Herman Daly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daly.
Herman Daly
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (81 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Distinctions
Liste détaillée

Herman Daly, né le à Houston au Texas, est un économiste américain et professeur honoraire de l'université du Maryland.

Biographie[modifier | modifier le code]

Herman Daly grandit à Houston. Ses parents gèrent une quincaillerie. A l'âge de huit ans il est atteint de la poliomyélite et est amputé du bras gauche. Il commence ses études à l'université Rice, mais c'est véritablement son passage à l'université Vanderbilt où il suit les cours de l'économiste Nicholas Georgescu-Roegen qui marque sa formation intellectuelle et son approche critique de la croissance économique[1].

Herman Edward Daly commence sa carrière universitaire au Brésil, d'où sa femme est originaire, en donnant des cours à l'université fédérale du Ceará grâce à un programme de la Fondation Ford[1]. Jusqu'en 1988, il était professeur à l'Université de Louisiane à Baton Rouge. De 1988 à 1994 il travaille en tant qu'économiste pour la Banque mondiale. Il termine sa carrière universitaire à la School of Public Policy de l'université du Maryland[2].

Herman Daly s'est intéressé au concept de décroissance[3] et a œuvré en faveur de la diffusion d'un modèle économique « reliant l'approche bioéconomique de Georgescu-Roegen avec l'essor récent de la conscience et de la science du « système Terre »[4]. Ses recherches s'inscrivent dans une perspective bioéconomique[5]. Il plaide également en faveur de l'état stationnaire comme alternative à la croissance économique et affirme qu'il ne faut pas confondre croissance et développement et qu'il ne peut plus y exister de croissance durable[6].

Il est à l'origine d'un indicateur économique, le « Genuine progress indicator » (indicateur de progrès véritable), qui corrige ainsi le PIB des pertes dues à la pollution et à la dégradation de l’environnement[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Right Livelihood Award (prix d'honneur)
  • 1999 : prix Sophie

Publications[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • « On economics as life science », 1968.
  • Steady-State Economics, 1977.
  • For the Common Good, avec John B. Cobb, 1989.
  • Valuing the Earth, 1993.
  • Beyond Growth, 1996.
  • Ecological Economics and the Ecology of Economics, 1999.
  • Ecological Economics: Principles and Applications, avec Joshua Farley, 2003.
  • (en) Uneconomic growth in theory and in fact, conférence, 1999 [2].

En français[modifier | modifier le code]

  • Économie stationnaire, Les petits matins, 2018, 439p. [Traduction par André Verkaeren de From Uneconomic Growth to a Steady-State Economy, Edward Elgar, 2014]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Benjamin Kunkel, « Ecologies of Scale. Interview with Herman Daly », New Left Review, no 109,‎ , p. 80-104 (lire en ligne)
  2. (en) « The Folly of Growth. How to Stop the Economy Killing the Planet », New Scientist,‎ , p. 40-54 (lire en ligne)
  3. (en) John Gowdy et Sabine O'Hara, Economic Theory for Environmentalists, CRC Press, 1995, p. 140.
  4. Ecosociosystème, Décroissance soutenable [1].
  5. Cf. son article « On economics as life science », 1968
  6. Herman Daly, « Il n'y a pas de croissance durable », Silence, décembre 1991.
  7. Serge Latouche, « Pour une société de décroissance », Le Monde diplomatique, novembre 203, p. 18-19 [lire en ligne].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geseko von Lüpke et Peter Erlenwein, « Nobel » alternatif, 13 portraits de lauréats, Sète, La Plage, , 213 p. (ISBN 978-2842211912)

Liens externes[modifier | modifier le code]