Caroline de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Arveprinsesse Caroline
1793 Caroline.jpg
Titre de noblesse
Princesse de Danemark (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
CopenhagueVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Caroline af DanmarkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Ferdinand de Danemark (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

La princesse Caroline de Danemark (danois : Caroline af Danmark ; , Copenhague, Copenhague) est la fille aînée survivante de Frédéric VI de Danemark. Elle est officieusement connue sous le nom "Kronprinsesse Caroline"  avant son mariage, et plus tard comme "Arveprinsesse Caroline". Elle épouse le cousin de son père, Ferdinand de Danemark, qui est l'héritier présomptif du trône de 1848 à 1863.

Famille[modifier | modifier le code]

La princesse Caroline avec sa mère, par Jens Juel (vers 1800).

La princesse Caroline est née au Palais de Christiansborg à Copenhague le 28 octobre 1793. Elle est la fille du prince Frédéric (le futur roi Frédéric VI de Danemark) et de son épouse et cousine, la princesse Marie-Sophie de Hesse-Cassel. Son grand-père paternel Christian VII de Danemark est mentalement instable, son père est régent depuis 1784.

Sa naissance est bien accueillie par le public, comme ses frères et sœurs sont morts peu après leur naissance. Lors de sa naissance il est dit : « Denne er Dydens Løn, flere er Folkets Bøn! » (« C'est le regard de la vertu, la réponse à la prière des gens ! »)

Quatre mois après sa naissance, le 26 février 1794, le palais de Christiansborg est détruit par un incendie. Par la suite la princesse Caroline déménage avec ses parents au Palais d'Amalienborg où elle grandit, passant les étés au Palais de Frederiksberg. À la mort de son grand-père Christian VII de Danemark en 1808, son père monte sur trône.

La princesse Caroline, dans les années 1820.

Elle a une relation très étroite avec son père. Elle reçoit une éducation peu approfondie. Caroline n'est pas décrite comme des talentueuse ou belle. Elle rencontre Hans Christian Andersen en 1822 et est très intéressée par son écriture et de l'aventure.

Mariage[modifier | modifier le code]

La princesse Caroline et son mari le Prince Ferdinand, Prince Héréditaire, c. 1863.

Son père n'a pas de fils survivants et Caroline et sa sœur Wilhelmine-Marie de Danemark sont exclues de la succession au trône en vertu de la Loi salique. En dépit de ce fait, cependant, elle est encore couramment appelée la princesse de la couronne avant son mariage, comme l'enfant aîné de son père, alors qu'elle n'en a pas le titre officiel. Plusieurs mariages sont planifiées pour elle, mais sans résultat. Napoléon Ier suggère, en 1810, un mariage avec l'héritier au trône, le prince Charles-Auguste de Suède ; son père désapprouve, mais les négociations commencent, elles sont interrompues par la mort de Christian Auguste, peu de temps après. Parmi les mariés proposés figure le Britannique Guillaume IV. En 1812, elle est fiancée à son oncle Christian de Hesse-Cassel, mais il meurt en 1814. Enfin, le 1er août 1829 au palais de Frederiksberg, elle épouse son cousin germain, Ferdinand de Danemark, qui est troisième dans l'ordre de succession au trône. Le mariage est arrangé pour des raisons politiques et ils n'ont pas d'enfant.

En 1830, Caroline subit de terribles brûlures dans un incendie, qui défigure son visage ; son ornement de cheveux prend feu alors qu'elle lisait dans son lit, et elle est gravement brûlée au visage. Elle subit une semblable brûlure lorsque, en 1858, elle est brûlée aux bras et à l'épaule laissant des séquelles pour le reste de sa vie.

Entre 1831 et 1839, elle préside régulièrement à la surveillance des troupes de l'Aarhus. Lorsque son conjoint est nommé Général Commandant pour Nørrejylland en 1839, elle le suit dans sa tournée d'inspection à travers le comté. Elle est une bonne cavalière, et quand elle suit son conjoint sur ses inspections des troupes, Sjælland, elle a défilé d'elle-même à cheval devant les troupes.

Elle fonde un asile à Aarhus (1836) et devient la protectrice de Vallø Stift en 1852.

La Princesse Héréditaire[modifier | modifier le code]

Buste de la princesse Caroline, par Bertel Thorvaldsen.

Après la mort de son beau-frère Christian VIII en 1848, son mari devient l'héritier présomptif du trône du Danemark et reçoit le titre de Prince Héréditaire. Caroline redevient maintenant la princesse héréditaire. Elle n'est jamais devenue la reine, cependant, car le prince Ferdinand meurt en 1863, peu de temps avant son neveu Frédéric VII de Danemark, et le trône passe à Christian IX.

Les époux vivent dans le palais Bernstorffske, qui a été rénové pour eux par le roi Frédéric VI, mais ne joue pas un rôle actif à la cour royale. Caroline finit par vivre tout à fait en harmonie avec son conjoint. Elle tolère son adultère et des problèmes d'argent. Après la mort de son père en 1839, elle s'éloigne de la cour, toute concentrée qu'elle est avec "Le règne de Papa". Son époux a pour tâche d'escorter Louise Rasmussen à la cour, alors qu'elle est brouillée avec le couple royal. En 1853, le couple devient populaire quand ils sont les seuls membres de la famille royale à rester dans la Capitale au cours d'une épidémie.

Elle est une grande patriote, et a l'habitude de dire qu'il n'y a pas de raison de voyager. Elle est aussi loyale envers Copenhague et reste pendant l'épidémie de choléra de 1853 par fidélité à la ville.

Devenue veuve, elle vit isolée, payant les dettes de son mari. Au cours de ses dernières années, elle devient sourde.

Elle est morte dans sa résidence à Copenhague le 31 mars 1881.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (da) Bo Bramsen, Ferdinand og Caroline : en beretning om prinsen, der nødig ville være konge af Danmark [« Ferdinand et Caroline: un récit du prince qui hésitait à être roi du Danemark »], Copenhague, Nordiske Landes Bogforlag, , 4e éd., 303 p. (ISBN 8787439220)

Liens externes[modifier | modifier le code]