Étienne de Montfaucon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Étienne de Montfaucon, (né en 1325, décédé en 1397), est Seigneur de Montfaucon et Comte de Montbéliard de 1367 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant les dernières pérégrinations guerrières de son père Henri Ier, Etienne, nouveau comte de Montbéliard, qui avait épousé Marguerite de Chalon-Arlay en 1356, commandait déjà toutes choses au pays. Il disposait de 300 vassaux répartis sur les terres de la Comté-Franche, dans le pays de Montbéliard, dans les châtellenies de Granges, de Clerval, de Passavant, d'Etobon, dans le Val de Morteau, ou à Marnay, près de Gray, à Montfaucon et jusqu'en Suisse dans le Pays de Vaud, à Orbe, Yverdon, Échallens.

Le comte Étienne, devenu âgé et veuf, régnait depuis trente ans sur le comté. Il fut cruellement abattu, car tous ses enfants disparurent de son vivant. À la mort en couche de sa fille Jeanne en 1389 il se retira dans le château de ses ancêtres à Montfaucon la mort ayant entre temps emporté un à un tous ses fils.

L'aîné, Henri II de Montfaucon, sire d'Orbe (petite ville située en Suisse dans la vallée de Joux) avait donné au comte Étienne quatre petites-filles, dont l'aînée qui se prénommait Henriette. Puis il s'était croisé contre le sultan Bajazet. Henri II disparut en 1396 en Hongrie, lors de la bataille de Nicopolis (aujourd’hui Nikopol en Bulgarie). Des émissaires furent envoyés en vain à sa recherche. En vain ...

Ainsi, Étienne, dernier comte de Montbéliard de la famille de Montfaucon, sans hoirs directs à qui transmettre la succession, comprit le danger qui menaçait ses terres. En 1397, il fit donc, par testament, coucher la transmission de ses biens (s'agissant du comté de Montbéliard et ses dépendances) à Henriette, l'aînée de ses quatre petites-filles, qui avait dix ans et, par jeu politique, la fiança avec Eberhard IV, jeune prince du Wurtemberg, duché situé dans l'Empire. Le petit prince était âgé de neuf ans. Les soeurs d'Henriette, Marguerite, Jeanne et Agnès obtinrent d'autres compensations.

Les fiançailles d'Henriette eurent lieu le 13 novembre 1397 au château de Montbéliard. Mais la date et les circonstances de son mariage sont incertains (probablement 1407 à Stuttgart) Dans les faits, le comte Étienne ne put assister aux fiançailles. Déjà, il avait reçu les sacrements de l'Église le 2 novembre, et ses funérailles eurent lieu le 19 suivant. Les trois dernières filles furent prises en tutelle par Henri, comte de la Roche / Saint Hippolyte.

Le comté de Montbéliard passa ainsi dans la Maison de Wurtemberg (avec quelques soubresauts de souveraineté) jusqu'à la Révolution française.

Famille[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Étienne est le fils d'Henri Ier de Montfaucon et d'Agnès de Chalon, la troisième fille de Renaud de Bourgogne, et héritière du comté de Montbéliard.

Mariage et succession[modifier | modifier le code]

Il épouse le 19 août 1356 Marguerite de Chalon-Arlay, (1338-1392), fille de Jean II de Chalon-Arlay. Son épouse lui donne quatre enfants :

  • Henri II l'aîné, (? - 1396), seigneur de Montbéliard et sire d'Orbe et d'Echallens (Suisse). Mariage avec Marie de Châtillon, fille de Gaucher de Châtillon, vicomte de Blaigny et de Jeanne de Coucy. Henri II décède à la bataille de Nicopolis contre les Ottomans. Leur premier enfant Henriette d'Orbe héritera du comté de Montbéliard en 1397.
  • Jean-Philippe[1], (1364 - 1382). Il meurent suite à une épidémie lors d'une expédition menée par le comte Amédée VI de Savoie pour soutenir Louis d'Anjou qui souhaite recouvrer le royaume de Naples.
  • Louis (mort en bas âge)
  • Jeanne (? - 1389)

Il a un fils naturel, Henri, qui fonde la Maison de Franquemont.

Sources[modifier | modifier le code]

  • D. Seigneur, Le Roman d'une principauté, Editions Cêtre, Besançon.
  • Roglo, Étienne de Montfaucon, [2].
  • Fabpedigree, Étienne de Montfaucon, [3].
  • Geneall, Stephan, Graf von Mömpelgard [4].
  • Médiéval Généalogie, Étienne de Montfaucon, [5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une charte du 3 juillet 1380 précise : "Ysabel dame et contesse de Nuefchastel sur le lac (Isabelle de Neuchâtel)" renonce à certains droits sur l'héritage de "Jehan de Monfacon (Jean II de Montfaucon) jadiz signeur de Vuillaffans le viez et dOrbe" en faveur de "nobles damoisels Henri et Jehan Phelippe de Montbelliart freres", fils d'"Estienne conte de Montbelliart et signeur de Montfacon" (Médiéval Généalogie [1])

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]