Charles Théodore de Bavière (1795-1875)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles-Théodore de Bavière.
Charles Théodore de Bavière
Karl Theodor Maximilian August Prinz von Bayern.jpg
Le prince Charles-Théodore de Bavière.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Karl Theodor Maximilian August von BayernVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Maria Anna Sophie Petin (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Conflits
Distinctions

Le prince Charles-Théodore Maximilien Auguste de Bavière (né le à Mannheim[1]; mort le à Tegernsee)[1] est un membre de la famille des Wittelsbach, « Generalfeldmarschall » et conseiller privé du roi de Bavière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le prince Charles-Théodore est le troisième fils du premier roi de Bavière Maximilien Ier Joseph alors simplement duc de Deux-Ponts sous le nom de Maximilien III et de la princesse Wilhelmine de Hesse-Darmstadt, qui meurt l'année suivant sa naissance. Le duc Maximilien épouse en secondes noces Caroline de Bade.

Charles-Théodore doit son prénom à l’Électeur Charles-Théodore de Bavière dont son père était l'héritier. Lorsque l'Électeur meurt, Maximilien devient électeur de Bavière sous le nom de Maximilien IV le .

En 1806, le Saint-Empire romain germanique vivant ses dernières heures, l'Électeur de Bavière est élevé à la dignité royale par Napoléon Ier, Empereur des Français, Roi d'Italie et protecteur de la Confédération du Rhin dont fit partie la Bavière. La princesse Augusta-Amélie, sœur de Charles-Théodore épouse le beau-fils de l'empereur, Eugène de Beauharnais, vice-roi d'Italie, et va régner à Milan.


Au cours de la campagne d'Allemagne, Charles-Théodore, âgé de 18 ans, participe au soulèvement contre les forces d'occupation françaises en tant que général de division d’infanterie. L’Académie des Sciences de Bavière le reçoit en 1813 comme membre d’honneur.

Son père meurt en 1825 et son frère devient roi sous le nom Louis Ier de Bavière.

Esprit libre, très éloigné du faste et des honneurs royaux, alors que ses sœurs, nièces et neveux sont mariés aux princes et princesses de leur temps (Autriche, Russie, Brésil, France, Espagne, Deux-Siciles, Modène, Prusse, Saxe, Hesse, Suède, Portugal, Hohenzollern-Hechingen), Charles Théodore contracte en 1834 une union morganatique, renonçant de fait à ses droits dynastiques.

De même, en 1830, il repousse la couronne royale de Grèce qu'on lui proposait, laquelle écherra à son neveu le prince Othon.

Néanmoins, en 1841 le roi, son frère, lui accorde la dignité de maréchal et le nomme inspecteur de l’armée bavaroise, puis en 1860 l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche, son neveu, le nomme commandant en chef du septième corps d'armée de la Confédération germanique.

En 1848, la révolution contraint le roi Louis Ier à l'abdication; son fils, Maximilien II de Bavière lui succède. Ce dernier meurt en 1864 et son fils devient dès lors roi sous le nom de Louis II de Bavière.


Par le mariage morganatique qu'il avait contracté en 1834 avec Marie-Anne-Sophie Petin (1796-1838), laquelle reçut le titre de comtesse von Bayrstorff, le prince Charles renonce indirectement à ses droits au trône royal de Bavière. De ce mariage il eut trois filles[2] : les comtesses Caroline (1816-1889, Maximilienne (1823-1885) et Sophie von Bayrstorff (1827-1912, tandis que son second mariage, également morganatique contracté en 1859 avec Henriette Schœller von Frankenburg restera sans postérité.


Le , le prince, âgé de 80 ans, fait une chute de cheval près du lac de Tegernsee en Bavière et meurt sur le coup.

Le fort n°VI Prinz Karl près d’Ingolstadt.

Le nom du prince Charles survit par le Prinz-Carl Palast, qu'il fit construire en haut de la Prinzregentenstrasse à Munich. Le 3e régiment royal d’infanterie de Bavière, dit « Prinz Karl von Bayern » prit ses quartiers dans la nouvelle caserne d’Augsbourg, le fort Prinz Karl en 1884. Depuis 1992 les terrains de ce Prinz-Karl-Viertel ont été restitués aux autorités civiles. Le fort VI, dernier fort d’Ingolstadt, porte depuis 1895 le nom de « Prinz Karl ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Huberty et Alain Giraud, L'Allemagne dynastique : Wittelsbach, t. IV, , p. 392.
  2. Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome IV Wittelsbach, p. 423.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]