Guigues VII de Viennois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viennois (homonymie) et Guigues.
Guigues VII de Viennois
Guigues V de Viennois color.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Conjoint
Enfants
Jean Ier de Viennois
Anna del Vienès (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Guigues VII of Viennois.jpg

Petit sceau de Guigues VII reproduit par le vicomte de Vaublanc[1] en 1844.

Guigues VII de Viennois, né en 1225, mort en 1269, dauphin de Viennois, comte d'Albon, de Grenoble, d'Oisans, de Briançon, d'Embrun et de Gap de 1237 à 1269, fils d'André Dauphin de Bourgogne (plus connu sous le nom de Guigues VI de Viennois), dauphin de Viennois, et de Béatrice de Montferrat.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'événement le plus important pour Grenoble durant le règne de Guigues VII de Viennois se déroule le 19 novembre 1267[2], date où il achète une tour de l'enceinte romaine attenante à l'hôtel d'un notable de la ville, Guillaume Chaunais. L'acte signé au château de Cornillon scelle la création du palais delphinal, bientôt connu sous le nom d'hôtel de la Trésorerie, et futur emplacement de l'Hôtel de Lesdiguières, lieu du pouvoir politique de la ville et du Dauphiné durant les 7 siècles suivants.

Conflit avec la Provence[modifier | modifier le code]

Il eut de grandes contestations avec Charles d'Anjou, comte de Provence, au sujet des comtés de Gap et d'Embrun. En effet, ces deux comtés constituaient la dot de Béatrice de Sabran-Forcalquier, première épouse de Guigues VI-André, son père. Guigues VI avait répudié sa première femme (pour motif de consanguinité) et avait conservé les comtés, qu'il avait transmis à son fils, issu d'un second mariage. Et évidemment, Charles d'Anjou, héritier des comtes de Forcalquier, lui demanda le retour des comtés. Ils finirent par conclure un arrangement, Charles obtenant Gap et Guigues conservant Embrun.

Il laisse à sa mort la régence du Dauphiné à sa femme Béatrice de Faucigny, et confie au duc de Bourgogne Hugues IV, le soin de veiller sur elle et ses enfants. Il est également prévu qu'en cas de décès de Béatrice ou de son remariage, intervenant avant la majorité de Jean, le duc exercerait la régence.

Guigues VII fut inhumé dans la Chartreuse de PrémolVaulnaveys-le-Haut, près d'Uriage), fondée par sa mère Béatrice de Montferrat en 1234, elle même y étant également inhumée à son décès en 1274.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Mariage[modifier | modifier le code]

Il épouse, en 1253, Béatrice de Faucigny (1237-1310) (appelée aussi Béatrice de Savoie[3]), fille du comte de Savoie Pierre II et d'Agnès de Faucigny. Béatrice lui apporte en dot le Faucigny, une terre éloignée du Dauphiné et menaçante pour la Savoie, l'ennemi héréditaire. Un certain nombre de futurs conflits entre les deux voisins auront pour objet cette terre.

Après la mort de Guigues, Béatrice de Faucigny se remariera le 2 avril 1273 avec Gaston VII de Baugé, dernier vicomte de Béarn ; ce couple n'eut pas de fils.

Descendance[modifier | modifier le code]

Guigues et Béatrice eurent trois enfants :

  • Jean Ier (1264-1282), dauphin de Viennois, comte d'Albon ;
  • Anne (1255-1298), dauphine de Viennois et comtesse d'Albon, mariée le 31 août 1273[3] à Humbert de la Tour du Pin (vers 1240-1307) ;
  • Catherine[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Nicolas Payraud, « Châteaux, espace et société en Dauphiné et en Savoie du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle », HAL - Archives ouvertes, no tel-00998263,‎ , p. 115 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La France au temps des croisades
  2. Auguste Prudhomme, Histoire de Grenoble, page 119.
  3. a, b et c Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), collection d'histoire et d'archéologie médiévales, Presse Universitaire de Lyon, Lyon, 2005, (ISBN 272970762X), p. 23.