Georgisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bagdge sur lequel  figure un chat de couleur beige feulant dans un disque rouge, cerclé par une couronne (au sens mathématiques) bleue où est inscrit : Free Trade Free Land Free Men
Badge lors de la campagne georgiste à partir des années 1890.

Le georgisme, également appelé « geoism »[1] en anglais et l'impôt unique (archaïque), est une philosophie économique selon laquelle la valeur économique provenant de la terre (y compris les ressources naturelles et d'occasions) devrait appartenir non seulement à ceux qui la produisent, mais également à tous les membres de la société[2],[3],[4]. Développé à partir des écrits de l'économiste et réformateur social Henry George, le paradigme georgiste cherche des solutions aux problèmes sociaux et écologiques. Il est fondé sur les principes des droits fonciers et des finances publiques qui tentent d'intégrer l’efficacité économique avec la justice sociale[5],[6].

Le georgisme concerne la distribution de la rente économique causée par des monopoles naturels, la pollution et le contrôle des communes, y compris le titre de propriété des ressources naturelles et d'autres privilèges artificiels (par exemple la propriété intellectuelle). Toute ressource naturelle qui est par nature limitée en stock peut générer une rente de situation, mais l'exemple le plus classique et le plus significatif de « terre monopolisée » implique l'extraction de la rente foncière commune de précieux emplacements en milieu urbain. Les georgistes font valoir que l'imposition du loyer économique est efficient (en), juste et équitable (en). La principale recommandation politique georgiste est un impôt sur la valeur du terrain. Les georgists font valoir que les recettes d'un impôt unique sur la terre peuvent être utilisées pour réduire ou éliminer les impôts existants (par exemple, sur le revenu, le commerce, ou les achats) qui eux, sont injustes et inefficaces. Certains georgistes plaident également de plaider pour le retour de l'excédent des recettes publiques à la population par le biais d'un revenu de base ou d'un revenu citoyen.

Les économistes depuis Adam Smith ont observé que, contrairement à d'autres taxes, un impôt sur la valeur du terrain ne cause pas d'inefficacité économique[7],[8]. Un impôt sur la valeur de la terre a aussi les effets d'un impôt progressif, car il est payé principalement par les riches (les propriétaires) et il ne peut pas être transmis aux locataires, aux travailleurs et aux utilisateurs des terres s'ils ne n'en sont pas propriétaires[9],[10]. Les défenseurs d'un impôt sur la valeur foncière font valoir que cela permettrait de réduire les inégalités économiques, d'accroître l'efficacité économique, de supprimer les mesures d'incitation à la sous-utilisation des terres urbaines, et de réduire la spéculation foncière[11]. Le fondement philosophique du georgisme remonte à plusieurs anciens penseurs comme John Locke[12], Baruch Spinoza[13], et Thomas Paine[14], mais le concept de gagner des recettes publiques, principalement à partir de la terre et des privilèges liés aux ressources naturelles a été largement popularisé par Henry George et son premier livre, Progrès et Pauvreté (1879).

Les idées georgistes étaient populaires et les plus influentes fin du 19e siècle et début du 20e siècle[15]. Les partis politiques, les institutions et les communautés ont été fondées sur des principes georgistes pendant cette période. Les premiers adeptes de la philosophie économique d'Henry George ont souvent été qualifiés de Single Taxer (soit en français, partisan de l'impôt unique) puisque leur politique a objectif de lever des recettes publiques, principalement à partir d'une valeur de la terre de l'impôt, bien que les georgistes aient approuvé plusieurs formes de capture de rentes (par exemple  seigneuriage) comme légitime[16]. Le terme Georgisme (de l'anglais Georgism) a été inventé plus tard, et certains préfèrent le terme géoïsme (de l'anglais geoism) pour distinguer leurs pensées de celles d'Henry George[17],[18].

Diagramme sur lequel figure, les quantités sur l'axe des abscisses, les prix sur l'axe des ordonnés, une courbe d'offre rigide donc verticale, une courbe de demande décroissante (impôt compris) en fonction des quantités, où l'on peut voir que l'impôt n'occasionne pas de perte sèche
Un diagramme d'offre et de demande montrant les effets de la valeur foncière. Notez que le fardeau de la taxe est entièrement porté par le propriétaire de la terre, le prix de location de la terre ne change pas et il n'y a aucune perte sèche.

Grands principes[modifier | modifier le code]

Henry George est le plus connu pour sa vulgarisation de l'argument que le gouvernement devrait être financée par une taxe sur la location de la terre plutôt que par l'impôt sur le travail.[Mal dit] George estimait que, bien qu'aucune expérience scientifiques ne puisse être exécutée en économie politique, les théories pourraient être testées en comparant les différentes sociétés aux conditions différentes et également par des expériences de pensée sur les effets des divers facteurs[19]. En appliquant cette méthode, il conclu que la plupart des problèmes que connaît la société, tels que la pauvreté, l'inégalité, et les récessions économiques, peuvent être attribués à la propriété privée de la ressource nécessaire, la terre. Dans son plus célèbre ouvrage, Progrès et Pauvreté, George fait valoir que l'appropriation des terres pour un usage privé contribue à la persistance de la pauvreté, en dépit des progrès technologiques, et expliquerait pourquoi les économies présentent une tendance à la cyclicité. Selon George, les gens possèdent à juste titre ce qu'ils créent, mais que l'accès aux ressources naturelles et aux terres appartient à parts égales à tous.

« The tax upon land values is, therefore, the most just and equal of all taxes. It falls only upon those who receive from society a peculiar and valuable benefit, and upon them in proportion to the benefit they receive. It is the taking by the community, for the use of the community, of that value which is the creation of the community. It is the application of the common property to common uses. When all rent is taken by taxation for the needs of the community, then will the equality ordained by Nature be attained. No citizen will have an advantage over any other citizen save as is given by his industry, skill, and intelligence; and each will obtain what he fairly earns. Then, but not till then, will labor get its full reward, and capital its natural return. »[20]

George estimait qu'il y aurait une distinction importante entre la propriété commune et la propriété collective[21]. Bien que l'égalité des droits à la terre puisse être atteint par la nationalisation des terres, et en les louant à des utilisateurs privés, George préférait l'impôt unique sur la terre et laisser le contrôle de la terre surtout à des mains privées. Le raisonnement de George pour laisser les terres au contrôle privé et de se porter lentement pour un impôt sur la valeur des terres était que cela ne pénaliserait pas les propriétaires qui avaient participé à la valorisation de la terre et serait également moins perturbateur et controversé dans un pays où les titres fonciers ont déjà été accordés.[réf. souhaitée]

Les georgistes ont observé que la richesse créée par le privé est socialisée par le système fiscal (par exemple, par le biais de d'impôt sur le revenu et de taxe sur les ventes), tandis que la richesse créée socialement issue des valeurs foncières sont privatisées dans le prix des titres des propriétés foncières et des hypothèques bancaires. Le contraire serait le cas si la rente foncière a remplacé l'impôt sur le travail en tant que principale source des recettes publiques; la richesse socialement créée serait disponible pour une utilisation par la communauté, tandis que les fruits de la main d'œuvre devrait rester privé[22]. Selon les georgistes, l'impôt sur la valeur de la terre peut être considérée comme des frais d'utilisation socialement crées de l'emplacement ainsi que comme le privilège d'exclure les autres de ces endroits. Les actifs comprenant des privilèges marchandisés peuvent être considérés comme de la richesse, car ils ont une valeur d'échange, semblable à celle des plaques de taxi en France, ou aux taxis Médaillons[23].

Propriétés économiques[modifier | modifier le code]

La théorie économique suggère que l'impôt sur la valeur de la terre serait extrêmement efficace – à la différence d'autres taxes -, car il réduirait pas la productivité économique. Milton Friedman décrit l'impôt d'Henry George comme le « moins mauvais impôt », car contrairement à d'autres taxes, il n'imposerait pas un poids trop lourd à l'activité économique (conduisant à une « perte sèche » négative ou nul); et par conséquent un remplacement d'autres impôts aux effets de distorsion de l'économie plus important par un impôt sur la valeur de la terre permettrait d'améliorer le bien-être économique[24]. Comme l'impôt sur la valeur de la terre peut améliorer l'utilisation de la terre et réorienter les investissements vers des activités plus productives et non pas des activités de recherche de rente, il pourrait même avoir une perte sèche négative qui augmenterait la productivité[25]. En raison du fait que la taxe sur la valeur foncière s'appliquerait aussi aux spéculateurs étrangers, le Trésor Australien estime que l'impôt sur la valeur de la terre était le seul à avoir un excèdent de charge marginal négatif, ce qui signifie qu'il serait à même d'augmenter à long terme le niveau de vie[26].

C'est Adam Smith qui, le premier, a noté l'efficacité et les propriétés de distribution d'un impôt sur la valeur de la terre :

«  Le loyer du sol est encore un sujet plus propre à être imposé que le loyer des maisons. Un impôt sur le loyer du sol ne ferait pas monter le loyer des maisons. Il tomberait en entier sur le propriétaire du sol, qui agit toujours en monopoleur et qui exige le loyer le plus fort qu’il soit possible de donner pour l’usage de son terrain. Les offres sont plus ou moins fortes, selon que les concurrents sont plus riches ou plus pauvres, ou qu’ils sont en état de satisfaire, à plus ou moins de frais, la fantaisie qu’ils ont pour tel coin de terrain en particulier. Dans tout pays, le plus grand nombre de concurrents riches est dans la capitale, et c’est là aussi qu’on trouvera toujours les loyers du sol les plus forts. Comme un impôt sur les loyers du sol ne pourrait pas augmenter le moins du monde la richesse de ces concurrents, ils ne seraient pas vraisemblablement pour cela disposés à payer plus cher l’usage du terrain. Il importerait fort peu que l’impôt dût être avancé par le locataire ou par le propriétaire du sol. Plus le locataire serait obligé de payer pour l’impôt, moins il serait d’humeur à payer pour le terrain, de manière que le payement définitif de l’impôt retomberait en entier sur le propriétaire du terrain. Le loyer du sol des maisons non habitées ne devrait pas payer d’impôt.

Les loyers du sol et des fermages ordinaires des terres sont une espèce de revenu dont le propriétaire jouit, le plus souvent, sans avoir ni soins ni attention à donner. Quand une partie de ce revenu lui serait ôtée pour fournir aux besoins de l’État, on ne découragerait par là aucune espèce d’industrie. Le produit annuel des terres et du travail de la société, la richesse et le revenu réel de la masse du peuple, pourraient toujours être les mêmes après l’impôt comme auparavant. Ainsi, les loyers du sol et les fermages ordinaires des terres sont peut-être l’espèce de revenu qui est le mieux dans le cas de supporter l’assujettissement à un impôt qui lui soit particulier.

Les loyers du sol semblent même, à cet égard, un sujet plus propre à supporter une imposition particulière que les fermages ordinaires des terres. Le fermage ordinaire des terres est le plus souvent dû, en partie au moins, à l’attention et à la bonne administration du propriétaire. Un impôt très-lourd pourrait décourager beaucoup trop cette attention et cette bonne administration. Les loyers du sol, en tant qu’ils excèdent le revenu ordinaire des terres, sont dus en entier au bon gouvernement du souverain, qui, par la protection qu’il assure à l’industrie du peuple en général ou des habitants de quelque lieu particulier, les met d’autant plus en état de payer, pour le terrain sur lequel ils bâtissent, un prix supérieur à sa valeur réelle, ou bien d’offrir au propriétaire du sol plus que la compensation de la perte résultant de cet emploi de sa terre. Il est parfaitement raisonnable qu’un fonds qui doit s’on existence à la bonne conduite du gouvernement de l’État soit imposé d’une manière particulière, ou contribue de quelque chose de plus que la plupart des autres fonds au soutien du gouvernement.  »

— Adam Smith, De la recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (lire en ligne), p. 526-527

Benjamin Franklin et Winston Churchill ont argumenté de façon similaire en faveur de l'impôt unique sur la terre pour ses qualités en termes de justice distributive et de son efficacité. Ils ont noté que les coûts des taxes et des avantages des dépenses publiques s'appliquent toujours tôt ou tard et enrichissent, respectivement, les propriétaires de terrains. Par conséquent, ils croyaient qu'il serait mieux de défrayer les coûts publics et de récupérer la valeur de la dépense publique en appliquant les charges publiques directement aux propriétaires des titres fonciers, plutôt que de nuire au bien-être public avec des impôts calculés sur les bénéfices des activités telles que le commerce et le travail[27],[28].

Henry George a écrit que son plan pour une haute valeur foncière taxe amènerait les gens à « contribuer à la société, non pas en proportion de ce qu'ils produisent ... mais en proportion de la valeur des possibilités naturelles qu'ils détiennent de façon monopolisée ». Il a poursuivi en expliquant qu'« en prélevant pour l'utilisation publique cette valeur attachée à la terre en raison de la croissance et de l'amélioration de la communauté », cela rendrait « la possession de la terre non rentable pour le simple propriétaire, et rentable uniquement pour l'utilisateur ».

Un fort impôt unique sur la terre tendrait à décourager les spéculateurs de détenir de précieuses opportunités naturelles (comme l'immobilier urbain) non utilisés ou partiellement utilisés. Henry George revendiquait que cela présenterait de nombreux avantages, notamment la réduction ou l'élimination des charges fiscales pour les quartiers les plus pauvres et les districts agricoles; l'élimination d'une multitude de taxes et de coûteuses institutions publiques obsolètes; l'élimination de la corruption, de la fraude et de l'évasion fiscale en ce qui concerne la collecte des impôts ; l'activation d'un véritable libre-échange; la destruction des monopoles, l'élévation des salaires à leur pleine valeur; la transformation des inventions permettant d'économiser le facteur travail en avantages pour tous; et la répartition équitable du confort, des loisirs et d'autres avantages qui sont rendues possibles par le progrès de la civilisation[29]. En ce sens, la vulnérabilité des économies de marché à l'éclatement des bulles du crédit et aux magnats de l'immobilier serait réduit.

Sources des rentes de situations et interventions politiques connexes[modifier | modifier le code]

Le flux de revenus résultant de paiements pour l'accès restreint aux opportunités naturelles ou un accès privilégiés artificiellement aux régions géographiques est appelé une rente de situation. Les georgistes soutiennent que la rente de situation attachée à la terre, les privilèges légaux, ainsi que les monopoles naturels devraient bénéficier à la communauté, plutôt qu'aux propriétaires privés. En économie, la « terre » est tout ce qui existe à l'état naturel, indépendamment de l'activité humaine. George inclut explicitement le climat, le sol, les voies navigables, les gisements minéraux, la loi ou forces de la nature, les voies publiques, les forêts, les océans, l'air et l'énergie solaire dans la catégorie de terres (ou plutôt de ressources naturelles)[30]. Alors que la philosophie du georgisme n'annonce rien de définitif en matière d'interventions spécifiques nécessaires pour résoudre les problèmes posés par les diverses sources de rente de situation, l'objectif commun chez les georgistes modernes est de capturer et de partager (ou réduire) la rente issue de toutes les sources de monopole naturel et de privilège juridique[31],[32].

Henry George a partagé le but des georgistes modernes consistant à socialiser ou démonter la rente de situation issue de toutes les formes de monopole des ressources naturelles et de privilèges juridiques. Cependant, George soulignait principalement son attirance envers une politique d'impôt unique sur la valeur de la terre, qui cible une forme particulière de revenus de la propriété connue sous le nom de rente foncière. George soulignait cette rente foncière parce que les emplacements rudimentaire étaient plus précieux que les autres formes de monopoles et que chacun a besoin de place pour survivre, il mettait en évidence le contraste avec les monopoles moins importants, comme celui du tramway et du télégraphe, qu'il critiquait également. George a comparé ce problème à celui d'un travailleur qui pour se rendre à la maison est assailli par une série de brigands sur sa route, chacun lui demandant une petite partie des salaires des voyageurs, et enfin, à la fin de la route, un voleur l'attend et exige de tout ce que le voyageur avait encore . George dit que cela fait peu de différence de contester la série de petits voleurs quand le dernier voleur demande tout ce que le travailleur avait[33]. George prédisait qu'avec le temps, les progrès technologiques permettrait d'augmenter la fréquence et l'importance de monopoles moindre, mais il s'attend à ce que le loyer du sol restera dominante[34]. George avait même prédit que la rente foncière augmenterait plus vite que les salaires et les revenus du capital, une prédiction que l'analyse moderne a montré être plausible, car l'approvisionnement de la terre est fixe[35].

La rente foncière ordinaire est toujours de première importance pour les georgistes, en raison de sa valeur importante et du gâchis connus de terrain sous-exploités. Toutefois, il existe d'autres source de rente qui sont analogues théoriquement à la rente foncière et font partie des sujets débattus par les georgistes. Voici quelques sources de rente économique[36],[37],[38] :

Là où la libre concurrence est impossible, comme dans les cas du télégraphes, de l'eau, du gaz et des transports, George écrivit que « de telles activités ont une vraie fonction sociale, qui doit être contrôlée et gérée par et pour l'ensemble des personnes concernées. » Les georgistes ont été divisés par cette question de monopoles naturels et ont souvent favorisé une propriété publique des rentes fondées sur les droits de passage (en), plutôt que de la propriété publique des entreprises de services publics elles-mêmes.

Georgisme et économie de l'environnement[modifier | modifier le code]

Le début de la prise en compte de la protection de la nature de l'Ère Progressiste a été inspirée en partie par Henry George et son influence s'est étendue pendant des décennies par la suite[49]. Certains économistes écologiques toujours en faveur de la politique georgiste prônant la mise en place d'un impôt unique sur la valeur des terres comme un moyen de libérer ou de ré-ensauvager des terres inutilisées et de conserver l'état de la nature par la réduction de l'étalement urbain[50],[51],[52].

La Pollution dégrade la valeur de ce que les georgistes considèrent comme des communs. Parce que la pollution est une contribution négative, un prélèvement sur les communs ou un coût imposé sur les autres, sa valeur est la rente de situation, même lorsque le pollueur ne reçoit pas un revenus explicite. Par conséquent, dans la mesure où la société considère la pollution comme nocive, la plupart des georgistes proposent de limiter la pollution par l'impôt ou à par quotas qui capture la rente qui résulte de son utilisation publique, ce qui permet la restauration, ou un dividende pour le citoyen[53],[54].

Le georgisme est lié à l'école de l'économie écologique, puisqu'ils proposent tous deux un marché des restrictions concernant la pollution[55]. Les écoles sont compatibles qu'ils préconisent l'usage d'outils similaires dans le cadre d'une stratégie de conservation, mais ils mettent l'accent sur différents aspects. La conservation est la question centrale de l'écologie, alors que la question de la rente est centrale au geoïsme. Alors que les économistes écologiques pourraient porter haut le prix de la pollution, par des amendes plus prudentes pour éviter des dommages à l'environnement intrinsèquement non quantifiables, les georgistes pourraient mettre l'accent sur la médiation entre les intérêts conflictuels et les droits de l'homme[56]. Géolibertarianisme, une branche orientée marché du géoïsme, tend à prendre position contre ce qu'elle perçoit comme une réglementation trop contraignante et souhaitez voir les enchères de quotas de pollution ou de taxes remplacer la plupart des réglementations de direction et de contrôle (en)[57].

Puisque les écologistes s'intéressent principalement à la conservation, ils ont tendance à moins souligner la question de la répartition équitable entre rentes de rareté et rente de pollution rareté/pollution des loyers, alors que les georgistes insistent pour que les revenus de la propriété ne reviennent pas à ceux qui détiennent le titre du patrimoine naturel et du privilège de polluer. Dans la mesure où les geoïstes reconnaissent l'effet de la pollution ou partagent les valeurs en matière de conservation de l'environnement, ils seront d'accord avec les économistes écologiques sur la nécessité de limiter la pollution, mais les géoïstes insistent également pour que la rente de pollution issue de ces efforts de conservation ne s'appliquent pas aux pollueurs et soit plutôt utilisée à des fins publiques ou pour compenser ceux qui subissent les effets négatifs de la pollution. Les économistes écologique préconisent de façon similaire des restrictions concernant la pollution, mais, en mettant l'accent d'abord sur la conservation, ils pourraient être disposés à accorder le privilège de polluer contre contrepartie pécuniaire aux pollueurs afin de capturer la rente qui lui est liée . Dans la mesure où les économistes écologiques partagent la même notion de justice sociale que celle des géoïstes, ils préconiseraient la mise aux enchères de quotas de pollution plutôt que de les accorder gratuitement. Cette distinction peut être vu dans la différence entre la version basique du marché des droits à polluer et la variante géoïste, cap and share (en) ou « plafonner et échanger », une proposition de vente aux enchères de permis de polluer temporaires, avec le retour au public des rentes, plutôt que de donner des privilèges de pollution gratuitement aux pollueurs existant, ou bien de vendre des permis perpétuels aux pollueurs[58],[59].

Utilisation des revenus[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires peut permettre la réduction ou l'élimination des impôts, de grand investissement ou dépenses publics, ou la distribution directe des fonds pour les citoyens comme une pension ou une revenu de base/citoyen du dividende.

Dans la pratique, l'élimination de toutes les autres taxes implique un impôt unique plus élevé que n'importe quel impôt foncier existant actuellement. L'introduction d'un impôt unique sur la valeur de la terre supérieur à la valeur des impôts existants, avec une certaine part d'incertitude, entraînerait inévitablement les prix de tous les titres fonciers à la baisse. George ne crois pas que les propriétaires doivent être indemnisés, et décrit le problème comme étant analogue à une indemnisation pour les anciens propriétaires d'esclaves. D'autres géoïstes sont en désaccord sur la question de l'indemnisation ; certains préconisent une compensation totale tandis que d'autres avancent une compensation suffisante pour atteindre les réformes georgistes nécessaire. Les géoïstes ont longtemps différé du point de vue de George sur le degré de captage nécessaire de la rente. Historiquement, ceux qui plaidaient pour un impôt sur la rente publique seulement assez grande pour remplacer les autres taxes ont été perçus comme les partisans de l'impôt unique limité.

Les synonymes et les variantes[modifier | modifier le code]

La plupart des premiers groupes de défense se sont décrits comme des Single Taxers (taxeurs uniqus), et George accepta à contrecœur « taxe unique » comme un nom précis pour son principal objectif politique — l'abrogation de tous les impôts injustes ou inefficaces par un impôt unique sur la valeur de la terre. Dans l'ère moderne, les promoteurs du georgisme sont un groupe diversifié provenant de plusieurs milieux différents: les écologistes soulignent écologisme; les géolibertariens souligner sa philosophie de marché libre égalitariste ; les utilitaristes soulignent le potentiel pour de meilleurs biens publics; et les urbanistes soulignent les avantages économiques et sociaux de manière efficace en utilisant les meilleures terres pour les entreprises et le logement.

Certains adeptes ne sont pas satisfaits avec la qualification de Georgistes. Alors que Henry George était bien connu tout au long de sa vie, il a été largement oublié par le public et l'idée d'une taxe unique de la terre lui est antérieure. Certains lui préfèrent le terme géoïsme (« geoism » en anglais)[60], avec le sens de géo (du grec γῆ « terre », comme accidentellement en grec, le premier composé du nom de George (d'où Georgism) < (Gr.) Geōrgios < geōrgos « fermier » ou geōrgia « agriculture, élevage » < + ergon « travail »)[61],[62] était délibérément ambiguë. Les conditions de la Terre de Partage (de l'anglais Eart Sharing)[63], geonomics[64], et géolibertarianisme[65] (voir Libertaire) sont des dénominations également utilisées par certains georgistes. Ces termes représentent une différence d'accent, et parfois de véritables différences sur la façon dont les rentes issues de la terre doivent être employées (dividende versé au citoyen ou tout simplement remplacer d'autres taxes); mais tous sont d'accord que la rente de la terre, doit être retirée des mains privées de ses bénéficiaires.

Les amendes obligatoires et les frais liés à la terre sont les mesures politiques les plus communes aux georgistes, mais certains géoïstes préfèrent des systèmes d'extraction du profit qui reposent sur des méthodes telles que des frais sur les emplacements non-obligatoires ou issus d'auto-évaluation de la valeur de l'emplacement, des Community Land Trust[66], et de l'achat contrat sur la valeur de la terre (en)[67],[68],[69],[70],[71].

Certains géoïstes croient que compenser partiellement les propriétaires fonciers est politiquement opportun afin de réaliser les compromis nécessaires à la réalisation de la réforme[72],[73]. Pour des raisons similaires, d'autres proposent une capture de l'augmentation future de la rente et non pas de toute la rente[74].

Si le georgisme a toujours été considéré comme une idéologie radicalement progressiste ou socialiste, certains libertariens et minarchistes estiment que les dépenses publiques sociales limitées devraient être financées à l'aide du concept georgiste qui consiste à capturer toute la rente issue de la valeur de la terre, mais que toute la rente ne devrait pas être saisie. Aujourd'hui, cet adaptation relativement conservatrice est généralement considérée comme étant incompatible avec le vrai géolibertarianisme, qui exige que l'excès de rente doit être recueillie et ensuite redistribué à la population. Au cours du temps d'Henry George, cette retenue de la philosophie georgiste était connue comme « l'impôt unique limité », par opposition à « l'impôt unique illimité ». Henry George est en désaccord avec l'interprétation de « limité », mais a reconnu ces adhérents (par exemple, Thomas Shearman) comme des « single-taxers » [georgistes] légitimes[75]. (Voir Milton Friedman dans la section « Réception critique »)

Influence[modifier | modifier le code]

Portrait-photographie d'Henry George en costume d'époque pourvu d'une continental tie
Henry George, dont les écrits et le plaidoyer forment la base du georgisme.

Les idées georgistes fortement ont influencé la politique du début du 20e siècle. Les partis politiques qui ont été fondés sur des idées georgistes: le Commonwealth Land Party (en) des États-Unis, le Henry George Justice Party (en), la Single Tax League (en), et le Justice Party du Danemark.

Au le Royaume-Uni au cours de 1909, le Gouvernement Libéral a inclus une taxe foncière dans le cadre de plusieurs taxes dans le cadre du People's Budget destinées à redistribuer les richesses (avec entre autres, un impôt progressif sur le revenu et l'augmentation de l'impôt sur la succession). Cela a provoqué indirectement une crise qui a entraîné la réforme de la Chambre des Lords. Le budget a été adopté par la suite – mais sans la taxe foncière. En 1931, le Labour Governement, minoritaire, a adopté une taxe foncière dans la partie III de la loi de finance de 1931. Toutefois, ce texte a été abrogé en 1934 par le Gouvernement National avant de pouvoir être mis en œuvre.

Au Danemark, le Parti de la Justice georgiste a déjà été représenté au Folketinget. Il faisait partie d'un gouvernement de centre-droit (1957-60) et était également représenté dans le Parlement Européen (1978-79). L'influence d'Henry George a diminué au fil du temps, mais les idées georgistes continuent d'émerger encore de temps en temps en politique. Lors de États-Unis, 2004 de la campagne présidentielle aux États-Unis de 2004, Ralph Nader mentionna Henry George dans ses déclarations de principes[76].

Les économistes sont toujours en faveur d'un impôt unique sur la terre[77]. Milton Friedman a publiquement soutenu l'impôt unique georgiste comme étant « le moins mauvais impôt »[8]. Joseph Stiglitz a déclaré que: « Non seulement Henry George avait raison d'affirmer que l'impôt sur la terre n'était pas discrétionnaire, mais en plus, dans un société à l'équilibre… un impôt sur la terre était tout juste suffisant pour financer le niveau (optimalement choisi) de dépenses gouvernementales. »[78] Il baptisa sa proposition de Théorème d'Henry George (en)[79].

Communautés[modifier | modifier le code]

Plusieurs communautés furent aussi initiées aux principes georgistes lorsque cette philosophie était la plus populaire. Deux communautés existent encore aujourd'hui, celle d'Arden (Delaware) fondée en 1900 par Frank Stephens et Will Price, et Fairhope (Alabama), qui a été fondée en 1894 par les auspices de Fairhope Single Tax Corporation[80]. Quelques communautés établies aux États-Unis ont aussi adopter des mesures georgistes. Un georgiste à Houston, Texas, Joseph Jay Pastoriza promut un club georgiste dans cette ville, établi en 1890. Des années plus tard, alors qu'il servait comme conseiller municipal, il fut sélectionné pour servir la Commission des Taxes de Houston, et il promulgua le « Plan de Taxation de Houston » en 1912.

Les améliorations des catalogues marchands et fonciers ont été taxées à hauteur de 25 % de leur valeur estimée, les terrains inexploités furent taxés à hauteur de 70 % de leur valeur estimée, tandis que la propriété privée personnelle était, elle, exempte. Cet impôt georgiste perdura jusqu'à 1915, lorsque deux cours de justice l'invalidèrent, car il violait la Constitution du Texas en 1915. Ces efforts furent étouffés dans plusieurs autres villes texanes qui avaient tenté d'implémenter le Plan de Houston en 1915: Beaumont, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, and Waco[81].

Le protectorat allemand de Baie de Jiaozhou (aussi connu sous le nom de Kiaochow) en Chine a entièrement implémenté les politiques georgistes. La seule source de recette était un impôt sur la terre de 6 % qu'il leva sur son territoire. Le gouvernement allemand avait eut auparavant des problèmes avec les colonies africaines à cause d'une spéculation immobilière. L'une des principales raisons pour justifier l'utilisation d'un impôt sur la terre fut celle d'éliminer la spéculation, un politique couronnée de succès[82]. La colonie exista comme protectorat allemand de 1898 jusqu'à 1914, lorsqu'elle fût saisie par les troupes japonaises et britanniques. En 1922, le territoire fut rendu à la Chine.

Photo de la Henry George School of Social Science à New York
Henry George School of Social Science, à New York.

Les idées georgistes furent aussi adoptées à un certain degré en Australie, à Hong Kong, à Singapour, enAfrique du Sud, en Corée du Sud et à Taïwan. Dans ces pays, le gouvernement continue de lever un certain impôt sur la terre, à quelques exceptions près[83].

Plusieurs gouvernements municipaux aux États-Unis dépendent d'une Taxe sur la propriété (en) comme leur source principale de revenue, bien que ce types de taxes ne sont pas georgistes puisqu'elles incluent la valeur des constructions et d'autres améliorations, l'exception étant la ville de Altoona (Pennsylvanie), qui a eut pendant un période seulement un impôt sur la terre.

Instituts et organisations[modifier | modifier le code]

Plusieurs organisation existent encore et continuent à promouvoir les idées d'Henry George. Selon The American Journal of Economics and Sociology, le périodique Land&Liberty, établi en 1894, est le « projet georgiste qui a perduré le plus longtemps dans l'histoire »[84]. Fondé lors de la Grande Dépression en 1932, la Henry George School of Social Science de New York offre des cours, des séminaires sponsorisés et publie des recherches portant sur le paradigme georgiste[85]. Également aux États-Unis, le Lincoln Institute of Land Policy fut aussi établi en 1974 en se fondant sur les écrits d'Henry George. Il « tente d'apporter quelques choses au dialogue portant sur le développement urbain, l'environnement de construction, et les politiques de taxation aux États-Unis et à l'étranger »[86].

La Henry George Foundation continue de promouvoir les idées d'Henry George au Royaume-Uni[87].

L'Union Internationale pour la Taxation de la Rente Foncière (en) est un groupe de coordination qui réunit des organisations au niveau mondial, organisations qui tentent de faire passer des réformes sur les rentes foncières[88].

Réception[modifier | modifier le code]

L'économiste Alfred Marshall croyait que les vues de George dans Progrès et Pauvreté étaient dangereuses, et avait même prédit qu'elles pourraient engendrer des guerres, de la violence et des destructions économiques. Marshall était particulièrement inquiet par l'idée d'un changement rapide et de l'injustice faite aux propriétaires terriens, s'ils n'étaient pas compensés. Dans sa conférence sur Progrès et Pauvreté, Marshall s'opposait la position de George sur la compensation due aux propriétaires terriens mais en soutenant totalement son remède ultime, à savoir, un impôt unique sur la terre. Tant que la hauteur de cet impôt remplacerait de façon progressive les autres formes de taxe et que cela ne causerait pas une chute massive des prix des terrains, Marshall était en faveur d'un impôt unique sur les terrains fondé sur des bases économiques et morales, en suggérant qu'un impôt de trois ou quatre pour-cent remplirait cette condition. Une fois cette mesure mise en place, le gouvernement saisirait la valeur des terrains à des prix réduits et deviendrait propriétaire cent années plus tard. Marshall affirmait que ce plan, qu'il supportait fermement rendrait l'existence d'un département gouvernemental spécialisé dans la collecte de taxe inutile. Pour les pays nouvellement fondé, où la terre n'était pas déjà privée, Marshall préconisait l'application immédiate de la proposition économique d'Henry George. Ainsi le problème de l'indemnisation ne se poserait pas[89],[90].

Karl Marx considérait que le programme d'un impôt unique était une régression par rapport à la transition au communisme et caractérisait le georgisme comme la « dernière tentative du Capitalisme »[91]. Marx argumentait que: « Tout ceci… n'est qu'une tentative, ornée de socialisme, afin de sauver la domination du capitalisme et pour tout recommencer à nouveau sur des bases plus larges que les bases présentes. »[92]. Marx critiquait aussi le fait que la théorie de la taxe unique sur la terre se concentre sur la valeur de la terre, car « Son dogme fondamentale réside dans le fait que tout irait bien si la rente foncière retournait à l'État »[92]. Les georgistes tels que Fred Harrison (2003) ont répondu à ces objections marxistes[93].

Richard T. Ely, connu comme le « Père de l'Économie de la Terre »[94],[95] était d'accord avec les arguments économiques du georgisme, mais croyait que corriger le problème à la manière de George (sans compensation pour les propriétaires terriens) était injustes envers les propriétaires actuels des terres. Pour expliquer sa position, Ely écrivit

If we have all made a mistake, should one party to the transaction alone bear the cost of the common blunder?

— Richard Ely, [96]

« Si nous avons tous commis la faute, devrait-il incomber à une partie seulement le coût lié à la correction de cette commune erreur? »

— [96]

John R. Commons supportait les arguments économiques georgistes, mais s'opposait à ce qu'il percevait comme une tendance politique et environnementale dangereuse, celle de se reposer sur un approche simplificatrice en matière de réforme des taxes, en particulier la formule « impôt unique ». Commons concluait dans (en) The Distribution of Wealth à la suite d'une estimation que « peut-être environ 95 % de toutes les valeurs décrites dans les fortunes des millionnaires [sic] étaient dues à des investissements classés comme dérivant leur valeur de la terre et de monopole naturel et d'industries compétitives aidées de ces monopoles ». Toutefois, il critiquait les georgistes pour ne pas apercevoir que les idées anti-monopoles d'Henry George devaient être mise en place par des outils variés. Il écrivit: « Les arbres ne monte pas au ciel – ils périraient à cause des vents violents; et un vérité unique, comme un impôt unique, se terminerait par sa propre destruction. » Commons utilise l'exemple de la fertilité naturelle du sol et de la valeur de la forêt comme un exemple de cette destruction, puisqu'un impôt sur la valeur in situ de ces ressources naturelles épuisables peut conduire à leur surexploitation et leur sur-extraction. Commons recommandait donc à la place, un impôt sur le revenu tiré de la forêt, similaire la taxe d'extraction (en) des georgistes modernes[97],[98].

D'autres contemporains comme l'économiste de l'École autrichienne d'économie Frank Fetter et l'économiste néoclassique John Bates Clark ont argumenté qu'il était impossible de maintenir la distinction classique entre le capital et la terre et critiquèrent le georgisme à partir de ce constat. Mark Blaug, un spécialiste en histoire de la pensée économique, attribue à Fetter et Clark l'influence majeur qui conduisit à l'abandon de l'idée que « la terre est un facteur de production unique, d'où l'absence de nécessité de se doter d'une théorie de la rente foncière » et déclarant que « c'est là l'attaque fondamentale de toutes les oppositions des économistes contemporain d'Henry George et certainement la raison centrale qui explique pourquoi les économistes professionnels l'ont tant ignoré »[99].

Robert Solow soutenait la théorie georgiste, mais était méfiant de l'injustice perçue de l'expropriation. Solow déclarait que taxer la rente foncière attendue « n'aurait aucune semblant de justice »; toutefois l'idée georgiste de taxer la valeur des terrains serait une bonne chose là où la propriété privé des terrains n'était pas encore acquise, ou dans le cas où transition se ferait lentement[100].

Milton Friedman était d'accord pour dire que la proposition d'Henry George était « la moins mauvaise » manière de prélever l'impôt nécessaire aux recettes publiques[101]. Toutefois, Friedman voyait le georgisme comme partiellement immorale, dû aux différences d'opinion convernant la validité des droits de propriétés de la terre acquis[citation nécessaire]. Les georgistes sont d'accord avec Friedman que les titres de propriété devraient demeurés privés, toutefois, ils croient que l'acquisition par des mains privées d'une rente foncière attachée à un terrain non mis en valeur est fondamentalement injuste, en le comparant à l'esclavage[102].

George fut aussi accusé d'exagérer l'importance de sa « théorie d'une rente qui dévore tout », en affirmant que c'est la cause principale de la pauvreté et de l'injustice sociale de la société[103]. George argumentait que la rente issue de la terre progressait plus vite que les salaires, car l'offre de la terre était fixe. Des économistes modernes, dont Ottman Edenhofer, ont démontré que l'affirmation de George est plausible, mais qu'elle était probablement plutôt vérifiée à l'époque de George, plus qu'elle ne l'est aujourd'hui[35].

Les premières critiques du georgisme furent celle qui considéraient que cela générerait des recettes publiques trop importantes et que cela conduirait à un croissance non voulue du gouvernement. Mais des critiques plus tardives ont considéré au contraire, que cela ne générerait pas de recettes suffisantes pour couvrir le budget du gouvernement. Joseph Schumpeter concluait dans son analyse du georgisme par la phrase suivante: « C'est économiquement solide, sauf que cela demande un optimisme injustifié en ce qui concerne les rendements d'un tel impôt ». Les économistes qui ont étudié la terre ont concluent que la critique de Schumpeter est injustifié puisque le rendement de la rente est probablement plus important que ce que supposent les économistes modernes comme Paul Krugman[104]. Pour Krugman, le meilleur moyen de lever l'impôt est la taxation de la valeur de la terre, mais que les augmentations des dépenses publiques ont rendues les recettes issues de cet impôt sur la rente foncière, insuffisantes pour couvrir toutes les dépenses du gouvernement[105].

Les georgistes ont répondu à la critique en citant des études et des analyses qui démontrent que la valeur des terrains dans des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie est largement suffisant pour soutenir les niveaux de dépenses du gouvernement[106],[107],[108],[109],[110],[111],[112].

Le philosophe politique anarcho-capitaliste et économiste Murray Rothbard a critiqué le georgisme dans (en) Man, Economy, and State comme étant philosophiquement incompatible avec la théorie subjective de la valeur, et déclara plus tard que la terre n'est pas pertinente en tant que facteur de production, dans l'échange et le système des prix[113], mais dans sa critique, vue par certain dont les opposants au georgisme, se fonde sur de mauvaises affirmations et un raisonnement biaisé[114].

L'économiste de l'École autrichienne d'économie Friedrich von Hayek a attribué à l'enthousiasme des premières heures pour la théorie d'Henry George, le développement de son intérêt pour l'économie. Plus tard, Hayek dira que la théorie du georgisme serait très solide, si les défis d'évaluation ne conduisait pas à des résultats injustes, mais il croyait que cela était inévitable[115].

Georgistes notables[modifier | modifier le code]



Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fred Foldvary, « Geoism Explained » [archive du ], The Progress Report (consulté le 12 janvier 2014)CS1 maint: Unfit url (link)
  2. « An Introduction to Georgist Philosophy & Activity », Council of Georgist Organizations (consulté le 28 juin 2014)
  3. Jerome F. Heavey, « Comments on Warren Samuels' "Why the Georgist movement has not succeeded" », American Journal of Economics and Sociology, vol. 62, no 3,‎ , p. 593–99 (DOI 10.1111/1536-7150.00230, JSTOR 3487813) :

    « human beings have an inalienable right to the product of their own labor »

  4. Jane McNab, « How the reputation of Georgists turned minds against the idea of a land rent tax » [archive du ], sur Business School, The University of Western Australia (consulté le 18 juin 2014)
  5. Gaffney, Mason, and Harrison, Fred (1994). The Corruption of Economics. London: Shepheard-Walwyn. (ISBN 978-0-85683-244-4)
  6. Hudson, Michael; Feder, Kris; and Miller, George James (1994). A Philosophy for a Fair Society. Shepheard-Walwyn, London. (ISBN 978-0-85683-159-1).
  7. Adam Smith, The Wealth of Nations, Book V, , « Chapter 2, Article 1: Taxes upon the Rent of Houses »
  8. a et b Nicolaus Tideman et Mason Gaffney, Land and Taxation, Shepheard-Walwyn in association with Centre for Incentive Taxation, (ISBN 978-0-85683-162-1, lire en ligne)
  9. Binswanger-Mkhize, Hans P, Bourguignon, Camille et Brink, Rogier van den, Agricultural Land Redistribution : Toward Greater Consensus, World Bank, (lire en ligne) :

    « A land tax is considered a progressive tax in that wealthy landowners normally should be paying relatively more than poorer landowners and tenants. Conversely, a tax on buildings can be said to be regressive, falling heavily on tenants who generally are poorer than the landlords »

  10. Elizabeth Plummer, « Evidence on the Distributional Effects of a Land Value Tax on Residential Households », National Tax Journal,‎ (lire en ligne)
  11. William J. McCluskey et Riël C. D. Franzsen, « Land Value Taxation: An Applied Analysis », Ashgate, (consulté le 9 octobre 2017)
  12. John Locke, « Some Considerations of the Consequences of the Lowering of Interest and the Raising the Value of Money » [archive du ],
  13. Mason Gaffney, « Logos Abused: The Decadence and Tyranny of Abstract Reasoning in Economics » (consulté le 22 décembre 2013)
  14. (en) Agrarian Justice, Wikisource edition (lire en ligne), paragraphe 12
  15. (en) Mason Gaffney et Rich Nymoen, « The Forgotten Idea That Shaped Great U.S. Cities », Commons magazine,‎ (lire en ligne).
  16. « "Economics" and Political Economy », sur Understanding Economics (consulté le 27 mars 2015)
  17. Nic Tideman, « Basic Principles of Geonomics » (consulté le 15 janvier 2015)
  18. Paula Casal, « Global Taxes on Natural Resources », Journal of Moral Philosophy, vol. 8, no 3,‎ , p. 307–27 (DOI 10.1163/174552411x591339, lire en ligne) :

    « It can also invoke geoism, a philosophical tradition encompassing the views of John Locke and Henry George ... »

  19. « Progress and Poverty, Introduction », sur www.henrygeorge.org (consulté le 9 octobre 2017)
  20. (en) Henry George, Progress and Poverty, (lire en ligne)
  21. « Common Rights Vs. Collective Rights », sur geolib.com (consulté le 9 octobre 2017)
  22. « Poverty - Earthsharing Canada », sur earthsharing.ca (consulté le 9 octobre 2017)
  23. Phillip Inman, « Could we build a better future on a land value tax? », The Guardian (consulté le 14 janvier 2014)
  24. (en) Fred E. Foldvary, « Geo-Rent: A Plea to Public Economist », Econ Journal Watch,‎ (lire en ligne)
  25. Joseph Stiglitz, « Thomas Piketty and Joseph Stiglitz », INETeconomics (consulté le 14 avril 2015)
  26. « Re:Think. Tax discussion paper for March 2015 », The Australian Government the Treasury (consulté le 14 avril 2015)
  27. Benjamin Franklin, Memoirs of Benjamin Franklin, Volume 2, McCarty & Davis, (lire en ligne), p. 32
  28. Mary L. Shine, Ideas of the founders of the American nation on landed property, University of Wisconsin, (lire en ligne), p. 196
  29. Henry George, An anthology of Henry George's thought, Rochester, N.Y., University of Rochester Press, (ISBN 1878822810)
  30. (en) Henry George, Protection or Free Trade,
  31. Lindy Davies, « The Science of Political Economy: What George "Left Out" », sur Economic Science Course by the Henry George Institute (consulté le 16 juin 2014)
  32. H. William Batt, « The Compatibility of Georgist Economics and Ecological Economics » (consulté le 9 juin 2014)
  33. Henry George, Protection or Free Trade, New York, Doubleday, Page & Co.,
  34. Henry George, An Anthology of Henry George's Thought, Volume 1, University Rochester Press, (ISBN 9781878822819, lire en ligne), p. 148
  35. a et b Linus Mattauch, Jan Siegmeier, Ottmar Edenhofer et Felix Creutzig, « Financing Public Capital through Land Rent Taxation : A Macroeconomic Henry George Theorem », CESifo Working Paper, no 4280,‎ (lire en ligne)
  36. Nicolaus Tideman, « Using Tax Policy to Promote Urban Growth » (consulté le 9 juin 2014)
  37. Mason Gaffney, « The Hidden Taxable Capacity of Land: Enough and to Spare », International Journal of Social Economics, no Summer 2008,‎ (lire en ligne)
  38. Karl Fitzgerald, « Total Resource Rents of Australia », Prosper Australia (consulté le 16 juin 2014)
  39. (en) Harriss et C. Lowell, « Nonrenewable Exhaustible Resources and Property Taxation », American Journal of Economics and Sociology, no 65.3,‎ , p. 693–699
  40. Henry George, An Anthology of Henry George's Thought, Volume 1, University Rochester Press, (ISBN 9781878822819, lire en ligne), p. 156
  41. Henry George, « Scotland and Scotsmen » [archive du ] (consulté le 16 juin 2014) Address delivered on 18 February 1884 at the City Hall, Glasgow
  42. Joseph Dana Miller, « To Hold the Sea In Fee Simple », The Single Tax Review, vol. 21–22,‎ , p. 37 (lire en ligne)
  43. Clarence Darrow, « How to Abolish Unfair Taxation » (consulté le 15 juin 2014)
  44. Dan Sullivan, « Are you a Real Libertarian, or a ROYAL Libertarian? » (consulté le 15 juin 2014)
  45. Louis F. Post, « Outlines of Louis F. Post's Lectures » (consulté le 15 juin 2014)
  46. Stephen Zarlenga, « Henry George’s Concept of Money (Full Text) And Its Implications For 21st Century Reform », American Monetary Institute (consulté le 13 juin 2014)
  47. (en) Henry George, « On Patents and Copyrights » (consulté le 16 juin 2014)
  48. (en) Neil B. Niman, « Henry George and the Intellectual Foundations of the Open Source Movement », sur Robert Schalkenbach Foundation (consulté le 16 juin 2014) : « A modern counterpart to the nineteenth century focus on land can be found in the twentieth century concern with the establishment of intellectual property rights that fence off a portion of the creative commons in order to construct temporary monopolies. ».
  49. Fox, Stephen R. The American Conservation Movement: John Muir and His Legacy. Madison, WI: U of Wisconsin, 1985.
  50. Daly, Herman E., and Joshua C. Farley. Ecological Economics: Principles and Applications. Washington: Island, 2004.
  51. (en) Molly Scott Cato, « The Gypsy Rover, the Norman Yoke and the Land Value Tax » (consulté le 15 août 2014)
  52. (en) Peter Smith, « Beaver, Rewilding & Land Value Tax have the answer to the UK's Flooding Problem. » (consulté le 15 août 2014)
  53. (en) John Ikerd, « The Green Tax Shift: Winners and Losers », sur missouri.edu (consulté le 13 juin 2014)
  54. (en) Paula Casal, « Global Taxes on Natural Resources », Journal of Moral Philosophy, no 8,‎ , p. 307–27 (lire en ligne)
  55. (en) Backhaus, Jurgen et J. J. Krabbe, « Henry George's Contribution to Modern Environmental Policy: Part I, Theoretical Postulates », American Journal of Economics and Sociology, Weborn, no 50.4,‎ , p. 485-501.
  56. (en) Clifford Cobb, « Herman Daly Festschrift: Ecological and Georgist Economic Principles: A Comparison » (consulté le 13 juin 2014)
  57. (en) Eric Roark, Removing the Commons: A Lockean Left-Libertarian Approach to the Just Use and Appropriation of Natural Resources, Lexington Books, (ISBN 9780739174692, lire en ligne)
  58. (en) C. A. Brebbia, Ecodynamics: The Prigogine Legacy, WIT Press, (ISBN 9781845646547, lire en ligne), p. 104
  59. (en) Amy Gluckman, « A Primer on Henry George's "Single Tax" », Dollars & Sense,‎ mars/avril 2006 (lire en ligne)
  60. (en) Lindy Davies, « Socialism, Capitalism, and Geoism »
  61. (en) « γῆ » (consulté le 19 juin 2018)
  62. Georges (prénom)
  63. (en) « Introduction to Earth Sharing ».
  64. (en) « Jeffery J. Smith - Progress.org », sur www.progress.org (consulté le 9 octobre 2017)
  65. (en) Fred Foldvary, « Geoism and Libertarianism » [archive du ] (consulté le 9 octobre 2017)
  66. (en) Mike Curtis, « The Arden Land Trust », sur www.sfrgroup.org (consulté le 30 mai 2014)
  67. (en) Martin Adams, « Sharing the Value of Land: The Promise of Location Value Covenants » (consulté le 30 mai 2014)
  68. (en) Deirdre Kent, « Land and Money Reform Synergy in New Zealand » [archive du ], Smart Taxes (consulté le 30 mai 2014)
  69. (en) « Cooperative Individualism - Liberty Schools » [archive du ], sur www.cooperativeindividualism.org (consulté le 9 octobre 2017)
  70. (en) « Location Value Covenants - Systemic Fiscal Reform », sur www.sfrgroup.org (consulté le 9 octobre 2017)
  71. (en) Fred Foldvery, « Geoanarchism A short summary of geoism and its relation to libertarianism. » [archive du ] (consulté le 29 mai 2014)
  72. (en) Frank F. Bille, « The Danish-American Georgist » [archive du ], Henry George News (consulté le 30 mai 2014)
  73. (en) Joseph Dana Miller, Land and Freedom: An International Record of Single Tax Progress, Volume 4, Single Tax Publishing Company, , 9–15 p. (lire en ligne)
  74. (en) Martin Wolf, « Why we must halt the land cycle », Financial Times (consulté le 29 mai 2014)
  75. (en) Charles A. Barker, « The Followers of Henry George » [archive du ], Henry George News (consulté le 13 janvier 2015)
  76. « Internet Archive Wayback Machine » [archive du ], Web.archive.org, (consulté le 26 juillet 2012)
  77. « Why Henry George had a point », sur The Economist (consulté le 29 juin 2017)
  78. (en) Joseph Stiglitz, The Economics of Public Services, London, Macmillan Publishers, , 274–333 p., « The theory of local public goods »
  79. (en) Richard J. Arnott et Joseph E. Stiglitz, « Aggregate Land Rents, Expenditure on Public Goods, and Optimal City Size », Quarterly Journal of Economics, vol. 93, no 4,‎ , p. 471–500 (DOI 10.2307/1884466, JSTOR 1884466)
  80. (en) « Fairhope Single Tax Corporation », sur Fairhope Single Tax Corporation (consulté le 9 octobre 2017)
  81. (en) Stephen Davis, « Joseph Jay Pastoriza and the Single Tax in Houston, 1911Modèle:Endash1917 », Houston Review: history and culture of the Gulf Coast, vol. 8, no 2,‎ (lire en ligne)
  82. (en) Michael Silagi et Susan N Faulkner, « Land Reform in Kiaochow, China: From 1898 to 1914 the Menace of Disastrous Land Speculation was Averted by Taxation », The American Journal of Economics and Sociology, vol. 43, no 2,‎ , p. 167–77 (DOI 10.1111/j.1536-7150.1984.tb02240.x)
  83. (en) M. Mason Gaffney, « Henry George 100 Years Later » [archive du ], Association for Georgist Studies Board (consulté le 12 mai 2008)
  84. The American Journal of Economics and Sociology, vol. 62, 2003, p. 615
  85. (en) « About Us – Henry George School of Social Science », sur hgsss.org, Henry George School of Social Science (consulté le 29 juin 2017)
  86. (en) « About the Lincoln Institute of Land Policy », Lincolninst.edu (consulté le 26 juillet 2012)
  87. (en) « The Henry George Foundation » (consulté le 31 juillet 2009)
  88. The IU, « The IU » (consulté le 31 octobre 2008)
  89. (en) Alfred Marshall, « Three Lectures on Progress and Poverty by Alfred Marshall », The Journal of Law & Economics, vol. 12, no 1,‎ , p. 184–226 (www.jstor.org/stable/724986)
  90. (en) Alfred Marshall, Principles of Economics, Library of Economics and Liberty, .
  91. (en) Robert V. Andelson, « Henry George and The Reconstruction Of Capitalism » (consulté le 14 janvier 2014)
  92. a et b Karl Marx, « Letters: Marx-Engels Correspondence 1881 », sur www.marxists.org (consulté le 9 octobre 2017)
  93. (en) Fred Harrison, « "Gronlund and other Marxists – Part III: nineteenth-century Americas critics", American Journal of Economics and Sociology », sur findarticles.com (consulté le 9 octobre 2017)
  94. (en) « What is Land Economics? », sur Land Economics Foundation (LEF) (consulté le 19 juin 2018)
  95. (en) « General Information », sur LAI (consulté le 19 juin 2018)
  96. (en) Henry George, « A Response to Richard Ely On the Question of Compensation to Owners of Land » [archive du ] (consulté le 29 mai 2014)
  97. (en) John R. Commons, The Distribution of Wealth, (lire en ligne)
  98. (en) John R. Commons, « A Progressive Tax on Bare Land Values. », Political Science Quarterly, vol. 37, no 1,‎ , p. 41–68 (www.jstor.org/stable/2142317)
  99. (en) Mark Blaug, Interview in Andelson, Robert V., Critics of Henry George: An Appraisal of Their Strictures on Progress and Poverty, Blackwell Publishing, (lire en ligne).
  100. a et b (en) Fred E. Foldvery, « Geo-Rent: A Plea to Public Economists », Econ Watch, vol. 2, no 1,‎ , p. 106–32 (lire en ligne)
  101. (en) N. Gregory Mankiw et Mark P. Taylor, « Microeconomics », Cengage Learning EMEA, (consulté le 9 octobre 2017)
  102. (en) Henry George, The Irish Land Question, (lire en ligne)
  103. (en) « Critics of Henry George: An Appraisal of Their Strictures on Progress and Poverty, Vol. 1 », Wiley-Blackwell, (consulté le 9 octobre 2017)
  104. (en) Michael Hudson, A Philosophy for a Fair Society, (ISBN 9780856831591, lire en ligne)
  105. (en) "urban%20economics%20models%20actually%20do%20suggest%20that%20Georgist%20taxation%20would%20be%20the%20right%20approach%20at%20least%20to%20finance%20city%20growth."/ « Urban economics models actually do suggest that Georgist taxation would be the right approach at least to finance city growth. »
  106. (en) Mason Gaffney, « The hidden taxable capacity of land: enough and to spare », International Journal of Social Economics, vol. 36, no 4,‎ , p. 328–411 (DOI 10.1108/03068290910947930, lire en ligne)
  107. (en) Fred Foldvery, « The Ultimate Tax Reform: Public Revenue from Land Rent » (consulté le 27 janvier 2014)
  108. (en) Cord Steven, « How Much Revenue would a Full Land Value Tax Yield? Analysis of Census and Federal Reserve Data. », American Journal of Economics and Sociology, no 44,‎
  109. (en) Cord Steven, Land Rent is 20% of U.S. National Income for 1986 : Incentive Taxation.
  110. (en) Mike Miles, « What Is the Value of all U.S. Real Estate? », Real Estate Review, no 20,‎ .
  111. (en) Nicolaus Tideman et Florenz Plassman, The Losses of Nations : Deadweight Politics versus Public Rent Dividends, London, Othila Press, .
  112. (en) Karl Fitzgerald, « Total Resource Rents of Australia » (consulté le 27 janvier 2014)
  113. (en) Murray Rothbard, Man, Economy, and State: A Treatise on Economic Principles, Van Nostrand,
  114. (en) David J Heinrich, « Murray Rothbard and Henry George », sur www.mises.org (consulté le 28 août 2014)
  115. (en) Robert V. Andelson, « On Separating the Landowner’s Earned and Unearned Increment: A Georgist Rejoinder to F. A. Hayek », American Journal of Economics and Sociology, vol. 59, no 1,‎ , p. 109–17 (DOI 10.1111/1536-7150.00016, lire en ligne) Hayek écrivit « It was a lay enthusiasm for Henry George which led me to economics. »
  116. Brown, H. G. "A Defense of the Single Tax Principle." The Annals of the American Academy of Political and Social Science 183.1 (1936): 63–69. Quote: "The truth is that I recognize the fundamental justice and common sense of the single-tax idea. But that any other tax than a tax on land values is always and everywhere wrong, regardless of public needs or the nature of this other tax, I do not maintain."
  117. Harter, Lafayette G. John R. Commons, His Assault on Laissez-faire. Corvallis: Oregon State UP, 1962. pp. 21, 32, 36, 38.
  118. "Two Centuries of Economic Thought on Taxation of Land Rents." In Richard Lindholm and Arthur Lynn, Jr., (eds.), Land Value Taxation in Thought and Practice. Madison: Univ. of Wisconsin Press, 1982, pp. 151–96.
  119. (en) Stanley Brue et Grant Randy, The Evolution of Economic Thought, Cengage Learning, "After reading Henry George's Progress and Poverty," Commons "became a single-taxer."
  120. (en) Raymond D. Crotty, A Radical's Response, Poolbeg, (ISBN 9780905169989, lire en ligne)
  121. Barry Sheppard, « ‘Progress and Poverty’ – Henry George and Land Reform in modern Ireland », sur The Irish Story (consulté le 29 août 2014)
  122. (en) Herman Daly, « Smart Talk: Herman Daly on what’s beyond GNP Growth », Henry George School of Social Science (consulté le 24 octobre 2015) : « ". . . I am really sort of a Georgist." »
  123. (en) Mason Gaffney, « Stimulus: The False and the True Mason Gaffney » (consulté le 13 août 2015)
  124. Paul Douglas, In the fullness of time; the memoirs of Paul H. Douglas, New York, Harcourt Brace Jovanovich, (ISBN 0151443769)
  125. (en) Ottmar Edenhofer, « Hypergeorgism: When is Rent Taxation as a Remedy for Insufficient Capital Accumulation Socially Optimal? »,  : « "Extending and modifying the tenet of georgism, we propose that this insight be called hypergeorgism." "From a historical perspective, our result may be closer to Henry George’s original thinking than georgism or the neoclassical Henry George Theorems." »
  126. Ottmar Edenhofer, « Financing Public Capital Through Land Rent Taxation: A Macroeconomic Henry George Theorem »
  127. (en) Ottmar Edenhofer, « The Triple Dividend Climate Change Mitigation, Justice and Investing in Capabilities » (consulté le 11 novembre 2013)
  128. (en) « Foldvary policy reforms », sur www.foldvary.net (consulté le 9 octobre 2017)
  129. (en) « Mason Gaffney's Website », sur masongaffney.org (consulté le 9 octobre 2017)
  130. Mason Gaffney, « Henry George 100 Years Later: The Great Reconciler » [archive du ] (consulté le 27 janvier 2014)
  131. (en) Airlie Worrall, The New Crusade: the Origins, Activities and Influence of the Australian Single Tax Leagues, 1889–1895, M.A. thesis, University of Melbourne, .
  132. Turgeon, Lynn. Bastard Keynesianism : the evolution of economic thinking and policymaking since World War II. Westport, Conn: Praeger, 1997
  133. Gaffney, Mason. "Warm Memories of Bill Vickrey". Land & Liberty. http://www.cooperative-individualism.org/gaffney-mason_warm-memories-of-bill-vickrey-1997.htm
  134. Gaffney, Mason, and Fred Harrison. The corruption of economics. London: Shepheard-Walwyn in association with Centre for Incentive Taxation, 2006
  135. Hotelling, Harold. “The General Welfare in Relation to Problems of Taxation and of Railway and Utility Rates.” Econometrica, vol. 6, no. 3, 1938, pp. 242–69. www.jstor.org/stable/1907054.
  136. Andelson Robert V. (2000). Land-Value Taxation Around the World: Studies in Economic Reform and Social Justice Malden. MA:Blackwell Publishers, Inc. p. 359.
  137. Ruth Eckdish Knack, « Pay As You Park: UCLA professor Donald Shoup inspires a passion for parking. », Planning Magazine,‎ (lire en ligne)
  138. Shoup, Donald C. "The Ideal Source of Local Public Revenue." Regional Science and Urban Economics 34.6 (2004): 753-84.
  139. Emily Washington, « The High Cost of Free Parking Chapters 19–22 », sur marketurbanism.com, Market Urbanism (consulté le 17 septembre 2014)
  140. Quotes from Nobel Prize Winners Herbert Simon stated in 1978: "Assuming that a tax increase is necessary, it is clearly preferable to impose the additional cost on land by increasing the land tax, rather than to increase the wage tax – the two alternatives open to the City (of Pittsburgh). It is the use and occupancy of property that creates the need for the municipal services that appear as the largest item in the budget – fire and police protection, waste removal, and public works. The average increase in tax bills of city residents will be about twice as great with wage tax increase than with a land tax increase."
  141. Herbert Simon. (2014). The Famous People website. Retrieved 12:59, Oct 30, 2014, from http://www.thefamouspeople.com/profiles/herbert-simon-293.php.
  142. Joseph Stiglitz, « Working Paper No. 6: Principles and Guidelines for Deficit Reduction » [archive du ], sur Next New Deal The Blog of the Roosevelt Institute, The Roosevelt Institute, (consulté le 22 février 2017) : « One of the general principles of taxation is that one should tax factors that are inelastic in supply, since there are no adverse supply side effects. Land does not disappear when it is taxed. Henry George, a great progressive of the late nineteenth century, argued, partly on this basis, for a land tax. », p. 5
  143. Nicolaus Tideman, « Global Economic Justice » [archive du ], Schalkenbach Foundation (consulté le 8 octobre 2013)
  144. « Bill Vickrey: "This paper would benefit from an application of Henry George's idea of taxing land values!" », sur www.wealthandwant.com (consulté le 9 octobre 2017)
  145. Dick Netzer, « Remembering William Vickrey », Land Lines, vol. 8, no 6,‎ (lire en ligne)
  146. Vickrey, William. "The Corporate Income Tax in the U.S. Tax System, 73 TAX NOTES 597, 603 (1996). Citation : « Removing almost all business taxes, including property taxes on improvements, excepting only taxes reflecting the marginal social cost of public services rendered to specific activities, and replacing them with taxes on site values, would substantially improve the economic efficiency of the jurisdiction. »
  147. Renato Cirillo, « Léon Walras and Social Justice », The American Journal of Economics and Sociology, vol. 43, no 1,‎ , p. 53–60 (DOI 10.1111/j.1536-7150.1984.tb02222.x, JSTOR 3486394)
  148. Barker, Charles A., 1955. Henry George. New York: Oxford University Press
  149. Richard Boast, Buying the land, selling the land : governments and Maori land in the North Island 1865–1921, Wellington N.Z, Victoria University Press, Victoria University of Wellington, (ISBN 9780864735614)
  150. Daunton, M. J. State and market in Victorian Britain : war, welfare and capitalism. Woodbridge, UK Rochester, NY: Boydell Press, 2008. Citation : « In the election of 1890 he campaigned for radical land reform, arguing for a tax on the 'unearned increment', and advocated the programme of Henry George as a means of 'bursting up the great estates'. »
  151. Andrew MacLaren, « The People's Rights: Opportunity Lost? », Finest Hour, vol. 112,‎ (lire en ligne)
  152. Ianthe Jeanne Dugan, « It's a Lonely Quest for Land-Tax Fans, But, by George, They Press On », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  153. Stevens, Elizabeth Lesly. "A Tax Policy With San Francisco Roots". July 30, 2011 https://www.nytimes.com/2011/07/31/us/31bcstevens.html?_r=0 Citation : « But Mr. Brown was certainly in good company as a Georgist. Devotees over the years have included Leo Tolstoy, Winston Churchill, Sun Yat-Sen, and the inventor of the board game that would become Monopoly. »
  154. Murdoch, Walter. Alfred Deakin: a sketch. Melbourne, Vic: Bookman, 1999. [1923]
  155. Peter Bastian, Andrew Fisher: An Underestimated Man, Sydney, N.S.W, UNSW Press, , 28–30 p. (ISBN 1742230040)
  156. [George, Henry, Jr. The Life of Henry George. New York: Doubleday & McClure, 1900.]
  157. Rutherford B. Hayes, « Henry George » [archive du ] (consulté le 26 novembre 2013)
  158. "Hughes, William Morris (Billy) (1862–1952)". Australian Dictionary of Biography: Online Edition.
  159. Robert Stout, New Zealand Herald, « ADDRESS BY THE HON. R. STOUT. », PAPERPAST, no Volume XXII, Issue 7302,‎ (lire en ligne)
  160. Paul B. Trescott, Jingji Xue: The History of the Introduction of Western Economic Ideas Into China, 1850–1950, Chinese University Press, , 46–48 p. (ISBN 9789629962425, lire en ligne) :

    « The foregoing help to demonstrate why Sun Yat-sen would have regarded Henry George as a very credible guide, and why in 1912 Sun could tell an interviewer, 'The teachings of your single-taxer, Henry George, will be the basis of our program of reform.' »

  161. Louis Freeland Post, « Sun Yat Sen's Economic Program for China », The Public, vol. 15,‎ , p. 349 (lire en ligne) :

    « "land tax as the only means of supporting the government is an infinitely just, reasonable, and equitably distributed tax, and on it we will found our new system" »

  162. John Altgeld, Live Questions, Geo. S Bowen & Son, , 776–81 p. (lire en ligne[archive du ])
  163. Chicago Single Tax Club collection, Special Collections and University Archives, University of Illinois at Chicago http://findingaids.library.uic.edu/ead/rjd1/ChiSingleTaxf.html
  164. a, b et c Mason Gaffney, « Henry George 100 Years Later: The Great Reconciler », Robert Schalkenbach Foundation (consulté le 3 septembre 2014)
  165. Kenneth Finegold, Experts and politicians: reform challenges to machine politics in New York, Cleveland, and Chicago, Princeton, N.J, Princeton University Press, (ISBN 0691037345)
  166. Elizabeth Lesly Stevens, « The Power Broker », Washington Monthly,‎ july–august 2012 (lire en ligne)
  167. Clyde Cameron, « REVENUE THAT IS NOT A TAX » (consulté le 18 février 2015)
  168. « Single Tax Loses, But Mayor Favoring This Reform Is Chosen By a Small Vote Margin », The Milwaukee Journal,‎ (lire en ligne)
  169. Arnesen, Eric. Encyclopedia of U.S. Labor and Working-class History. New York: Routledge, 2007
  170. Johnston, Robert D. The Radical Middle Class: Populist Democracy and the Question of Capitalism in Progressive Era Portland, Oregon. Princeton, N.J: Princeton University Press, 2003
  171. Gaynor, William Jay. Some of Mayor Gaynor's Letters and Speeches. New York: Greaves Pub., 1913. 214–21. https://books.google.com/books?id=-7kMAAAAYAAJ&pg=PA219#v=onepage&q&f=false
  172. San Francisco Call, « Socialism in England: James Keir Hardie Declares That It Is Capturing That Country. », California Digital Newspaper Collection,‎ (lire en ligne) Hardie states, « I was a very enthusiastic single-taxer for a number of years. »
  173. Howe, Frederic C. The Confessions of a Reformer. Kent, OH: Kent State UP, 1988.
  174. Arcas Cubero, Fernando: El movimiento georgista y los orígenes del Andalucismo : análisis del periódico "El impuesto único" (1911–1923). Málaga : Editorial Confederación Española de Cajas de Ahorros, 1980. (ISBN 84-500-3784-0)
  175. "Single Taxers Dine Johnson". New York Times May 31, 1910.
  176. "Henry George". Ohio History Central: An Online History of Ohio History.
  177. « Frank de Jong: Economic Rent Best Way to Finance Government » (consulté le 9 novembre 2013)
  178. Mason Gaffney, « What’s the matter with Michigan? Rise and collapse of an economic wonder » (consulté le 28 avril 2014)
  179. Polly Cleveland, « The Way Forward for Detroit? Land Taxes » [archive du ], Washington Spectator (consulté le 28 avril 2014)
  180. Mason Gaffney, « New Life in Old Cities », UC Riverside (consulté le 28 avril 2014)
  181. Phillip Bryson, The economics of Henry George : history's rehabilitation of America's greatest early economist, New York, Palgrave Macmillan, , p. 145
  182. Robert Moore, Pit-men, preachers & politics the effects of Methodism in a Durham mining community, Cambridge, Cambridge University Press, , p. 61
  183. Stephen E. Barton, « Berkeley Mayor J. Stitt Wilson: Christian Socialist, Georgist, Feminist », American Journal of Economics and Sociology, vol. 75, no 1,‎ , p. 193–216 (ISSN 0002-9246, DOI 10.1111/ajes.12132)
  184. "Some Suggestions for Reform of Taxation", Proceedings, 14th Annual Convention, League of California Municipalities, Santa Barbara, California, October 25, 1911, pp. 152–71. J. Stitt Wilson, "Report from California", The Single Tax Review, V.17, No.1, January–February 1917, pp. 50–52
  185. Carolyn C. Jones, « Taxing Women: Thoughts on a Gendered Economy: Symposium: A Historical Outlook: Taxes and Peace" A Case Study of Taxing Women », Southern California Review of Law and Women's Studies Southern California Review of Law and Women's Studies,‎ (lire en ligne)
  186. a et b Murray Rothbard, Left and Right: A Journal of Libertarian Thought (Complete, 1965–1968), Ludwig von Mises Institute, (ISBN 9781610160407, lire en ligne), p. 263
  187. Chris Oestereich. "With Liberty and Dividends for All: An Interview with Peter Barnes"; https://medium.com/@costrike/with-liberty-and-dividends-for-all-an-interview-with-peter-barnes-2d3cbd95028c
  188. Beth Shalom Hessel. "Field, Sara Bard"; http://www.anb.org/articles/15/15-00220.html; American National Biography Online April 2014. Access Date: Mar 22 2015
  189. Lane, Fintan. The Origins of Modern Irish Socialism, 1881–1896.Cork University Press, 1997 (pp. 79, 81).
  190. Joseph Dana Miller, « Mr. Samuel Gompers Replies to Our Criticism », The Single Tax Review, vol. 21–22,‎ , p. 42 (lire en ligne)
  191. Samuel Gompers, The Samuel Gompers Papers: The making of a union leader, 1850–86, Volume 1, University of Illinois Press, , 431–32 p. (ISBN 9780252011375, lire en ligne)
  192. Leubuscher, F. C. (1939). Bolton Hall « https://web.archive.org/web/20101214070335/http://www.cooperativeindividualism.org/leubuscher-frederic_bolton-hall.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . The Freeman. January issue.
  193. Joseph Dana Miller, The Single Tax Review, Volumes 21–22, (lire en ligne), p. 178
  194. Land and Freedom, Volumes 22–23, (lire en ligne), p. 179
  195. « The Land Question Quotations from Historical and Contemporary Sources » [archive du ] (consulté le 5 décembre 2014) Holmes said, "The passing years have only added to my conviction that Henry George is one of the greatest of all modern statesmen and prophets."
  196. Charles R. Eckert, « Henry George, Sound Economics and the "New Deal" » [archive du ] (consulté le 5 décembre 2014)
  197. Thompson, Noel. Political economy and the Labour Party: The economics of démocratic socialism (1884–2005). Routlegde Ed., 2006, pp. 54–55.
  198. Robert Haggard, The persistence of Victorian liberalism : the politics of social reform in Britain, 1870–1900, Westport, Conn, Greenwood Press, (ISBN 0313313059, lire en ligne)
  199. Orr, B. S. (2006–2007). Mary Elizabeth Lease: Gendered discourse and Populist Party politics in Gilded Age America. Kansas History: A Journal of the Central Plains, 29, 246–265.
  200. Caves, Roger W. Encyclopedia of the City. Abingdon, Oxon, OX: Routledge, 2005.
  201. Marsh, Benjamin Clarke. Lobbyist for the People; a Record of Fifty Years. Washington: Public Affairs, 1953.
  202. « Single-Taxers again laud Henry George », Daily Standard Union, Brooklyn, NY,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  203. * « British MP guest at George dinner », Daily Standard Union, Brooklyn, NY,‎ , p. 9 (lire en ligne)
    • « Community Club », Silver Creek News, Silver Creek, NY,‎ , p. 1 (lire en ligne)
    • « James F. Morton at Eagle Temple », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 10 (lire en ligne)
    • « Meetings this evening; Labor Forum », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 12 (lire en ligne)
    • « F. P. Morgan(sic) gives instructive talk on the single tax », The Saratogian, Saratoga Springs, NY,‎ , p. 9 (lire en ligne)
    • James F., Jr. Morton, « Report of James F. Morton, Jr.'s Lecture Work », The Single Tax Review, vol. 18, no 4,‎ july–august 1918, p. 116 (lire en ligne)
    • « Single taxer to speak », Buffalo Courier, Buffalo, NY,‎ , p. 9 (lire en ligne)
    • « Plans single tax talk », Buffalo Courier, Buffalo, NY,‎ , p. 10 (lire en ligne)
    • « Single tax advocate lectures in church », Buffalo Courier, Buffalo, NY,‎ , p. 6 (lire en ligne)
    • « Meetings this evening; Meeting of the Men's club », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 14 (lire en ligne)
    • « Philosophy of the Single Tax », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 7 (lire en ligne)
    • « Season's close at Chautauqua; The Single Tax », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 9 (lire en ligne)
    • « Exclusive tax on land values », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 3 (lire en ligne)
    • « Saturday Night Club », Jamestown Evening Journal, Jamestown, NY,‎ , p. 9 (lire en ligne)
    • « Lewiston », Buffalo Evening News, Buffalo, NY,‎ , p. 10 (lire en ligne)
    • « Greenfield Center », The Saratogian, Saratoga Springs, NY,‎ , p. 7 (lire en ligne)
    • « Church Services Tomorrow; First Congregational Church », Daily Argus, Mount Vernon, NY,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  204. Jorgensen, Emil Oliver. The next Step toward Real Democracy: One Hundred Reasons Why America Should Abolish, as Speedily as Possible, All Taxation upon the Fruits of Industry, and Raise the Public Revenue by a Single Tax on Land Values Only. Chicago, IL: Chicago Singletax Club, 1920.
  205. a et b Gorgas, William Crawford, and Lewis Jerome Johnson. Two Papers on Public Sanitation and the Single Tax. New York: Single Tax Information Bureau, 1914. https://books.google.com/books?id=v3NHAAAAYAAJ
  206. a et b Ware, Louise. George Foster Peabody, Banker, Philanthropist, Publicist. Athens: U of Georgia, 1951. http://dlg.galileo.usg.edu/ugapressbks/pdfs/ugp9780820334561.pdf
  207. Arthur Nichols Young, Single tax Movement in the United States, S.l, Hardpress Ltd,
  208. John Thompson, Reformers and war : American progressive publicists and the First World War, Cambridge Cambridgeshire New York, Cambridge University Press,
  209. Terence Vincent Powderly, Thirty Years of Labor. 1859–1889, Excelsior publishing house h, (lire en ligne) "It would be far easier to levy a "single tax," basing it upon land values." "It is because […] a single land tax would prove to be the very essence of equity, that l advocate it.
  210. Herbert Mitgang, The Man Who Rode the Tiger: The Life and Times of Judge Samuel Seabury, Fordham Univ Press, (ISBN 9780823217229, lire en ligne)
  211. Susan Magarey, Unbridling the tongues of women : a biography of Catherine Helen Spence, Sydney, NSW, Hale & Iremonger, (ISBN 0868061492)
  212. Kenneth Wenzer, An Anthology of Henry George's Thought (Volume 1), University Rochester Press, , 87, 243 p. (ISBN 9781878822819, lire en ligne)
  213. « Oregon Biographies: William S. U'Ren » [archive du ], Oregon History Project, Portland, Oregon: Oregon Historical Society, (consulté le 29 décembre 2006)
  214. Dominic Candeloro, « The Single Tax Movement and Progressivism, 1880–1920 », American Journal of Economics and Sociology, vol. 38, no 2,‎ , p. 113–27 (DOI 10.1111/j.1536-7150.1979.tb02869.x, lire en ligne[archive du ])
  215. « The Inquisitive Voter », The Great Adventure, vol. 4, no 35,‎  :

    « The proposition of Henry George will do more to lift humanity from the slough of poverty, crime, and misery than all else. »

  216. Charles Eisenstein, « Post-Capitalism » [archive du ] (consulté le 5 octobre 2014)
  217. a, b et c « The Funeral Procession », New York Times,‎ (lire en ligne)
  218. Keith Newlin, Hamlin Garland a life, Lincoln, University of Nebraska Press, , 102–27 p. (ISBN 0803233477)
  219. https://www.youtube.com/watch?v=vviBboUXhuA Fred Harrison speaks at ALTER Spring Conference 2014
  220. Pat Aller, « The Georgist Philosophy in Culture and History » (consulté le 2 octobre 2014)
  221. Max Steuer, « REVIEW ARTICLE A hundred years of town planning and the influence of Ebenezer Howard », The British Journal of Sociology, vol. 51, no 2,‎ , p. 377–86 (PMID 10905006, DOI 10.1111/j.1468-4446.2000.00377.x, lire en ligne)
  222. Standish Meacham, Regaining Paradise: Englishness and the Early Garden City Movement, Yale University Press, , 50–53 p. (ISBN 0300075723, lire en ligne)
  223. Charles Benjamin Purdom, The Letchworth Achievement, (lire en ligne), p. 1
  224. Elbert Hubard, Little Journeys to the Homes of Great Reformers, East Aurora, New York, The Roycrofters, (lire en ligne)
  225. Harrison, F. (May–June 1989). "Aldous Huxley on 'the Land Question' « https://web.archive.org/web/20141213223137/http://www.cooperativeindividualism.org/harrison-fred_aldous-huxley-on-the-land-question-1989.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ". Land & Liberty. "Huxley redeems himself when he concedes that, if he were to rewrite the book, he would offer a third option, one which he characterised as 'the possibility of sanity.' In a few bold strokes he outlines the elements of this model: 'In this community economics would be decentralist and Henry Georgian, politics Kropotkinesque and co-operative.'"
  226. James Howard Kunstler, Home from Nowhere: Remaking Our Everyday World For the 21st Century, Simon and Schuster, (ISBN 9780684837376, lire en ligne), « Chapter 7 »
  227. Elisabeth Mace, « The economic thinking of Jose Marti: Legacy foundation for the integration of America » [archive du ] (consulté le 5 août 2015)
  228. Michael Hudson, « Speech to the Communist Party of Cuba » (consulté le 5 août 2015)
  229. Lora, Ronald; Longton, William Henry, eds. (1999). The Conservative Press in Twentieth-century America. Greenwood Publishing, Inc. p. 310. "Thus, the Freeman was to speak for the great tradition of classical liberalism, which [Albert Jay Nock and Francis Nielson] were afraid was being lost, and for the economics of Henry George, which both men shared."
  230. Kathleen Norris, « The Errors of Marxism » [archive du ] (consulté le 21 novembre 2013)
  231. Upton Sinclair, « The Consequences of Land Speculation are Tenantry and Debt on the Farms, and Slums and Luxury in the Cities » (consulté le 3 novembre 2014)Sinclair was an active georgist but eventually gave up on explicitly advocating the reform because, "Our opponents, the great rich bankers and land speculators of California, persuaded the poor man that we were going to put all taxes on this poor man's lot."
  232. Mason Gaffney, « Excerpts from The Corruption of Economics » (consulté le 3 novembre 2014)
  233. A Great Iniquity.. Leo Tolstoy once said of George, "People do not argue with the teaching of George, they simply do not know it".
  234. Victor Lebrun, « Leo Tolstoy and Henry George » [archive du ] (consulté le 9 septembre 2014)
  235. Kevin Starr, The dream endures : California enters the 1940s, New York, Oxford University Press, (ISBN 0195157974) Wood had "strong leanings toward the single-tax theory of Henry George".
  236. Tim Barnes, « C.E.S. Wood (1852–1944) », The Oregon Encyclipedia (consulté le 14 décembre 2014)
  237. William F. Jr Buckley, « FIRING LINE: Has New York Let Us Down? », PBS, Robert Schalkenbach Foundation (consulté le 6 novembre 2014) Buckley says, "The location problem is, of course, easily solved by any Georgist, and I am one."
  238. Jeffrey Perry, Hubert Harrison the voice of Harlem radicalism, 1883–1918, New York, Columbia University Press, (ISBN 023113911X)
  239. a et b Dusty Sklar, « Henry George and Zionism » (consulté le 28 octobre 2014)
  240. Michael Kinsley, BloombergView, « Inequality: It’s Even Worse Than We Thought », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  241. Michael Kinsley, « The Capital-Gains Tax: A Tragedy in Two Acts », Bloomberg,‎ (lire en ligne)Kinsley reiterates that George is his favorite economist and that land taxes are the best source of revenue.
  242. « The Land Question Quotations from Historical and Contemporary Sources » [archive du ] (consulté le 31 octobre 2014)In The New Republic (February 12, 1992) Kinsley advocates removing all taxes and collecting land rent instead.
  243. John Chamberlain, Farewell To Reform, Quadrangle Books, , 47–48 p.
  244. David Bernstein, « Lochner's Feminist Legacy », Michigan Law Review, vol. 101, no 6,‎ (lire en ligne)
  245. Dylan Matthews, Wonkblog, « Five conservative reforms millennials should be fighting for », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  246. Dylan Matthews (@dylanmatt), « @Bencjacobs @mattyglesias I think we've both been Georgists for a while now, though @AshokRao95 led me to revisit this stuff », sur Twitter, Dylan Matthews's verified account states, "I think we've both been Georgists for a while now."
  247. R Lawson, A commonwealth of hope : the New Deal response to crisis, Baltimore, Johns Hopkins University Press, (ISBN 0801884063)
  248. George Mowry, The era of Theodore Roosevelt and the birth of modern America, 1900–1912, New York, Harper & Row, (ISBN 978-0061330223) :

    « "I conceded the voice of ultimate wisdom and saw in Henry George the apostle of a new gospel." »

  249. Riis, Jacob A. "The Unemployed: a Problem". (In Peters, John P., Labor and Capital, a chapter on "Socialism and the Single Tax", pp. 425-431. New York, 1902. 12°. Questions of the day, no. 98.)
  250. Edwin Burrows, Gotham : a history of New York City to 1898, New York, Oxford University Press, (ISBN 0195140494), p. 1183
  251. (en) Reihan Salam, « On Property Taxes », National Review,‎ (lire en ligne)
  252. Horace Traubel, « Progress and Poverty », The Conservator, vol. 7-9,‎ , p. 252–53 (lire en ligne)
  253. Martin Wolf, « Why we must halt the land cycle », The Financial Times, (consulté le 2 octobre 2013)
  254. Merryn Somerset Webb, « How a levy based on location values could be the perfect tax », The Financial Times, (consulté le 2 octobre 2013)
  255. ©ommons $ense 🔰 (@iddqkfa), « Closet georgist, @MerrynSW, on an entertaining BBC program "Simon Evans Goes to Market", about investing in land #LVT », sur Twitter,‎
  256. Charles Joseph Smith, « Forty Years of the Struggle for Freedom », Land and Freedom, vol. XLI, no 1,‎ january–february 1941 (lire en ligne)
  257. Louis Filler, The muckrakers, Stanford, Calif, Stanford University Press,
  258. Miller, Joseph Dana (ed.), 1917. Single Tax Year Book. NY: Single Tax Review Publishing Company
  259. Tim Worstall, « What Michael Kinsley Gets Wrong About Taxation », Forbes,‎ (lire en ligne)
  260. Yglesias Matthew, « My Five-Point Plan for Fixing Everything » (consulté le 7 novembre 2013)
  261. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 23 août 2014) "WSJ story on Georgism fails to note that it’s clearly correct"
  262. Wineapple, Brenda. Sister Brother: Gertrude and Leo Stein. Lincoln: U of Nebraska, 2008.
  263. a et b Mills, Allen. "Single Tax, Socialism and the Independent Labour Party of Manitoba: The Political Ideas of F.J. Dixon and S.J. Farmer." Labour / Le Travail 5 (1980): 33–56. JSTOR. Weborn 04 Dec. 2014. <https://www.jstor.org/stable/10.2307/25139947?ref=no-x-route:ace15c2e1d6b230b7bafc46e82f39f89>
  264. Carl Smith, Urban Disorder and the Shape of Belief: The Great Chicago Fire, the Haymarket Bomb, and the Model Town of Pullman, Second Edition, University of Chicago Press, (ISBN 9780226764252, lire en ligne), p. 359
  265. Muse return with new album The Resistance "Sure, he has already launched into a passionate soliloquy about Geoism (the land-tax movement inspired by the 19th-century political economist Henry George)".
  266. John Caldwell, American paintings in the Metropolitan Museum of Art, New York, The Museum in association with Princeton University Press, (ISBN 0691037957)
  267. Co-founder of the Henry George Club, Australia.
  268. Karl Williams, « Walter Burley Griffin » (consulté le 1er octobre 2013)
  269. « Henry George, our hero in the battle for the right (Songs of the Hutchinsons) » (consulté le 17 novembre 2013)
  270. « George Inness (1825–1894) », The Metropolitan Museum of Art (consulté le 27 août 2014)
  271. Esther Schor, Emma Lazarus, Random House, (ISBN 9780805242751, lire en ligne) Author of "The New Colossus", on the Statue of Liberty, and the poem "Progress and Poverty", named after George's book, of which she said, “The life and thought of no one capable of understanding it can be quite the same after reading it.”
  272. Joyce Peseroff, « Emma Lazarus », Tikkun, vol. 22, no 2,‎ march–april 2007 (lire en ligne) Lazarus "supported Henry George's single tax".
  273. Jack Schwartzman, « A Remembrance of Anna George de Mille and Agnes de Mille » [archive du ] (consulté le 17 novembre 2013)
  274. Scott Eyman, Empire of Dreams: The Epic Life of Cecil B. DeMille, Simon and Schuster, , 29, 47 p. (ISBN 9781439180419, lire en ligne)
  275. Carol Easton, No Intermissions The Life of Agnes de Mille, Da Capo Press, (lire en ligne)
  276. Simon Louvish, Cecil B. DeMille: A Life in Art, Macmillan, , 40, 249 p. (ISBN 9780312377335, lire en ligne)
  277. Scott Eyman, Empire of Dreams: The Epic Life of Cecil B. DeMille, Simon and Schuster, (ISBN 9781439180419, lire en ligne), p. 314
  278. "Henry George, The Scholar" « https://web.archive.org/web/20131004215751/http://www.cooperativeindividualism.org/neilson-francis_henry-george-the-scholar-1940.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), – A Commencement Address Delivered by Francis Neilson at the Henry George School of Social Science, June 3, 1940.
  279. Francis Neilson, « Albert Jay Nock on Henry George – Truth Sets Men Free », The Freeman,‎ (lire en ligne[archive du ])
  280. « Happy Birthday, Eddie Palmieri! Alt.Latino Helps El Maestro Blow Out 81 Candles », WMOT (consulté le 12 janvier 2018)
  281. McQueen, Humphrey. A New Britannia. St. Lucia, Qld.: U of Queensland, 2004.
  282. Benjamin Fay Mills, « Louis Prang, Popularizer of Art », Vocations, Vocational guidance, Hall & Locke Company, vol. 10,‎ , p. 254 (lire en ligne)
  283. Mark Taylor, Arden, Arcadia Publishing, (ISBN 9780738585598, lire en ligne), p. 8
  284. Shields, Jerry, « Forgotten Writings of Arden's Frank Stephens », Collecting Delaware Books
  285. « Frank Lloyd Wright on Henry George's Remedy », Wealthandwant.com (consulté le 26 juillet 2012)
  286. Carlson, Allan. The New Agrarian Mind: The Movement Toward Decentralist Thought in Twentieth-Century America Transaction Publishers, 2004 (p. 51).
  287. Silagi, M., & Faulkner, S. (1993). Henry George and Europe: Early Efforts to Organize Germany's Land Reformers Failed, but the Pioneers Won a National Demonstration. The American Journal of Economics and Sociology, 52(1), 119–27. Retrieved from https://www.jstor.org/stable/3487644 Quote: "The meeting was chaired by the materialist philosopher Ludwig Biichner. He was an admirer of Henry George and had been won over to the [land reform] movement by Fliirscheim."
  288. Harold S. Buttenheim, « The Relation of Housing to Taxation », Law and Contemporary Problems, vol. 1, No. 2, no Low-Cost Housing and Slum Clearance: A Symposium,‎ , p. 198–205 (DOI 10.2307/1189565, JSTOR 1189565)
  289. Nicholas Butler, « Progress and Poverty » [archive du ], Commencement Speech, Columbia University (1931) (consulté le 23 octobre 2013)
  290. « Frank Chodorov » (consulté le 30 novembre 2013)
  291. « Frank Chodorov » (consulté le 30 novembre 2013)
  292. Herman Daly, For the Common Good: Redirecting the Economy Toward Community, the Environment, and a Sustainable Future, Beacon Press, , 258–59, 328–29 p. (ISBN 9780807047057, lire en ligne)
  293. « John Dewey: An Appreciation of Henry George », sur www.wealthandwant.com (consulté le 9 octobre 2017)
  294. Onken, Werner. "The Political Economy of Silvio Gesell: A Century of Activism." American Journal of Economics and Sociology 59.4 (2000): 609–22. Weborn 16 Aug. 2014.
  295. « The Life of Leon MacLaren » [archive du ] (consulté le 25 janvier 2014)
  296. « The School of Economic Science » [archive du ] (consulté le 25 janvier 2014)
  297. Philippe Van Parijs, Introduction to Arguing for Basic Income, London, Verso, , 3–43 p. (lire en ligne)
  298. James P. Sterba, From Rationality to Equality, Oxford University Press, (ISBN 9780199580767, lire en ligne), p. 193
  299. Bertrand Russell, The Basic Writings of Bertrand Russell, 1903–1959, Psychology Press, (ISBN 9780415083010, lire en ligne), p. 492
  300. Bertrand Russell, Freedom versus Organization, W. W. Norton & Company, (lire en ligne)
  301. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 19 avril 2013) Letter addressed to a Mr. Krumreig
  302. Vallentyne, Peter. Left-libertarianism: A Primer. In Vallentyne, Peter; Steiner, Hillel (2000). "Left-libertarianism and Its Critics: The Contemporary Debate". Houndmills, Basingstoke, Hampshire: Palgrave Publishers Ltd. "Georgist libertarians—such as eponymous George (1879, 1892), Steiner (1977, 1980, 1981, 1992, 1994), and Tideman (1991, 1997, 1998)—hold that agents may appropriate unappropriated natural resources as long as they pay for the competitive value of the rights they claim."
  303. Roger Babson, « Roger Babson Sees Many Changes To Come After the War Has Ended », The Evening Independent,‎ (lire en ligne)
  304. Louis Brandeis, Letters of Louis D. Brandeis: Vol. 1, (ISBN 9781438422565, lire en ligne), p. 82
  305. « 101+ Famous Thinkers on Owning Earth » (consulté le 22 octobre 2013) Brandeis said, "I find it very difficult to disagree with the principles of Henry George... I believe in the taxation of land values only."
  306. How to Abolish Unfair Taxation: An Address Before a Los Angeles Audience, Delivered March 1913 https://books.google.com/books/about/How_to_Abolish_Unfair_Taxation.html?id=rlOFHAAACAAJ
  307. Clarence Darrow, « The Land Belongs To The People » [archive du ], sur www.umn.edu, Everyman (consulté le 3 août 2014)
  308. (en) « Land-Value Taxation: The Equitable Source of Public Finance » (consulté le 17 juin 2018).
  309. Two lettrs written in 1934 to Henry George's daughter, Anna George De Mille « https://web.archive.org/web/20110412105846/http://www.cooperativeindividualism.org/einstein-albert_letters-to-anna-george-demille-1934.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . In one letter Einstein writes, "The spreading of these works is a really deserving cause, for our generation especially has many and important things to learn from Henry George."
  310. Daniel Elazar, The Wisconsin Jewish Chronicle, « Earth Is the Lord's », Newspapers.com,‎ (lire en ligne)
  311. Donald Wilhelm, « Henry Ford Talks About War and Your Future », Liberty Magazine,‎ (lire en ligne) Henry Ford says, "[...] every American family can have a piece of land. We ought to tax all idle land the way Henry George said — tax it heavily, so that its owners would have to make it productive"
  312. Spencer H. MacCallum, « The Alternative Georgist Tradition », Fragments, vol. 35,‎ summer–fall 1997 (lire en ligne[archive du ])
  313. Fred E. Foldvary, « Heath: Estranged Georgist », American Journal of Economics and Sociology, vol. 63, no 2,‎ , p. 411–31 (DOI 10.1111/j.0002-9246.2004.00295.x, lire en ligne)
  314. Justice for Mumia Abu-Jamal « https://web.archive.org/web/20070806130249/http://www.henrygeorge.org/mumia.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  315. Margrit Kennedy, « Money & The Land Grab », YouTube, Share the Rents (consulté le 12 décembre 2013)
  316. John Lincoln, « Fighting For Fundamentals » [archive du ] (consulté le 5 décembre 2013)
  317. Magie invented The Landlord's Game, predecessor to Monopoly
  318. Edward J. Dodson, « How Henry George's Principles Were Corrupted Into the Game Called Monopoly » (consulté le 1er octobre 2013)
  319. Mason Gaffney, « Henry George Dr. Edward McGlynn & Pope Leo XIII » (consulté le 25 janvier 2014)
  320. « Offers $250,000 For a Single Tax Campaign: Joseph Fels Pledges That Sum for Five Years Here and in England. IF THERE IS AN EQUAL FUND Commission of Single Taxers Formed to Raise the Fund – Roosevelt, Taft, and Hughes Said to be Friendly. », New York Times,‎ (lire en ligne)
  321. Louis F. Post, The Prophet of San Francisco: Personal Memories & Interpretations of Henry George, The Minerva Group, (ISBN 9780898758337, lire en ligne)
  322. Thomas B. Buell, The Quiet Warrior, Boston, Little, Brown, (ISBN 9780870215629, lire en ligne)
  323. « American Single Taxers Invade Tiny Andorra; Fiske Warren Carries Their Gospel to the Republic Hidden for Twelve Centuries in the Pyrenees Between France and Spain », New York Times,‎ (lire en ligne)
  324. Upton Sinclair, « The Consequences of Land Speculation are Tenantry and Debt on the Farms, and Slums and Luxury in the Cities » (consulté le 29 juillet 2014)
  325. Buder Stanley, Visionaries and Planners: The Garden City Movement and the Modern Community, Oxford University Press, (ISBN 9780195362886, lire en ligne) Wallace described Progress and Poverty as “Undoubtedly the most remarkable and important book of the present century.”
  326. Arthur Dudden, Joseph Fels and the single tax movement, Temple University Press,