Jean II de Chalon-Arlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean II de Chalon-Arlay
Titres de noblesse
Vicomte (Besançon)
Seigneur (Arlay)
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Mère
Beatrice de La Tour du Pin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Marie de Genève (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Hugues II de Chalon-Arlay
Marguerite de Châlons (d)
Louis Ier de Chalon-Arlay
Jean de Chalon, Seigneur d'Auberive (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Blason famille fr Chalon Arlay.svg
Armoiries des sires de Chalon-Arlay : de gueules à la bande d’or chargé au franc quartier d’une étoile d’azur

Jean II de Chalon-Arlay (1312-), vicomte de Besançon, seigneur d'Arlay (Maison de Chalon-Arlay), d'Arguel et de Cuiseaux, aussi de Jarnac et Châteauneuf du chef de sa première épouse Marguerite de Mello.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean naît en 1312, fils du seigneur Hugues Ier de Chalon-Arlay et de Béatrice de La Tour du Pin (1275-1347), fille du comte Humbert Ier du Viennois.

Il prend une part active, en 1347, dans le soulèvement des barons franc-comtois en s'alliant avec Henri de Montfaucon comte de Montbéliard, Raoul Hesso marquis de Bade-Bade, Thiébaud V de Neuchâtel-Urtière et Jean III de Faucogney[1] contre le duc Eudes IV de Bourgogne (cf. l'article Chaussin).

Il adresse en 1351, des lettres par lesquelles il déclare que les serfs de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, ne peuvent se désavouer, et qu'il n'en recevra aucun sur ses terres, moyennant deux cents écus d'or et un palefroi grisart que lui remettent les moines[2]. En 1354, il donne la Charte d'affranchissement aux habitants de Marnay-la-Ville

Il meurt de la peste, à Nozeroy, le . Son fils Hugues II de Chalon-Arlay lui succède au titre de seigneur de Chalon-Arlay.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse, en premières noces, avant 1332, Marguerite de Mello, veuve de Maurice VI ou VII de Craon, fille de Dreux VI de Mello seigneur de Château-Chinon et Sainte-Hermine, et d'Eléonore de Savoie (fille du duc d'Aoste et Comte Amédée V de Savoie et de Sibylle de Bâgé), dont il a :

En 1361, Jean épouse en secondes noces Marie de Genève (morte en 1382), fille du comte Amédée III[3].

Jean II a aussi un fils naturel : Jean bâtard de Chalon, sire de Montrichard, bailli d'Aval, mort en 1402, époux de Jeanne de Buvilly-Dieulefit (morte en 1401) avec postérité : leur fille Jeanne marie Tristan de Toulongeon seigneur de Sennecey de Traves.

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • De gueules à la bande d'or, chargé au franc quartier d'une étoile d'azur
Devise

Je maintiendrai

Titres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recherches historiques sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier
  2. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte CXXV.
  3. a b et c Christian Regat, « Pourquoi le roi des Pays-Bas porte les armes des comtes de Genèves ? », Les Rendez-vous de l’Académie salésienne, no 28,‎ , p. 19 (lire en ligne [PDF]).
  4. a et b (en) Charles Cawley, « Burgundy Kingdom - Nobility in the County of Burgundy : Chapter 1 - Seigneurs d'Arlay », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Ignace Joseph Bourgon, Recherches historiques sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier, 1841, p. 167-180(lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]