Production

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La production est l'activité socialement organisée exercée par une unité institutionnelle qui combine des facteurs de production (facteur travail, facteur capital) pour transformer les consommations intermédiaires en biens ou en services échangés sur le marché ou obtenus à partir de facteurs de production s'échangeant sur le marché.

En économie[modifier | modifier le code]

La production est un élément fondamental de l'économie dans la vie de tous les jours. Elle désigne à la fois l'action de produire et le résultat de cette action fondamentale.

Le terme de « production » entre dans le langage au Moyen Âge au sujet des œuvres d'art[1]. Ce n'est qu'avec les débuts de l'ère industrielle qu'il entre dans le discours sur l'économie[2]. On retrouve cette multiplicité de sens, par exemple, dans l'industrie cinématographique où l'on parle du « producteur d'une super-production » pour désigner celui qui fabrique cette œuvre du septième art de manière industrielle et à des fins commerciales.

On étudie la production selon les méthodes, les lieux et les marchés. On compare la production d'un même produit entre des modèles différents d'organisation. On calcule le volume de production par pays et par époques. On sépare l'analyse par secteurs économiques. On distingue la production marchande de la production non marchande.

Production par secteurs[modifier | modifier le code]

La production « industrielle » contribue à hauteur de 20 à 30 % à la production nationale, mesurée par le PIB (somme des valeurs ajoutées à l'intérieur d'un pays), dans les pays développés. Dans ces pays c'est en effet surtout la production de services qui s'est développée, au point de devenir majoritaire, au cours des dernières décennies[réf. nécessaire].

Production marchande[modifier | modifier le code]

On distingue la production marchande de la production tout court.

La première peut se subdiviser en deux catégories :

  • la production marchande simple où le producteur vend son produit sur le marché ou rend un service marchand à titre individuel ;
  • la production marchande capitaliste où le produit ou le service créé par des salariés est propriété du capitaliste. Il est ensuite vendu en tant que marchandise dans le but de réaliser un bénéfice.

La seconde s'étend de la fourniture d'un produit gratuit à celle d'un produit dont le prix couvre moins de la moitié du coût de production. Elle regroupe la production des administrations publiques et des associations à but non lucratif et à caractère social.

Organisation de la production[modifier | modifier le code]

Différentes organisations permettent de produire un bien ou un service.
Certaines sont des espaces où sont concentrés les moyens de production et les ressources humaines pour produire à grande échelle, en grande quantité et d'une manière répétitive avec une division des tâches poussée.
D'autres sont des structures plus éclatées et plus mobiles comme l'entreprise en réseau, mise en place dans le cadre de l'économie post-industrielle.

Trois grands modes d’organisation de la production peuvent être observés : organisation de type « série unitaire », les industries de process et la production manufacturière.

Une dimension sociale[modifier | modifier le code]

La sociologie considère que la production est une activité de création, de rencontre, d'échange et de partage de nombreux éléments tels que le temps, l'espace, les biens, les idées et les émotions.

Les économistes ont modélisé la production en identifiant les éléments qui contribuent à sa réalisation, à savoir les facteurs de production. L'un des facteurs de production est constitué par le travail, ce qui représente la dimension sociale de la production du point de vue des théories économiques.

Une dimension environnementale[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1970 environ, où l'on a vu apparaître et se développer les mouvements écologistes, on se rend compte que la production, surtout industrielle, est grosse consommatrice de ressources naturelles, et qu'elle engendre de la pollution.

Les physiocrates avaient retenu la terre comme principal facteur de création de valeur. C'est cette dimension environnementale de la production qui réapparaît aujourd'hui dans la notion de développement durable.

En philosophie : la production de valeur[modifier | modifier le code]

La production est l'objet de différentes approches philosophiques qui marquent le monde depuis le XVIIIe siècle. Celle des physiocrates fut l'une des premières. Ils considéraient que seule l'agriculture était vraiment productrice en apportant plus (aliments) qu'elle n'utilisait (semences), les autres activités ne faisant que transformer les produits naturels. David Ricardo a apporté, au siècle suivant, une vision plus complète, toutefois étroitement liée à la quantité de travail.

Parmi les approches qui restent les plus connues de nos jours, on trouve celle du marxisme et celle du capitalisme. Elles se différencient l'une de l'autre, en particulier sur la théorie de la production de valeur[3]. Karl Marx a ainsi exposé sa propre conception en ce domaine dans le cadre de sa théorie sur les modes de production.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le dictionnaire du Centre National Ressources Textuelles et Lexicales
  2. Cette approche est probablement spécifique à la culture occidentale.
  3. Marxisme Dictionnaire encyclopédique en cinq volumes Éditions Larousse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]