James Howard Kunstler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Howard Kunstler
Jim w mustache.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
High School of Music & Art (en)
State university of New York college at Brockport (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaines
Mouvement
Site web
Œuvres principales
The Geography of Nowhere (d), The Long Emergency (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

James Howard Kunstler, né le à New York, est un journaliste, essayiste et romancier américain. Il a travaillé pour de nombreux médias, dont Rolling Stone[1]. Son livre La Fin du pétrole (The Long Emergency) (en), paru en 2005, décrit les changements auxquels la société américaine devra faire face au cours de ce siècle, fait de crises sociales répétitives, de l'effondrement des empires européens et américains. Il prédit la démondialisation lorsque les crises seront terminées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Ouvrages originaux en anglais[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • La fin du pétrole : Le vrai défi du XXIe siècle [« The Long Emergency : Surviving the End of Oil, Climate Change, and Other Converging Catastrophes of the Twenty-First Century »], Plon, , 370 p. (ISBN 978-2-259-20290-9)
  • Too much magic : L'Amérique désenchantée [« Too Much Magic : Wishful Thinking, Technology, and the Fate of the Nation »] (trad. de l'anglais), Aube, Le retour aux sources, , 372 p. (ISBN 978-2-35512-055-8)

Romans[modifier | modifier le code]

  • The Wampanaki Tales, 1979.
  • A Clown in the Moonlight, 1981.
  • The Life of Byron Jaynes, 1983.
  • An Embarrassment of Riches, 1985.
  • Blood Solstice, 1986.
  • The Halloween Ball, 1987.
  • Thunder Island, 1989.
  • Maggie Darling: A Modern Romance, 2003.
  • World Made by Hand, 2008.
  • Witch Of Hebron, 2010.
  • Manhattan Gothic, 2012

Théâtre[modifier | modifier le code]

Big Slide, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]