Histoire de la radio en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malgré quelques tentatives dès la fin du XIXe siècle, la radio ne s'est développée en France que pendant l'entre-deux-guerres. Après des années sombres entre 1940 et 1944, la radio devient un monopole d'État. Elle est « libérée » en 1981, sous l'influence de François Mitterrand.

Historique[modifier | modifier le code]

1898-1914 : les débuts de la radio[modifier | modifier le code]

Le , Eugène Ducretet fait une démonstration publique de transmission par « télégraphie sans fil » entre la Tour Eiffel et le Panthéon. À la suite des travaux de l'Américain Lee De Forest (1906), on passe de la « télégraphie sans fil » à la « téléphonie sans fil ».

Afin d'éviter la destruction de la Tour Eiffel, Gustave Eiffel propose en 1903 les services de sa tour métallique à Gustave Ferrié, pionnier de la télégraphie sans fil, qui utilisait jusque-là des ballons qui dépliaient dans les airs des antennes reliées au sol. Gustave Ferrié tend donc cette année-là six fils d’antenne qui partent du sommet de la tour. Afin d’éviter les crépitements d’étincelles de l’émetteur, gênants pour le voisinage, la station de radio est enterrée sous le Champ-de-Mars. Par ces expérimentations, Gustave Ferrié espère convaincre l'armée de la pertinence du développement de la radio.

À cette époque, en effet, l'usage de la radio se limite aux usages militaires et maritimes, et la Marine nationale utilise la TSF dès 1905. On installe de nombreux émetteurs, tant en métropole que dans les colonies et, en 1906, l'armée de terre place ses propres émetteurs sur la tour Eiffel. Les PTT utilisent également la TSF pour des liaisons de télégraphie. Les événements de la Grande Guerre conduisent, à partir du , à encadrer strictement l'usage de la radio.

1918-1940 : l'entre-deux guerres, période de développement de la radio[modifier | modifier le code]

Histoire de la radio en France est dans la page France .
Paris,Eiffel,PTT,
PP,Cité,Île,37
La Doua,
Lyon
Marseille
Rennes
Bordeaux,
Sud-Ouest
Pyrénées,
Toulouse
Nord
Limoges
Grenoble
Languedoc,
Montpellier
Strasbourg
Nice,
Médit.
Agen
Nîmes
Normandie
Sites des émetteurs (1939[1]; publics en bleu, privés en rouge)

La paix retrouvée, deux choix s'offrent aux pouvoirs publics : établir un monopole au profit de l'État (cas de la majorité des pays), ou bien laisser se développer des radios privées. On décide de créer des radios d'État tout en laissant se développer les radios privées. C'est le début de l'épopée radiophonique en France. La première émission de radio en France destinée au public a lieu le du fait de Radio Tour Eiffel. En 1922, la Société française radio-électrique (SFR) obtient une autorisation d'émettre et crée ainsi la première radio privée Radiola.

En 1939, on trouve comme principales radios d'État à Paris :

À Paris, il existe aussi des radios privées : Poste Parisien, Radio Cité (à l'origine Radio LL), Poste de l’Ile de France (à l'origine Radio Vitus) ou Radio 37.

Les postes d'émission se multiplient aussi en province, d'initiative soit publique (PTT), soit privée (généralement la SFR) : Radio Lyon (1924) et PTT Lyon-la-Doua (1925) à Lyon, PTT Marseille-Provence (1925) à Marseille, Radio Sud-Ouest (1924) et Radio Bordeaux-Lafayette (1926) à Bordeaux, Radio Toulouse (1925) et PTT Toulouse-Pyrénées (1925) à Toulouse, Rennes-Bretagne (1927) à Rennes, Radio Grenoble (1926) à Grenoble, Radio Alger (1926) à Alger, Lille PTT (1927) à Lille, Radio Juan-les-Pins (1927) à Cannes, Limoges PTT (1927) à Limoges, Radio Agen (1924) à Agen, Radio Montpellier (1925) et Montpellier-Languedoc (1929) à Montpellier, Radio Béziers (1926) à Béziers, Radio Strasbourg (1930) à Strasbourg, Radio Nîmes (1927) à Nîmes, Radio Normandie (1929) à Fécamp, Nice-Côte d'Azur (1931) à Nice, etc.

À l'étranger, Radio Luxembourg émet depuis le Grand Duché du Luxembourg à partir de 1933. Se développe ainsi le phénomène des radios périphériques comme Radio Andorre qui émet depuis la Principauté d'Andorre à partir de 1939.

L'invasion allemande de met fin à cette période de développement.

1940-1944 : quelques radios collaboratrices et Radio Londres - Création de RMC[modifier | modifier le code]

Subventions mensuelles du régime de Vichy[2]
Station Francs (1941) Euros (2002)
Radio-Toulouse 505 000 139 400
Radio-Lyon 205 000 56 600
Radio-Méditerranée 205 000 56 600
Radio-Nîmes 45 000 12 400
Radio-Agen 45 000 12 400
Radio-Montpellier 45 000 12 400

C'est la Seconde guerre mondiale. De nombreuses radios cessent d'émettre au fur et à mesure de l'invasion allemande. Les radios qui subsistent sont fortement contrôlées.

La principale de ces radios collaboratrices est Radio Paris. Philippe Henriot est l'un des piliers de la collaboration culturelle et de la propagande vichyste. Il est assassiné par les résistants le . La France libre n'est pas en reste avec les émissions de Radio Londres. Les Allemands créent RMC en 1943.

1945-1980 : monopole d'État - Radios périphériques et radios pirates[modifier | modifier le code]

L'ordonnance du établit le monopole d'État sur les stations de radio. Cependant, les années de guerre ont anéanti une grande part du réseau de transmission français. C'est sur un poste émetteur laissé par l'armée américaine qu'est créée une radio publique d'un style nouveau : « Paris Inter ». Elle commence à émettre sur la région parisienne le . Diffusée sur toute la métropole à partir de l'émetteur d'Allouis, elle sera baptisée plus tard France 1 puis RTF Inter.

L'année charnière pour la radio est 1963. La RTF s'installe à la maison de Radio France, quai Kennedy, à Paris. On opère aussi une réorganisation des réseaux en 1963 lors de l'inauguration de la maison de la Radio. La grande station nationale généraliste « RTF Inter » devient France Inter. À côté, la RTF organise deux stations thématiques : France Culture (issue de la fusion de France III-National avec France II) et France Musique (ex-France IV Haute-Fidélité, créée en 1954). Deux autres suivront : France Inter Paris (1971, devenue FIP). Ces stations existent toujours. Un an plus tard,l'ORTF est créée afin de donner plus de liberté à l'organisme audiovisuel que ne l'était la RTF. Pour autant les deux stations culturelles proposent une programmation austère et élitiste et l'ORTF est toujours assez largement soumise à l'exécutif notamment en ce qui concerne les bulletins d'information dont France Inter est chargé de produire et de diffuser sur les chaînes. Seule FIP possède sa propre rédaction à l'époque.

En 1974, l'ORTF est démantelée et le secteur radio échoit à l'entreprise publique Radio France. Radio France est lancée le lundi à minuit. La première PDG Jacqueline Baudrier s'est d'ailleurs exprimée à l'antenne de France Inter. À cette occasion RFI (1975) (reprise de l'ancienne Paris Mondial) est créée puis a quitté le giron de Radio France dans les années 1980.

Deux phénomènes se développent en réaction à ce monopole : les radios périphériques et les radios pirates.

Radios périphériques[modifier | modifier le code]

Mais malgré le monopole, d'autres radios parviennent à émettre en France depuis l'étranger. Outre Radio Andorre, d'une part, dont les programmes continuent en espagnol et en catalan durant la guerre, Radio Luxembourg et RMC, d'autre part, qui reprennent leurs programmes après la guerre (programmes évidemment différents de ceux pro-allemands de la guerre pour RMC), une nouvelle radio périphérique (c'est comme cela que l'on appelait ces radios qui émettaient depuis des pays situés à la périphérie de la France) est créée en 1955 : Europe no 1, devenue Europe 1 par la suite. Son ton moderne et tourné vers les jeunes (avec notamment la célèbre émission Salut les Copains) remporte un vif succès, à tel point qu'elle ringardise bientôt Radio Luxembourg et Paris Inter surnommées alors « radios à papa » par la jeune génération férue de musique anglo-saxonne et notamment de rock 'n' roll diffusée sur l'antenne d'Europe 1. Ces radios réagissent dans les années 1960 en se modernisant et en changeant de nom (Paris Inter devient France Inter en 1963 et Radio Luxembourg devient RTL en 1966). Une autre radio périphérique importante commence à émettre dans le sud de la France au début des années 1960 : c'est Sud Radio, à partir d'un émetteur situé sur le territoire de la Principauté d'Andorre.

Les radios périphériques placent leurs émetteurs hors du sol français, mais le plus proche possible des frontières afin de pouvoir être reçues en France. Les principales sont, dans les années 1960 et 1970, RTL qui émet depuis le Luxembourg, RMC depuis Monaco, Europe 1 qui émet depuis la Sarre (en Allemagne), Radio Andorre et Sud Radio qui émettent depuis l'Andorre.

Radios pirates[modifier | modifier le code]

Mais de nombreuses autres radios se sont développées illégalement sur le sol français. On les appelle les radios pirates. Le phénomène se développe surtout à partir de la fin des années 1970. Il faut citer : Radio Campus à Villeneuve-d'Ascq, Radio cœur d'acier à Longwy et sur tout le bassin sidérurgique lorrain, Radio Ivre à Paris, Radio Verte à Béziers, Radio Active à Lyon, L'Eko des Garrigues et Radio Fil Bleu à Montpellier.

1980-1981 : réaction de Radio France - Fin du monopole - Radios libres[modifier | modifier le code]

Consciente du phénomène, en 1980, Radio France lance cinq nouvelles stations : Radio 7 et Radio Bleue, ciblant pour l'une les jeunes et pour l'autre la « troisième jeunesse », ainsi que trois stations régionales : Fréquence Nord, Radio France Mayenne et Radio France Melun.

Malgré les efforts de Radio France, le monopole prend fin le . C'était une des promesses de François Mitterrand pour l'élection présidentielle. Les radios pirates deviennent des radios libres. En définitive, les radios libres ont permis de donner la parole à des minorités, à des groupes, à des communautés spécifiques, par qui et pour qui elles ont pu avoir été conçues. Ces personnes ont pu alors avoir accès à des médias qui leur sont propres, qui leur permettent de cultiver leurs identités tout en les faisant connaître aux autres.

1982-2018 : besoin d'une autorité de régulation - Radios privées[modifier | modifier le code]

À partir de 1981, les radios libres ne sont plus illégales. Cependant, en raison des particularités propres à la communication par ondes radio, notamment l'attribution de fréquences, il apparaît très vite nécessaire de mettre en place une autorité qui puisse répartir ces fréquences, de manière indépendante. La loi du crée la Haute Autorité de la communication audiovisuelle qui est chargée d'attribuer les fréquences et de garantir l'indépendance des radios qui restent dans le secteur public (celles de Radio France). La Haute autorité sera remplacée en 1986 par la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), puis par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) en 1989.

Afin que les autorisations d'émettre ne soient pas distribuées arbitrairement et pour garantir l'éclectisme de l'offre radio, des conditions sont posées et chaque demande d'autorisation doit être accompagnée d'un cahier des charges qui décrit le type de programmes qui seront émis.

Le paysage français de la radio privée va se former progressivement. Les anciennes radios périphériques sont conservées, sauf Radio Andorre qui périclite. De nombreuses radios sont créées, souvent par des anciens des radios pirates. Dès 1981 naissent : NRJ (la Nouvelle Radio des Jeunes), Radio Nova, Radio Contact devenue Nostalgie, RFM ou encore Cité Future devenue Skyrock, ainsi que de très nombreuses radios locales.

Dans les années 1980, les radios ont très généralement un statut associatif. Elles peinent assez souvent à trouver des crédits et vivent de subventions publiques ou privées. Ce n'est qu'en 1984 que la publicité sera officiellement autorisée à la radio. De 1981 à 1984, TDF brouillera (sur ordre du pouvoir) des radios de droit privé faisant de la publicité et dont les émetteurs étaient en Italie ; citons Radio Midi, Radio K ou encore Radio Vingt Mille (basée à Vintimille, en Italie).

L'offre radiophonique publique évolue elle aussi : France Info est créée le . Une quarantaine de radios locales sont aussi créées par Radio France, elles seront unifiées en 2000 dans le réseau France Bleu. En 1997, Le Mouv' est créé, elle vise le public jeune.

Au fur et à mesure, les différentes radios vont être réunies au sein de quelques grands groupes comme RTL Group regroupant les radios RTL, RTL2 et Fun Radio, NRJ Group regroupant les radios NRJ, Nostalgie, Chérie FM et Rire et Chansons, NextRadioTV regroupant les radios RMC et BFM ou encore Lagardère Active regroupant les radios Europe 1, Virgin Radio (anciennement Europe 2) et RFM. Certains voient dans ces conglomérats une diminution de la liberté des radios. Toutefois, les radios associatives restent très nombreuses, au nombre de 600, et détiennent un tiers des fréquences analogiques allouées au secteur privé sur tout le territoire et les collectivités d'outre-mer. Elles sont regroupées au sein d'une organisation professionnelle qui tire sa légitimité de l'article 29 de la Loi de 1986 sur la Liberté de Communication, le Syndicat national des radios libres (SNRL) présidée par un magistrat.

En 1991, le CSA décida d'attribuer une fréquence unique aux radios d'autoroutes. On leur réserve 107,7 MHz en isofréquence, à la limite de la bande FM. Aujourd'hui cinq stations se partagent le territoire, chacune affiliée à une société concessionnaire d'autoroutes.

En , le Conseil d'État autorise les grands groupes de radios à acheter des stations supplémentaires[3].

Quelques dates-clés[modifier | modifier le code]

Concernant les programmes d'information[modifier | modifier le code]

Concernant les programmes de sport[modifier | modifier le code]

Concernant les programmes culturels[modifier | modifier le code]

  • 1925 : Radio Mont-de-Marsan parvient à relier une platine disque (alors appelé pick-up) à un micro. Cette innovation, imaginée par le technicien de la station M. Trubert permet la radiodiffusion de disques avec une bonne qualité sonore. Jusque-là, on devait en effet se contenter de placer un micro devant un haut-parleur, occasionnant une perte de qualité du son. On préférait alors faire jouer en direct des orchestres. Dans les deux ans qui suivent, toutes les stations de France s'équipent de pick-up.
  • Avril- : naissance du « crochet radiophonique » sur Radio Cité.
  • 1937 : le Poste Parisien lance l'émission « Les Incollables » qui sera ensuite déclinée sur RTL sous le titre des « Grosses têtes ».

Concernant les programmes religieux[modifier | modifier le code]

  •  : premiers sermons religieux radiodiffusés (Radio Paris).

Références[modifier | modifier le code]

  1. 100 ans de Radio - L'année radiophonique 1939
  2. Fabrice d’Almeida, Christian Delporte, Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion, Collection Champs-Université, 2003, p. 108.
  3. « Concentration : le Conseil d'État donne raison au CSA », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Crédit d'auteurs[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]