Château de Sainte-Croix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Château de Sainte-Croix (Sainte-Croix, Dordogne).

Le château de Sainte-Croix est situé sur la commune de Sainte-Croix (Saône-et-Loire), au bord du Solnan, en Bresse louhannaise.

Historique[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La construction se compose d'un corps de logis de plan rectangulaire flanqué sur ses angles de pavillons reliés entre eux par un bâtiment à un seul niveau, plaqué contre la façade orientale, qui porte une terrasse à appui-corps en fer forgé. Dans les angles formés par les pavillons et le corps central, ont été établis, à hauteur du demi-étage, de petits balcons sur trompes.

Au centre de la façade ouest du logis, s'ouvre une porte en arc brisé, à assises alternées de pierre ocre et noire, que surmonte une petite fenêtre à linteau en accolade. Toutes les autres baies ont des linteaux en arc segmentaire.

Le château, propriété privée, ne se visite pas.

Seigneurs de Sainte-Croix[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les premiers seigneurs de Ste-Croix semblent bien être les comtes de Bourgogne-Mâcon (ainsi Scholastique de Champagne (vers 1170-1219), femme du comte Guillaume IV de Vienne-Mâcon (arrière-petit-fils du comte Étienne Ier Tête Hardie), est dite dame de Ste-Croix, avec des droits importants sur Lons : ce doit être son douaire, venu de son mari : cf. 3, notamment aux pages 94-106 et 229) ; Ste-Croix est dans le canton de Cuiseaux, dont les premiers sires sont des fidèles des comtes de Mâcon.

En tout cas la fille de Scholastique et Guillaume, Béatrice de Vienne-Mâcon, dame héritière de Sainte-Croix, Louhans[1], Pymont (Saône-et-Loire), Lons en partie (le bourg Saint-Désiré[2]) avec Pymont (Jura)[3], Mirebel[4]..., fl. dans la première moitié du XIIIe siècle[5], épouse Hugues III de Neublans (branche cadette) d'Antigny, seigneur de Pagny, Pouilly, Seurre et St-Georges, petit-fils de Philippe Ier et fils de Guillaume Ier de Neublans d'Antigny. Béatrice de Vienne et Hugues III de Neublans eurent deux fils :

Famille de Vienne[6]
Famille de Hochberg (Hachberg)
  • après le milieu du XVe siècle : par son mariage en 1446, Marguerite de Vienne, sœur héritière de Jean et fille de Guillaume III-V de Vienne ci-dessus, apporte les seigneuries de Ste-Croix, Louhans, Seurre et St-Georges, Villangrette, Montpont, Arc-en-Barrois, Châtillon-sous-Maîche, Chagny (alors que Bosjean, Longepierre, Le Pin, Montrond-le-Château, Pimorin, Salans, Sellières, Vernantois, Bussy-le-Château, sont perdus, engloutis dans les aliénations et le règlement des dettes de Guillaume III-V et Jean de Vienne, les père et frère de Marguerite) à son époux Rodolphe de Hochberg comte de Neuchâtel (né vers 1427-1487),
  • seconde moitié du XVe siècle : Philippe de Hochberg (1453-1503), sire de Pontarlier en 1480-1493 par don de Louis XI, fils des précédents, leur succède ; il épouse Marie de Savoie, fille du duc Amédée IX, petite-fille du roi Charles VII et sœur de la bienheureuse Louise de Chalon-Arlay
Henri II d'Orléans
Famille d'Orléans-Longueville
Famille de Champlécy
  • 1623/1626 : le précédent vend le bien à Charles de Champlécy' (Chanlecy) dont hérite immédiatement sa petite-fille Anne-Charlotte de Champlécy, baronne de Sainte-Croix
Famille de Batz de Castelmore d'Artagnan
  • 1659 : la précédente épouse, en secondes noces, Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan, modèle du héros d'Alexandre Dumas
  • 1709 : Louis II de Batz, chevalier, baron de Sainte-Croix, seigneur de Castelmore et de Champlécy, comte d'Artagnan, fils cadet du précédent, lui succède
  • première moitié du XVIIIe siècle : Louis-Gabriel d'Artagnan, fils du précédent, lui succède
Famille de Venant
  • 1741 : le précédent vend le château à Jean-François-Joseph de Venant, seigneur d'Iverny qui le restaure
  • 1744 : la seigneurie est érigée en marquisat[14]
Famille de Renouard de Fleury
  • 1759 : le château et son mobilier sont vendus à Claude-François de Renouard de Fleury dont les descendants garderont la propriété jusqu'à nos jours
Époque contemporaine

Armoiries[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Nicolas, Quand d'Artagnan épousait une châtelaine bressane d'origine charolaise, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 17 (mars 1973), pp. 23-25.
  • Inventaire départemental: canton de Montpont, de R. OURSEL (1977)
  • "Registre" de l'évêché de Bâle - réédition en allemand gothique (1898)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Franchises de Louhans, p. 91 sq. », sur Documents inédits pour servir à l'histoire de Bourgogne, par Marcel Canat président de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Chalon/Saône, tome Ier, 1863
  2. « Lons-le-Saunier, p. 494 sq., notamment pp. 500-501, 506, 510, 523, 530-533 », sur Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, tome 3, par Alphonse Rousset, chez Bintot, 1855
  3. « Villeneuve-sous-Pymont, d'après le Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, par Alphonse Rousset, tome VI, 1854 », sur CEGFC (Centre d'entraide généalogique de Franche-Comté)
  4. « Mirebel, d'après le Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, par Alphonse Rousset, tome IV, 1854 », sur CEGFC (Centre d'entraide généalogique de Franche-Comté)
  5. Béatrice de Vienne-Mâcon est très probablement la dame héritière de Sainte-Croix en Bresse et Louhans, Pymont (à Boyer, Saône-et-Loire), Lons en partie (le bourg Saint-Désiré) avec Pymont (Jura), et Mirebel, car on ne voit pas comment ses descendants immédiats auraient pu avoir ces fiefs autrement. Pymont (à Boyer) est dans le Mâconnais, juste au nord de Tournus. Ste-Croix est dans la Bresse louhannaise, dépendante alors du Mâconnais et où les comtes de Mâcon furent largement possessionnés. Il est avéré que Lons-St-Désiré est aux comtes de Bourgogne-Mâcon-Vienne puis passe à la Maison de Vienne (Neublans d'Antigny), comme Pymont (Jura) et Mirebel : cf. les notes accompagnant ces noms dans le corpus de l'article, inspirées notamment des travaux du grand érudit comtois du XIXe siècle Alphonse Rousset.
  6. « seigneurs de Pagny, Pymont, Longwy, St-Georges et Ste-Croix, de la Maison de Vienne », sur Famille de Vienne, site de Gilles Maillet
  7. « p. 29-33 et 63 », sur Essai sur l'Histoire de la Franche-Comté, tome II, par Edouard Clerc, chez Bintot à Besançon, 1846
  8. « Guillaume de Vienne », sur CCSD ; LSH de l'Université de Franche-Comté ; compte-rendu de la thèse de l'historien Gérard Pelot (2012)
  9. « Les derniers grands feux (?) d’une maison comtoise et bourguignonne : Guillaume de Vienne, seigneur de Saint-Georges et de Sainte-Croix, 1362-1437, volume I : thèse soutenue par Gérard Pelot en décembre 2012, Université de Franche-Comté », sur HAL-Archives ouvertes
  10. « Les derniers grands feux (?) d’une maison comtoise et bourguignonne : Guillaume de Vienne, seigneur de Saint-Georges et de Sainte-Croix, 1362-1437, volume III : thèse soutenue par Gérard Pelot en décembre 2012, Université de Franche-Comté », sur HAL-Archives ouvertes
  11. « Les derniers grands feux (?) d’une maison comtoise et bourguignonne : Guillaume de Vienne, seigneur de Saint-Georges et de Sainte-Croix, 1362-1437, volume IV : thèse soutenue par Gérard Pelot en décembre 2012, Université de Franche-Comté », sur HAL-Archives ouvertes
  12. « Les derniers grands feux (?) d’une maison comtoise et bourguignonne : Guillaume de Vienne, seigneur de Saint-Georges et de Sainte-Croix, 1362-1437, volume V : thèse soutenue par Gérard Pelot en décembre 2012, Université de Franche-Comté », sur HAL-Archives ouvertes
  13. « Les derniers grands feux (?) d’une maison comtoise et bourguignonne : Guillaume de Vienne, seigneur de Saint-Georges et de Sainte-Croix, 1362-1437, volume VI-Index : thèse soutenue par Gérard Pelot en décembre 2012, Université de Franche-Comté », sur HAL-Archives ouvertes
  14. http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-saone-loire-chateau-a-ste-croix-chateau-de-ste-croix.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]