Gunilla Bielke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gunilla Bielke
Description de cette image, également commentée ci-après
la reine Gunilla

Titre

Reine consort de Suède-Finlande


(7 ans, 8 mois et 27 jours)

Prédécesseur Catherine Jagellon
Successeur Anne d'Autriche
Biographie
Dynastie Maison de Bielke
Nom de naissance Gunilla Johansdotter (Bielke af Åkerö)
Naissance
Décès (à 29 ans)
Château de Bråborg (Suède-Finlande)
Sépulture Cathédrale d'Uppsala
Père Johan Axelsson (Bielke)
Mère Margareta Axelsdotter (Posse)
Conjoint Jean III de Suède
Enfants Jean
Religion Luthéranisme suédois

Description de cette image, également commentée ci-après

Gunilla Bielke, (en suédois : Gunilla Bielke) née le et décédée le au Château de Bråborg (Suède-Finlande), reine de Suède-Finlande, seconde épouse du roi Jean III.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Johan Axelsson Bielke, cousin du roi, et gouverneur d'Ostrogothie et de Margareta Posse. Elle est élevée à la cour très jeune, car elle est dame de compagnie de la princesse Anne de Finlande. En 1582, elle a été faite la dame d'honneur de la reine.

Elle refuse la proposition de mariage du roi, qui le prendra comme une offense. La famille de Christine va lui forcer la main, en lui faisant comprendre qu'un mariage avec le roi est mieux qu'un mariage d'amour. En effet, elle était déjà promise à un jeune noble, Per Jonsson.

Elle épouse le roi le 21 février 1585 à Västerås et cela malgré le désaccord des sœurs du roi qui considèrent ce mariage comme une mésalliance.

Elle était estimée comme une femme très belle et ce fut l'un des critères de choix du roi qui l'épousa principalement en raison « de son attraction sexuelle et comme un remède à la dépression de sa vieillesse, causée par la mort de sa première femme ».

Elle eut un seul enfant :

Règne[modifier | modifier le code]

Dans la mesure où elle bénéficiait de rentes importantes elle était l'une des plus riches reines de Suède. Elle avait une influence significative sur le roi vieillissant.

Elle est créditée avoir influencé le roi vers le protestantisme et plusieurs fois, il a ouvertement reconnu avoir changé son avis et ses décisions « pour notre maîtresse les vœux de la chère Reine ». En 1590, le roi a libéré un groupe de prisonniers politiques, les membres du Parlement, à sa demande.

Après la mort du roi, elle est restée au Château à Stockholm, préparée à se battre pour une succession pour elle et son fils. Elle a été accusée par son beau-frère, Charles IX de Suède, de voler des affaires du Château Royal.

Christine a refusé de quitter Stockholm avant qu'elle n'ait garanti sa succession. Elle est envoyée à la retraite au Château de Bråborg, où elle est restée pendant les quatre ans jusqu'à sa mort. Elle a été enterrée dans la Cathédrale d'Uppsala.

Notes et références[modifier | modifier le code]