Carl Bernadotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles, prince de Suède.
Carl Bernadotte
Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Charles en 1931.

Titres

Duc d'Östergötland


(26 ans 5 mois et 26 jours)

Prédécesseur Prince Oscar
Successeur Princesse Estelle

Prince Bernadotte


(64 ans 10 mois et 12 jours)

Prédécesseur aucun
Successeur aucun
Biographie
Titulature Prince de Suède
Dynastie Maison Bernadotte
Distinctions Ordre du Séraphin (1911/1961)
Ordre de l'Éléphant
Ordre de Saint-Olaf
Ordre de Léopold[1][2][3]
Autres fonctions Prince Bernadotte
Nom de naissance Carl Gustaf Oscar Frederick Christian Bernadotte
Naissance
Stockholm (Suède)
Décès (à 92 ans)
Malaga (Espagne)
Sépulture Cimetière royal d'Haga
Père Charles de Suède
Mère Ingeborg de Danemark
Conjoint Elsa von Rosen
Ann Lindner Larsson
Kristine Rivelsrud
Enfants Madeleine Bernadotte
Religion Luthéranisme suédois
Description de cette image, également commentée ci-après

Duc d'Östergötland

Le prince Charles Bernadotte (en suédois, Carl Bernadotte), né le à Stockholm et mort le à Malaga, plus connu sous le nom de prince Carl, duc d'Östergötland est un prince suédois. C'est le plus jeune enfant et le seul fils du prince Charles de Suède et de la princesse Ingeborg de Danemark.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Charles Bernadotte est le seul fils du prince Charles de Suède (fils du roi Oscar II) et de Ingeborg de Danemark (fille du roi Frédéric VIII de Danemark). Il a trois sœurs aînées, Margaretha qui épouse le prince Axel de Danemark, Martha qui épouse le futur roi Olav V de Norvège et Astrid qui épouse le futur roi Léopold III de Belgique. À sa naissance, Carl est le cinquième dans l'ordre de succession au trône suédois.

Sa mère aurait voulu l'appeler Samuel, mais ce n'était pas un nom royal. Il est surnommé Mulle dans le cercle familial.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Après le lycée, il poursuit des études de commerce, fait son service dans la cavalerie et entre dans une compagnie d'assurances suédoise. Il a une jeunesse tumultueuse, avec des accidents de voiture. En 1933, on l'envoie faire un tour du monde pour l'assagir. Il commence par les Pays-Bas, où l'on cherche un fiancé pour la la princesse héritière Juliana, mais elle est aussi fort laide, et il est beau garçon... Les négociations tournent court.

Mariages morganatiques[modifier | modifier le code]

Il cause encore l'irritation de la famille royale lorsqu'il décide se marier le contre l'avis de son oncle le roi Gustave V, avec la comtesse Elsa von Rosen (1904-1991), fille du maître de cérémonies du roi et nièce d'Eric von Rosen. Mère de trois enfants et de sept ans son aînée, elle divorce pour lui. Cependant ses parents et ses cousins assistent au mariage à l'église luthérienne de Kvillinge, en l'absence du couple royal. Ce mariage l'exclut de la succession dynastique et lui interdit le prédicat d'Altesse royale. Le , le roi des Belges Léopold III, son beau-frère, leur confère le titre de prince et princesse Bernadotte dans la noblesse belge, avec titre de comte pour les descendants.

En 1938, il a une fille de cette union, la comtesse Madeleine Bernadotte, qui épouse en 1962 un aristocrate belge, Charles-Albert Ullens de Schooten-Whettnall (1927-2006), titré comte la même année, dont elle divorce en 1980 pour se remarier.

Il divorce à son tour en 1951 et se remarie la même année avec sa maîtresse Ann Margareta Larsson (1921-1975), fille d'un riche promoteur immobilier suédois de dix ans sa cadette, puis divorce de nouveau en 1961. Il convole une troisième fois avec une domestique, norvégienne, Kristine Rivelsrud (1932-2014), employée de maison de sa nièce, la princesse Ragnhild de Norvège, chez laquelle il l'avait remarquée.

Homme d'affaires[modifier | modifier le code]

Le prince Bernadotte s'occupe d'affaires de commerce entre le Congo belge et la métropole, en profitant pour faire des safaris. Il fait partie après la guerre de la nouvelle jet set internationale et fréquente Aristote Onassis. Il mène une vie de play boy princier.

Le prince Bernadotte est au cœur d'un scandale à partir de 1957, le scandale d'Huseby. Une vieille demoiselle, Florence Stephens (1881-1979), héritière d'un vaste domaine près de Växjö, Huseby, dans le sud de la Suède, pensait être la fille illégitime d'Oscar II et qui considérait donc le prince Bernadotte comme une sorte de neveu, lui laissa entendre qu'elle en ferait son héritier. Elle lui donne sa confiance, mais des transactions illégales menées par le prince causent la ruine de la dame et le conduisent devant les tribunaux. Huseby sera finalement légué à la nation à sa mort. Malgré ses aveux, il est considéré comme n'ayant pas tous ses esprits et acquitté. Cela cause un immense scandale en Suède. Il doit s'exiler à jamais dans le sud de l'Espagne, où il passe le reste de sa vie à mener une vie mondaine.

Retour en grâce[modifier | modifier le code]

Il appréciait aussi le jardinage dans ses vieux jours. Les mœurs strictes ayant évolué dans les cours nordiques, il est de retour en grâce et est invité aux mariages princiers, mais c'est surtout la cour de Norvège qui lui rouvre ses portes. Toute la famille le fête spécialement pour son quatre-vingt dixième anniversaire à Oslo. La reine de l'époque est du reste d'origine roturière, comme celle de Suède. Il est également présent en Belgique aux funérailles du roi Léopold III en 1983 et du roi Baudouin Ier en 1993.

Il est propriétaire de la Villa Capricorno, surplombant la baie de Malaga, où il meurt en 2003, à l'âge de 92 ans. Il est enterré au cimetière royal d'Haga.

Titres[modifier | modifier le code]

De 1911 à 1937, il porte le titre de prince de Suède, duc d'Östergötland.

En 1938, à la suite de son mariage morganatique, il reçoit le titre héréditaire de prince Bernadotte de son beau-frère Léopold III, roi des Belges, avec pour armoiries : Écartelé au 1 et 4, d'or à la tête de lion arraché de sable, lampassé et dentée de gueules ; au 2 et 3 de gueules, au griffon d'or, becqué, langué et armé d'azur, accompagné de quatre roses d'argent (Östergötland) sur le tout de Pontecorvo (d'azur, au pont à trois arches d'argent, sur une rivière de même, ombrée d'azur, et supportant deux tours du second ; le tout surmonté d'une aigle contournée au vol abaissé, becquée et membrée d'or empiétant un foudre de même accompagné en chef de sept étoiles d'or aussi rangées en forme de la constellation de la Grande Ourse (de Bernadotte)[4].


Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]