Sophie-Madeleine de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sophie-Madeleine
Description de cette image, également commentée ci-après

La reine Sophie-Madeleine de Danemark

Titres

Reine consort de Suède-Finlande


(21 ans 1 mois et 17 jours)

Prédécesseur Louise Ulrique de Prusse
Successeur Frédérique de Bade

Princesse héritière consort de Suède et de Finlande


(4 ans 4 mois et 11 jours)

Reine douairière de Suède


(21 ans 4 mois et 23 jours)

Biographie
Titulature Princesse de Danemark et de Norvège
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Nom de naissance Sophie Magdalene af Danmark
Naissance
château de Christiansborg (Royaume de Danemark et de Norvège)
Décès (à 67 ans)
château d'Ulriksdals (Suède)
Sépulture Église de Riddarholmen
Père Frédéric V de Danemark
Mère Louise de Hanovre
Conjoint Gustave III de Suède
Enfants Gustave-Adolphe Red crown.png
Charles-Gustave duc de Småland
Résidence Palais royal de Stockholm
Religion Luthéranisme danois
Description de cette image, également commentée ci-après

Reines consorts de Suède-Finlande

La princesse Sophie-Madeleine de Danemark (en danois Sophie Magdalene af Danmark), né le 3 juin 1746 au château de Christiansborg (Danemark) et morte le 21 août 1813 au château d'Ulriksdals (Suède) fut reine de Suède et de Finlande, comme épouse du roi Gustave III de Suède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Frédéric V de Danemark et de Louise de Hanovre, elle perdit sa mère à l'âge de 5 ans. Le 1er octobre 1766, elle épousa le roi Gustave III de Suède.

Ils eurent deux fils :

Le scandale de 1778[modifier | modifier le code]

Celui-ci eut pour origine une visite chez leur mère, la reine douairière née Louise-Ulrique de Prusse, des deux frères cadets du roi, le duc de Södermanland et le duc d'Östergotland qui déclarèrent à celle-ci sous forme de plaisanterie que la plupart des femmes de la cour avaient des amants, à l'exception évidemment de la reine-mère. Sobrement, celle-ci fit la remarque qu'il fallait ajouter la reine Sophie-Madeleine, sa belle-fille, à cette exception, mais les princes s'esclaffèrent, déclarant que le comte Munck faisait la cour à la reine.

Outrée, le reine-mère Louise Ulrique demanda des preuves.

Lorsque la reine mit un fils au monde en 1778, toute la cour était persuadée qu'il s'agissait du fruit des amours de la reine avec le comte Munck et Louise-Ulrique eut une violente dispute avec le roi Gustave, l'accusant d'avoir fermé les yeux. Celui-ci menaça sa mère de l'exiler en Poméranie.

Ses enfants favoris, le faible Frédéric-Adolphe et Sophie-Albertine, prirent le parti de leur mère. La reine douairière fut forcée d'écrire une déclaration, selon laquelle elle démentait ses accusations. Pour elle, ce fut la répétition de l'humiliation de 1756.

Toute la famille royale signa (à l'exception évidente du couple royal) cette déclaration, ainsi que six membres du parlement. Le roi ne se réconcilia avec sa mère qu'à son lit de mort.

La reine douairière[modifier | modifier le code]

En 1792, son mari fut assassiné et son beau-frère exerça la régence jusqu'en 1796. Son fils Gustave IV régna alors personnellement, mais perdit son trône et dut quitter la Suède avec sa famille (dont son fils) en 1809, après une guerre désastreuse contre la Russie. Il divorça en 1812 et ses enfants furent placés sous la tutelle de leur oncle maternel, le tsar Alexandre, vainqueur de la guerre de 1809.

L'ancien régent monta alors sur le trône de Suède sous le nom de Charles XIII de Suède.

La reine Sophie-madeleine était morte cinq ans plus tôt en 1813, âgée de 67 ans.

Sources[modifier | modifier le code]