Ulrique-Éléonore (reine de Suède)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ulrique-Éléonore
(sv) Ulrika Eleonora
Illustration.
Titre
Reine de Suède

(1 an, 2 mois et 24 jours)
Couronnement dans la Cathédrale d'Uppsala
Prédécesseur Charles XII
Successeur Frédéric Ier
Reine consort de Suède

(21 ans et 8 mois)
Prédécesseur Frédéric I
Successeur Louise-Ulrique de Prusse
Landgravine consort de Hesse-Cassel

(21 ans et 2 jours)
Prédécesseur Amélie de Courlande
Successeur Marie de Grande-Bretagne
Biographie
Dynastie Maison Palatinat-Deux-Ponts
Nom de naissance Ulrika Eleonora von Pfalz-Zweibrücken-Kleeburg
Date de naissance
Lieu de naissance Palais royal de Stockholm (Suède-Finlande)
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès Stockholm (Suède-Finlande)
Sépulture Église de Riddarholmen
Père Charles XI de Suède
Mère Ulrique-Éléonore de Danemark
Conjoint Frédéric Ier de Suède
Religion Luthéranisme suédois
Résidence Palais royal de Stockholm

Ulrique-Éléonore (reine de Suède)
Monarques de Suède-Finlande
Reines consorts de Suède-Finlande

Ulrique Éléonore (en suédois : Ulrika Eleonora av Sverige) (Stockholm, ibidem, ) fut reine de Suède-Finlande du au et reine consort jusqu'à sa mort. Elle fut régente de 1731 à 1738.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernière fille du roi Charles XI et de la reine née Ulrique-Eléonore de Danemark, elle succéda en 1718 à son frère Charles XII après avoir dû accepter d'abolir la monarchie absolue. Elle accepta en effet la nouvelle constitution qui limitait la royauté, partageant le pouvoir entre le monarque, le Sénat et les États. Elle doit en outre renoncer au caractère héréditaire de la couronne pour elle et ses successeurs[1].

Mariée en 1715 à Frédéric Ier landgrave de Hesse-Cassel, elle abdiqua en sa faveur en 1720. Son règne et celui de son mari inaugure la période dite ère de la liberté qui fut une période de croissance économique et d'épanouissement culturel, mais d'effacement du pouvoir monarchique, devenu purement symbolique.

Elle vécut ensuite dans la retraite, se livrant au plaisir de l'étude.

Elle mourut en 1741 de la variole, et avec elle s'éteignit la dynastie des Deux-Ponts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edmond Dziembowski, Le Siècle des Révolutions, Perrin 2018 p. 224

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]