Jacqueline Baudrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacqueline Baudrier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Délégué permanent de la France auprès de l'UNESCO
-
François Valéry (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Jacqueline Hélène Baudrier (née Vibert puis épouse Baudrier et Perriard) est une journaliste française née le à Beaufai (Orne) et morte le à Paris[1],[2]. Elle a exercé des responsabilités à l'ORTF ainsi que sur plusieurs chaînes et a présidé Radio France de 1975 à 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à la Sorbonne, elle a occupé de nombreux postes/emplois successivement chroniqueuse politique à la RTF (1950-1960). Elle a longtemps été une voix de la radio française (d'Actualités de Paris à Paris Inter, qui deviendra France Inter). Reporter pour la télévision (1960-1962) et présentatrice d'Inter Actualités sur France Inter, elle devient rédactrice en chef des journaux parlés de l'ORTF (1962-1968).

Gaulliste, elle est contestée par les journalistes en mai-juin 1968. À l'issue de la crise, elle est nommée directrice de l'information parlée, en remplacement de Pierre Fromentin. Directrice de l'information de la deuxième chaîne de télévision (1969 à 1972) puis de la régie de la Une (1973), elle anime avec Alain Duhamel, le débat entre Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand en 1974.

Première présidente-directrice-général de Radio-France (1975-1981), elle devient ambassadrice, déléguée permanente de la France auprès de l'UNESCO (1981 à 1985). Membre de la Commission nationale de la communication et des libertés, la CNCL (qui précède le CSA) (1986 à 1989), elle est nommée présidente du comité d'orientation des programmes de La Cinquième (à partir de 1994).

Une partie de ses archives personnelles est conservée aux Archives nationales[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Maurice Bourdet (1960).
  • Prix international Ondas (1969).
  • Prix Unda (1972).
  • Prix de la Fondation Louise Weiss (4 novembre 1997).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]