Communs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Exemple de bibliothèque partagée libre et gratuite, construite par les élèves d'un lycée pour y entreposer des livres librement apportés et librement empruntés (ici en 2016 sur le Port de Saint-Goustan, à Auray dans le Morbihan).

Les communs sont des ressources partagées, gérées et maintenues collectivement par une communauté ; celle-ci établit des règles dans le but de préserver et pérenniser ces ressources [1] tout en fournissant aux membres de cette communauté la possibilité et le droit de les utiliser, voire, si la communauté le décide, en octroyant ce droit à tous. Ces ressources peuvent être naturelles (une forêt, une rivière), matérielles (une machine-outil, une maison, une centrale électrique) ou immatérielles (une connaissance, un logiciel).

Les communs impliquent que la propriété n'est pas conçue comme une appropriation ou une privatisation mais comme un usage[2], ce qui rejoint la notion de possession de Proudhon dans Qu'est-ce que la propriété ?. Hors de la propriété publique et de la propriété privée, les communs forment une troisième voie. Elinor Ostrom a obtenu un Prix Nobel d’économie pour ses travaux sur les biens communs. Elle parle de faisceaux de droits pour caractériser la propriété commune[3].

Il ne faut pas confondre un « commun » avec un « bien commun ». Un bien commun est quelque chose qui appartient à tous mais qui n'est pas forcément géré comme un commun ; ainsi, « […] l’atmosphère appartient à tous. C’est un « bien commun », mais pour autant ce n’est pas un commun. Car, malgré les quelques réglementations mises en place, il n’y a pas de gouvernance permettant de gérer les effets de serre et les émissions de CO2 »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le droit romain conceptualisa les res nullius ou res extra patrimonio, objets juridiques extérieurs aux biens patrimoniaux, parmi lesquels se trouvaient les res publicae (le domaine public, tels les fleuves navigables) et les res communes (littéralement les « biens [ou choses] communes » : ce qui appartient à tous, ce que nul ne peut s'attribuer au détriment d'autrui, tels les rivages, les mers, les océans...)[5].

On retrouve ce terme juridique romain dans la notion anglaise traditionnelle de la « terre commune » (common lands, en anglais) de laquelle dérive le terme « communs » (commons). Cependant, si les common lands étaient probablement possédées collectivement par une entité légale, la couronne ou une personne seule, ils étaient soumis à différentes règles de gestion et d'usage concernant par exemple le pâturage, la chasse, la coupe de bois, de branchages, la collecte de résine, etc.

Le terme « communs » dans la théorie économique moderne en est venu à désigner une ressource naturelle ou culturelle accessible à tous les membres d'une société : air, eau, terres habitables...

L'échec dit de la « tragédie des communs » est une métaphore qui s'est répandue aux débuts des sciences économiques, au XVIIIe siècle. Les premiers écrivains et scientifiques économistes soutenaient que la Révolution Agricole Britannique et les lois de la réforme agraire étaient en faveur d'une propriété unifiée de la terre. Ils tentèrent de se débarrasser des droits d'usage traditionnels des commoners et utilisèrent la tragédie des communs qui se trouva être une métaphore adaptée. Ils citèrent entre autres la polémique d'Aristote contre la Polis de Platon dans le sens où "la propriété de tout le monde n'est la propriété de personne" et respectivement "le bien le plus partagé est le moins gardé". Le conflit autour de la dissolution des communs traditionnels a joué un rôle clé sur l'aménagement du paysage et les modèles de propriété et d'utilisation coopérative des terres[6].

Plus tard, d'autres économistes, et notamment Elinor Ostrom en travaillant sur la théorie de l'action collective et la gestion des biens communs et des biens publics (matériels ou immatériels), et dans le cadre de la « nouvelle économie institutionnelle », ont montré qu'en réalité depuis la préhistoire de par le monde, de nombreux groupes humains ont réussi à développer des systèmes de gestion collective de ressources pas, peu, difficilement, lentement ou coûteusement renouvelables (terres cultivables, ressources en gibier, en poissons, en bois, et en eau potable ou d'irrigation notamment). Elinor Ostrom a été en 2009, la première femme à recevoir le « prix Nobel » d'économie (avec Oliver Williamson) « pour son analyse de la gouvernance économique, et en particulier, des biens communs »[7],[8]. La notion de communs a été remise au goût du jour par cette économiste américaine nobélisée. Elle a montré que pour certaines ressources le meilleur gage de préservation était une gestion partagée et négociée. Ce mode de gestion se révèle parfois plus efficace que la propriété privée ou publique par exemple lorsqu'il s'agit de l'eau ou des semences.  En effet la pensée des communs est très opératoire pour réfléchir à la préservation des ressources environnementales mais aussi des connaissances numérisées. Deux domaines où la question de la propriété ne s'avère pas pertinente.

En France, la Crise économique liée à la pandémie de Covid-19 met à l'ordre du jour une société où les "communs" pourraient être d'ordre constitutionnel. Une proposition de loi constitutionnelle, dite « Construire le monde d'après », présentée par la sénatrice Nicole Bonnefoy « visant, face à la crise actuelle à construire le monde d’après fondé sur la préservation des biens communs » a été discutée[9] au Sénat le 10 décembre dernier 2020[10].

Classification[modifier | modifier le code]

Les communs physiques[modifier | modifier le code]

Environnementaux[modifier | modifier le code]

Parmi les communs environnementaux et en plus des communs évoqués par Elinor Ostrom comme les cours d'eau, les forêts, les pâturages, les zones humides, on peut considérer des communs dits négatifs. Selon le chercheur Alexandre Monnin on peut appliquer la notion de communs négatifs à la gestion des centrales nucléaires abandonnées[11]. Cette notion serait apparue à la suite de l'accident nucléaire de Fukushima[12].

Communs urbains[modifier | modifier le code]

D'après Daniela Festa dans un article en licence creative commons paru dans Géoconfluences, les communs urbains désignent les biens ou services, publics ou privés, dont le « caractère commun dépend des fonctions qu'ils peuvent remplir socialement »[13]. Il peut s'agir aussi bien de parcs, de friches, de places publiques, de services urbains, des logements sociaux ou du traitement des déchets. On peut aussi parler de reconstitution de biens communs quand il s'agit de récréer des expériences de partage du passé comme le partage d'un four à bois ou « via les réseaux alimentaires alternatifs comme les potagers collectifs »[14]. Un exemple de communs urbains est le Bâtiment 7 de Pointe-Saint-Charles au Québec[15].

Contrairement à la théorie économique sur l'accès des ressources dites rivales de Elinor Ostrom, les communs urbains se caractérisent par l'absence de rivalité et un accroissement de la valeur par l'intensité de son utilisation[16]. Les communs urbains respectent les principes de base des communs[17]. Ils partagent également les mêmes contradictions que les autres communs mais de manière "hyper concentrées" en raison de la centralité de la ville dans les dynamiques d'accumulation et de dépossession propres au néolibéralisme et de la densité intrinsèque qui multiplie les interactions , la production de valeur, les relations de conflits et de coalition entre les sujets[18]. La spécificité des communs urbains réside également dans le fait qu'ils sont une solution au conflit d'usage de l'espace urbain[19].

Par ailleurs, le caractère commun n'est pas toujours défini et stable en raison des différents intérêts qui se coalisent dans l'usage et la prise en charge des communs et des communautés, qui se superposent mutuellement au fur et à mesure de leur implication dans les communs. Par exemple les jardins collectifs sont un lieu de production alimentaire pour les uns mais un lieu de socialisation ou de communication pour d'autres[20].

Les communs immatériels[modifier | modifier le code]

Communs de la connaissance[modifier | modifier le code]

La connaissance : diffusion et développement.

Les communs n'évoquent pas que des biens matériels, mais se réfèrent également aux biens immatériels. La connaissance est l’action, le fait de comprendre, de connaître les propriétés, les caractéristiques, les traits spécifiques de quelque chose[21]. L’une des caractéristiques de la connaissance, qui incite à la considérer comme un commun est son caractère additif.  Hervé Le Crosnier, chercheur en Sciences de l’information et de la communication (SIC), nous dit en ce sens : « la valeur même d’une connaissance dépend de la façon dont elle est reprise, utilisée, améliorée, adaptée et sert in fine de support à la création de nouvelles connaissances. »[22] Valérie Peugeot confirme qu’il résulte des communs un bénéfice pour le savoir car « le savoir humain grandit par accumulation, par sédimentation, de façon incrémentale et il n’est de connaissance qui ne soit nourrie des découvertes et idées des générations précédentes »[23]. Déjà Montaigne dans ses Essais sur l’éducation valorisait cette appropriation subjective des connaissances qui contribue à en faire éclore des nouvelles : « Les abeilles pilotent deçà delà les fleurs, mais elles en font après le miel, qui est tout leur ; ce n’est plus thym ni marjolaine : ainsi les pièces empruntées d’autrui, il les transformera et confondra, pour en faire un ouvrage tout sien, à savoir son jugement. Son institution, son travail et étude ne vise qu’à le former ».[24]

La question des communs de la connaissance ne se résume donc pas uniquement à l'accès aux ressources, mais à leur libre diffusion et leur développement permanent.

Les communs de la connaissance sont à rapprocher de ce que Philippe Aigrain nomme les communs informationnels. Le terme « information » fait allusion à la nature immatérielle du bien en question (par contraste avec les biens communs physiques) mais le terme « connaissance » insiste davantage sur les processus intellectuel et collectif.

Le rôle du numérique.

Cette accumulation des savoirs visant leur appropriation et leur développement s’est grandement développée avec l’avènement du numérique. « Le numérique a été le vecteur de la construction de communs de la connaissance, ou communs immatériels »[25].

Les outils techniques et de création permettent aujourd’hui non seulement une diffusion et le partage de connaissance, mais également de coordonner et de mettre en action coopérativement des individus pour produire ses savoirs. L’un des communs de la connaissance les plus connus du grand public reste à ce jour Wikipedia.

Il devient alors possible de penser les communs de la connaissance à l’échelle du monde selon Hervé  Le Crosnier. L’en- commun définit par l’historien Achille Mbembé est perçu comme une dynamique collective qui transcende la ressource (le «bien» lui-même) en un commun rendu possible à l’échelle du monde,  la numérisation fluidifiant non seulement le transfert du savoir lui-même (rôle traditionnel de l’école) mais également le support de ce savoir (livre, enregistrement sonore ou vidéo, et de plus en plus documents électroniques).

Les enclosures.

Limiter la circulation des connaissances paraît comme le démontre Hervé Le Crosnier, contraire à l’intérêt général car priverait alors l’émergence de nouvelles connaissances. L’exemple de la médecine est criant. Ne pas laisser circuler le savoir médical ou les médicaments, pourrait alors freiner la recherche et empêcher l’amélioration du bien-être mondial.

Cependant, si le numérique a facilité techniquement cette mise en commun des connaissances, la nature des savoirs et des cultures est complexe et vient compliquer cette action.

Le savoir possède à la fois le caractère d’un « bien public » au sens économique (l’usage par l’un ne diminue en rien celui de l’autre), mais possède également la spécificité d’un bien qu’on ne peut pas ôter à une personne (on ne peut pas me retirer ce que je sais). Il est également bardé de droits de propriété. Là où il y a communs il y a souvent « enclosure ». Les communs de la connaissance renvoient aux questions de droit d’auteur, d’accès au document et à l’information. La naissance des licences Creative Commons permet de régler le problème de droit d'usage. Ces licences vont au-delà des règles juridiques, elles symbolisent également la volonté de construire un espace de partage.

En définitive introduire les communs sur les connaissances permet de penser autrement les problématiques de diffusion et d'appropriation qui ont été bousculées par l'avènement du web et la numérisation des données.

Les communs ne sont pas seulement des ressources, c'est un mode de gouvernance qui s'organise selon un triptyque qui englobe :

- les ressources elles-mêmes,

-la communauté qui les gère

-les règles de gestion édictées.

Pour élaborer ces règles, les membres de la communauté concernée doivent faire entendre leurs arguments individuels, les confronter et trouver des points de consensus. Les communs de la connaissance impliquent la participation active des acteurs, ils relient individu et collectif, développement individuel et pouvoir d’agir collectif.

Dans la construction des communs de la connaissance, l’école à son rôle à jouer, c’est ce dont nous parle l’ouvrage de Marion Carbillet et Hélène Mulot[26].

Système organisationnel[modifier | modifier le code]

Du point de vue de l'organisation sociale un commun est un système ouvert. Il nécessite la mise en place de mécanismes spécifiques pour faciliter la contribution des personnes qui auraient envie de contribuer envers le commun (appelées alors contributeur/rices), et penser les règles et la gouvernance pour rendre le commun résilient (et donc la ressource pérenne). Fortement liées aux valeurs, les règles et la flexibilité autour du commun se définissent ensemble de façon progressive[27].

Territorial[modifier | modifier le code]

Une ressource territoriale est un système qui contient plusieurs ressources qui forment un tout. Cela fait donc davantage sens de gérer ces ressources ensemble.

Exemples :

  • Une forêt (arbres, fleurs, plantes, champignons, animaux...)
  • Un lac (végétation, eau, animaux...)
  • Un lotissement de maisons

Ressource[modifier | modifier le code]

Elle se veut la plus ouverte possible.

C'est-à-dire que sa gestion est transparente et commune en vue de :

  • Favoriser la contribution de tous
  • Faire en sorte que la ressource ne soit pas accaparée par un groupe d'individus
  • Favoriser sa duplication

Les modèles contributifs[modifier | modifier le code]

Couple contribution/rétribution[modifier | modifier le code]

La résilience d'un commun provient avant tout de l'activité de sa communauté, quand quelqu'un agit et produit de la richesse envers un commun, cette action est appelée « contribution », c'est la base de la relation de la communauté envers le commun. Pour mettre en place un système efficace de contribution, il faut faire en sorte que la ressource soit partagée, accessible et appropriable par le plus grand nombre. L'important est d'avoir une ressource ouverte.

Quand une personne crée de la richesse vers un commun (contribution) on peut mettre des mécanismes de « rétribution » au sein de ce dernier. C'est-à-dire un échange de richesse du commun vers la personne ; ça peut être de la nourriture, de l'argent, un service, etc. Les rétributions sont particulièrement importantes lorsque les membres de la communauté ne sont pas les utilisateurs direct du commun dont ils prennent soin. Lorsque les contributeurs sont bénéficiaires directs de la valeur offerte par le commun, ils peuvent décider de contribuer sans rétribution directe au titre des avantages qu'ils tirent de la ressource. Par exemple, Wikipédia ne rétribue pas ses rédacteur/rices directement, mais quand on donne du temps pour ajouter des données sur la plateforme, nous pouvons nous-mêmes par ailleurs profiter de la richesse accumulée dans cette dernière, et si personne ne donnait de son temps cela ne serait pas possible. Donc ici la rétribution de chaque contributeur est d'avoir une encyclopédie complète, gratuite et libre. En libérant la connaissance, cela nous permet aussi d'utiliser la connaissance libérée par les autres.

Couple usage/réciprocité[modifier | modifier le code]

Celles et ceux qui accèdent au commun ne sont pas forcément des contributeurs. La communauté qui prend soin de la ressource peut mettre en place des systèmes de réciprocités[28] vis à vis de la ressource dans l'optique d'assurer sa pérennité. Ainsi des acteurs marchands qui souhaitent exploiter le commun dans le cadre de leurs activités marchandes peuvent proposer des réciprocités à la ressource en échange de cet usage et ainsi s'inscrire dans une bon entretien de la ressource, sans participer directement à son entretien ou son développement.

Les modèles contributifs[modifier | modifier le code]

Ces pratiques de travail, de collaboration et d'échanges sont appelées les modèles contributifs[29] ou économie de la contribution[30].

Modèle contributif autour d'un commun

Théoriciens significatifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « commons » (voir la liste des auteurs).
  1. « Les communs – Une introduction à la notion de communs », sur lescommuns.org (consulté le 13 avril 2021)
  2. « Les communs, quelles définitions, quels enjeux ? », sur canal-u.tv (consulté le 4 novembre 2017)
  3. Fabienne Orsi, « Elinor Ostrom et les faisceaux de droits : l’ouverture d’un nouvel espace pour penser la propriété commune », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, no 14,‎ (ISSN 1957-7796, lire en ligne, consulté le 11 juin 2017)
  4. Le retour des communs, la crise de l'idéologie propriétaire, sous la direction de Benjamin Coriat, LLL
  5. HUMBERT, Michel, « Choses (Droit romain) » dans Dictionnaire de l'Antiquité, p. 480, PUF, Paris, 2011.
  6. (en) Joachim Radkau, John Wiley & Sons, The end of the commons as a watershed' The Age of Ecology, , p. 15 ff p.
  7. Communiqué de presse de l'Académie royale des sciences de Suède, 12 octobre 2009.
  8. «Creative Commons se félicite du prix Nobel d'économie, Elinor Ostrom» d'Emmanuelle Delsol sur Le Monde Informatique le 13 octobre 2009
  9. « Proposition de loi Construire le monde d'après - Communications diverses - -Mme Nicole BONNEFOY, auteure de la proposition de loi constitutionnelle », sur videos.senat.fr (consulté le 14 décembre 2020)
  10. « proposition de loi constitutionnelle visant, face à la crise actuelle à construire le monde d'après fondé sur la préservation des biens communs », sur www.senat.fr (consulté le 14 décembre 2020)
  11. « Le Zéro Déchet et l’émergence des « Communs négatifs » », sur scinfolex.com, (consulté le 13 juillet 2018)
  12. « Fukushima et ses invisibles », sur Lundi Matin, (consulté le 13 juillet 2018)
  13. Daniela Festa, Mélanie Dulong de Rosnay et Diego Miralles Buil, « Notion à la une : les communs », Géoconfluences,‎ (ISSN 2492-7775, lire en ligne)
  14. « Les jardins potagers, sont-ils des biens communs ? », sur www.iteco.be (consulté le 10 mars 2019)
  15. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Un centre autogéré, le bâtiment 7, ouvre ses portes à Pointe-Saint-Charles », sur Radio-Canada.ca (consulté le 6 avril 2020)
  16. Daniela Festa, « Les communs urbains. L’invention du commun », Tracés. Revue de Sciences humaines, no #16,‎ , p. 233–256 (ISSN 1763-0061, DOI 10.4000/traces.6636, lire en ligne, consulté le 6 avril 2020)
  17. Yves-Marie Abraham, Guérir du mal de l'infini : produire moins, partager plus, décider ensemble, Écosociété, coll. « Polémos », , 280 p. (ISBN 978-2-89719-470-3 et 2-89719-470-7, OCLC 1112671195, lire en ligne)
  18. (en) David Harvey et al., « Rebel Cities: From the Right to the City to the Urban Revolution", Verso, 2012 », article,‎ (ISBN 978-1-84467-882-2, lire en ligne, consulté le 6 avril 2020)
  19. jonathan Durand et al., LES COMMUNS URBAINS : REGARDS CROISÉS SUR MONTRÉAL ET BARCELONE, canada, CITIES, , 64 p. (ISBN 978-2-925000-03-7, lire en ligne), page 7
  20. « Communs urbains — Remix Biens Communs », sur wiki.remixthecommons.org (consulté le 26 avril 2020)
  21. Définition du Larousse https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/connaissance/18273
  22. LE CROSNIER Hervé, « " Communs de la connaissance : de quoi parlons-nous ? " », Bibliothèques et communs de la connaissance, Revue de l’ABF, n°76,‎ , p. 8
  23. « Les communs de la connaissance au service de sociétés créatives » in Communs des savoirs et bibliothèques, Paris, éditions du cercle et de la librairie, , p. 17-25
  24. Montaigne, Les essais,, Paris, Robert Laffont, , p. Livre 26, chapitre 1,
  25. PEUGEOT Valérie, "Les communs de la connaissance au service de sociétés créatives" in « communs des savoirs et bibliothèques»,, Paris, éditions du cercle et de la librairie,
  26. CARBILLET Marion, MULOT Hélène, A l’école du partage, les communs dans l’enseignement, C&F éditions,
  27. (en) Patrick Bresnihan et Michael Byrne, « Escape into the City: Everyday Practices of Commoning and the Production of Urban Space in Dublin », Antipode, vol. 47, no 1,‎ , p. 36–54 (ISSN 1467-8330, DOI 10.1111/anti.12105, lire en ligne, consulté le 22 avril 2020)
  28. (en) « [Cadre de réciprocité] NOM DU PORTEUR (NOM DU PROJET) - CodiMD », sur pad.lamyne.org (consulté le 17 novembre 2020)
  29. « Les modèles contributifs — Movilab.org », sur movilab.org (consulté le 17 novembre 2020)
  30. « Ep. III Introduction à l'Economie contributive », sur Vimeo (consulté le 17 novembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bauwens Michel et Vasilis Kostakis, 2017, Manifeste pour une véritable économie collaborative: vers une société des communs, traduit par Olivier Petitjean, Paris, France, Éditions Charles Léopold Mayer, 105 p. | URL:https://books.google.fr/books?id=z2k7DwAAQBAJ&dq=Bauwens+Michel+communs&lr=&hl=fr&source=gbs_navlinks_s
  • Bollier, David. "The Commons". Public Sphere Project. Schuler. Retrieved 26 October 2015 (en).
  • Bowers, Chet. (2006). Revitalizing the Commons: Cultural and Educational Sites of Resistance and Affirmation. Lexington Books.(en)
  • Bowers, Chet. (2012). The Way Forward: Educational Reforms that Focus on the Cultural Commons and the Linguistic Roots of the Ecological Crisis. Eco-Justice Press.(en)
  • Cornu Marie, Fabienne Orsi, Judith Rochfeld (sous la direction de), Dictionnaire des biens communs, Paris, PUF, 2017, (ISBN 978-2130654117)
  • Hervé Le Crosnier, Olivier Ertzscheid, Valérie Peugeot, Silvère Mercier et Lionel Maurel, « Vers les « communs de la connaissance » », Documentaliste-Sciences de l'Information, vol. 48, no 3,‎ , p. 48-59 (ISSN 0012-4508 et 1777-5868, DOI 10.3917/docsi.483.0048, lire en ligne, consulté le 11 décembre 2018).
  • Crosnier Hervé Le, 2014,.«Communs de la connaissance : de quoi parlons-nous ?» Revue de l'association des bibliothécaires de France, octobre 2014, no 76, p. 8-11
  • Daniela Festa (avec la contribution de Mélanie Dulong de Rosnay et Diego Miralles Buil) (2018), « Les communs », notion à la une de Géoconfluences, juin 2018.
  • Fourier, Charles. (1996). The Theory of the Four Movements (Cambridge University Press)(en)
  • Gregg, Pauline. (2001). Free-Born John: A Biography of John Lilburne (Phoenix Press)(en)
  • Harvey, Neil. (1998). The Chiapas Rebellion: The Struggle for Land and Democracy (Duke University Press)(en)
  • Hess, Charlotte et Ostrom Elinor. (2007). Understanding knowledge as a commons : from theory to practice (The MIT Press) (en)
  • Hill, Christopher. (1984). The World Turned Upside Down: Radical Ideas During the English Revolution (Penguin)(en)
  • Hill, Christopher. (2006). Winstanley ‘The Law of Freedom’ and other Writings (Cambridge University Press)(en)
  • Hyde, Lewis. (2010). Common as Air: Revolution, Art and Ownership (Farrar, Straus and Giroux)(en)
  • Kennedy, Kennedy. (2008). Diggers, Levellers, and Agrarian Capitalism: Radical Political Thought in 17th Century England (Lexington Books)(en)
  • Kostakis, Vasilis and Bauwens, Michel. (2014). Network Society and Future Scenarios for a Collaborative Economy. (Basingstoke, Royaume-Uni: Palgrave Macmillan). (en)(wiki)(en)
  • Leaming, Hugo P. (1995). Hidden Americans: Maroons of Virginia and the Carolinas (Routledge)(en)
  • Linebaugh, Peter, and Marcus Rediker. (2000). The Many-Headed Hydra: Sailors, Slaves, Commoners, and the Hidden History of the Revolutionary Atlantic (en)(Boston: Beacon Press)(en)
  • Fabien Locher, « Les pâturages de la guerre froide. Garrett Hardin et la Tragédie des communs », Revue d'histoire moderne et contemporaine, vol. 2013, no 1, 2013, p. 7-36. (résumé, lire en ligne [PDF])
  • (en) Fabien Locher, « Third World Pastures. The Historical Roots of the Commons Paradigm (1965-1990) », Quaderni Storici, vol. 2016/1,‎ , p. 303-333 (lire en ligne [PDF]) (article historique basé notamment sur les archives d'Elinor Ostrom).
  • Linebaugh, Peter. (2008). The Magna Carta Manifesto: Liberties and Commons for All (University of California Press)(en)
  • Lummis, Douglas. (1997). Radical Democracy (Cornell University Press)(en)
  • Mitchel, John Hanson. (1998). Trespassing: An Inquiry into the Private Ownership of Land (Perseus Books)(en)
  • Dardot Pierre, Laval Christian. (2014). COMMUN, Essai sur la révolution du XXIe siècle. La Découverte
  • Neeson, J. M. (1996). Commoners: Common Right, Enclosure and Social Change in England, 1700—1820 (Cambridge University Press)(en)
  • Negri, Antonio, and Michael Hardt. (2009). Commonwealth. Harvard University Press. (ISBN 0674060288)(en)
  • Newfont, Kathyn. (2012). Blue Ridge Commons: Environmental Activism and Forest History in Western North Carolina (The University of Georgia Press)(en)
  • Cornu M., Orsi F., Rochfeld J. (dir.). (2017). Dictionnaire des biens communs. PUF.
  • Patel, Raj. (2010). The Value of Nothing (Portobello Books)(en)
  • Price, Richard, ed. (1979). Maroon Societies: Rebel Slave Communities in the Americas (The Johns Hopkins University Press)(en)
  • Proudhon, Pierre-Joseph. (1994). What is Property? (Cambridge University Press)(en)
  • Rexroth, Kenneth. (1974). Communalism: From Its Origins to the Twentieth Century (Seabury Press)(en)
  • Rowe, Jonathan. (2013). Our Common Wealth: The Hidden Economy That Makes Everything Else Work (Berrett-Koehler)(en)
  • Shantz, Jeff. (2013). Commonist Tendencies: Mutual Aid Beyond Communism. (Punctum)(en)
  • Thomé, Pierre. (2016). (Biens) communs, quel avenir? Un enjeu stratégique pour l'économie sociale et solidaire. éditions Yves Michel (Gap)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]