la dissolution, le prince héritier fit un tour de la Norvège. Le 11 octobre, ils quittèrent Kristiania pour un retour en Suède via Fredrikshald.

Enfants[modifier | modifier le code]

Joséphine n'avait que 16 ans au mariage et était « étroite comme un tuyau d'orgue », mais elle grandit en quelques années. Söderhjelm (1944) déclare qu’ « elle était belle à regarder: grande, intelligente, élégante, simple avec même temps une démarche gracieuse. » Joséphine et son beau-père s'aimaient beaucoup; un spectateur contemporain décrit comment Joséphine avait l'habitude de remplir ses poches de caramels. Le 3 mai 1826, naquit le premier enfant du prince héritier, Charles. Quelques années plus tard, quatre frères et sœurs étaient nés. Pour les enfants, des chambres individuelles avaient été aménagées dans la partie donnant sur le château de Stockholm et donnant sur la cour. À l'automne de 1834, les deux fils aînés étaient suffisamment adultes pour être pris en charge par deux professeurs, le philosophe Christopher Jacob Boström et le professeur de norvégien Otto Aubert. Joséphine donna à Aubert de grands pouvoirs en matière de discipline. Dans une lettre à sa tante, Joséphine expliqua comment elle veillait à gâter les enfants. Aubert lui-même écrit sur cette période de sa vie et insistait, entre autres choses, que la princesse héritière était toujours belle, simple, naturelle et avec laquelle il était agréable de dialoguer. Il s’étonna de son éducation; une fois, elle lui demanda quel était son avis à propos du philosophe allemand Friedrich Schlegel.

Le prince héritier Charles était tombé amoureux de l'une des dames de compagnie de Joséphine, mais cela, en 1848, s'arrêta parce que Sigrid Sparre avait quitté la cour, sous ordre de Joséphine, malgré les protestations du prince héritier. Cependant, chez Charles XV, elle laissa une trace indélébile; à sa mort, il avoua au frère de Sigrid Sparre: « Ta sœur a été mon seul amour - si elle était devenue mienne, j'aurais été une autre personne ». Charles XV pensait que derrière l'action résolue de sa mère, se cachait l’œuvre de son confesseur catholique, Jacob Studach, et l'événement renforça son antipathie contre le catholicisme. Pour lui, le catholicisme était devenu le même que le jésuitisme et le sécrétisme. Lorsque Charles devint régent en 1857 due à la maladie de son père, le Riksdag, le parlement suédois, était engagé dans la question de la liberté de religion, y compris l'abolition du Konventikelplakatet, question soutenue par Oscar Ier. Secrètement, Karl travailla comme régent pour que le Riksdag retire la proposition, ce qui se produisit finalement. Enfant eut avec le roi Oscar Ier:

Influence politique[modifier | modifier le code]

Lorsque Oscar devint roi, Joséphine acquit une influence accrue sur la politique et, pour Oscar, sa femme devint son seul conseiller de confiance. Son influence concrète est difficile à prouver, mais les lettres conservées de Joséphine à sa tante la reine Élisabeth montrent qu'elle tenta de rétablir la paix dans la guerre du Schleswig-Holstein, qui prit fin en 1848. Le prince héritier Charles la désigna comme étant à l'origine du traité de novembre 1855 conclu entre la Suède-Norvège d’un côté et la France et la Grande-Bretagne de l'autre (Joséphine était cousine de Napoléon III et marraine du prince impérial Louis Napoléon Bonaparte). Dans chaque cas, elle joua un rôle important dans la diplomatie secrète d'Oscar Ier. Son fils, le futur roi Charles dut dire une fois, compte tenu de son influence: « Quand je deviendrai roi, je ne laisserai pas la France prendre le contrôle! ». Lorsque l'état de santé du roi se détériora, ils tentèrent d'abord de le dissimuler: en 1857, ils se firent signe au public, mais Joséphine leva la main du roi et la fit signe de la main.

Foi religieuse[modifier | modifier le code]

Lorsque Joséphine vint en Suède pour la première fois, l’aumônier du château familial, Jakob Lorenz Studach, la suivit. Il devint son fondateur à Stockholm, mais également prit part à la petite paroisse catholique de Stockholm. Le fait d'être catholique en Suède à cette époque était renversé par de dures restrictions et la foire catholique était interdite aux Luthériens. Les Suédois convertis au catholicisme étaient punis par l'ordre national. La petite congrégation était donc à la fois petite et pauvre. Studach, comme sa femme de chambre Bertha Zück, resta son amie la plus proche en Suède et les trois s'appelaient souvent « Trion » à la cour. Après l’édit de tolérance de Gustave III en 1781, l'Assemblée catholique avait quatre dirigeants ou « vicaires apostoliques ». Après la mort de Johann Baptist Gridaine, confesseur de la reine Désirée, en 1833, Studach devint le nouveau chef de la congrégation. La congrégation était pauvre, mais Studach réussit à collecter des fonds de l’étranger pour la construction d’une église catholique, la chapelle Eugenia, à Norra Smedjegatan à Stockholm. Ce nom était un hommage à la fois à la princesse héritière et à la reine, dont le prénom était Eugénie, mais également au père de la princesse héritière, Eugène de Beauharnais.

La foi catholique de Joséphine fut forte toute sa vie. Selon Lundebeck (1943), après la naissance du prince héritier Charles, le consistoire lui avait demandé d'assister à une célébration de l'église protestante dans la Grande Église de Stockholm, un souhait que le roi Charles Jean avait accepté. La cérémonie signifiait que Joséphine avait plié un genou devant l'archevêque. Selon Lundebeck, Joséphine était la plus réticente à y assister. Le 28 septembre 1844, Joséphine est couronnée reine dans la Grande Église de Stockholm. Cependant, ni Oscar Ier ni Joséphine ne furent couronnés en Norvège. Le gouvernement norvégien voulait certes un message sur le couronnement, mais il nota que la cathédrale de Trondheim était vétuste et qu'une rénovation entraînerait des coûts importants. En Norvège, l'évêque de Trondheim, Hans Riddervold, s'opposait à ce que la reine soit couronnée pour des raisons appartenant à l'État: selon la Constitution norvégienne, la reine était de toute façon exclue du gouvernement et le couronnement ne serait qu'une cérémonie à vide. Oscar Ier ne voulais pas être couronné en Norvège à moins que la reine ne soit couronnée en même temps. La question du couronnement norvégien revint plusieurs fois jusqu'en 1853 sans jamais être réalisée. Braun (1950) n'exclut pas la résistance de Hiddervold du à la foi catholique de la reine Joséphine. Lundebeck (1943) affirme que l'évêque norvégien refusait de couronner une reine catholique. Dans l’Église catholique de Suède, Joséphine est vénérée depuis sa mort en tant que grande bienfaitrice et l’une des figures les plus importantes de l’église en Suède après la Réforme. Au début du XXIe siècle, des interrogations eurent lieu si il fallait

Veuvage[modifier | modifier le code]

En 1852, en raison de la mauvaise santé d'Oscar Ier, les médecins recommandèrent une excursion de santé à Bad Kissingen, en Allemagne. En juillet de la même année, le couple royal de Stockholm voyagea avec la princesse Eugénie et le prince Gustave. À Munich, Joséphine put rendre visite à sa sœur Theodolinde. Le roi fut bientôt restauré et début septembre, la famille rentra chez elle. De Lübeck, ils prirent la corvette à vapeur Thor jusqu’en Norvège, mais à cause du grand lac, ils jetèrent l’ancre au large de Fredrikshavn sur la côte est danoise. Alors que la famille attendait à Kristiania, le roi décida de poursuivre le voyage malgré la tempête sur le Kattegat. Le bateau fit que le prince Gustave resta dehors toute la nuit. Lorsque le navire arriva à Kristiania le 16 septembre, le prince avait une forte fièvre. La fièvre typhoïde fut rapidement diagnostiquée et il devint plus faible. Le 24 septembre, il décéda.

Après la mort soudaine du prince Gustave, le roi et la princesse Eugénie tombèrent très malades. Joséphine écrit au médecin d'Oscar, Magnus Huss, à Paris, pour lui demander de revenir le plus rapidement possible. Lorsque Huss eut examiné le roi de plus près, il sentit que sa vie était en danger. Dans une lettre de Fredrika Bremer, elle écrivit que les médecins avaient prédit la mort d'Eugénie. Bremer écrivit également que la reine veillait sur les deux maladies et que sa colère vieillissait très rapidement. Selon l'archevêque Reuterdahl, la reine et son aumônier se seraient enfermés dans la chapelle de prière catholique du palais et auraient prié Dieu. Bientôt, il y eut une amélioration chez le roi malade, une amélioration que Joséphine attribua au pouvoir de la prière.

Cependant, Oscar mourut en 1859 et Joséphine devint veuve.

En 1872, Joséphine se rendit au Portugal pour rendre une dernière visite à sa sœur mourante, Amélie de Leuchtenberg, veuve de l'empereur du Brésil, Pierre Ier. Par Paris, elle arriva à Madrid où elle fut reçue par le roi d'Espagne, Amédée Ier à l’Escurial. À Lisbonne, elle rencontra sa sœur malade des poumons pendant une quinzaine de jours. Une chose dont elles discutèrent probablement est le testament d'Amélie qui fit de Joséphine la principale héritière de la grande fortune d'Amélie. Joséphine prit également en charge l'Hospicio Donna Maria Amélia, une maison de repos et de soins du poumon située à Madère, du nom de la fille d'Amélie, Marie-Amélie, décédée en 1853. Le voyage dura plusieurs années, passant par Lourdes et en Bavière. En rentrant chez elle le 18 septembre 1872, elle reçut un télégramme à Hambourg indiquant que son fils Charles XV était très malade. Le roi, malade, mourut le même jour à Malmö et Joséphine s'y rendit deux jours plus tard.

En mai 1875, Joséphine se rendit à Rome pour rencontrer le pape. Le voyage fut entrepris incognito en tant que comtesse de Tullgarn. À Rome, elle fut reçue par le roi Victor-Emmanuel II qui l'accompagna dans Rome. Elle fut reçue par le pape Pie IX, avec lequel elle était en contact par lettre depuis les années 1850. Elle profita également de l'occasion pour voir les sites touristiques de Rome. Malgré son âge, elle se dépêcha de grimper jusqu'au dôme de Saint-Pierre. En rentrant chez elle, elle resta dans sa ville natale de Milan et également à Bologne, où Napoléon l’avait nommée princesse de Bologne, titre qu'elle avait occupé jusqu'à l'âge de sept ans. À Tegernsee, en Bavière, elle avait l'intention de rencontrer son oncle Charles de Bavière; malheureusement, celui-ci fut désarçonné par son cheval quelques jours avant la rencontre et décéda immédiatement. À Salzbourg, elle eut la chance de rencontrer l'ex-impératrice des Français, Eugénie de France, veuve de Napoléon III.

Décès[modifier | modifier le code]

Au cours de l'hiver 1875/1876, la reine douairière Joséphine s'affaiblit et le 24 mai 1876, elle fut atteinte d'une pneumonie compliquée d'une maladie cardiaque le 3 juin. Elle demanda à l'ancien ministre de la Justice, Louis De Geeratt, d'être son exécuteur testamentaire pour une fortune de 9,5 millions de couronne suédoise. Le 6 juin, elle reçut les derniers sacrements et le 7 juin à 15 h 30, elle rendit l’âme. Ses dernières paroles furent; « Ce que je suis heureuse! ... Maintenant je rentre chez moi ... Je te remercie, mon Dieu! ». Les funérailles eurent lieu le 21 juin dans le Seraphim Hall du château de Stockholm, selon les rites de l'Église catholique. Le lendemain, les funérailles eurent lieu dans l'église de Riddarholm. Une mémoire fut dite par l'archevêque Anton Niklas Sundberg puis le cercueil fut placé dans la crypte des Bernadotte.

Activité philanthropique[modifier | modifier le code]

La Société des amis pauvres a été créée en 1826 pour aider les veuves pauvres avec enfants La Société pour l'encouragement des maux de tête douloureux et infirmiers a été créée en 1827 dans le but d'aider les mères pauvres résidant à Stockholm La Société des récompenses du peuple pour le service diligent et fidèle a été créée en 1828 pour encourager le flux de travail des retraités à Stockholm La société a été créée en 1833 pour aider les femmes pauvres à travailler, surtout en hiver. La société de culture de la soie domestique a été créée pour encourager la culture de mûriers L'Institut des sourds et aveugles a été créé en 1808. Josefina a présidé la mort de la reine Désirée en 1860. La Fondation Josephina a été créée en 1873 pour protéger et protéger les membres non actifs de l’Assemblée catholique romaine de Stockholm. La fondation exploite une maison de service, Josephinahemmet, à Blackeberg, à Bromma en 2007. Durant son temps de princesse héritière, elle soutint l'économiste peintre Sophie Adlersparre.

Lieu d'inhumation[modifier | modifier le code]

La reine Joséphine fut inhumée dans la crypte située sous la chapelle Bernadotte de l'église de Riddarholmen de Stockholm.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 14 décembre 1807 — 29 décembre 1807 : Son Altesse Impériale Joséphine, princesse d'Italie.
  • 29 décembre 1807 — 28 mai 1813 : Son Altesse Impériale Joséphine, princesse de Bologne[1].
  • 28 mai 1813 — 14 avril 1814 : Son Altesse Impériale Joséphine, princesse de Bologne, duchesse de Galliera.
  • 14 avril 1814 — 14 novembre 1817 : La duchesse Joséphine de Galliera.
  • 14 novembre 1817 — 22 mai 1823 : Son Altesse Sérénissime la princesse Joséphine de Leuchtenberg, duchesse de Galliera.
  • 22 mai 1823 — 1837 : Son Altesse Royale la princesse héritière de Suède et de Norvège, duchesse de Södermanland et duchesse de Galliera.
  • 1837 — 8 mars 1844 : Son Altesse Royale la princesse héritière de Suède et de Norvège, duchesse de Södermanland.
  • 8 mars 1844 — 8 juillet 1859 : Sa Majesté la reine de Suède et de Norvège.
  • 8 juillet 1859 — 7 juin 1876 : Sa Majesté la reine douairière de Suède et de Norvège.

Armes et monogramme[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]